Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Ces artistes musiciens qui changent de camp.

Nous en avions connus plusieurs depuis l’époque qui avaient décidé de changer de camp. Soit quitter la musique chrétienne pour l’art libre ou la musique d’expression libre ou alors le contraire. Mes excuses pour ceux qui appellent la musique d’expression libre une « musique mondaine ». Ma formation artistique voit en mal cette qualification surtout que la mot profane pour ceux qui l’utilisent souvent le prend pour une musique sale, terrestre, matériel,  ou alors pécheresse, alors qu’elle la musique d’expression libre qui depuis l’époque a nos jours continue a inspirer ceux qui disent aujourd’hui chanter seulement pour Dieu alors en écoutant leur chanson, si on enlève les mots alléluia, Jésus, Nzambe, et autres c’est purement les mêmes cadences. (Je vais vous le prouver avec quelques chansons que je vais annexer a mon texte). Donc je vais utiliser le terme la musique d’expression libre en lieu et place de la musique mondaine. Toutes les deux formes de musique se jouent au monde, pas au ciel. Nous ne savons pas et personne n’est allé au ciel pour dire que ce que les musiciens chrétiens chantent se joue autant au ciel. Ces deux musiques se jouent sur la terre, elles ont matérielles car elles donnent profit à tous, et les danses sont les mêmes.

Revenons au sujet de mon inquiétude. Plusieurs musiciens ont commencé par l’église ; je ne peux citer à titre illustratif que quelques uns : Wemba, Verckys, Reddy, et Reddy Amisi (La liste est très longue, limitons nous au ceux-ci). Ces musiciens en quittant la musique des églises, avaient récolté du franc succès avec leur percée dans la musique d’expression libre. La voix de Wemba a charme Zaiko et ses fans jusqu'à présent dans son Viva la Musica, Verckys a réussi non pas seulement en tant que musiciens, mais aussi en tant que professionnel de son et de promotion de la deuxieme generation de la musique congolaise, son saxo lui a value l’appellation poumons d’or ; Reddy Amisi a été classe comme son papa Lutumba comme des poètes. Ces musiciens n’ont pas regrette quitter l’église pour chanter pour tous ; toutes fois ils continuent à aller a l’église sans être excommunies (Sauf Verckys qui a eu des déboires avec la chanson Nakomitunaka dont l’interview dans notre belle site mboka mosika nous a édifié sur le sujet). Ils ont toujours en vie et se portent très bien, continuent cet art d’Orphée. Donc pour eux chanter a l’église était un stepping stonne ou une base pour sauter vers une audience beaucoup plus libre et ils ont réussi.

Le phénomène églises de réveil a changé plusieurs choses : quelques musiciens d’expression libre ont quitté leur art libre pour la musique purement chrétienne. Dans leurs témoignages, ils disaient qu’ils avaient servi Satan avec ce qu’ils faisaient et maintenant il était temps pour ne servir que le seigneur. Parmi les précurseurs de ce mouvement, il y a eu Feza Shamamba et Mavuela qui étaient suivie par Mopero, Bimi, Lassa Carlito, Bebaba, J.P Buse, et Djo Nolo. Arrêtons-nous à ceux-ci. Ont-ils réussi ? Je dirais franchement NON. Mavuela a disparu, Feza ne se fais plus entendre, Carlito passe d’une église à l’autre pour aller chanter ; sa santé n’est pas toujours au bon point, il a maigri. JP Buse tout comme Djo Nolo ont repris la musique d’expression libre et il a dit toutes fois continuer à chanter pour le Seigneur. Mopero, Debaba et Bimi nous ont tous quittés, sans vraiment avoir eu le succès qu’ils avaient moissonné avec Luciana, Mokolo mosusu, ou Sandralina.

Questions :

Ces musiciens qui étaient devenus musiciens chrétiens

  1. Avaient-ils réellement reçu l’appel de Dieu ?  
  2. Se sentaient-ils en danger suite à leurs pactes avec les soi-disant faiseurs de succès ?
  3. Se sentaient-ils taris pour chercher une autre source d’inspiration ?
  4. Savaient-ils que leur état de santé était vacillant et qu’il fallait recourir au Seigneur pour obtenir sa grâce et la guérison ?
  5. Pourquoi certains sont-ils revenus sur leur pas après avoir changé ?  
  6. Ont-ils compris que être d’un côté ou  de l’autre n’est pas différent ?

Il ya plusieurs questions, mais essayons d’analyser ce phénomène et étudier les raisons profondes du virement et les causes principales de leur échec.  

 

Comparer ces chansons, écouter les instruments et dites-moi s’il y a une différence.

La première qui est de Michaux Kubuanu commence doucement, mais écouter la partie sukuma avec des cris et rythme envoutants.

La deuxième est celle de Werra avec  l’album témoignage (ça sonne !)

 

Merci

 

B. Manseka

 

 

1.Chanson non titrée, par Michaux Kubuanu

2.ça sonne , par Werra Son

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bernard Manseka 04/05/2011 14:48



Merci mon frère Yale pour tes importantes réponses. Mon intention en
soulevant ce problème est de mener une étude sur les mouvements des musiciens et leurs mobiles. J’ai beaucoup du respect en la personne humaine et faire une étude sur un phénomène de la société
est une façon de chercher les causes primaires de certaines habitudes dont les résultats peuvent contribuer au progrès de la société et l’amélioration des conditions de vies de certaines
personnes. Les réponses données par d’autres frères sont aussi édifiantes dans le sens qu’ils donnent un point de vue très profond. Etre musiciens dans l’ensemble n’exclut pas son appartenance à
la foi Chrétienne. C’est seulement chez nous en Afrique en général ou au Congo en particulier qu’on catégorise les musiciens. Dans les pays les plus développés, un musicien est musicien ;
chacun peut chanter pour Dieu et ses chansons sont acceptées par tous, et même toutes les confessions religieuses. La plupart des chansons de Noël qui ont fait du succès aux USA n’étaient pas
toutes chantées par des musiciens dits chrétiens.  


Vous avez dit : « Le fait d'avoir
reçu ou non l'appel de Dieu reste un dossier subjectif. C'est une confidence entre la personne et son Dieu. » Cela est de même pour le reste des musiciens, un frère a cité Dilu qui est très
attaché à son eglise et sa foi ; Wemba a chanté pour louer le Seigneur, Emeneya va faire de même, ainsi que Wazekwa qui a chanté mémoire ya Nzambe, cela c’était aussi fait par plusieurs
avant eux. Donc, il est de même pour les autres de garder leur foi sans crier sur le toit qu’ils sont eux aussi Chrétiens.


Ce qui me tique est souvent dans nos fêtes, lorsque l’on
joue les chansons dites chrétiennes, tout le monde danse ; lorsqu’on commence avec la musique d’expression libre, tous les « chrétiens » vident le lieu en signe de contestation et
de dénie de notre propre culture. Cela ne se voit qu’aux africains et surtout par des Congolais. Mais alors ce qui est étonnant lorsqu’on balance la musique étrangère dont de fois on ne comprend
pas le contenu, on est à l’aise et de fois on danse. Pourquoi ce tant de haine à notre propre culture ?  Croyons-nous mieux faire en jugeant les autres des mondains ?


Vous avez dit en répondant à ma question : Se sentaient-ils taris pour chercher une autre source d’inspiration ?  « Quelle
bassesse ?  Mais, hélas cela est vrai. » J’avais bien dit que plusieurs musiciens qui avaient changé de camp n’avaient
pas récolté le même succès dans leurs oeuvres que ce qu’ils avaient avant dans la libre expression. Ils n’ont pas fait autant que Mombaya, L’or Mbongo, Patrice Musoko,  ou Matou Samuel qui eux avaient déjà le terrain en main. Je ne vois pas en quoi vous traitez cette question de bassesse ! Heureusement que vous aviez
reconnu que cela est vrai.


Saches qu’il y a des musiciens d’expression libre qui sont plus croyants
et font plus des bonnes œuvres que ceux qui se disent chrétiens.  Werrason Ngiama a un ONG qui aide les enfants de la rue, ils les encadrent et font
quelques un parmi eux des professionnels de musique ; le cas du petit Eboa est éloquent. Ne fait-il pas plus que les chrétiens ?


Vous avez dit :
« On ne peut servir deux maitre ». Qui vous dit que les musiciens à expression libre
ne servent pas Dieu ? Ne jugeons pas. La musique est une profession comme toute autre profession ; Mozart, Beethoven, Vivaldi, Handel, Bach, et tous les autres étaient des musiciens
indépendants dont les compositions se jouent à l’église, dans les opéras, et dans tous les lieux publics. Leurs compositions font la richesse culturelle de leur pays et ils en sont fiers.
Pourquoi nier cette richesse culturelle des musiciens congolais ? Kabasele, Ley, Luambo, et les autres en font autant pour le Congo. La chanson 
Independence Chacha est chante dans toute l’Afrique ! Quelle fierté ?



Marcellin 04/05/2011 09:28



Mbuta muntu Garba mpo na nini biso ba Kongolais mpe ba Africains tokanisaka religion ya Hindu ezali kindoki? Mpo na nini tolobaka moto akei kozua kisi na Inde nde kisi ya solo? Tokanisaka ba guru
bazali banganga, to mpe balandi na bango? Ezali kozanga boyebi moko monene mpe kokitisa bondimi ya basusu. Nazali na baninga ebele bazali ba Hindu, bondimi na bango ezali ya bolingo, ya kimia mpe
ezali ya respect mpe protection ya nature. Ezali kindoki te. Ata soki ezali kindoki mpo na biso kasi soki ezali mpo na bolingo, kimia mpe nature, mabe wapi? Mbuta muntu Yale nayoki yo mpe namoni
e te ozali mo Christu, kasi nakobakisa boye, soki ozali mo Christu mpe ozali koyembela bolingo, koyembela beaute, mpe basi yango elingi koloba e te ozali moto mabe? Mokonzi Salomon kutu mpe
eyembela nioso wana, mabe wapi? Mabe nde koyembela ba contre valeures, koyembela bo soni, wana nde tokoloba mo Christu abungi nzela.


Mwan'a Joburg



Garba Emeka 04/05/2011 07:23



Nasololaki na Professeur d´université moko na Cotonou au Bénin, azali pe béninois, atanga na Sorbonne na France, atangisa pe première génération ya ba universitaires béninois après
l´indépendance, donc la plupart ya ba cadres béninois bazali ba élèves na ye.


Tata wana kombo na ye Marcos, baninga mingi oyo bafandi na Cotonou bayebi ye, puisque azali na école gardienne ya monene na kombo "les hirondelles".


Mr. Marcos m´a dit un jour que DIEU AIME LES SORCIERS (oyo tobengi ba Ndoki to ba Nganga Nkisi na Afrique Centrale) puisqu´ils ramènent à lui les enfants égarés.


Na ko préciser lisusu ke Tata wana Marcos atanga pe lisusu ba cours ya sorcellerie na Inde, d´après ye ezali na faculté mobimba na Université na Inde, na biso na Afrique tobengi yango médecine
traditionnelle.


Oyo ezali masolo nasololaki na Tata Marcos, kasi ba oyo batambola mua mingi na mokili, surtout na ba pays de l´Est, bakoki pe kopesa biso ba précisions mua mingi.


Yango nalingi natuna na ba Ndimi, ba Nganga Nzambe pe na ba chercheurs ya ba ngambo nionso mibale, ya Mokili pe ya Lola, bino bomoni boni boni na maloba ya Tata Marcos na Bénin.


 


Garba Emeka


 


 


 



Yale Sapiens 04/05/2011 06:27



Mr. Manseka,


Voic mes reponses a vos qeustions:


1. Avaient-ils réellement reçu l’appel de Dieu ?
Réponse: Le fait d'avoir reçu ou non l'appel de Dieu reste un dossier subjectif. C'est une confidence entre la personne et son Dieu. On ne peut jamais spéculer en ce sens, surtout que les
intéressés ne sont plus avec nous. Mais on reconnait l'arbre par ses fruits. Jugez-les par les fruits de leurs comportement et vous saurez si, réellement , ils avaient connu
Dieu.



Se sentaient-ils en danger suite à leurs pactes avec les soi-disant
faiseurs de succès ?  Rep :  Prière de faire Youtube et suivre le témoignage du pasteur Mopero.  Le  diable n’a jamais été en paix quand il perd un des ses pions pour Dieu.  Mais, tous ceux qui se convertissent ne
fuient tjrs pas des dangers imminents.  Simple question de répondre a son appel et au temps voulu par Dieu.  Mais se qui le font pour fuir le danger, sont les bienvenus car c’est la volonté de Dieu de voir les seins venir se reposer chez Lui : Venez a moi vous
tous qui êtes charges,etc…



 


1.        Se sentaient-ils taris pour chercher une autre source d’inspiration ?  Quelle bassesse ?  Mais , helas cela est vrais.  La vraie inspiration ne vient que de Dieu.


2.       
Savaient-ils que leur état de santé était vacillant et qu’il fallait
recourir au Seigneur pour obtenir sa grâce et la guérison ? Je suis content du fait que vous rendez compte, en posant cette question qu’il n y a jamais de guérison ni de paix
que dans le Seigneur.
3.       
Pourquoi certains sont-ils revenus sur leur pas après avoir changé ?
  C’est ce que fait le diable : Essayer de ramener lui ceux qu’il a perdus au prealable


4.        Ont-ils compris que être d’un côté ou de l’autre n’est pas différent ?  On ne peut servir deux maitre.  Donc, les deux cotes sont
différent :  L’un sert le diable, et l’autre loue l »Eternel.  L’un pratique les tricheries les
fétiches et les vols, tandis que l’autre essaye d’aimer ses prochain et d’assister les veuves,  voila.


 



Yale Sapiens 04/05/2011 06:10



Muana Ya Joburgh,


Likambo oyo olobi ya realite ya musique chretienne na mondaine na USa ezali ya solo que parfois bosangani ezali makasi mpe moyen ya kokabola ezalaka te.  Mais, ngai nazali mondimi, mpe na
vandi na USA ba mbula ebele.  Mpe nazalki ko servir au sein ya organisation moko religieuse.  Nakoyebisa yo ete, lolenge yango, ata emonani awa na USA, ezali kobonga te.  ba ndimi
to ba mangomba ya serieux awa na USA, bazali d'accodrd na esaleli yango te.  Mpo awa, ezali nde mbongo.  Donc, na mokuse, koloba ete mpo basangani na musique ya mokili ezali ok,
non, ezali ok te .  Pour un chretien qui voudrait honorer son Dieu, loelnge wana ezali malamu te.  Tika kosangisa oyo na Nkolo, na oyo ya Caisala.  yango wana, awa lelo, ba ndimi
mingi bakoma charnels.


Mpe mokomi ya article azali ko insister sur le fait que ba ye bakima miziki ya mokili mpo na kokoka na oyo ya Nzamba ba reusisa te.  Mpe basusu bakufi.  Nakolobela yo likambo
moko:  Soki ozali koluka reussite ya ba musiciens chretien, okozua yango te.  Pourquoi, simplement parce que ba ndimi balukaka succes ya mokili oyo te.  Lokola Nkolo na bango, oyo
akufaki liwa lya soni, lokola moyibi to looser_jesus Christ-, victoire na bango ezali te oyo ezali kokomonana na miso. Donc misolo, ba ndako etc.  Likambo ya mibale ezali ete, Mpo biso
bandimi, Kufa ezali ekuke ya mboka oyo tozelaka.  Na yango, baye bakufi na kati ya kondima na bango, bazali nde balongi.  Ya mokili oyo, ekotikala, mpe ezali na ntina te.  Donc, ko
juger baye balali na Nkolo te(Mopero, Bimi,etc...) nto baoyo bazali naino ko servir yei na ba mpasi lokola moto oyo otangi Carlito.  Papa Jean Paul II azuaki beatification na yei lobi, mais
akufaki na maladie ya Parkinson.  Mais elingi koloba te ete, mpo na yango, azali looser nto a rata vie.


Enfin, ndeko mokomi, oyo bozali kobenga miziki chretien ewuta na mokilite.  Mokili nde abongili manso Nkolo akelalaki na bolamu , mpe akomisa yango ya mabe.  C'est al consequence du
peche.  Article na yo, ezali na moins de credibilite.  Tuna bana ya USA bakoyebisa yo pourquoi musicien oyo otangi kombo akotaka lisusu na USa te.  Tuna bakoye bisa yo. 
Kotanga ba exemple ya makambo osali recherche likolo na yango te, ezali manque de serieux.


Mpo na kosukisa, ba musicien ya solo kati na Nkolo bazali.  Nakotanga Groupe Gael avec Alin Moloto, mpe misusu oyo toyebi .  Mais bazali mpe bato lokola biso.  Soki baluki misolo,
to balati ba costume ya kitoko, to babinis bato naconcert elingi koloba te ete babimi libanda ya kondima.


Tikala malamu.



Serge Kongo na biso 03/05/2011 22:38



Mbote ba ndeko,


À mbokamosika y a toujours quelque chose très particulière, je dirai que Dilu a toujours fait sa
musique « d’expression libre » comme a souligné notre kulutu B. Manseka sans pourtant quitter l’église ou renier sa foi en Dieu, donc lui voyait de loin par rapport à ceux qui se
prostituent aujourd’hui à la musique de l’église ou chrétienne « eza kozanga koyeba liloba ».  Qu’est ce qu’ils ont apportés des nouveaux
dans la musique tout court, rien, ils font Atalaku comme Bill Clinton et danse comme tout le monde mais ils sont trop avares « yango bakoma kokabuana ».  Je passais devant un restaurant chinois à Hackney – Londres, à travers le vitres je vois mon ami N. Gauthier qui a produit à l’époque les Wenge Musica (au
complet) à Londres, autres fois frère Patrice, Elu Sharufah et autres… il mangeait et il y avait une bouteille de Guinness à côté, il m’invitât à manger mais je n’avais pas faim, je lui demanda
« Ah Gauthier, ozongeli lisusu masanga ? Et il me réponda : mutu na nga, nazongeli masanga nanga.  Batu wana « les musiciens
chrétiens » baza faux, balingi l’AR trop (l’argent to mbongo), dit ! nanu kutu abeti concert te alingi nasilisila ye mbongo tout, bongo soki akufi avant jour ya concert nakosuka
wapi !  bakotisi nga ba niongo mutu na nga » et il m’avait beaucoup dit des ses clients musiciens mais c’est triste.  Tandis que vis-à-vis de JB Mpiana « de la musique d’expression libre ou mondaine c’est selon » il dira : Un jour à l’Africavision TV
que : « fallait nabetisa Wenge Musica (Version originale) na Londres, nalingaki na pesa JB Mpiana mbongo nionso avant même babeta concert po ye mutu azalaki président, a conseilla nga
ke « masta kopesaka mbongo nionso te avant concert beta, po on ne sait jamais. »


Na lilita ya Madilu il parait bakangaka moko ya muasi aza kosala bisala sala na butu en plus
bolumbu, (moto na Ndjambe).  Bimi Ombale alobaka ke akufelaka Mama, sima sœur pe alandi ye moko pe abelaki yango asalaki kaka résolution ya kokende na
ngambu ya nkolo.  Une fois Charles Mombaya devrait jouer un concert à Londres, un ami Simpla lui envoya une certaine nombre des questions concernant
la musique chrétienne, il ira le jour suivant au domicile de notre ami pour lui répondre, il a d’abord regretté le comportement de la plupart des musiciens chrétiennes d’aujourd’hui, il donna son
propre example : « normalement ndenge nabetaki lobi, fallait producteur asombela nga bilamba mais asombaki te (il est pasteur en plus mais je garde son nom), kutu sapatu nalataki ami
nanga mutu asombelaki nga (Vieux Sylvain, son ami de longue date qui était aussi là à la table avec lui), chaque soki topemi mua muku na tuni ye Pasteur wapi le reste ya mbongo, Zela !, tii
sikoyo nazui yango te. »  Je crois que c’était aussi son dernier concert à Londres.  Voici ma
contribution et je remercie kulutu B. Manseke d’avoir penser à nous attirer l’attention de ce problème de deux camps ou de kuenda vutuka.


Serge Kongo na biso.



Marcellin 03/05/2011 21:55



Al Green mosali ya nzambe ya ba Christu na USA asala ba nzembo ya nzambe mpe oyo biso tolobaka ya mokili, b'alanga nzembo ndenge na ndenge tii lelo oyo bayembaka ba nzembo ye asala, ezali likambo
te. Cece Wynan ayemba na whitney Houston, eza likambo te. Cece Wynan ayemba na balanga nzembo ya mokili, ba oyo basalelaka nzambe ya ba Christu mpe na ba misusu, eza likambo te. Ba exemple ezali
ebele na ba mboka misusu b'alanga nzembo ebele bayembaka mpo na mokili mpe mpo na Nkolo na bango, eza likambo te. Kasi na Kongo ezali likambo ya bizaleli ya bandimi, mpo na bango il faut osala
choix, okoki kosala nioso mibale te. Nanu ba comprendre te que don  mpe ba talent ya miziki ewutaka na mokeli. Probleme to likambo ezali nde na bandimi na ba ngaga nzambe na bango, soki ba
changer ba mentalites na bango nde tokokoma lokola na ndimi ya ba ekolo misusu.


Mwan'a Joburg