Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

   

josefa-matias-15

Père et fillle ?


Le sujet fait un grand bruit en Angola.Une citoyenne angolaise qui répond par le nom de Nguituka Josefa Matias est  à la recherche de son père biologique. Ce père ne serait  autre personne que l'acteul  président de la République d'Angola, José Eduardo dos Santos.

 

Selon Josefa, son père biologique fréquentait sa mère, en 1964 au Congo, (quel Congo ?), avant d’aller faire ses  études dans l'ancienne Union Soviétique, en laissant sa concubine, enceinte de 4 mois dont  J.S des Santos aurait eu connaissance. Pendant son séjour en URSS, sa mère ayant perdu le contact avec l'auteur de la grossesse  s'est mariée quelque temps après avec un autre homme, qui l'aurait adoptée très petite.

 

  C'est Depuis 2002 que Josefa  essaie  d'aborder  son vrai père, ayant été bien reçue dans la famille  de Dos Santos (Frères et soeurs du président). Selon elle, elle n'est pas à la recherche de la gloire du père ni de son argent, seulement elle veut être  reconnue officiellement comme  première fille du Presidente.

Mais comme la reconnaissance n'arrivait pas à temps, elle a perdu de la patience et l'espoir,  et a décidé de rendre public son histoire en contactant la presse (de l'opposition), en Septembre dernier. En prenant  connaissance du sujet,  à travers de ses proches, le président angolais est sorti de sa réserve, et a  convoqué la télévision pour nier la paternité, en confirmant, le fait qu’il  a été à Leopoldville entre novembre de 1961 et juin 1963. Pendant cette période, il n'a  jamais eu de relations avec aucune famille congolaise, et qu'il ne doute pas de que Josefa soit effectivement à la recherche du père biologique, mais malheureusement ce père ce n’est pas lui. »

 

L'avis des Angolais est divisé.Pour les un, comme une partie des Angolais (y compris le président) sont des congophobes, le président angolais ne reconnaîtrait jamais une « zairense » comme sa fille, qui ne parle pas bien le  Portugais ,avec ses  fils ( Josefa a 6 fils) ; pour les autres, le président est victime des « zairenses » qui veulent salir son image.

 

 Nous  rappelons que le président angolais, n'a jamais refusé ses  fils qu’il a eus avec d’autres femmes,avant de se marier avec l’actuelle epouse, Anna Paula dos Santos. Tous sont reconnus officiellement :  Isabela dos Sanots, la femme du congolais de Sindika Dokolo, dont la mère est une Russe ; Welwitcha (Tchizé) Santos et de José Eduardo des Santos (Zédú), ont une  mère commune ; et Filomeno des Santos (Zenú), d'une relation  avec une ancienne secrétaire. Si le président refuse la reconnaissance, ce qu’il y a nécessairement une raison.

Pourquoi avoir attendu si  longtemps avant de  se manifester? Se demandent des angolais incrédules.  Depuis l'indépendance d'Angola, José Eduardo des Santos, a été toujours une des trois figures importantes d'Angola,avant de devenir,4 ans après, la principale .Pour quelle  raison la mère de Josefa Nguituka (morte en 1994) n'a pas eu le temps de contacter le père de sa fille  à travers des ambassades dans les deux Congos ? Parce que tous les ambassadeurs nommés dans les Congos sont les Congo-angolais, et ont vécu longtemps dans ces pays, ils seraient   sensibles et même solidaires avec son cas.

 

 Malgré cette controverse, l'apparence physique de la supposée fille avec le président angolais, ne laisse pas de  doutes, elle doit être sa fille. Mais la prudence nous oblige à exiger un teste ADN, comme elle-même le souhaite.

 Comme elle est une Mbokatière, nous affichons sa photo afin  que tous  les mbokatiers puissent la scruter et visionner la vidéo  en portugais.(Qui veut ,peut traduire)

                                                                                   Ndombasi Kupessa Ngombo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Muana ngaba 24/10/2010 11:21



bonjour les mbokatiers,le president Edouardo n'a pas du tout tort de nié son passage au congo pourquoi je dis ça;vous savez celui qui veut noyer son chien l'accusse de la rage.vu a ce moment là
les angolais instruit venaient du congo et pour éviter la concurence ou la destabilisation il fallait tout dire pour salir les congolais et ne pas parler de lui meme (son passage au congo) et
voila la raison.vu tout ce qu'il a dèja dis pour le zairens il est vraiment difficile pour lui d'accepter sa fille josefa.si dans sa biographie il ne parle pas du congo maintenat josefa lui
fera parler de son passage au congo.verité eyaka na escalier,après combien de temps makambu oyo.je pense que tout se paye içi bas,tout homme riche ou pauvre doit payer avant de mourir qlq
soit la manière.et certain presidents continu de mentir sur leurs passé mais un jour ils prendrons les escaliers.


MUANA NGABA. 



Keynes 19/10/2010 03:36



Je demande et supplie aux mbokatiers de bien vouloir prendre cette preocupation de mama Josefa comme un sujet de priere. Car en ce moment, cette maman est en danger compte tenu les ruses connues
de son papa qui ne veut lui ecouter. Vraiment, que le sang de Jesus-Christ puisse la couvrir, elle ainsi que ses enfants.



Joseph Pululu 17/10/2010 10:15



Cher Ndombasi Kupesa et à tous les Mbokatiers, bonjour.*


Je reviens sur cette paternité de Dos santos, sujet à controverse en Angola, pour rappeler que sur notre site, le 9 mai 2009, un premier commentaire sur le passage de José Edouardo Dos santos à
Leopoldville, avait attiré de nombreux commentaires. Parmi ceux-ci, celui de Lilo que j'ai repris dans mon émission matinale Matin Magazine, en septembre, avec Norbert Mbu Mputu. Il est clair que
le président angolais a un problème avec son passé Leopoldvillien. Son autobiographie ne le mentionne pratiquement pas. C'est d'ailleurs pour y réagir que l'un de nos mbokatiers avait posé la
question sur ce site. Et des réponses et réactions, il y en a eu, dot celui qui "démontre" qu'il a fréquenté la boite de manu Dibango, tout comme d'autres leaders angolais à l'époque comme Johnny
Edouardo Pinock, qui a joué dans le Négro Succès.


"


S’agissant de sa fréquentation de la boîte Afro Mongambo, je vous informe qu’elle est attestée par Manu Dibango, le gérant de la boîte
à l’époque, dont les propos sont consignés par Mfumu Fylla Saint-Eudes à travers son livre : « La musique congolaise du 20e siècle ».


Pour permettre à nos amis de juger de la crédibilité de cette révélation, permettez-moi de reprendre intégralement quelques passages
du livre, en rapport avec cette histoire.


 


P.134  ….Après les
enregistrements, Kabasele lui propose (Manu Dibango) un voyage au Congo. L’occasion est bonne. Les Anges Noirs font relâche. Manu et sa femme Coco se rendent à Léopoldville, pour deux mois se
disent-ils. (Ils  y resteront deux ans, ndlr)


Kabasele propose à manu la gérance de sa boîte l’Afro Mongambo (ex-Afro Negro)
située sur l’avenue Charles de Gaule. Manu y monte un orchestre dès octobre 1961 et tient la barre de l’Afro Mongambo. Dos Santos (futur président
angolais) vient de temps en temps y gratter la guitare. " (Messager 11/05/2009)


Et que dire de ce commentaire posté par Lilo


Encore une preuve




Le président Angolais a bien vécu à
Kinshasa, plus précissement dans la commune de lingwala (saint jean), ce qui expliquerait sa présence aux côtés de Manu vu sa proximité avec le centre ville.. Il est aussi vrai que le président
angolais fréquentait la commune de ndjili, Q.8 et 13 chez une amie que je tais le nom mais qui se reconnaîtra. Je me suis toujour posé la question , pourquoi ce mystère de son passage
sur le sol congolais RDC, or il ne se cache sur son sejour à brazza. Il y a anguille sous roche.


LILO



Est-il nécessaire de nous faire un dessin, pour comprendre que le jeune Dos santos fréquentait bien une femme à Ndjili à cette époque? Ce commentaire mis en ligne sur notre site étant antérieur à
la révélation de la paternité de Dos Santos, me semble-t-il, me parait apporter une preuve à mettre à l'actif de Madame Josepha. Il reste cependant comme l'ont souligné les nalystes de Mangembo
FM, que cette paternité tardive bouleverse la belle mécanique de la légende de Zé, patiemment bâti autour de la personnalité d'un révolutionnaire, qui au contraire des FNListe, n'a pas succombé
aux sirènes de Léo... si tant est-il que maintenant, il reconnaît avoir vécu chez nous, alors que sa biographie de ne le mentionne même pas. Après tout... qu'est-ce qu'est que ces trois ans dans
la vie du futur président angolais?


extrait sonore de matin magazine sur la paternité de Dos santos


 


S'il