Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

                                       

                                                       POUR LA PETITE HISTOIRE : VOYAGE MUSICAL :

 

                                                            L’ALLER  ET RETOUR DE  LA  « RUMBA »

 

Parmi les musiques du sang des esclaves noirs venus de l’Afrique, et particulièrement  du « Kongo Dia Ntotela » pour les Amériques, citons : « La RUMBA » qui a immigré dans les îles des Caraïbes vers 1620, particulièrement à CUBA.- Point de convergence des groupes humains : l’espagnol et l’africain  (car des « Syboneys », premiers habitants de l’île , rien ne subsistait plus au milieu du 16ème siècle après la conquête de la colonisation espagnole)  CUBA a donné lieu au contact de deux civilisations : l’Hispano-européenne et la Négro-africaine d’où naquit peu à peu un Folklore empruntant ses éléments à l’un et à l’autre, les fondant les uns les autres, constituant  ainsi un ensemble riche en couleurs, une musique qui chauffe.

 

Si donc, il est vrai que la musique africaine a influencé la musique latino-américaine et l’a même modifiée d’une façon décisive pour donner ce que nous conviendrons d’appeler le Folklore AFRO-CUBAIN. Il est indéniable que si la musique afro-cubaine a connu un essor aussi important, c’est dans une large mesure parce que la grande île des Caraïbes s’est  trouvé à l’époque de sa domination allié à un géant industriel, puissant  consommateur de produits de divertissement : Les Etats-Unis d’Amérique. Au point où la  nouvelle mélodie, la  « Mère Rumba » qui pourtant,  partie de l’Afrique (du Kongo dia Ntotela) obligera les musiciens africains, particulièrement congolais à regarder vers CUBA, et  à  interpréter les airs cubains d’origine africaine.

 

I – Les instruments :

 

Cuba est la contrée qui a légué le plus grand nombre d’instruments de percussion d’origine africaine : « Conga » - « Bongo » - « Timbales » - « Tumba »  « Maracas » - « Claves » - « Guiro » - « Shekeré », etc..

 

            II  – Les Rythmes :

 

Cuba a également  hérité de l’Afrique les rythmes « Son » - « Boléro » - « Guaracha » - « Sucu sucu »

- « Mambo » - « Cha cha cha » - « Pachanga » -  « Mozambique «  « Songo », le tout  englobé depuis les années 70 par l’appellation  « SALSA » (Sauce), notamment par les exilés cubains de Porto-Rico.  Depuis ces années,  le déferlement sonore de la Salsa est devenu prodigieux, avec surtout des « voix fanosas » (voix de tête héritées de l’Afrique) Quoi  qu’il en soit,  l’héritage Congo à Cuba est la plus importante. Des groupes congos subsistent  dans quelques régions. Les cultes congos, animistes et voués aux ancêtres, sont désignés sous le nom de « Palo » ou « calbidos ». Les prêtres (tatas nganga ou paleros) activent  le pouvoir de l’univers à l’aide de cryptogrammes et de « Mambos » incantations mêlant mots espagnols et bantous.

 

1 – La Rumba

 

Pour parler de la Rumba cubaine qui nous intéresse plus, elle est effectivement d’origine congolaise (par congolaise entendez, du royaume Kongo à cette époque). La Rumba, c’est-à-dire « Kumba » en langue Kongo (ou nombril en français) est devenue selon la prononciation particulière de maîtres espagnols  « R »umba, en roulant  le « R » comme dans « cumbacharre », « Mi amorr »… (Rumba,

signifie donc : la danse du Nombril). Au départ d’ailleurs la Rumba était une danse fétichiste, et par conséquent dominée par le motif sexuel. Cuba aura ainsi donnée au Congo nouveau, les richesses musicales africaines du 16ème siècle  importées par les congolais eux-mêmes.

 

            D’ailleurs, Don Fernando ORTIZ, grand polygraphe cubain, célèbre dans le monde entier, soutien que la « Rumba » est d’origine congolaise, tout au moins en provenance des ethnies bantoues , arrivées au 16ème siècle  à Cuba pendant l’esclavage. Il se dégage de ce fait  plusieurs éléments  musicaux se référant des genres Congo  ou africain : (Lukuni, Yoruba, et Carabali) bien sûr il faut y ajouter les éléments hispaniques, ce qui donne  à la Rumba  trois styles  principaux :

 

            La « RUMBA YAMBU » -  La  « RUMBA COLUMBIA » - et  La « RUMBA  GUAGUANCO ».

 

Le « YAMBU » pour ne parler que de ce style, est le plus ancien, issu de notre Rumba, c’est-à-dire du genre  Congo. La « RUMBA YAMBU » est douce et se caractérise par le frottement du  nombril de l’homme et de la femme. D’autre part, il ne se pose plus à Cuba, de question sur l’origine africaine de la musique cubaine.  « L’Areito de Anacoana », document musical sur lequel les défenseurs de l’existence d’une musique indigène, basent leur argumentation, est bien d’origine nègre selon toutes les apparences.

 

            Alejo CARPENTIER, grand  musicologue, connaisseur de cette musique a d’ailleurs dit que : « Ni la gamme, ni le rythme, ni le caractère mélodique écrit dans ce système de notation avec huit mesures de couplet et quatre de refrain  ne présente le moindre air  aborigène ; c’est-à-dire  des premiers occupants de l’Ile (les Syboneys et les Tainos), La RUMBA ou « KUMBA »  est sans aucune ambigüité  d’origine congolaise.

 

Clément Ossinonde

 

 

 

1.

La kinoise en 1960

 

2.

La rumba

La danse Rumba

 

 

 

Alliance Mode

Se pamba, par Essous,

Oriente, par Henri Fioli

 

Commenter cet article

Clément OSSINONDE 26/08/2010 15:44






 (suite de l'aller et retour de la
Rumba)


Ré-appropriation de la
Rumba


   Réappropriée par les congolais dans les années 20, la Rumba
constituera désormais le soubassement de la musique congolaise urbaine. Elle donnera lieu à l’ouverture des bars où les couples vont se donner à cœur joie à la gestuelle de la nouvelle danse
moderne, en lieu et place des danses traditionnelles dansées avant elle. Comme le « Maringa », le « Zebola », le wala » et autres dans divers évènements de la vie
courante.


            Toutes les autres danses auxquelles  l’on a attribué des
noms comme « Soukous », « Yeke Yeke », « Ndombolo », « Boucher » « Soum joum », etc. voire les « Mapouka »,, « Makossa » sont
toutes dérivées de la rumba.


1967, année où  les Antilles françaises s’ouvre à la musique africaine moderne, c’est le groupe RYCO JAZZ (rythmes du Congo) accompagné par Freddy KOUNKOU ET Jean Serge
ESSOUS  qui vont atterrir les premiers à la Martinique, avec dans leurs bagages la rumba congolaise et quelques unes de ses variantes. Les musiciens
Antillais qui  ne connaissaient que la « Biguine » vont au contact avec les rythmes du Congo (RYCO JAZZ) initiés un nouveau rythme : le
« Zouk ». La plupart des spécialistes de la musique antillaise des années 60 à 80 s’accordent  pour qualifier ces années de la
réappropriation de la musique de leurs ancêtres par l’équation : (Rumba-Soukous + Biguine = Zouk) . Après le RYCO JAZZ, la route vers les Antilles va s’ouvrir pour un tas des orchestres
congolais. qui laisseront après leur passage un véritable engouement pour la RUMBA et ses dérivés.



Clément OSSINONDE 26/08/2010 11:14



- 1925 - Le LOANGO (région du Moyen-Congo) introduit dans le registre populaire, la danse MARINGA, une danse qui
suscite un intérêt croissant parmi les musiciens et les danseurs des deux Congo. Elle
est soutenue par un tambour "grosse caisse" actionné  des deux mains et du pied droit, une bouteille qui sert  de triangle et un accordéon. La forme musicale le maringa va jouer un rôle prépondérant dans l'émergence de la
rumba, comme rythme d'accompagnement. Elle subira, néanmoins une influence occidentale dans sa gestuelle


 


Comme la Rumba, la Conga, le Maringa aurait également fait  partie de l'héritage
Congo en Haïti et à Cuba et serait une variante des "tumbas francesas" (Tumba en langue Congo, signifie "Tambour" ou "Fête") préservés
par les "Negros francesas" esclaves d'origine haïtienne.


 



Messager 25/08/2010 19:24



Carine,


Logiquement, lorsque nous publions des photos et certains documents, c'est dans le but d'inciter ceux qui en savent plus à réagir. Vous avez raison de chercher à connaître le sort de cette femme.
Mais dans un pays sans archives, la tâche sera un peu compliquée. La soiété Solbena elle-même ne serait plus en activité. Elle appartenait à une famille Juive et avait de très grandes activités
au Katanga où elle sponsorisait une équipe de football de 1ère division.N'oubions pas que la matière première ou la matière de base pour cette société de texile était le coton qui n'est plus
cultivé chez-nous.


En ce qui concerna les danse Maringa et Rumba, tout ce que je peux avencer est que la première danse a précédé la seconde dans notre musique. Mais est-il que celle qui est née après (Rumba) a eu
plus de succès que Maringa.


 


Messager



youmba carine 25/08/2010 16:45



LE MESSAGER OU OSSINONDE  UNE QUESTION EST CE QUE LA CONGOLAISE QUI EST SUR CETTE PHOTO VIT ENCORE ? ET LA SOCIETE SOLBENA  ?  SI ELLE VIT ENCORE ELLE DOIT AVOIR PLUS DE 72 ANS ?
NE PEUT-ON PAS LANCEZ UN AVIS DE RFECHERCHE. PAR CURIOSITE C'EST SUR  QUE LES GENS QU TRAVAILLAIENT A SOLEBENA VIVENT ENCORE


QUEL DIFFERENCE IL Y A ENTRE RUMBA  EY MARINGA CE N"EST PAS LA MEME DANCE  /MERCI MESSAGER POUR LA REPONSE



THONDA Muss 25/08/2010 16:21



VOICI UNE INFORMATION QUI ME FAIT REAGIR AVEC BEAUCOUP BEAUCOUP DE SATISFACTION, CAR EN FAIT DANS LA LANGUE KONGO LA LETTRE (R ) EST RARE


DONC RUMBA C"EST KUMBA  C'EST VRAIMENT FORMIDABLE POUR L'HISTOIRE C'EST UN PEU COMME ON A DIT DU  "NZADI"  ZAIRE  ET DE "INSHA" KINSHSASA UNE VERITABLE DEFORMATION DES COLONS
DANS PLUSIEURS MOTS DE NOTRE LANGUE


MERCI OSSINONDE  TROUVEZ NOUS ENCORE DES INFORMATIONS SEMBLABLES SI VOUS EN CONNAISSEZ ENCORE SUR LA MUSIQUE DE CUBA OU DU CONGO DU PASSE MERCI



malonga 25/08/2010 15:53



LE MESSAGER  Merci, voici les informations qu'ils nous faut, elles sont instructives et de grande importance pour connaître l'histoire. Souhaiterais que vous insistier auprès de Mr OSSINONDE
Clément, qui m'a l'air de connaîte beaucoup sur la musique de nous faire de l'histoire comme il a déjà fait sur les éditions musicales, Rochereau IEJDI  ROSSIGNOL NEGRO BAND et autres


ARRETEZ LES POSITIONS PRISES PAR LES DEUX DERNIERS MESSAGES SUR Clément nous ouvrent ses lettres, car on ma avis ils viennent des bokatiers qui discutaient sur les drums et la mi-solo, ils ne
sont pas construtifs mais cherchent toujours la polémique au lieu d'apporter la lumière ou de complèter une information. Je pense qu'il faut simplement retirer ce sujet et laisser nous Clément
apporter des sujets instructifs comme il le fait - merci



Papatoto 25/08/2010 15:17



Mr Clément
Ossinonde


Merci pour les précisions très intéressantes pour la compréhension
de l’histoire de la musique Congolaise.



Papatoto 25/08/2010 15:16



Mr Clément Ossinonde


Merci pour les précisions très intéressantes pour la compréhension de l’histoire de la
musique Congolaise.



OSSINONDE 25/08/2010 13:33



A l'intention de Mr.. PAPATOTO . La chanson "Alliance mode succès " que vous avez a été rééditée en 1958 (1958 est  bien la date de  la réédition)  car en 1958, De WAYON et
son groupe CONGA JAZZ se trouvaient déjà aux éditions "Esengo", alors que "Alliance mode succès" est des éditions loningisa avec l'accompagnement de l'OK Jazz : chant Longomba Vicky-Lando
"Rossignol", clarinette : Essous, guitare solo Luambo Franco, guitare basse Loubelo "De la lune", percussion Pandi/Dessoin...



Papatoto 25/08/2010 11:55



J’ai la même chanson (Alliance Mode succès) de Dewayon mais il est mentionné qu’elle était sortie en 1958. A ce propos, je pourrai avoir une
précision ou un élément déterminant de l’époque pour connaître la vraie date. Pour mémoire, la réimpression de certaines anciennes chansons comportent des erreurs involontaires.



OSSINONDE 24/08/2010 23:38



" SE PAMBA" (Essous et l'OK JAZZ  le 07 Décembre 1956 - Loningisa)



OSSINONDE 24/08/2010 23:18



" ALLIANCE MODE " est une composition de Paul EBENGO "De Wayon" avec  l'OK JAZZ en  1956 : Editions Loningisa. (Verso = "Tongo se elangisa" )


Notez que  : CETTE CHANSON EST LA TOUTE DERNIÈRE RÉALISÉE PAR L'OK JAZZ AU STUDIO  "LONINGISA"   LE 23 DÉCEMBRE 1956 , AVANT QUE : ESSOUS - LANDO
"Rossignol" - PANDI - DE WAYON  DÉSERTENT  L'OK JAZZ ET LES EDITIONS "LONINGISA" POUR REJOINDRE Henri BOWANE AUX EDITIONS "ESENGO" AVANT DE  DE DONNER LEUR DERNIER CONCERT LE
27 DECEMBRE 1956. (la suite on la connait, viendront EDO GANGA - Célestin KOUKA, ARMANDO Brazos et Nino MALAPET pour le premier concert de l'OK JAZZ rénové le 31 Décembre 1956)
 .........Ossinondé