Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

                                           UNE PENSEE POUR

 

                  José-Philippe LANDO « Rossignol »          

 

C’est depuis le 24 juin 2004, à Kinshasa, à l’âge de 69 ans que José-Philippe LANDO « Rossignol » n’est plus de ce monde. Il fut l’une des vedettes congolaises de la chanson les plus appréciées des années 50 et 60.

 

Né en 1935, à Lisala (Région de l’Equateur, République Démocratique du Congo), José Philippe LANDO fait ses études primaires à Mbandaka (alors Coquilathville). Sa voix attire l’attention des responsables de l’école qui feront de lui un chanteur à la cathédrale Saint-Eugène. Cette situation particulière, un peu privilégiée, lui fait prendre goût au chant, à la musique. Toutefois, son vœu le plus cher était de graver sa voix sur disque, pour la postérité.

 

Pour réaliser ce rêve, il n’a plus qu’une chose à faire : descendre à Léopoldville (Kinshasa) où des musicologues grecs enregistrent sur disque des chansons congolaises. Le guitariste-chanteur, et impresario Henri BOWANE découvre José-Philippe LANDO, en février 1952. Il l’attire aux Editions Loningisa de l’éditeur grec PAPADIMITRIOU, au même moment que Paul EBENGO « De Wayon », François LUAMBO « Franco », Augustin MONIANIA « Roitelet » Edo MONGWALU et ADIKWA. Excellent chanteur, sa voix, douce, veloutée et très prenante, lui fait gagner le surnom de « Rossignol ».

 

C’est avec LUAMBO « Franco » et Jean-Serge ESSOUS  qu’il connaîtra un prodigieux succès et deviendra vite l’idole du public kinois et brazzavillois, à travers surtout, ses grands succès : « Thérèse d’amour »,  « Wa bolingo », « Bomekaki Rossignol » et « Tété Rossignol » parus en Avril et Juin 1956, sous le label Loningisa, avant et après la création, de l’OK JAZZ, le 6 juin 1956, dont il fut co-fondateur. Le 27 Décembre 1956 il quitte l’OK JAZZ, en même temps    qu’ESSOUS et  PANDI.

 

En Janvier 1957, « Rossignol » est de nouveau avec Henri BOWANE, mais cette fois-ci, aux Editions Esengo du grec Dino ANTONOPOULOS, pour une nouvelle expérience avec le trio BEROS (Bowane-Essous-Rossignol), puis avec l’orchestre Rock-A-Mambo, crée dans la même année, sous la direction de Nino MALAPET. L’image est au point, et le groupe résolument rythmique. « Rossignol » a trouvé les hommes qui vont l’accompagner pendant plusieurs années à établir sa réputation de chanteur dans le public et à lancer un nouveau genre dont il sera le personnage central : la Rumba-Rock. En duo avec Joseph KABASELLE, ils signent avec le Rock-A-Mambo et l’African Jazz, les plus grandes réussites de l’écurie Esengo.

 

Le Rock-A-Mambo se disloque en 1961, à Pointe-Noire, après avoir assisté en Juin 1959, au départ de Jean-Serge ESSOUS et  Saturnin PANDI, lesquels se retrouveront  avec Edo GANGA, Célestin KOUKA et Daniel LOUBELO « De la lune » de l’OK Jazz  pour créer le 15 Août 1959 à Brazzaville, l’Orchestre Bantou.

 

De retour à Kinshasa, Rossignol tente, en mars 1963, d’exhumer le Rock-A-Mambo sous l’appellation « Surprise Rock-A-Mambo ». Il s’assure, de nouveau, la collaboration d’Henri BOWANE et de Paul EBENGO « De Wayon », mais sans succès. Rossignol décroche et se convertit, alors, en opérateur économique, précisément dans les domaines de l’édition musicale et de l’importation des instruments de musique. Cette activité lui confère le privilège de réunir les anciens musiciens du clan African Jazz,  pour former l’orchestre Africambiance qui a laissé une très bonne impression à la deuxième édition du  FESPAM  (Festival panafricain de musique) du 1er au 8 Août  1999, à Brazzaville.

 

La mort de José-Philippe LANDO « Rossignol » fut une perte énorme pour celui qui a marqué profondément, la décennie 1950 au cours de laquelle il a su retrouver le sens et l’audience  de la musique populaire.

 

Clément OSSINONDE

Clement.ossinonde@sfr.fr



Wa Bolingo, par Rossignol chez Loningisa

Vea 58 (Rossignol)et le Rock-A-Mambo

Tika Ngai Seli(Rossignol) et le Rock-A-Mambo

 

Rock-A-Mambo

Commenter cet article

Crispin-Régis Lukoki 30/07/2010 04:17



Leki A vérifier,merci mingi na ndenge oyei kotiya clarté na lisolo oyo.Moke nayebaki,ezalaki grâce na ba Mistas,yango wana nde nakokaki kozala direct te sans connaître l´histoire à fond.Vieux
Seskoul abebisaki Vieux Rossignol na likofi ya makasi.


Crispin-Régis Lukoki



A verifier 29/07/2010 20:41



Vieux Lukoki,


Zala direct, vieux Rossi abalaki Mama Souzana, leki ya Mama Mobutu Antoinette, na bomwana ya Souza, ye vieux Rossi nde mobali ya liboso Mere Souza abotaki mwana na mokili, je crois babotaki bana
mibale ya mwasi na ya mobali.


Concernant relation ya vieux Rossi na vieux Seskoul, balobaka Pere ya Colonel Dongo Yemo Mobutu, petit-frere ya vieux Seskoul, nde NOKO ya vieux Rossignol, lokola Mama Yemo ayaki na Mobutu
Joseph, vieux Rossi azalaki pe kofanda epayi ya Noko na ye, esalaki ete, vieux Seskoul na vieux Rossi bakola ndako moko, lokola kulutu na leki, kasi nabanzi vieux Rossi nde motu azali kulutu na
bango mibale.


Mobutu alingaki vieux Rossi mingi, ezalaki komonana na ba gestes nionso Mobutu azalaki kosala epayi na ye, apres coup d'etat ya 1965, nabanzi vieux Rossi na Mama Souzana, libala ezalaki to
ewumelaki lisusu te.


Souzana ezali oyo akomaki mwasi ya vieux Ngongo Kamanda Denis.


 


A verifier.



Crispin-Régis Lukoki 29/07/2010 02:44



Je veux ajouter une autre de ses créations.Il s´agit de l´orchestre Les PA-ZO,que Rossignol avait voulu introduire dans la liste des Orchestres Kinois.Nous sommes en 1969 et pour être épousé à
une des membres de la famille d´Antoinette Mama Mobutu,Le Vieux Rossignol va recevoir un double équipement FBT italien complet,un camion de transport,une voiture Opel décapotable et une
grosse somme d´argent.Il avait des orgues à deux claviers et voulait que j´aille jouer cet instrument.Mon regetté copain GORDON qui devait s´occuper du groupe Yéyé était venu me voir,mais j´avais
décliné l´invitation car la Direction du Conservatoire ne nous le permettait pas.Miss Bora voulait aussi participer dans cette nouvelle formation et comme nous L´avions accompagnée dans son
disque(BAYINENGE BAMBALE),celle-ci va nous présenter,Pablo Ilo,Oscar Matusongua,Matima et moi même au Vieux Lando Président.Nous sommes chez Maître Taureau à l´hôtel Le Midi.Notre Vieux est super
sappé en trois pièces,une cigarre à la main et sirote son verre d´Amstel.Ils nous avait invité à prendre un verre avec Lui,et chaque fois qu´il demandait une ronde,il sortait un billet de 5
Zaïres.On avait parlé de tout,mais rien sur l´orchestre.Il était vraiment très sympa et sa fine voix restait encore très bien conservée.