Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

Triple tentative de suicide dans la famille Bamba                 

 

Le 2 juin 1966 fut un bien sombre jour pour la ville de Léopoldville en particulier et pour le Congo tout entier en général. Pour la première fois, des hommes politiques, et non des moindres, furent exécutés en public. La République venait par cet acte odieux de mettre à mort ses propres anciens ministres. Ce drame national a failli tourné en   tragédie familiale. Le clan Bamba  a évité une hécatombe dans son sein. Car sa veuve, son frère et sa petite-sœur répondant au nom de Nsiona avaient tous tenté de mettre fin à leurs jours. Le journal américain "Evening Independent", en avait fait la couverture dans son édition du vendredi 3 juin 1966 sous le titre                " Suicides follow Congo politician’s execution " (Des suicides ont suivi l’exécution des politiciens congolais).

 bamba 1

 

Léopoldville, jeudi 2 juin 1966, triste jour pour la République. Les proches, les sympathisants et la famille de feu Emmanuel Bamba se sont réunis devant sa résidence pour faire le deuil.

 

Les trois membres de la famille du défunt Bamba ont voulu passer à l’acte après l’exécution de ce dernier. La nouvelle fut annoncée par Jean-Jacques Kande, le Haut-commissaire à l’Information de Mobutu. Madame Nsiona, mère de quatre enfants, avait tenté de se suicider dans la parcelle de son frère disparu. Sauvée, elle a aussitôt été transportée à l’hôpital. Immédiatement après le décès par pendaison d’Emmanuel Bamba, une foule nombreuse composée des membres de la famille, des amis et des sympathisants, s’est rassemblée devant sa maison pour faire le deuil et pour réconforter la veuve et les orphelins.  Beaucoup y sont restés toute la nuit pour la veillée mortuaire en priant et en chantant de la musique funèbre. bamba-2.jpg

 

 La Une du Evening Independent du vendredi 3 juin 1966

 

Selon la même source, des cérémonies funéraires similaires furent aussi organisées dans les résidences d’Evariste Kimba, Jérôme Anany et Alexandre Mahamba.

"Evening Independant" est un journal américain qui à l’époque paraissait dans la ville de Saint Petersburg en Floride aux Etats-Unis.  

 

 

 bamba3

 

Léopoldville, 2 juin 1966, place de la Cité, la seule photo officielle du triste événement. Les badaux sont venus très nombreux assister à la scène macabre de la pendaison de quatre anciens ministres de la République.

 

Samuel Malonga          

      Suite à la publication de cet article, des membres de la famille Bamba ont pris non sans émotion contact avec moi. Il s'agit de mon frère et ami Vicky Kandi et de Jean-Claude Nkunku. Ce dernier est le fils de mama Nsiona, la soeur cadette de feu Bamba qui tenta de mettre fin à ses jours. Jean-Claude Nkunku vient de confirmer ce fait en y apportant certains ajouts selon ce que sa mère lui avait raconté. Il avait quatre ans au moment des faits. Mama Nsiona avait un enfant sous les bras quand elle avait voulu se suicider. En outre, cette exécution de son frère l'avait profondement marquée, transformée tout son être. Sa vie était devenue triste, mélancolique et ne cessait de penser continuellement à son frère. Les quatre ministres pendus avaient été enterrés dans un carré au cimetière de Kintambo. Chaque année, le 2 juin était une occasion pour mama Nsiona de se recueillir sur la tombe de son frère, feu Emmanuel Bamba. Mais un bon jour à cette date de triste anniversaire, elle trouva un gros boa sur le tombeau. Depuis elle ne s'y était plus rendue. "Tu es mon fils, mais pas mon frère", fut la réponse de mama Nsiona à Jean-Claude Nkunku, qui se demandait pourquoi sa mère ne pouvait pas oublier et porter son amour amour maternelle à ses propres enfants. Cette réponse montre à suffisance comment cette maman était marquée à jamais par cette disparition. Les biens de feu Bamba avaient été confisqués même les parcelles qu'il avait concédées à ses deux soeurs dont mama Nsiona. Le grand projet d'Emmanuel Bamba était de construire des écoles dans les villages de sa terre natale. Il n'a eu le temps que d'en construire une à Kisonga. C'est aussi lui qui conseilla papa Massamba de s'impliquer dans l'éducation de la jeunesse congolaise. C'est alors que ce dernier se mettra des années plus tard à construite des établissements scolaires notamment à Kinshasa. N'ayant jamais vu le corps de leur parent, la famille Bamba n'a jamais fait le deuil qu'elle porte toujours depuis 1966. Bamba qui portait le nom de son père biologique, était le deuxième d'une famille de cinq enfants. Papa Honoré Nkunku, le père de Jean-Claude, est encore en vie. Cette bibliothèque vivante qui n'a pas encore brûlé doit être consulté pour éclairer certaines pages inconnues ou cachées de notre histoire.

Commentaire n°1 posté par Samuel Malonga aujourd'hui à 16h11

.

Commenter cet article

Kikanka 14/04/2016 22:52

Papa Honoré nkunku habite dans la commune de Linguala

Alphonse NDONGA MAWABI 09/02/2014 21:26


Bonjour les mbokatiers. En vous remerciant pona ba interventions na bino, je confirme que la radio trottoir congolaise est une marque déposée par son son originalité. Suivant les témoignages que
j'ai, Papa bamba ou koko Bamba pour moi, arrive à Kasapa et y retrouve Papa prohète, simon kimbangu.Ils ne sont restés que 3 mois. A quel moment, atekaki papa kimbangu epayi ya mindele ? D'après
un témoignage de noko Sammy bamba (le fils de koko bamba), il n'ya pas d'animosité entre son père et papa Diangenda et se rappèle même un jour avoir croisé papa Diangenda sur la route de
bas-congo en compagnie de son père koko bamba. tout était bien entre les deux hommes de Dieu pendant que des rumeurs circulaient qu'ils ne s'entendaient pas. pour ce qui est du caillassage du
corbillard de papa  diangenda, aucun lien ne relie ce geste inconscient et l'assinnat de koko Bamba bien que le premier cité n'était pas vraiment apprécié après le décès de koko bamba du
fait de son silence traduisant son accord pour l'exécution de martyrs de la pentecôte.  Mfuu kimbangu aurait maudit koko bamba, je n'y croit pas, mais pas du tout parce qu'après la mort de
papa Simon kimbangu, seul koko Bamba et, koko kiluangu(sa femme) et noko Sammy Bamba(le fils bamba) allait sarcler la bord de la tombe de mfumu kimbangu à Lumbumbashi. comment pouvez vous croire
que après avoir été maudit, koko Bamba s'occupe de la tombe de papa Kimbangu et participe activement au rapatriement des restes du prophète Simon Kimbangu ??? Ce dernier fait est le témoignage de
noko sammy bamba qui allait avec son père pour s'occuper de cette tombe !!! Les kimbanguistes cachent et ont transfomé leur histoire pour un intérêt qu'il connaisse et que nous ignorons
volontairement et involontairement par ce que ça nous échappe.

Messager 05/02/2014 21:23



Merci à Samuel  Malonga et à Jules pour vos réponses sur
la lapidation du cercueil de papa Diangenda.


Je connais  un peu cette histoire , mais je tenais à avoir
plus de précisions étant donné le caractère  très sensible de cette information.


J’avais eu le privilège de visiter la cellule où fut détenu le prophète Simon Kimbangu à la prison de
Kasapa en 1970.


En posant ma question, je voulais indirectement signaler à ceux qui s’amusent en RDC actuellement
comment les congolais avaient traité  un de leurs fils. Quel sera leur sort un jour ?  les
congolais n’oublient jamais .


 


Messager

Nyanguila 05/02/2014 19:08


Cher Samuel Malonga,bonsoir et merci de votre apport de clarification dans la compréhension de la C.B.C.O.Et merci aussi à tous les autres intervenants par leur contribution dans le récit de ce
drame des pendus,accusés par manoeuvre pour édifier un régime démoniaque!S'il m'est arrivé de faire usage des qualificatifs du genre"salaud,sadique et kléptomane"à l'égard du feu dictateur,c'est
parce que cette pendaison m'avait bouleversé et pince toujours mon coeur,à son évocation,et surtout quand je vois notre Congo malmené jusqu'aujourd'hui sur plusieurs plans!Et quand vous avez bien
évoqué le quid de la constitution d'une armée tribale ou ethnique,ce salaud de Mobutu ne l'avait-il pas fait?Depuis son usurpation du pouvoir,on a vu,en Belgique,en France et aux U.s.a,la
majorité de ceux qu'il envoyait pour devenir des officiers et, heureusement,beaucoup n'étaient pas parvenus!Qui aurait crû que de cette terre,qui était en grande construction pour correspondre à
la modernité,ses fils et filles partiraient ailleurs,dans l'espoir de trouver une vie meilleure,avec des risques de se faire maltraiter,insulter et expulser?C'est aussi ça qui me ronge l'esprit
et le coeur! Enfin,bien à vous et courage.

Pedro 05/02/2014 14:39


Si la version de la Radio Trottoir sur ce que Simon Kimbangu aurait dit à Bamba n’est pas vraie, ça ne m’étonnerait pas que cette version ait été semée par les agents du pouvoir.
Elle voudrait que la pendaison ait été l’accomplissement d’une prophétie. C'est-à-dire, les trois autres pendus n’étaient que des accompagnements malheureux, alors qu’il y avait
parmi eux un ancien premier-ministre  !

Jules 05/02/2014 10:25


Ndeko Samuel Malonga,


Jes suis à 100 pour 100 d'accord avec vous, ngai mpe nayokela likambo yango ndenge kaka olobi, d'ailleurs nakoki kobakisa ba accidents ya nzela ya Nkamba ba journalistes bakomaki ko titré yango
comme suit : HECATOMBE. Likambo ya ba relations étroites ya vieux Seskoul na papa Diangenda, vieux akufaki na période oyo ba esprits ya ba congolais ezalaki déjà surchauffés na makambo ya
démocratie, ba prises de position ya vieux ebimisaki ye comme traître.


D'ailleurs ezali ya kobomba te, rumeur oyo eyebani na ba congolais nionso ke ezali vieux Bamba motu a trahissaki Prophète Simon Kimbangu epayi ya ba NOKO BELGES, kaka na ba rumeurs wana elobama
ke Papa Simon ayebisaki vieux Bamba boye : Mwana nalakisi yo ba secrets nionso lelo yo wana okeyi kotekisa ngai, kasi oyo oluki epayi ya ba NOKO okozua yango, kasi kobosana te OKOKUFA LOKOLA
MOYIBI, tuna congolais nionso a ko répéter likambo oyo nalobi, puisque ezali na kati ya ba archives ya RADIO TROTTOIR.


Ba kimbanguistes batindaki bango ba rélégués (prison) na ba provinces nionso ya Congo-Belge, or ba NOKO basalaki erreur, epayi nionso ba kimbanguistes bakendeki bateyaki ba frères na bango ba
congolais "maloba ya Papa Simon", yango esalaki na 1960 tout le Congo-Belge ezalaki éveillé et Lumumba en visionnaire a récupéraki ba idées ya Papa Simon.


Komeka popularité ya Papa Diangenda (fils de Simon Kimbangu) na Papa Bamba, na mitema ya ba congolais, ezali lokola kosangisa MOTO NA MAYI.


Mabanga oyo cercueil ya Papa Diangenda eliyaki ezali suite na ba prises ya position na ye na makambo ya Démocratie ou amitié na ye na vieux Seskoul, cela n'a rien à voir avec Papa Bamba.

Samuel Malonga 05/02/2014 09:17


@ Nyanguila


La C.B.C.O est membre de l'Eglise du Christ au Congo, plate-forme qui regroupe toutes les communautés protestantes en RDC. C.B.C.O signifie Communauté Baptiste du Congo Ouest.


@ Messager


Je ne pense pas que la lapidation du cercueil de papa Diangienda soit en rapport avec la mort de Bamba. Selon la rumeur, c'était dû à la haine que plusieurs kinois portaient au
chef spirituel de l'Eglise kimbanguiste pour ses rapports étroits avec Mobutu vomis par la population. A cela, il faudrait aussi ajouter ces accidents successifs sur la route de Nkamba où
périrent biens des fidèles kimbanguistes, sans oublier les morts du beach Ngobila suite à l'écroulement de la passerelle survenu après la traversée de papa Diangienda. Beaucoup de Kinois se
demandaient le pourquoi de ces accidents à répétition. C'est cette haine accumulée autour de sa personne qui était à la base de ces jets de pierres. Geste déplorable car les morts doivent
être respectés.

Nyanguila 04/02/2014 23:54


Cher Messager et autres intervenants,bonsoir,je reviens sur l'histoire de nos martyrs pour corriger un passage de ma citation qui était:"il semble que,dans les trois ou deux semaines avant la
pendaison,..".Il fallait que j'écrive:"il semble que,dans un ou deux jours avant la pendaison,..".Ce lapsus est dû au fait que la pub envahit mon p.c et je commet des erreurs de frappe!Enfin,en
ce qui concerne les liens entre le Révérand Diangenda et le feu Bamba,pour ma part,je n'ai jamais entendu une information faisant état de leur rivalité ou supposée!Si le feu Bamba avait creé une
aile progressiste du genre"Mwinda",ce fait pouvait être interprété comme une dissidence ou un éloignement en vue de porter la contradiction à la branche centrale.Mais,à la même période,c'est la
disparition de Bamba et il est difficile de conclure sur ce qui allait advenir de cette aile progressiste!Bamba avait un grand terrain,depuis vers 1962-65?,à Lemba-Echangeur et il y projetait
d'édifier un temple pour sa nouvelle organisation et les fondations,en pierres,étaient déjà réalisées mais,..!Dans le même quartier,dénommé"camp-riche",notre maison a été aussi construite depuis
1967 et elle se trouve à la 2è avenue après ce qui devrait être le temple.Depuis la pendaison,il fallait attendre le milieu des années 80 pour que les travaux aient été achévés et le culte y est
pratiqué mais lequel?Ce soir,je me suis renseigné et on me dit que le temple est dénommé:Ce.Be.Co et le culte est de tous les jours avec des pointes de grande fréquentation les samedis et
dimanches,officié par des pasteurs qui se relayent.Un autre temple se trouve à Matete.Quid de la concurrence avec le Kimbanguisme?Difficile d'y voir clair mais il semble que Ce.Be.Co se définit
comme protestant advantiste ou pentecôtiste.Enfin,voici ce que j'ai pu glané dans cette histoire des cultes! Bien à vous.

Messager 04/02/2014 20:37



@ Samuel Malonga, Vicky Kandi , Ngimbi Kalumvueziko, et Jules,


Tant que on y est, pourriez-vous nous donner des précisions sur la lapidation du cercueil de notre regretté papa
Diangenda.  Les journalistes de la Télévision Kimbanguiste reviennent souvent sur cet incident.


Serait-il lié au sort de Emmanuel  Bamba ou à autre chose ?


 


Messager

Jules 04/02/2014 10:15


Et ce pourvoir, c'est à partir de la volonté de Johnson...


C'est bien dit, puisque soki ozali membre ya groupe moko, to ya association moko... il faut bino nionso bana membres ya lingomba wana bozala monoko moko, na 1960 déjà puissance nini ye Mobutu
azalaki na yango devant un Lumumba (véritable Mokitani ya Kimbangu, soki tokoki koloba en terme ya kobenda ba peuple sima na ye), bongo na 1966 les quatres conjurés oyo nouveau régime esakolaki
ke elingi e dérrangé bokonzi na bango, mpo na ngai ezali nde ba Johnson et acolytes batu batindaki général Mobutu asala likambo wana, mpo na kobangisa ba congolais surtout ba politiciens. Mpe
soki otali malamu, les 4 conjurés basalaki ba anciens ministres oyo bazalaki déjà na ba antécédents na général Mobutu, Anany atinda Mobutu na guerre, Bamba azalaki koboya ko favoriser sortie ya
mbongo na ba demandes excessives ya Anc... (tangu gouvernement ya Tshombe ekueyaki, ministre des finances na gouvernement éphemère ya Kimba ekomaki, retenez vos souffles, Citoyen Litho Moboti
Jean-Jacques, eloba nkondo Kamitatu, ezali Litho motu a signalaki na mwana nkasi na ye ke FRANGA EZALI EBELE na mboka oyo).


Président Massamba-Débat lokola akotaki mpe makambo yango ya pentecôte, soit na 1968 bapumbuisaki ye na coup d'état ya ba Cdt Marien Ngouabi, puisque na coup nionso ba occidentaux batunaka ba
pays voisins influents, est-ce ye Mobutu akoki koboya ke Massamba Débat a sauté.


Mpo na Cardinal Malula, d'ailleurs akomaki Lettre Pastorale na likambo yango, biso nionso tomonaki ndenge azalaki malmené par le régime tii na suka ya vie na ye.


Diallo Tellli ya OUA nayebi te soki Mobutu alingaka ye vraiment na motema, tala ndenge vieux wana asuka, président Sekou Touré aboma ye na Conakry sans même protestation ya USA na ba poids lourds
ya Afrique lokola ba Mobutu, Bongo etc....


Botika na bino Papa Diangenda kimia.

Nyanguila 04/02/2014 00:44


Chers Malonga,le Messager et Ngimbi Kalumvueziko,bonsoir,dans la rélation de ce fait malheureux,la pendaison de nos quatre politiciens,j'ai voulu démontrer le schéma qui a donné lieu à ce
cheminement funeste pour nos martyrs!Si je reviens surtout sur le point de départ,du fait de l'indépendance précipitée,c'est pour attirer l'attention de nos concitoyens sur la précipitation et la
spontaneité,en politique dans la construction de l'Etat,qui sont souvent des sources d'erreurs et d'abérration dont nous souffrons jusqu'aujourd'hui.En effet,j'ai l'impression que le logiciel qui
prédomine chez la plupart de nos politiciens,c'est l'empressement pour occuper le pouvoir et sans tenir compte des à côtés!A titre d'exemple,en 1960,et aussi,en 1990,quand ce Mobutu a décrèté le
multipartisme,même à trois partis,il fallait détendre l'atmosphère pour espérer une éventuelle évolution car ce Mobutu,en multipartisme,n'était plus celui du parti unique!Mais l'opposition
n'avait fait que de l'obstruction et la provocation et,quand on voit que même au Chili,face au méchant Pinochet,ils ont réussi la transition mais pas chez nous,pour finir par tomber sous
l'emprise des Kabila,père et fils!Pour revenir à la pendaison,j'ai bien vu la photo en clair de la population,agglutinée en attente du spectacle de mise à mort,à la place de la cité et je
reconnais bien le bâtiment au loin mais pourquoi pas les images de la pendaison?Quand on a pu prendre en photo l'avant-scène et pourquoi pas la scène?Je ne comprends rien à cette attitude et
quand on sait que tout port d'appareil-photo ou caméra était interdit.Je me souviens bien de cette place de la cité d'où,en 1964 après des rendez-vous,j'ai été vacciné et on y allait aussi pour
faire valoir des justificatifs sanitaires mais faire de cet endroit un lieu d'éxécution!...Enfin,il semble bien établi que Bamba avait creé une aile progressiste issue du Kimbanguisme et celle-ci
avait une montée en extension et sympathie auprès de la population et ça ne pouvait qu'inquiéter Diangenda.De la grâce,il semble que,à deux ou trois semaines de la pendaison,les prisonniers
avaient déjà les yeux crévés,le supplice aurait été assumé par le sadique Bobozo-De gonzague,et espérer la clémence était inutile.Si au départ de la condamnation,le président
américain,Lyndon-Baines Johnson,était intervenu avec tout son poids en faveur de la grâce,alors nos quatre chers concitoyens seraient en vie.Car le dictateur ne pouvait pas ne pas obtempérer au
souhait de grâce de la part du président Johnson,sinon il savait bien qu'il ne serait plus au pouvoir.Et ce pouvoir,c'est à partir de la volonté de Johnson qu'il l'avait obtenu!Voilà un de nos
malheurs. Bien à vous et courage.

Ngimbi Kalumvueziko 03/02/2014 19:48


 


J’ai consacré des pages entières de mon livre CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION à ce triste événement. J’y étais présent et fus fortement
marqué psychologiquent pendant des mois. J’avais 14 ans. La question que je pose aux neveux d’Emmanuel Bamba est très importante en ce qu’elle touche à l’histoire de l’église kimbanguiste
particulièrement pendant l’épisode de la période Mobutu. Il se disait qu’en s’abstenant à solliciter la grâce d’Emmanuel Bamba, Joseph Diangenda voulait se débarrasser d’un conçurent. Emmanuel
Bamba avait en effet créé une autre mouvance kimbanguiste très dynamique. Les neveux d’Emmanuel Bamba nous aideraient à clarifier cette affaire.


 


Par Ngimbi Kalumvueziko, Auteur de CONGO-ZAIRE LES ACTEURS
DE L’HISTOIRE, LE PYGMEE CONGOLAIS EXPOSE DANS UN ZOO AMERICAIN et CONGO-ZAIRE LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION, publiés aux éditions l’Harmattan de Paris.

Nyanguila 03/02/2014 18:02


Chers Samuel Malonga et Messager,bonjour et je vous remercie pour avoir revélé,un fait non connu,le chagrin qui emplit l'état d'esprit de la soeur du pendu"Bamba",de surcroît mère de quatre
enfants,jusqu'au point où elle tenta de se suicider!Que des chagrins,en premier lieu,du sentiment de fond du coeur des familles des pendus et,en second lieu,de la part de tous les congolais ou
citoyens du monde de bonne conscience.Cette pendaison n'était que la suite du fait de notre indépendance précipitée,telle que je l'ai déjà décrite,dans laquelle le sadique Mobutu trouva
l'occasion de retourner dans l'armée et on sait bien que, depuis 1958-59,la C.i.a l'avait positionné pour gagner la confiance d'éventuels chefs de gouvernements et parvenir à diriger l'armée qui
est le pilier du pouvoir en général.Si dans la logique fonctionnelle,où le Congo serait en transition de 20 ou 30 ans avec la Belgique telle que c'était prévu pour la table ronde de 1960,en
tenant compte de l'agencement des grades dans l'armée,je ne vois pas cette tête faible en arithmétique et sciences,qu'était Mobutu,devenir chef de l'armée.Dans l'organigramme de la force
publique,il ne pouvait pas ambitionner des hautes fonctions car il n'était pas bon en sciences appliquées.De l'armée,il n'était que comptable-sergent,donc sur le plan administraif et non
opérationnel,et,en 1955,il quitta l'armée pour faire du journalisme.Mais devenu chef de l'armée du fait de l'indépendance précipitée,par des erreurs de Lumumba,il se permit de liquider celui qui
l'avait hissé à la tête de cette institution et parvint à faire son coup d'état pour occuper le pouvoir.D'où le fait qu'il fit pendre ceux qui osèrent s'opposer à lui.Des demandes de grâce?Si le
président u.s,Lyndon-Johnson,aurait voulu l'obtenir en mettant le paquet,avec tous les moyens,il l'aurait eue!Et la pendaison serait suspendue car sans avoir obtempéré au président des U.s.a,il
ne serait plus au pouvoir!Enfin,ce diable de Mobutu a été un vrai salaud,sadique et kléptomane.Et bien à vous et courage;

Alphonse NDONGA MAWABI 03/02/2014 13:57


Mon DIEU

Samuel Malonga 03/02/2014 08:12


En attendant que Vicky Kandi et Jean-Claude Nkunku réagissent, je parie que Emmanuel Bamba était en relégation à Elisabethville (Lubumbashi) en 1951. Il se trouvait dans la même prison que Simon
Kimbangu dont il était devenu le confident pendant les derniers mois de sa vie. 

Ngimbi Kalumvueziko 03/02/2014 02:22


Nos frères Vicky Kandi et Jean-Claude Nkunku peuvent-ils nous parler des relations de leur oncle Emmanuel Bamba avec la hiérarchie de l’église kimbanguiste, particulièrement avec Joseph
Diangenda ? On sait que celui-ci entretenait des rapports très particuliers avec Mobutu et qu’il aurait pu obtenir la grâce des condamnés. Est-il vrai que Diangenda n’avait rien tenté ?
Et si tel est le cas, pour quelle raison ?  Enfin, en quelle année et où Emmanuel Bamba avait-il été envoyé en relégation ?


 


Par Ngimbi Kalumvueziko, Auteur de CONGO-ZAIRE LES ACTEURS DE L’HISTOIRE, LE PYGMEE CONGOLAIS EXPOSE DANS UN ZOO AMERICAIN et CONGO-ZAIRE LE DESTIN
TRAGIQUE D’UNE NATION, publiés aux éditions l’Harmattan de Paris.

Samuel Malonga 02/02/2014 16:11


Suite à la publication de cet article, des membres de la famille Bamba ont pris non sans émotion contact avec moi. Il s'agit de mon frère et ami Vicky Kandi et de Jean-Claude Nkunku. Ce dernier
est le fils de mama Nsiona, la soeur cadette de feu Bamba qui tenta de mettre fin à ses jours. Jean-Claude Nkunku vient de confirmer ce fait en y apportant certains ajouts selon ce que sa mère
lui avait raconté. Il avait quatre ans au moment des faits. Mama Nsiona avait un enfant sous les bras quand elle avait voulu se suicider. En outre, cette exécution de son frère l'avait
profondement marquée, transformée tout son être. Sa vie était devenue triste, mélancolique et ne cessait de penser continuellement à son frère. Les quatre ministres pendus avaient été enterrés
dans un carré au cimetière de Kintambo. Chaque année, le 2 juin était une occasion pour mama Nsiona de se recueillir sur la tombe de son frère, feu Emmanuel Bamba. Mais un bon jour à cette
date de triste anniversaire, elle trouva un gros boa sur le tombeau. Depuis elle ne s'y était plus rendue. "Tu es mon fils, mais pas mon frère", fut la réponse de mama Nsiona à Jean-Claude
Nkunku, qui se demandait pourquoi sa mère ne pouvait pas oublier et porter son amour amour maternelle à ses propres enfants. Cette réponse montre à suffisance comment cette maman était
marquée à jamais par cette disparition. Les biens de feu Bamba avaient été confisqués même les parcelles qu'il avait concédées à ses deux soeurs dont mama Nsiona. Le grand projet d'Emmanuel
Bamba était de construire des écoles dans les villages de sa terre natale. Il n'a eu le temps que d'en construire une à Kisonga. C'est aussi lui qui conseilla papa Massamba de s'impliquer
dans l'éducation de la jeunesse congolaise. C'est alors que ce dernier se mettra des années plus tard à construite des établissements scolaires notamment à Kinshasa. N'ayant jamais vu le corps de
leur parent, la famille Bamba n'a jamais fait le deuil qu'elle porte toujours depuis 1966. Bamba qui portait le nom de son père biologique, était le deuxième d'une famille de cinq enfants. Papa
Honoré Nkunku, le père de Jean-Claude, est encore en vie. Cette bibliothèque vivante qui n'a pas encore brûlé doit être consulté pour éclairer certaines pages inconnues ou cachées de notre
histoire.