Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Balingaka ngai te, de Franco et l’O.K. Jazz, pour Emille de Kinshasa.

 

Quant à la deuxième préoccupation elle a trait au titre de la chanson réplique de Franco à Dit Tonto de Vicky Longomba. Si ma mémoire est bonne elle avait de paroles du genre balingaka ngai te oh balingaka ngai te balingaka ngai te na baninga tokola pona na somba lopango oh oh oh …

Merci déjà!

Emile de Kinshasa

 

Balingaka Ngai Te (Franco & OK Jazz). Pour Emile de Kinshasa

 

David M.

La complexité des chansons mbokela

Emile de Kinshasa,

D’abord je remercie David qui a réagi à temps en m’envoyant la chanson que vous recherchiez. En ce qui concerne votre 1ère préoccupation, je n’ai pas réussi à ouvrir le lien sur le 121 du Magazine français ONZE concernant le match FAR-BILIMA.

Pour revenir aux chansons « Tonton » et « Bakingaka ngai te », je vous dirais que selon mon expérience, il est difficile à quelqu’un de déceler qu’une chanson lui est destinée. L’homme ne reconnaît pas facilement ses défauts.

Je vais vous donner un exemple pour étayer mon raisonnement, prenons l’exemple de « Mayele mabe » de Masta Zamba et l’African-Jazz. Kallé adorait cette chanson et pourtant elle lui fut destinée. Il ne pouvait pas deviner que Masta Zamba s’adressait à lui.

Je suis dans l’obligation d’ajouter ce commentaire en bas de l’article sur la chanson « Balingaka ngai te, afin d’édifier beaucoup de jeunes mbokatiers sur la face cachée des chansons mbokela.

 

Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ilunga BUKASA 28/08/2018 06:15

Chers tous,

Le différend entre Vicky et Franco a été bien réel. Comme il a été dit dans les échanges ci-haut, il (le différend) était géré avec subtilité. En termes lapidaires, Vicky était plutôt conservateur. Il voulait d’un OK Jazz ya bakulutu. Après le départ des brazzavillois Edo Nganga, Célestin Kouka, Loubelo de la Lune, Saturin Pandi de l’OK Jazz 1959 pour créer les Bantous de la Capitale, Vicky s’était temporairement séparé de Franco en 1960 dans son escapade avec l’African Jazz . Fait important à signaler par rapport aux congolais de Brazza, l’autre membre influent du contingent brazzavillois de l’OK Jazz à savoir Essou Jean Serge avait, quant à lui, quitté l’OK Jazz en 1957 pour mettre sur pied le Rock a Mambo. Nino Malape saxophoniste de renom s’était joint à lui avant le saut vers les Bantous.

Vicky ne réintègre l’OK Jazz quant 1962 après avoir créé le Negro succès avec Bombole Bholen et Brazzos. Il était déjà avec ce dernier dans cet African Jazz Version Table Ronde. À son retour, il trouve un Mujos Mulamba tout feu toute flamme dans une association inédite avec Kwamy. Néanmoins Vicky obtient la restructuration de l’orchestre OK Jazz et insiste pour le retour de son complice d’en temps au chant Edo Nganga. Edo revient avec de la Lune. Ce qui n’est pas pour plaire à Mujos et Kwamy.

Dans l’OK Jazz Franco était plutôt de nature à rajeunir l’effectif. Au départ de Vicky en 1960, il accroche Mujos associé à Kwamy. Mujos une valeur sûre qui ne parvient pas à exprimer tout son talent aux côtés des monstres sacrés que sont Kallé Jeff et Tabu Ley dans l’African Jazz ou avec Tabu Ley dans l’African Fiesta. Mujos s’éclate littéralement dans l’OK Jazz. En 1964, Michel Boybanda rejoint l’OK Jazz par l’entremise de Franco. En 1966, Franco recrute Youlou contre l’avis manifeste de Vicky. Vicky essuie son micro avec un mouchoir blanc après que Youlou ait chanté avec. D’autres jeunes de l’époque sont des trouvailles de Franco comme Francis Bithshou, Depool à la tumba, Fanfan voire Lola Checain. Un an après le retour de Vicky, en 1963 Mujos rejoint son camp naturel de l’African Jazz cette fois-ci dans l’African Fiesta. L’année suivante, Kwamy rejoint l’African Fiesta que vient de quitter Mujos pour les Bantous. À partir de ce moment les carrières de deux artistes deviennent un véritable tourniquet.

Ce sont entre tous faits qui engendrent les chansons comme mino ya Luambo. Ici Franco fait l’apologie de Vicky son ainé qui chante au chœur. Malgré tout Vicky chante Dit Tonton au quel Franco réplique par balingaka ngai te. En 1970, le jeune frère de Franco Bavon Marie Marie décède dans cet accident suicidaire avec cette voiture R16 (renault 16) venu de Brazza où Franco est en délicatesse avec ses associés de l’OK Jazz Edo, de la Lune ? Pourtant dans un style très compatissant Vicky dédie une chanson au défunt tout en consolant au passage un Franco éploré au quel la rumeur attribue l’origine du décès de son jeune frère. Cette même année scelle la séparation entre Vicky et Franco. Vicky s’en va monter le Lovy du Zaïre 1971. Franco reste seul maitre à bord de l’OK Jazz. Dans un dernier baroud d’honneur Vicky s’adresse à Franco dans la chanson Conseil d’ami. Franco réplique avec la chanson likambo ya gana dans son style propre rempli des biens de sous entendus. La dernière fois que le nom de Vicky sera cité dans l’OK ce sera dans la chanson Cedou de Simaro, chanson dans laquelle Franco participe au chant.

Ilunga BUKASA.

Emile de Kinshasa 27/08/2018 13:16

Bonjour les Mbokamotiers,

Merci pour votre commentaire, on apprend toujours un plus dans ce site. Je m'excuse pour le lien de la finale FAR - BILIMA, j'aurai pu vous indiquer de copier le dit lien et le coller dans la barre d'adresses d'un navigateur internet pour accéder au contenu. je l'ai expérimenté avant poster ce comme taire, cela a fonctionné. Je reprends encore l'adresse " http://fr.1001mags.com/parution/onze/numero-121-janvier-1986/page-34-35-texte-integral ". Ne prenez pas en compte les guillemets, seulement le texte du lien; à moins que le contenu du site soit restrictif à certaines parties du monde, mais je le pense pas.

Bonne journée à Tous

Emile de Kinshasa 27/08/2018 13:15

Bonjour les Mbokamotiers,

Merci pour votre commentaire, on apprend toujours un plus dans ce site. Je m'excuse pour le lien de la finale FAR - BILIMA, j'aurai pu vous indiquer de copier le dit lien et le coller dans la barre d'adresses d'un navigateur internet pour accéder au contenu. je l'ai expérimenté avant poster ce comme taire, cela a fonctionné. Je reprends encore l'adresse " http://fr.1001mags.com/parution/onze/numero-121-janvier-1986/page-34-35-texte-integral ". Ne prenez pas en compte les guillemets, seulement le texte du lien; à moins que le contenu du site soit restrictif à certaines parties du monde, mais je le pense pas.

Bonne journée à Tous

Emile de Kinshasa 24/08/2018 15:03

Bonjour les mbokatiers,

Merci beaucoup David M, c'est justement la chanson que j'ai cherchée. Je l'avais auditionnée la première fois à l'émission du regretté Bolowa Bonzakwa sur la Chaine stéréo de la Voix du Zaïre. C'est toute une leçon de deux amis et artistes (Vicky et Franco) aux générations actuelles qui ont su traduire et graver artistiquement leur différend, sans tomber dans la bassesse, les injures, la haine et le conflit ouvert comme il est malheureusement devenu coutume dans notre musique. Concernant les faits pour quelqu'un qui ne les a pas vécus, j'ai suivi deux témoignages qui divergent sur un point: celui de Bolowa et celui de Papa Lutumba Simaro. Pour le premier Franco comme Vicky ne surent pas dans un premier temps les chansons les concernaient, et ne furent informés que par leurs fans, alors pour Lutumba les deux intéressés étaient informés de la destination du contenu des chansons mais avaient quand même joué et participé aux enregistrements à cause du respect réciproque qu'ils se témoignaient

Merci beaucoup et bon week-end à tous où que vous soyez !.

Messager 24/08/2018 16:28


Emile de Kinshasa,
D’abord je remercie David qui a réagi à temps en m’envoyant la chanson que vous recherchiez. En ce qui concerne votre 1ère préoccupation, je n’ai pas réussi à ouvrir le lien sur le 121 du Magazine français ONZE concernant le match FAR-BILIMA.
Pour revenir aux chansons « Tonton » et « Bakingaka ngai te », je vous dirais que selon mon expérience, il est difficile à quelqu’un de déceler qu’une chanson lui est destinée. L’homme ne reconnaît pas facilement ses défauts.
Je vais vous donner un exemple pour étayer mon raisonnement, prenons l’exemple « Mayele mabe » de Masta Zamba et l’African-Jazz. Kallé adorait cette chanson et pourtant elle lui fut destinée. Il ne pouvait pas deviner que Masta Zamba s’adressait à lui.
Je suis dans l’obligation d’ajouter ce commentaire en bas de l’article sur la chanson « Balingaka ngai te, afin d’édifier beaucoup de jeunes mbokatiers sur la face cachée des chansons mbokela.
Auditionnez donc la chanson de l'African-Jazz que je viens de diffuser et vous vous rendrez compte avec quelle ferveur Kallé l'avait interprétée.

Messager