Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

 

Réécrire notre histoire par nous-mêmes

 

 

Cher MbokaMosika.com,

 

je vous reviens, une fois encore, pour vous redire en d’autres mots ce que je ne cesse de vous dire en tant que lecteur assidu de votre merveilleux blog. Je ne connais pas beaucoup de médias en ligne sur le Congo nôtre, à tous les deux, qui ait atteint la qualité et la pertinence de ce que vous faites. Et je mets quiconque au défi de me démontrer le contraire. Ça se passe en lingala comme en français; et c’est bien ainsi. Mais surtout, vous disposez indubitablement d’un bassin des chercheurs authentiques (ce n’est pas le diplôme qui fait le chercheur), fins connaisseurs par ailleurs de l’histoire et des cultures congolaises. Je ne citerai que Claude Kangudie et l’excellent Emmanuel Kandolo.

 

Mon seul problème est: pourquoi ne pas s’organiser pour produire des vrais livres, en lingala et en français, que nos enfants étudieront en classe un jour? À mon humble avis, cette responsabilité revient à MbokaMosika.com. Il vous suffit de mettre sur pied une équipe restreinte de gens compétents (pas des amis ou des frères généralement ignares) et passionnés par le Congo.

 

Pour finir, je vous préviens que je n’arrêterai jamais de vous harceler sur ce sujet. Réécrire notre histoire par nous-mêmes, c’est aussi un acte d’indépendance, un engagement pour la libération du Congo du statu quo néocolonialiste.

 

Bonana 2013 et à bientôt.

 

l. emongo

.

C’est avec honneur que nous accueillons les éloges de notre frère Lomomba Emongo à notre blog. Son vœux de pouvoir consigner les articles de mbokamosika dans un livre est légitime et a déjà été exprimé par plusieurs lecteurs.

Cependant, qu'il nous soit permis de souligner quelques réalités inhérentes à la sauvegarde des archives actuellement stockées au sein du blog mbokamosika.

 

En effet, le patrimoine culturel comprenant les publications de mbokamosika de plus de cinq ans  est hébergé auprès d’une plate forme susceptible de connaître une panne technique un jour, et de disparaître. Pour mieux le sauvegarder, il faut d’abord recopier tout le contenu sur des supports extérieurs, avant de songer à trier les articles susceptibles d’être édités sous forme des livres en plusieurs tomes.

 

Ce travail nécessite des moyens conséquents, qui ne sont malheureusement pas à la portée du comité du blog. C’est pourquoi, l’apport d’un mécène s’impose pour financer ce travail. Toutes les démarches effectuées à notre niveau pour dénicher un mécène sont restées sans issues. Nous renvoyons la balle dans le camp de toute notre communauté.

 

Messager

 

 

Commenter cet article

Messager 13/01/2013 13:00



C’est avec honneur que nous acceuillons les éloges de notre frère Lomomba Emongo à notre blog. Son vœux de pouvoir consigner les
articles de mbokamosika dans un livre est légitime et a déjà été exprimé par plusieurs lecteurs.


Cependant, qu’il nous soit permis de souligner quelques réalités inhérentes à la sauvegarde des archives actuellement stockées au
sein du blog mbokamosika.


 


En effet, le patrimoine culturel comprenant les publications de mbokamosika de plus de cinq ans  est hébergé auprès d’une plate forme susceptible de connaître une panne technique un jour, et de disparaître. Pour mieux le sauvegarder, il faut d’abord
recopier tout le contenu sur des supports extérieurs, avant de songer à trier les articles susceptibles d’être édités sous forme des livres en plusieurs tomes.


 


Ce travail nécessite des moyens conséquents, qui ne sont malheureusement pas à la portée du comité du blog. C’est pourquoi,
l’apport d’un mécène s’impose pour financer ce travail. Toutes les démarches effectuées à notre niveau pour dénicher un mécène sont restées sans issues. Nous renvoyons la balle dans le camp de
toute notre communauté.


 


Messager

Serge - Kongo na biso 13/01/2013 00:26


Mbote ndeko
L. Emongo,


Comme ne
cesse de répéter Mr Alain Foka sur RFI dans son émission intitulée les archives d’Afrique, L'histoire contemporaine de l'Afrique à travers ses grands hommes : « Nul n'a le droit
d'effacer une page de l'histoire d'un peuple car un peuple sans histoire est un monde sans âme. »


Oyo olobi
elobamaka mbala na mbala awa, tango mususu makoki nde ezangi pona kosala mikanda ya mitindo oyo, tango mosusu ye komesana na ndenge ya ki mutu moyindo ya kobeta masolo na ndenge ya ba sambole,
zoba.


Boboto o
mboka yo.


Serge – Kongo
na biso