Publié par Messager

L'opposant congolais en exil Jean-Pierre Bemba a été arrêté samedi 24 mai à Bruxelles par les autorités belges agissant dans le cadre d'un mandat d'arrêt délivré par la Cour pénale internationale (CPI). L'ancien chef de guerre de République démocratique du Congo (RDC), battu par Joseph Kabila à l'élection présidentielle de 2006, est accusé par la CPI d'implication dans des crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis en République centrafricaine (RCA) en 2002-2003.
ACCUSÉ DE CRIMES DE GUERRE ET DE CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ
"Jean-Pierre Bemba Gombo, président et commandant en chef du Mouvement de libération du Congo (MLC), serait pénalement responsable de quatre chefs de crimes de guerre et de deux chefs de crimes contre l'humanité commis sur le territoire de la République centrafricaine pendant la période allant du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003", précise la CPI sur son site Internet. Le mandat d'arrêt le visant n'avait pas été rendu public avant son arrestation.
Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, s'est félicité de cette arrestation, "fruit d'une opération complexe et bien planifiée" et a remercié les autorités belges. "M. Bemba avait déjà commis de tels crimes en RCA ; il avait déjà commis de tels crimes en RDC; il fallait l'arrêter", a-t-il lancé. Selon la CPI, il serait impliqué dans une campagne systématique de meurtres et de viols en série commis sur des civils en Centrafrique par ses hommes du MLC. "Nous avons la preuve que M. Bemba a commis des crimes", a affirmé le procureur de la CPI.L'ancien chef rebelle, craignant pour sa sécurité, avait quitté le Congo démocratique l'an dernier pour se réfugier au Portugal. Il nie les faits qui lui sont reprochés.
"PAS D'EXCUSES POUR DES CENTAINES DE VIOLS..."
Bemba est le premier suspect faisant l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par la CPI dans le cadre de l'enquête sur les événements survenus en République centrafricaine ouverte en mai 2007 par le procureur Luis Moreno-Ocampo.
La CPI poursuit ses investigations sur ce qu'elle qualifie d'"attaque systématique ou généralisée contre la population civile" au cours de laquelle ont été commis "des viols, des actes de torture, des atteintes à la dignité de la personne et des pillages".

"L'arrestation de M. Bemba est un avertissement sérieux à tous ceux qui commettent, encouragent ou tolèrent les crimes sexuels", a souligné M. Moreno-Ocampo. Et de poursuivre : "Il n'y a pas d'excuses pour des centaines de viols, il n'y a pas d'excuses pour le viol d'une petite fille sous les yeux de ses parents, il n'y a pas d'excuses pour un chef qui ordonne,
autorise ou tolère que ses troupes commettent des viols et des pillages."

Théthé
publié dans le monde

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Si le mandat d'arrêt visant M. Jean Pierre Bemba n'avait pas été rendu public avant son arrestation, il y a vice de procédure.
REMARQUE:
Le seul opposant Congolais accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. La RDC
serait "nous" en train de vivre à la mode RUSSE?
Un seul dirigeant en tête et tous les opposants en prison?

Théthé

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§Contrairement

à ce qu'affirme Théthé, le scellé d'un mandat ne signifie point vice de procédure. Plusieurs causes peuvent motiver cette action, dont le risque de fuite du suspect. Vu les moyens dont dispose Jean-Pierre (aéronefs, moyens financiers), il y a une forte probabilité de l'évanouissement du suspect dans la nature... Le vice se retrouve plutôt dans les chefs d'accusation qui semblent bâclés, comme ceux du mandat d'arrêt lancé par le Juge Bruguière contre Kagame et d'autres dirigeants rwandais. Les combattants de Bemba sont par exemple identifiés comme des « banyamulenge »... défauts qu'un avocat pourra toujours exploiter pour essayer de bloquer l'extradition de Bemba vers la Hollande ou faire déclarer ce mandat d'arrêt nul et non avenu...

Jean-Pierre  (publié le 26/5/08)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


 S'il n'est que logique que l'on poursuive partout des auteurs de crimes de guerres et de crimes contre l'humanité, on peut aussi s'interroger sur le caractère sélectif des crimes et même des criminels.
on notera en effet que les faits reprochés à M. Bemba remontent aux années 2002-2003. portant des crimes hautement plus significatifs ont été commis en RD Congo entre 1998 et 2003. Les organisations de droits de l'homme évoquent des chiffres de l'ordre de 3 à 4 millions de victimes congolaises. Leurs auteurs soutenus par le Rwanda sont connus, je pense ici aux anciennes rebellions soutenus par le Rwanda et l'Ouganda en RDC (comme Bemba a soutenu le régime de Patassé en RCA). Si l'on reste dans la même logique, on devrait interpeller non seulement les chefs de guerre comme Bizima Karaha, Azarias Ruberwa ou Nkundabatware, mais aussi leurs commanditaires Museveni et Kagame. Quand est-ce que la communauté internationale ou le Cour Pénal Internationale montrera-t-elle le même empressement à se pencher sur les crimes commis en RDC? Des milliers de femmes violées, les témoignages existent (voir le dernier article de mon confrère Botowamungu dans Afriquechos.ch), les mutilations des civils par les forces du RCD et de Nkunda sont avérés et attestées par la Monuc. On attend donc qu'au prochain déplacement dans la capitale belge, que l'ensemble des anciens chefs de guerre en RDC soit placés sous le coup d'un mandat d'arrêt international. d'autant plus que celui de Bemba n'a jamais été rendu public. En attendant l'aboutissement d'autres plaintes. je signale à tout hasard à nos lecteurs, que chacun d'entre nous est un plaignant potentiel, susceptible de déclencher la machine du CPI.
Joseph Pululu  (publié le 26/5/08)
§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 Si la CPI tient réellement  à rendre justice, il y aura carence de cadres bientôt en RDC. Tous les responsables issus des mouvements de libération, qui avaient divisé le Congo en zones rebelles, avant de former la fameuse formule 1+4, et qui se partagent aujourd'hui le pouvoir en RDC sont responsables des atrocités et du décès de plus de 5 millions de congolais. Ils devront tous être déférés devant la Cour pénale internationale. Mais avant tout, cette Cour aurait pu se saisir de celui qui commet jusqu'à ce jours des crimes à l'Est de la RDC,en l'occurrence le rebelle Laurent Nkunda.

Il y a eu des victimes Centrafricaines sur le sol centrafricain, mais il y a eu aussi des victimes Hutu,et Congolaises sur le sol congolais. La CPI a ouvert la "boîte de Pandore", qu'elle aille jusqu'au bout, et nous l'applaudirons de deux mains.

Messager (publié le 26/5/08)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Bemba Jean Pierre est un fils du pays egaré. S'il avait suivi l'appel de Jeannot son père pour arreter avec la rebellion en 1998, tout ceci ne lui arriverrait pas. Voilà qu'il est devant la barre, mais où sont passés les Kamitatu, Dominique Kanku, Thambwe Mwamba, le Roi des imbéciles qui a conduit les opérations "Effacez le tableau en Haut Uélé" ? Que cela serve de leçons aux autres et à bon entendeur, salut;

Kimongo. ( publié le 28/5/08)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§Jean Pierre Bemba devant la CPI?

"Il a été arrêté (samedi) chez lui dans la région de Bruxelles", a indiqué à l'AFP Leo De Bock, porte-parole du ministre de la Justice Jo Vandeurzen.

"Nous avons exécuté une demande d'aide de la Cour pénale internationale de La Haye, c'est normal que nous le fassions", a-t-il ajouté.

"L'intention maintenant est de l'emmener à Scheveningen, la prison de La Haye", a encore précisé le porte-parole.

La porte-parole du parquet fédéral Lieve Pellens a de son côté indiqué à l'AFP que cette procédure d'extradition pourrait prendre "un à deux mois".

M. Bemba sera d'abord présenté dès dimanche après-midi à un juge d'instruction qui décidera probablement de l'"arrêter" formellement, pour empêcher une fuite, a-t-elle précisé.

Étape suivante: dans les cinq jours, la chambre du conseil se prononcera sur son extradition, avec la possibilité d'appels.

"C'est une procédure classique d'extradition, assez compliquée, dans laquelle la procédure simplifiée du mandat d'arrêt européen ne joue pas étant donné que la CPI est un tribunal d'exception. On peut donc penser à un délai de un à deux mois", a ajouté la porte-parole, qui a refusé de donner des détails sur les circonstances de l'arrestation de l'ancien vice-président congolais.

Par ailleurs, Jean-Pierre Bemba a été condamné par contumace en mai 2003 par le tribunal correctionnel de Bruxelles à un an de prison ferme pour "traite d'être humains".

M. Bemba et sa femme étaient accusés d'avoir fait entrer illégalement à la fin des années 1990 deux employés en Belgique, où tous deux résidaient alors.

Interrogée sur cette condamnation et l'impact éventuel sur la procédure d'extradition, Mme Pellens a indiqué ne pas être au courant de l'affaire.

Mais "il serait possible de mettre en pause la condamnation. Est-ce qu'on donnerait la priorité à l'exécution d'une peine d'un an alors que la CPI a besoin de lui dans une enquête importante"?, a-t-elle ajouté.

Jean-Pierre Bemba a été arrêté samedi près de Bruxelles à la demande du procureur de la CPI qui le poursuit pour deux chefs de crimes contre l'humanité, et quatre chefs de crimes de guerre, entre octobre 2002 et mars 2003.

Cela commence à sentir le roussi pour ce criminel de guerre. Il faudrait maintenant rappeler que M. Bemba n'est pas un chef de bande isolé, mais qu'il a servi le Rwanda et l'Ouganda, successivement puis simultanément. Si la comparution de M. Memba devant la C.P.I. est une exigence de la justice la plus élémentaire, celle de M. Kagamé (le thanatocrate rwandais) et de Museveni (le président ougangais, qui fut marxiste, libéral, tout et n'importe quoi pourvu que cela lui permette de rester au pouvoir) aussi.

Théthé (publié le 30/5/08

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Des casques bleus accusés de trafic d'armes, d'ivoire et d'or avec les milices de RDC
Au terme de dix-huit mois d'enquête, la BBC affirme, dans un documentaire diffusé lundi 28 avril, avoir trouvé des preuves de l'implication de casques bleus indiens et pakistanais dans divers trafics mêlant l'ONU aux milices rebelles de l'est du pays. La chaîne de télévision britannique cite l'exemple d'un régiment pakistanais stationné près de Mongbwalu, qui aurait, en échange d'importantes quantités d'or, fourni des armes au Front nationaliste et intégrationniste (FNI), une milice qui contrôlait la ville que la Monuc était supposée désarmer. Deux chefs du FNI, interrogés par la BBC, ont reconnu avoir reçu des armes de la part des casques bleus.

La BBC cite encore le cas de troupes indiennes qui auraient acheté de l'or, de la drogue et de l'ivoire de contrebande aux milices impliquées dans le génocide rwandais et installées dans l'est de la RDC.
SELON LA BBC, L'ONU VEUT ÉTOUFFER L'AFFAIRE

L'ONU a ouvert, en 2007, une enquête sur les accusations concernant les troupes pakistanaises, mais, "en l'absence de preuves concluantes", les poursuites ont été abandonnées. Pour le Français Jean-Marie Guéhenno, responsable des opérations de maintien de la paix à l'ONU, il n'existe "aucune preuve de l'existence d'un trafic d'armes". Seul un individu, impliqué dans une affaire de contrebande d'or, serait inquiété. Selon M. Guéhenno, "l'incident était clos".

D'après des sources de la BBC au sein des Nations unies, les enquêteurs auraient été empêchés de pousser trop loin leurs investigations pour des raisons politiques. Cette attitude s'expliquerait par l'importance de la contribution pakistanaise à la mission de l'ONU en RDC, où les Pakistanais forment le contingent le plus important.

En décembre 2006, juste avant de quitter son poste de secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan avait reconnu l'implication de casques bleus marocains dans des crimes sexuels tels que "le viol, la pédophilie et des trafics humains"."

J'ai toujours eu des doutes sur l'utilité des "missions"onusiennes en RDC telles qu'elles y sont organisées, loin des médias, sans contrôle réel sur le terrain, troupes issues de pays non démocratiques & corrompus qui ont l'habitude de considérer chez eux les civils comme des moutons à tondre ....Vient s'ajouter l'affaire Bemba
Q:Mais où va la RDC? Devons nous tout accepter?
Il y a t-il un moyen de changer ce système, De faire bouger les choses?
Théthé  (publié le 30/5/08)

 

Commenter cet article

Kimongo 28/05/2008

Bemba Jean Pierre est un fils du pays egaré. S'il avait suivi l'appel de Jeannot son père pour arreter avec la rebellion en 1998, tout ceci ne lui arriverrait pas. Voilà qu'il est devant la barre, mais où sont passés les Kamitatu, Dominique Kanku, Thambwe Mwamba, le Roi des imbéciles qui a conduit les opérations "Effacez le tableau en Haut Uélé" ? Que cela serve de leçons aux autres et à bon entendeur, salut;

Théthé 30/05/2008

Jean Pierre Bemba devant la CPI?"Il a été arrêté  (samedi) chez lui dans la région de Bruxelles", a indiqué à l'AFP Leo De Bock, porte-parole du ministre de la Justice Jo Vandeurzen."Nous avons exécuté une demande d'aide de la Cour pénale internationale de La Haye, c'est normal que nous le fassions", a-t-il ajouté."L'intention maintenant est de l'emmener à Scheveningen, la prison de La Haye", a encore précisé le porte-parole.La porte-parole du parquet fédéral Lieve Pellens a de son côté indiqué à l'AFP que cette procédure d'extradition pourrait prendre "un à deux mois".M. Bemba sera d'abord présenté dès dimanche après-midi à un juge d'instruction qui décidera probablement de l'"arrêter" formellement, pour empêcher une fuite, a-t-elle précisé.Etape suivante: dans les cinq jours, la chambre du conseil se prononcera sur son extradition, avec la possibilité d'appels."C'est une procédure classique d'extradition, assez compliquée, dans laquelle la procédure simplifiée du mandat d'arrêt européen ne joue pas étant donné que la CPI est un tribunal d'exception. On peut donc penser à un délai de un à deux mois", a ajouté la porte-parole, qui a refusé de donner des détails sur les circonstances de l'arrestation de l'ancien vice-président congolais.Par ailleurs, Jean-Pierre Bemba a été condamné par contumace en mai 2003 par le tribunal correctionnel de Bruxelles à un an de prison ferme pour "traite d'être humains".M. Bemba et sa femme étaient accusés d'avoir fait entrer illégalement à la fin des années 1990 deux employés en Belgique, où tous deux résidaient alors.Interrogée sur cette condamnation et l'impact éventuel sur la procédure d'extradition, Mme Pellens a indiqué ne pas être au courant de l'affaire.Mais "il serait possible de mettre en pause la condamnation. Est-ce qu'on donnerait la priorité à l'exécution d'une peine d'un an alors que la CPI a besoin de lui dans une enquête importante"?, a-t-elle ajouté.Jean-Pierre Bemba a été arrêté samedi près de Bruxelles à la demande du procureur de la CPI qui le poursuit pour deux chefs de crimes contre l'humanité, et quatre chefs de crimes de guerre, entre octobre 2002 et mars 2003.Cela commence à sentir le roussi pour ce criminel de guerre. Il faudrait maintenant rappeler que M. Bemba n'est pas un chef de bande isolé, mais qu'il a servi le Rwanda et l'Ouganda, successivement puis simultanément. Si la comparution de M. Memba devant la C.P.I. est une exigence de la justice la plus élémentaire, celle de M. Kagamé (le thanatocrate rwandais) et de Museveni (le président ougangais, qui fut marxiste, libéral, tout et n'importe quoi pourvu que cela lui permette de rester au pouvoir) aussi.Théthé

Théthé 30/05/2008

des casques bleus accusés de trafic d'armes, d'ivoire et d'or avec les milices de RDC Au terme de dix-huit mois d'enquête, la BBC affirme, dans un documentaire diffusé lundi 28 avril, avoir trouvé des preuves de l'implication de casques bleus indiens et pakistanais dans divers trafics mêlant l'ONU aux milices rebelles de l'est du pays. La chaîne de télévision britannique cite l'exemple d'un régiment pakistanais stationné près de Mongbwalu, qui aurait, en échange d'importantes quantités d'or, fourni des armes au Front nationaliste et intégrationniste (FNI), une milice qui contrôlait la ville que la Monuc était supposée désarmer. Deux chefs du FNI, interrogés par la BBC, ont reconnu avoir reçu des armes de la part des casques bleus.La BBC cite encore le cas de troupes indiennes qui auraient acheté de l'or, de la drogue et de l'ivoire de contrebande aux milices impliquées dans le génocide rwandais et installées dans l'est de la RDC. SELON LA BBC, L'ONU VEUT ÉTOUFFER L'AFFAIREL'ONU a ouvert, en 2007, une enquête sur les accusations concernant les troupes pakistanaises, mais, "en l'absence de preuves concluantes", les poursuites ont été abandonnées. Pour le Français Jean-Marie Guéhenno, responsable des opérations de maintien de la paix à l'ONU, il n'existe "aucune preuve de l'existence d'un trafic d'armes". Seul un individu, impliqué dans une affaire de contrebande d'or, serait inquiété. Selon M. Guéhenno, "l'incident était clos".D'après des sources de la BBC au sein des Nations unies, les enquêteurs auraient été empêchés de pousser trop loin leurs investigations pour des raisons politiques. Cette attitude s'expliquerait par l'importance de la contribution pakistanaise à la mission de l'ONU en RDC, où les Pakistanais forment le contingent le plus important.En décembre 2006, juste avant de quitter son poste de secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan avait reconnu l'implication de casques bleus marocains dans des crimes sexuels tels que "le viol, la pédophilie et des trafics humains"."J'ai toujours eu des doutes sur l'utilité des "missions"onusiennes en RDC telles qu'elles y sont organisées, loin des médias, sans contrôle réel sur le terrain, troupes issues de pays non démocratiques & corrompus qui ont l'habitude de considérer chez eux les civils comme des moutons à tondre ....Vient s'ajouter l'affaire BembaQ:Mais où va la RDC? Devons nous tout accepter?Il y a t-il un moyen de changer ce système, De faire bouger les choses?Théthé

Théthé 09/06/2008

 La RF a adressé un message à ses ressortissants par le Ministère des affaires étrangères et europeennes:L’interpellation à Bruxelles du leader de l’opposition en exil, M. Jean-Pierre Bemba, sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la CPI, pourrait entraîner dans les prochains jours des manifestations de rue. Il est recommandé d’éviter tous les lieux de rassemblement ainsi que de circuler dans les zones les plus sensibles de la capitale, situées pour la plupart en périphérie du centre-ville. Alors que "le Président Joseph Kabila a reçu en audience ce lundi matin à Kinshasa, la secretaire d'Etat française des affaires étrangères et des droit de l'homme, Mme Rama Yade arrivée à Kinshasa depuis le week end dernier " Ici en France, cette information n'est pas communiquée...Théthé

Spiritus 02/03/2010








Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog