Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Mboka mosika fait la synthèse de nos souvenirs. Hier, nous avons évoqué l'histoire tragique de la rébellion à l'est du pays. Comme nous l'avons déjà souligné, le but de ces souvenirs est l'entretien de notre mémoire collective.
Aujourd'hui, nous allons parler des événements des 1967 à Bukavu en reprenant ces extraits de Congonline:
" A plus de 800, ces soldats constituent le fer de lance de l'Armée Nationale Congolaise (ANC) et jouent un rôle décisif dans la reconquête de l'Est du Congo. Mais une fois le "sale boulot" accompli, les Américains veulent éliminer ces alliés de Tshombé, perçu comme l'homme des Belges et des Français. Aussi, aident-ils Mobutu à renforcer les autres unités à leur détriment. Cette politique, le massacre de mercenaires et des gendarmes katangais sur ordre de Mobutu ainsi que l'enlèvement de Tshombé, leur patron, poussent Schramme et ses hommes à la révolte. le 5 juillet 1967, le bataillon Léopard s'empare de Bukavu et résiste jusqu'au 5 novembre avant de se retirer au Rwanda. (...) A bien des égards, l'aventure de Schramme se distingue de celle des autres mercenaires, en ce sens qu'il a administré les territoires sous son contrôle et tenté de renverser Mobutu, proclamant même le 10 août 1967, un gouvernement provisoire dirigé par le colonel katangais Léonard Monga".

PS.Notons que c'est suite à la révolte des unités des gendarmes katangais que le Col Tshatshi, remplaçant du Col Mulamba,( nommé premier ministre en 1965), à la tête de la 5ème Brigade mécanisée, fut tué à Kisangani le 23 jullet 1967.

http://media.putfile.com/monga_26oct1967_bukavu


COLONEL LEONARD MONGA : Source, la rdc.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gazo thierry 02/11/2012 17:47


ravi de tomber sur se rappel d histoire rallumant les mémoires.Je n'y était pas mais j'y ai perdu un frere ,sans n'avoir vraiment compris pourquoi.Serais ravi d'en apprendre plus sur les troupes
fidèles a j.c shramme sans pour autant en froisser d'autres .


Salutations  

Balignez Mireille 13/07/2010 21:55



Il y a si longtemps que j'essaie d'avoir des nouvelles de mon époux.  Depuis tant d'années et malgrè des recherches infructueuses enfin des nouvelles. Que dirait'il aujourd'hui en sachant
que son fils Christophe est mort à l'âge de 37 ans dans l'incendie de notre maison.  Que dirait'il s'il savait que jamais je n'ai eu d'aide pour élever nos deux enfants. Mes parents et
mon frère ne sont plus de ce monde et ils ont été mes seuls soutiens pour élever nos fils.Il lui reste un fils Stéphane mais durement touché par toutes ces épreuves de la vie.  Je suis émue
de le revoir si jeune et si durement éprouvée par son tragique destin.  Il faut le savoir, mon calvaire a duré plus de 41 ans.  Merci à toutes les grandes puissances qui se sont servies
de son image, de sa jeunesse et de sa volonté de vivre dans un pays libre et qui l'ont brûlée, me laissant sans ressources avec mes deux enfants.


Sa veuve, Mireille Balignez