Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Messager,
Il y a huit ans, Max Mongali venait de nous quitter!
Qui s'en souvient encore?
Ma réflexion est  partie du dernier article sur "Les
chansons d'anthologie des années 60, 70, 80" où
chacun a apporté sa contribution.
Voici ce qui est dit sur Idi Mane qui restera pour moi,
si pas le grand, alors le meilleur parolier. Bravo l'artiste!

 André Lelo


Hommage à Mongali: "forgeron" de la musique congolaise contemporaine

29 novembre 2002 - Un des meilleurs Paroliers congolais du Siècle Max Mongali Ida Mane décédé à 54 ans à Kinshasa, en 2001, a était l'un des illustres, discrets et humbles « forgerons »de la musique congolaise contemporaine. Il se distingue dès son arrivée en Belgique pour ses études notamment à l'université catholique de Leuven (Louvain) où il poursuivait les études de Droit. II fut artiste musicien amateur par amour de la musique à côté de ses amis étudiants comme lui qui formèrent des petits groupes musicaux pour conserver et maintenir les liens culturels avec le pays dénommés : " Los Nickelos " à Bruxelles et Yeyé National à Liège.
Poète confirmé dans l'âme, il devient naturellement un des grands paroliers de la musique congolais totalement inconnu du grand public, comme beaucoup d'autres d'ailleurs, et comme pour ne pas déroger à une règle non écrite des Nzonzi dans la culture Kongo. Il écrivit, voire composa, plusieurs chansons alors qu'il était encore étudiant en créant une syntaxe particulière qui démontre aujourd'hui encore la puissance grammaticale et la richesse du vocabulaire qui a fait du LINGALA la langue par excellence de la parole et de la pensée litteraire congolaise. Mongali a à jamais marqué la culture musicale congolaise comme ses aînés notamment par ses œuvres les plus connues telles que Salaminga et Matinda qui furent merveilleusement interprétées par le Maître, lui-même : Luambo Makiadi et son inégalable le TP (Tout Puissant), OK-Jazz.
Mongali écrivait en suivant son inspiration, mais surtout, il savait que chacune des ses œuvres ne devait correspondre qu'à un style particulier de l'écriture musicale, de jouer et de faire de la musique. Comme Essous et ses complices Manu Dibango et Kallé, il savait qui pouvait faire la meilleure interprétation et composition musicale de son poème.
C'est ainsi que plusieurs de ses poèmes qui révélaient son engagement politique comme Lombonga dédiées à Lumumba, Nkwame Krumah, et autres étaient interprétés aussi bien par des grands musiciens que par des jeunes pousses.
Ainsi, près de 80 % de ses œuvres se retrouvent dans l'actif du groupe Zaïko Langa Langa où Mongali collabora intensément avec Jossart Nyoka Longo et Bimi Ombale. Il composa le texte de la chanson " Charles Kimpiatu " pour le compte de King Kester. Et pour Pépé Kalé, plusieurs textes dont entre autres " Zabolo, Nsombokila, etc. Ne suivant que son cœur, son amour pour la musique congolaise, il écrira pour ceux qui viennent le consulter, chercher ses conseils. Il écrit pour les groupes Thu Zahina et Empompo Loway sans faire des jaloux. Il y en avait pour tout le monde!
Ce sera en fait l'Afrisa International de Pascal Tabu Rochereau qui vient de quitter African-Fiesta qui donnera la première occasion à Mongali de démontrer ses talents de parolier hors paire. En effet, il offre ses premiers textes inédits que sont : Djibebéké et Jhonny mon amour, Byby, Mokolo na Kokufa, Mongali, Frigo FNMA et autres. D'autres textes sont écrits pour un nouveau style qui prend corps sous l'impulsion de Papa Wemba, notamment : Eve Paradis et Nelson Mandela, le plus ancien prisonnier politique qui vient de battre le record mondial de durée sous l'apartheid en Afrique du Sud.
Et quand Rochereau aide et transforme Mbilia Bel, l'une des ses danseuses ou " rocherettes " en chanteuse de premier rang (ou ténor) dans son groupe l'Afrisa International, Mongali écrit spécialement pour elle les textes des chansons : Mpevé ya Longo, Sima na ngai Mwana Mawa et Contre ma Volonté.
Quant à Koffi Olomidé, il lui élabora une de ses meilleures œuvres originales: Djino Bokana. Dans toute sa production prolixe, Max Mongali Ida Mane alias le vieux Pop n'a jamais souhaité paraître au devant de la scène en refusant de signer en son nom fusse-t-il une seule chanson. A son actif on compte la création d'un groupe musical comme son homologue de Maya-Maya Freddy Kebano pour le travail en studio d'enregistrement baptisé : Africa-Mélodie.
Le groupe les Yatupas fut également une de ses initiatives, qui regroupait Pépé Félix, Mantsiamina Popol, Ray Lema (qui officie actuellement en Europe après un long séjour à Cuba et aux USA), Zoé Wawanko, Rigo Moya, Ntésa Daliens et Djo Mpoyi. En fait, c'est dans ce seul Groupe qu'il osera signer deux compositions lui-même : Etiké et Un grand amour.
Il aura ainsi, mis le pied à l'étrier à plusieurs interpréteurs musicaux congolais. Comme d'autres, il est parti trop tôt. Encore une chance pour la culture congolaise qu'il ait su écrire, sinon, le peuple noir, le peuple Koongo aurait une fois encore définitivement perdu avec Mongali parti à "Mpemba" une BIBLIOTHÈQUE.

(SOURCES: Lac Magazine & Mb)
 

Nous remercions notre frère André Lelo pour cet article rendant hommage à l’un de nos meilleurs artistes, Max Mongali (Idi Mane). Ses œuvres figurent-elles parmi les chansons d’anthologie des années 60, 70, 80 ? Certainement. Même si les amis ont omis de les mentionner parmi leurs suggestions.

C’est pourquoi nous avons déterré la version originale de sa chanson fétiche « ETAPE », qu’il avait chantée au sein de Zaïko, et qui a été reprise plus de 7 fois, en guise d’apport de mbokamosika à l’hommage qui lui est rendu.

 

Messager


ETAPE, version originale, par Max Mongali et le Zaïko L.L

mongali-copie-1.jpg

Max Mongali
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Damien MAVAMBU 16/09/2011 10:10



Ecoute dans le vent qui souffle


la chanson de la rose et de l'amour 


Par les monts et par les plaines


elle annonce le chant du lendemain


celui du grand amour.


Profite de ce temps qui passe


Pour labourer les champs du lendemain


Car la terre n'est qu'un triste escale


à tout celui qui aime l'humanité


avec un grand amour 


 


Tel est le refrain d'une de dernières oeuvres de Maxo MONGALI(comme aimait l'appeler, avec affection,son frère éternel Zizi
NZANGA),face B du 45tours sur lequel figure "ETAPE", introuvable et intitulé "UN GRAND AMOUR". 


Quelques lignes du couplet que j'ai encore en mémoire:


Si peu que la lune éloigne le soleil de ton coeur pour t'amener la joie ....


 


Sois ce moine combattant


qui, juste à la dérive,


garde son sang-froid,


engageant l'ultime espoir.


Le ciel, à ton secours,


viendra toujours un jour


t'apporter la délivrance,


te témoigner le grand amour;


Mais, il faut qu'à présent


tu acceptes à l'avance


à aimer sans fin


car, au loin, l'avenir t'appelle déjà...etc...etc...


Sacré poète et combattant de la liberté de la première, artiste engagé et intellectuel pur sang, Max MONGALI fut ce nationaliste
au coeur immense qui a répondu à l'appel du pays après nos déchirements des années 60 et 65. Fils de ce grand nationaliste congolais, Michel MONGALI, parti en exil en Afrique de l'Est sous la
protectio de Julius Nyerere et de Jomo KENYATTA après l'épopée des Mau-Mau et rentré au pays pour sa reconstruction lors de premières amnisties faite par Mobutu à l'égard des lumumbistes, je me
rappelle, avec émotion, de son passage à la télé nationale, au cours duquel il reconnaissait, malgré leurs divergences politiques, à Mobutu ce fait indéniable que,nous Congolais, conservons à ce
jour, l'UNITE NATIONALE.


C'est à partir de ce constat que son fils, Max MONGALI, regagna définitivement la pays, et avec l'accompagnement de Zaïko Langa
Langa, composa cet hymne au retour intitulé "NGONGI".


Il est à noter que dans la chanson "un grand amour",'il fut accompagné au piano par Ray LEMA, complice avec lequel il partageait
des feelings identiques.


Toujours avec Ray LEMA au piano, ils furent pleurer les congolais en composant la chanson la plus émouvante, texte et musique,
lors des obsèques de Mama Mobutu, montrant, sans esprit revanchard,  son ouverture d'esprit ainsi que sa grandeur d'âme.


 


"Mosala monene y'otiki na sima


bitike, babola na ba oyo bavandi lopitalo


batiaki motema na yo, lisusu oboyi bango


Mokuya ee soolo nde liwa moyibi ee


Yo olongola moto na mokili se ntina te


Mokili yango, nani yo okombela


Mama ee tala bana basangani bakolela


bakendeke boye te, bakolakaka


Mikolo misili te, nkumu mawa.....


 


Max MONGALI a toujours milité pour la pureté de cette langue nationale qu'est le lingala, démontrant que nos langues n'étaient
pas incompatibles aux belles lettres.


Dans le cadre de mes pérégrinations musicales, je demande à tout archiviste congolais qui aurait toutes ces chansons, de
prendre, par le canal de ce blog, contact avec moi pour consolider ce travail commun de mémoire.


En toute mpangitude,


Damien MAVAMBU 


 



Messager 08/02/2010 08:07


Cher Damien,
Nous venons de vous envoyer un message privé au sujet des chansons de Max Mongali.

Messager


Damien VUWA 07/02/2010 22:17


Ceux qui chercheront des chansons de Max Mongali peuvent directement me contacter, car j'en ai une bonne quinzaine. Je ne connais pas tous les titres mais je reconnais avoir la chanson ETIKE et
Grand amour.

Damien VUWA 0618723214


Messager 07/01/2010 06:15


De Sainpierre,

Avez-vous reçu ma réponse à vos voeux envoyée par e-mail?
Sinon je vous réciproque les voeux de nouvel an. J'attends les quelques oeuvres de Max en votre possession.

Messager


De Sainpierre 02/01/2010 10:26


Bonjour Messager,
Tout d'abord j'aimerais vous présenter mes voeux les meilleurs pour l'année 2010.
Je suis un grand fan de Max Mongali que j'ai connu personnellement et je dispose de la majeure partie des oeuvres de Max Mongali. Je pourrai éventuellement partager avec d'autres fans
quelques unes de ses chansons. Sachez aussi que sa famille, notamment son frère Gaby plus connu sous le nom de Ponpon projette de réunir les oeuvres de Max Mongali sur un support CD.
A bientôt,


Charles 23/12/2009 20:19



CHERS MESSAGER ET AMIS DU BLOG,VEILLEZ SVP FOUINER UNE OU DEUX AUTRES CHANSONS DE VIEUX MAX.C'ETAIT UN COSTAUD. PARMI MA DEMANDE: ETIKE. TOKOSEPELA MINGI KOYOKA
LISUSU PERFORMANCE YA VIEUX MAX & LES YATUPAS.  



AntoNickel 22/12/2009 21:41


Avec les Ya Toupas, il a écrit et interprété 2 superbes chansons que j'aimerais bien re-écouter, mais je sais qu'il sera difficile de les retrouver. C'est dommage que toute cette mémoire de
la musique congolaise n'ait pas été mieux préservée que cela.
Les chansons auxquelles je fais allusion s'intitulent Etike et Un grand amour. Si quelqu'un
peut les retrouver, ce serait sympa !


Mayanga 22/12/2009 12:21


Ndeko SAMCA,il serait interessant pour tous les mbokatiers,qu'un jour tu nous transmettes ce que ton père te raconte de cette époque.Nous ne disposons pas d'assez de témoignages concernant notre
culture car il ya peu de livres publiés.
Tu as encore la chance ,mon frère, d'avoir ton père vivant,alors profites.Si possible,
prends une caméra et fais le parler de son époque et de tous ces grands artistes qu'il a connu.A sa manière il enrichira nos connaissances et participera à l'édification d'une histoire racontée et
écrite par nous mêmes.


Sorozo 22/12/2009 03:44


Je renouvelle ma demande a tous les mbokatiers de retrouver la chanson Lombonga de "Vieux Pop" enregistree avec le Yeye National. Un veritable chef d' oeuvre! Je garde espoir de re-ecouter cette
chanson que j'ai beaucoup aime dans mon enfance...


Messager 21/12/2009 21:51


Nous avons pris bonne note. Mais sachez que ses chansons sont rares. Que ceux qui disposent des chansons de Max Mongali veuillent bien nous les envoyer..


Messager


lelo 21/12/2009 20:29


bonjour, je suis très émus pour concernant l'aricle sur Max Mongali et je serai aussi heureux si vous pouvez me faire écouter d'autres chansons de ce dernier.Merci.Votre frère Egide Lelo


kapita 20/12/2009 21:15


soki ba nzembo nyoso ezali citer na texte oyo ezali  ya ye  ,en tout cas bravo ,bravo . a detroner d un coup PAPA SIMARO LUTUMBA


SAMCA 20/12/2009 20:48



Il s'appelait aussi PAPA dans son enfance, Max Maximilien Mongali, il est de la generation de mon pere, son ami du quartier, dans la commune de Dendale = aujourd'hui Kasa Vubu = au croisement des
avenues Busu-Djano et Gambela, en face de Wenze ya Gambela to Anciens Combattants, mais en 1960 toute la famille Mongali demenagera pour la commune de Limete tout pres de la poste de Limete, et
plus tard on le verra dans la commune de Lemba. Mon pere qui est encore en vie, me parle de leur enfance avec les Mongali, Siongo Bavon, Verckys, Newman Massamba, Bolhen et tant d'autres, TOUS,
les enfants terribles de Dendale, et quand mon pere parle de leur epoque c'est comme si c'etait hier.