Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Don Antonio Manuele Nsaku ne Vunda : 1er Ambassadeur Congolais auprès du Vatican.

 

 

Nous avons reçu de notre ami Zabola un document provenant de diverses sources révélant toutes que Don Antonio Manuele Nsaku ne Vunda, fut au 17e siècle le premier Ambassadeur Congolais auprès du Vatican.


Ce document vient ainsi enrichir la série sur l’histoire des origines de différents clans (Mvila) au sein du Royaume du Kongo, actuellement à la une de Mbokamosika.

 

Msg

 

.

Don Antonio 1

.

Janvier-2013 0001

.

Janvier-2013 0002

.

Janvier-2013 0003

.

Janvier-2013 0005

.

 

Mon livre CONGO_ZAIRE, LES ACTEURS DE L’HISTOIRE qui paraîtra dans les tout prochains mois aux éditions l’Harmattan de Paris relate cette extraordinaire histoire de Don Antonio Manuel Nsaku ne Vunda, ambassadeur du roi de Kongo Alvare II (Don Luvwalu II) auprès du Saint Siège. Sa mission était d’une très grande importance pour le roi de Kongo qui cherchait des moyens de s’affranchir de l’emprise des Portugais en se mettant notamment sous la protection du Vatican dont l’autorité morale (religion chrétienne catholique) était très respectée par le roi du Portugal  Une très habile manœuvre diplomatique. Don Antonio Manuel avait eu effectivement une audience avec le Pape mais n’a malheureusement pas pu rendre compte de sa mission, ayant trouvé la mort juste le lendemain du jour de l’audience. On en aurait peut être su davantage. Mais le fait qu’il a été honoré par des funérailles grandioses dignes d’un émissaire d’un pays important pourrait suggérer qu’il avait bien réussi à emporter l’estime et le respect du Pape.

 

Ngimbi Kalumvueziko, Auteur de CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION, et LE PYGMÉE CONGOLAIS EXPOSÉ DANS UN ZOO AMÉRICAIN, SUR LES TRACES D’OTA BENGA, parus aux editions l’Harmattan de Paris. 

.

Commenter cet article

Alvaro 27/04/2013 16:32


Faut-il rappeler que l'histoire du Royaume Kongo appartient aux quatre pays; l'Angola, les deux Congo et le Gabon.Aucun de ces pays ne doit s'accaparer seul de cette histoire. Il faut
donc parler de l'ambassadeur du Royaume Kongo et non de l'ambassadeur congolais. 

Michaël Makela Yalama 07/07/2014 17:37

Je suis d'accord avec cette précision, même s'il faut ajouter à ces quatre pays, un bout de Cameroun ! En effet, utiliser l'adjectif "congolaise" pourrait prêter à confusion. Car, si l'ambition est de transmettre l'histoire de notre passé aux plus jeunes, il conviendrait d'utiliser l'adjectif "kongolais" avec la lettre "k" et non "c", comme le font malheureusement souvent certains de nos "érudits" ! Et pour éviter que certains peuples issus de cet Ancien Royaume s'accaparent seuls de cette histoire, je crois que chacun devrait manifester son appartenance à ce passé en traduisant cette manifestation en acte. Sinon comment forcer des gens qui semblent plus se reconnaitre à ce passé-là? Car il y en a qui n'y voient plus aucune importance de rallumer la flamme royale léguée par Mfumu Nimi-A-Lukeni ! A suivre librement...

Messager 26/04/2013 20:44


@ Lused et Mwenze,


J'ai lu vos observations sur l'intitulé de l'article: Don Antonio Manuel Nsaku ne Vunda: 1er Ambassadeur du Congo auprès du Vatican.


Effectivement, cet ambassadeur ignoré dans nos livres d'histoire représentait le Roi du Royaume du Kongo qui regroupaient plusieurs pays de l'Afrique centrale comme vous le mentionnez bien.


Sij 'ai retenu ce titre, c'est par respect  du texte original qui nous a été envoyé où l'on parle de l'Ambassadeur Congolais et non du Kongo


Je n'ai jamais été animé par un esprit de sectarisme comme vous pouvez le remarquer à travers les publications du site.


 


Messager


 

LUSED 26/04/2013 17:16


je suis d'accord avec Mwenze ,qu'il faut diferencier : "Ambassadeur Congolais" et "Ambassadeur du Kongo".


 


Avec le  therme "Ambassadeur du Kongo" ,la mémoire rentre au Royaume Kongo, et on voit tous les Ne-Kongo de l'Angola actuel ,RDC,Congo brazzaville,Gabon actuels avant la
dispersion concernés.


 


Mais avec , "Ambassadeur Congolais" ,un jeune peut oublier et penser au Congo (RDC) ,soit Congo Brazzaville après que le Royaume soit divisé (comme on se partage la viande après
chasse) ,par les Portugais,les Français et les Belges.


 


C'est pourquoi d'autres historiens préfèrent utiliser le therme "KOONGO" (comme adjectif du nom Kongo) donc à la place de "du Kongo".Par exemple: "le peule
Koongo" qui maintient la nuance kikongo du temps,pour ne pas dire: "le peuple Kongolais" qui est proche de "peuple Congolais".Dont la nuance
française actuelle est aussi accentuée.C'est un exemple seulument.


 


LUSED

LUSED 26/04/2013 16:34


Ce document envoyé pa Zabola et la réference ajouté par Sam Malonga sont une autre preuve que les Portugais ne sont pas coupables de quelconque pratique de la sorcellerie, ni autres rites
ancestrales comme le déterrement des morts ,comme les gens veulent le prétendre (selon le témoignage que nous avions entendu de notre cher Mwenze).


 


D'ailleurs ça se voit très clairement que les Portugais du côté spirituel ,avaient le souci de christianiser le royaume Kongo.Et cela a porté des fruits aussi.Même les Rois étaient motivés pour
cela ,à part Nzing'a Nkuvu qui avait des dificiltés de s'engager totalement.


Ici on voit que le Roi du kongo de l'époque voulut pousser plus loin ,en voulant un contact direct avec Vatican.


 


Donc s'il faut condamner les Portugais ,en tout cas c'est du côté Esclavagisme et colonie.Mais pas sorcellerie,ou rites ancestrales traditionnelles.Un homme
mauvais peut aussi avoir quelque chose de bien.


 


LUSED

Serge - Kongo na biso 25/04/2013 18:17


Mbote,


Ezali komonana na polele ke Royaume Kongo ezalaki
organisé deja na ba 17e siècle wana, makambo elobami awa ezuami pe lisusu na livre kulutu Ngimbi
Kalumvueziko akobimisa na mikolo ezali koya po nga nazuaki mpifo to chance ya kotanga extrait ya livre wana quelques 6 mois passé na cadre ya masolo tozalaki na yango, kasi na livre ya kulutu
Ngimbi akeyi mosika po alobeli makambo ebele tii na ndenge nini Kimpa Vita abotamaki pe ndenge abandaki misala na ye pe na ndenge likunia ya batu ya tango wana (mindele) basalaki nionso po koboma
ye na message azalaki na yang ope ba ndeko na biso ya Kongo basalaki revolution parmi b’esclaves ya America, livre moko très riche, nakolikia ke kulutu akobosana te kotinda copie ata moko pamba
na mbokamosika po kulutu Messager a exploiter yango bo momesano. Nakanisi soki voyager ya tango wana ezalaki malamu pe ba pirates bazala te nde relation ya Royaume Kongo na Vatican ekokaki komema
mboka na direction mususu mais hélas, l’homme propose, Dieu dispose dit-on ! Normalement ndenge kulutu Mwenzé a souligné Don Antonio Manuel Nsaku ne Vunda azalaki ambassadeur ya Royaume
Kongo (po ezalaki ko regroupé ba parties ya ba mabele ezuami na Angola, les deux Congo na Gabon). Nanu nazua courage ya kotuna te peut être ba ndeko mususu ba ko profiter na motuna na nga,
balobaka Ne Vunda, Ne Kongo, Ne Muanda Nsemi, Ne elingi koloba nini ? Po ba Nigerians balobaka Nne lokola « Mwana muasi ».
Merci na kulutu Samuel Malonga pona lien obakisi, elobeli makambu yango beaucoup plus claire lisusu. Boboto o mboka mosika.


Serge – Kongo na biso

MWENZE 25/04/2013 15:35


Nous situant ici dans le temps et l'espace,parler d'ambassadeur Congolais reste malséant,inapproprié et déplacé,et prêterait à confusion,mais plutôt d'Ambassadeur KONGO ou Ambassadeur du Royaume
du KONGO.La différence ou la nuance historique a le mérite d'être relevé.


MWENZE

Samuel Malonga 25/04/2013 09:14


http://eglise.animiste.pagesperso-orange.fr/ambassaurcongolais.htm

Ngimbi Kalumvueziko 24/04/2013 22:40


Mon livre CONGO_ZAIRE, LES ACTEURS DE L’HISTOIRE qui paraîtra dans les tout
prochains mois aux éditions l’Harmattan de Paris relate cette extraordinaire histoire de Don Antonio Manuel Nsaku ne Vunda, ambassadeur du roi de Kongo Alvare II (Don Luvwalu II) auprès du Saint
Siège. Sa mission était d’une très grande importance pour le roi de Kongo qui cherchait des moyens de s’affranchir de l’emprise des Portugais en se mettant notamment sous la protection du Vatican
dont l’autorité morale (religion chrétienne catholique) était très respectée par le roi du Portugal  Une très habile manœuvre diplomatique. Don Antonio Manuel avait eu effectivement une
audience avec le Pape mais n’a malheureusement pas pu rendre compte de sa mission, ayant trouvé la mort juste le lendemain du jour de l’audience. On en aurait peut être su davantage. Mais le fait
qu’il a été honoré par des funérailles grandioses dignes d’un émissaire d’un pays important pourrait suggérer qu’il avait bien réussi à emporter l’estime et le respect du Pape.


Ngimbi Kalumvueziko, Auteur de CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION, et LE PYGMÉE CONGOLAIS EXPOSÉ DANS UN
ZOO AMÉRICAIN, SUR LES TRACES D’OTA BENGA, parus aux editions l’Harmattan de Paris. 

Ngimbi Kalumvueziko 24/04/2013 22:32


Mon livre CONGO_ZAIRE, LES ACTEURS DE L’HISTOIRE qui paraîtra dans les tout
prochains mois aux éditions l’Harmattan de Paris relate cette extraordinaire histoire de Don Antonio Manuel Nsaku ne Vunda, ambassadeur du roi de Kongo Alvare II (Don Luvwalu II) auprès du Saint
Siège. Sa mission était d’une très grande importance pour le roi de Kongo qui cherchait des moyens de s’affranchir de l’emprise des Portugais en se mettant notamment sous la protection du Vatican
dont l’autorité morale (religion chrétienne catholique) était très respectée par le roi du Portugal  Une très habile manœuvre diplomatique. Don Antonio Manuel avait eu effectivement une
audience avec le Pape mais n’a malheureusement pas pu rendre compte de sa mission, ayant trouvé la mort juste le lendemain du jour de l’audience. On en aurait peut être su davantage. Mais le fait
qu’il a été honoré par des funérailles grandioses dignes d’un émissaire d’un pays important pourrait suggérer qu’il avait bien réussi à emporter l’estime et le respect du Pape.


Ngimbi Kalumvueziko, Auteur de CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION, et LE PYGMÉE CONGOLAIS EXPOSÉ DANS UN
ZOO AMÉRICAIN, SUR LES TRACES D’OTA BENGA, parus aux editions l’Harmattan de Paris.