Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Commentaire n°2 posté par Papatoto aujourd'hui à 11h54

Précision sur l’organisation de Jury d’Etat  en Belgique.

Il y a deux types de Jury d’Etat :

A)    Jury d’Etat  de l’Enseignement Primaire et Secondaire

B)    Jury d’Etat  de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

En 1958, il  (Jury d’Etat) était sous le contrôle de deux Ministères, de l’enseignement Primaire et Secondaire et celui de l’enseignement supérieur.

Actuellement, il est sous la responsabilité de la communauté française.

Les conditions d’admission à l’Université libre de Bruxelles (U.L.B) et les autres universités. Pour être admis à l’université, il fallait réussir l’examen de maturité.

Sauf les étudiants de la faculté polytechnique jusqu’aujourd’hui sont obligés de réussir un examen d’entrée. Pour votre information, l’examen de maturité n’existe plus en Belgique depuis quelques années.

Les étudiants qui n’avaient pas réussi à l’examen de maturité, avaient la possibilité de le présenter au jury d’Etat.

Par contre les personnes qui souhaitaient obtenir leur diplôme de  secondaire par le truchement du jury d’état, étaient obligées de présenter  l’entièreté des matières devant les professeurs désignés par l’organisateur de ce jury. Il faut savoir qu’il y a des écoles spécialisées qui préparent les étudiants de l’enseignement secondaire à cet examen. Pour l’enseignement Supérieur et Universitaire, certains étudiants préfèrent passer cet examen  chaque année pour ne pas payer de frais de minerval exorbitant. Mais le seul inconvénient  est que  le taux de réussite est faible. Pour mémoire, un congolais est parvenu à  terminer ses études universitaires par l’entremise de ce jury.

Aujourd’hui si vous pouvez savoir les noms des congolais qui avaient réussi à l’examen de n’importe quel jury y compris les noms des étudiants congolais qui étaient inscrits dans l’année 1958, il suffit de consulter les archives de l’année en question. Nous devons savoir qu’en 1958, il y avait aussi d’autres congolais qui sont encore vivants qui étaient étudiants à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Malheureusement, le nom de Joseph Désiré Mobutu n’existe nulle part. La seule trace trouvée de Monsieur Mobutu est celle du journalisme ( piste de couverture pour masquer ce qu’il faisait en réalité).

 Par contre, les noms de Thomas Kanza (deuxième universitaire), Disengumuka et les autres existent bel et bien dans les listes des étudiants inscrits dans les différentes universités Belges.  Notre chercheur Congolais qui habitait en France, est parvenu à retrouver le nom du premier universitaire congolais, Monsieur Paul Panda Farnana, 121 ans après. Ce brillant scientifique congolais avait fait ses études supérieures en Belgique et en France.

 

La Force publique à l’époque coloniale

Durant, l’époque coloniale, les meilleurs élèves étaient orientés vers le petit et grand séminaire pour qu’ils deviennent des prêtres tandis que ceux qui avaient un passé délinquant (à tort ou à raison) étaient envoyés dans l’armée. Les colons qui vivaient comme des rois (et les congolais comme des esclaves) craignaient que les intellectuels congolais pourraient pousser  les autres à la révolte. Pour qu’ils continuent à vivre dans la quiétude, ils étaient faciles pour eux de contrôler les délinquants et les bandits dans l’armée au risque de le laisser en liberté. En outre, les Militaires de la force publique avaient reçu une petite formation militaire car les colons avaient tout prévu pour conserver leurs intérêts.

L’exception confirme la règle, Pierre Mulele qui était au séminaire dans l’école de prêtre. Mais un jour son professeur (prêtre) avait dit : ″la vierge Marie, une femme humaine avait donné naissance à un enfant- Dieu ″. Mr Pierre Mulele s’était  mis débout en disant  qu’″un humain ne peut pas mettre au monde un Dieu″. Les études de Pierre Mulele étaient interrompues et les pères Catholiques lui laisseraient deux choix aller dans l’armée ou en prison.

Mobutu était envoyé dans l’armée par un père catholique pour être corrigé. Il était turbulent et délinquant selon ce père catholique qu’il l’avait récupéré.

Son passé avait joué un rôle primordial dans son recrutement par la sûreté Belge et la CIA car c’était un enfant qui n’avait pas de cœur (quand lui demande de tuer, il le faisait) d’après les personnes qui l’avaient recrutées.

Un Chercheur Congolais en France a retrouvé les preuves que les Belges l’avaient confié une mission d’adhérer à M.N.C l’aile  Lumumba pour espionner ce dernier.

 

A ce propos,  Alan Dulles directeur de la CIA (celui qui l’avait créé durant la deuxième guerre mondiale) dira à Larry Delvin( chef de l’antenne de la CIA à Kinshasa) : Est-ce qu’on arrivera à neutraliser Lumumba et Kasa-Vubu ? (Mémoires d’Alan Dulles)

Larry Delvin dira à son Directeur de se calmer car il a un homme qu’on cherche depuis longtemps qu’on n’a pas trouvé dans d’autres pays mais ici on l’a trouvé. Alan Dulles enchaîna et le président Kasa-Vubu et Lumumba. Larry Delvin dira, Mr Kasa-Vubu est un homme indolent . Mobutu notre homme à nous, fera ça calmement (c.-à-d. neutralise Mr Kasa-Vubu) sauf pour Lumumba, la CIA devrait mettre le paquet car c’est un homme qui a le verbe, éloquent qui s’est mobilisé les foules et ça sera extrêmement difficile. Et le directeur de la CIA (Alan Dulles) fera son rapport au président Dwight David Eisenhower en lui disant :     ″  on a l’homme qu’il faut et nous devons le préparer encore d’avantage″

 

Le  Grand Kallé

Une petite anecdote dans les années 1950,  c’est –à-dire elle s’était déroulée entre 1950 et 1959. Par exemple quand nous parlions des années 80, c’est l’intervalle des années 80 à 89.

Je n’ai pas vécu à l’époque de Grand Kallé mais les histoires racontées par ses proches amis nous permettent de faire d’analyser et de recoupement. Par exemple, nous savons qu’il ne fut pas un bon gestionnaire mais un de ses meilleurs amis disait le contraire peut-être, il croyait que s’il disait la vérité, il allait souiller sa mémoire. Nous ne sommes pas aussi de moutons pour croire à n’importe quoi. Car "un esprit libre ne se soumet ni à un dogme, ni à un sentiment, ni à un préjugé seulement aux faits et à rien d’autre ".

Jamais Kolonga avait :   le Grand Kallé m’avait sauvé de la mort car il était aussi sur la liste de Mr Mobutu. Il est toujours en vie et a déjà donné plusieurs interviews à ce propos.

Dans notre époque les musiciens qui ont la conscience patriotique comme le Grand Kallé, sont devenus des oiseaux rares.

Les politiques Congolais de l’époque étaient –ils des marionnettes (Mundele-Ndombe) ?

Mr Patrice Emery Lumumba est l’exception qui confirme la règle, il était étiqueté communiste car il menaçait les intérêts de la Belgique et des Etats-Unis. Ce monsieur avait toujours défendu les intérêts de congolais. Il était en avance par rapport à son époque car il était l’une de  première personne qui avait revendiquée l’indépendance totale.

Par contre, cette situation avait permis à Mr Moïse Kapend Tshombe de bénéficier de l’appui militaire et financier du gouvernement et des milieux d’affaires Belges.

Lui aussi était jugé comme un homme peu docile et insuffisamment contrôlable par la Belgique et la CIA. Pourquoi ? Parce que la Belgique et des Etats-Unis avaient déniché  une perle rare qui ils avaient trouvé un bon allié pour la sauvegarde de leurs intérêts au détriment.

Cette perle rare s’appelait Mr Joseph Désiré Mobutu alias Joseph Désiré Moké. Durant son regne, les réfugiés tutsies rwandais tels que Barthelemy Bisengimana, Gisaro, Clément Ngirabatware et Habarugura. Ces personnes occupées de poste de pouvoir, avaient crée un réseau occulté qui accélérait la promotion de ces réfugiés au préjudice du peuple congolais.

 

Est-ce que ces trois politiciens ont –ils rédigé leurs mémoires ?

Mr Patrice Emery Lumumba, n’a pas eu le temps mais il nous avait laissé une lettre dans laquelle il disait que l’histoire du Congo, sera réécrite par les Congolais.

Mr Moïse Kapend Tshombe avait écrit ses mémoires I et il reconnaît qu’il avait pêché dans les eaux troubles et manipulés par l’association des malfaiteurs.  Lui qui avait subi de pire humiliation durant l’époque coloniale. Par exemple, son père était fouetté par le colon en présence de ses enfants mais hélas Moïse avait oublié toute cette haine qu’il garde en lui en acceptant de faire un pacte avec le diable. Par contre dans ses écrits, il demandait à la génération future de ne pas le condamner mais de se mettre dans le contexte de l’époque. Pour votre information les manuscrits des mémoires II de   Mr Moïse Kapend Tshombe se trouve toujours en Algérie.

Quant à Joseph Désiré Mobutu, je ne sais pas s’il avait déjà commencé à écrire ses mémoires.

Mais il avait expédié sa dernière lettre ci-dessous à Mr Jacques Chirac.



Voici le contenu de cette lettre :

Kinshasa, le 11 mai 1997

                                                              A Son Excellence Monsieur Jacques Chirac
                                                                 Président de la République française

Monsieur le Président,

Avant toute chose, je tiens à vous présenter mes salutations sincères. A vous, tout autant qu'à Madame votre épouse. Au nom de la très longue amitié qui nous lie depuis plus d'une décennie.

Aujourd'hui, la situation est pénible pour moi. Devant la gravité du moment. D'abord, au niveau de mon pouvoir où j'ai perdu l'efficience sur la population. Ensuite, au niveau militaire, il m'est impossible de freiner l'avancée des rebelles vers Kinshasa qu'ils peuvent atteindre à n'importe quel moment.

S'agissant de Kinshasa, je ne peux favoriser un bain de sang inutile. Car, en tout état de cause les rebelles l'atteindront bien. Tout étant affaire de temps.

Faut-il vous rappeler que je fais face à une guerre injuste ? Aujourd'hui, les Etats-Unis et la Grande Bretagne par l'intermédiaire de l'Afrique du Sud, de l'Ouganda, du Rwanda et de l'Angola utilisent le chef de bande Laurent Désiré Kabila pour me poignarder dans le dos profitant de ma maladie.

Autrefois, les Etats-Unis ont été mes alliés, souvenez-vous de l'épisode angolais. Je me réserve le droit de publier dans les prochains jours mes mémoires. Alors, le monde entier saura enfin des vérités insoupçonnées jusqu'ici.

Mon ami, vous savez aussi bien que moi que le chef de bande Laurent Désiré Kabila est une personnalité douteuse, génocidaire et inappropriée pour diriger le Zaïre comme chef de l'Etat. J'ai tout essayé pour empêcher cela. Mais ses maîtres occidentaux, les Etats-Unis en l'occurrence le soutiennent et l'encouragent dans cette voie.

Devant l'obstination américaine et la dégradation continue de mon état de santé, je suis obligé de vous annoncer mon intention de transférer le pouvoir à Kabila lors de notre prochaine rencontre sur Utenika le 14 mai prochain.

Que Dieu aide le Zaïre

Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messager 15/12/2009 18:20


L'analyse de notre ami Tshikobele Mangombe tombe à un moment opportun. Il démontre comment peut être un récit historique à l'endroit des jeunes. Teinté d'objectivité. Décrivant les qualitités et
les défauts de nos anciens dirigeants politiques. Laissant le soin aux jeunes de se faire une idée exacte sur ceux qui ont dirigé le Congo.
Il suffit de le comparer à certaines analyses pour mettre en évidence leur subjectivité." Tel dirigeant méritait d'être assissiné. C'est tel dirigeant qui est le véritable père de notre
indépendance, lui seul.Tel autre dirigeant n'a jamais commis des fautes et n'avait pas besoin d'être pardonné". etc etc.
Lorsqu'on tente de mettre en cause ces récits, on se fait taxer de dictateur, de censeur. On oublie que sur blog plus d'un membre vous a déjà adressé la même remarque. les archives sont là pour le
prouver.
Une fois de plus je réitère ce que j'avais déjà avancé. Ce blog a une certaine éthique à préserver. Lorsqu'on sent qu'on est d'une autre culture, on cherche un blog réflètant ses convictions et on
laisse les gens tranquilles. Mbokamosika n'est ni un blog officiel de la RDC ni  le seul  blog des congolais. il avait été initié par un groupe de compatriotes pour parler paisiblement de
notre culture.
Le bannissement existe sur tous les sites. Nous ne sommes pas le seul site à l'appliquer, surtout à l'endroit de ceux qui viennent non pas pour édifier les autres, mais pour chercher à couler le
site. Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie pour ne pas comprendre ces genres de manoeuvres.

Messager


anglebert 15/12/2009 16:21


Je reitere ce que bon nombre des intervenants ont souligne: l'objectivite et l'impartialite sur le retracement de notre histoire. Il est vrai que pendant des annees, notre histoire etait teintee ,
imbibee, coloree des prejuges post-coloniaux (croisades, feodalites,..) et ambitions politiques personnelles(20 mai, 17 mai,...).
Des tous les leaders politiques qui ont transcende au pays, 4 leaders se sont demarques notament : Joseph Kasa-Vubu, Patrice Lumumba, Moise Tshombe, et Joseph Mobutu.
Tous avaient des qualites tout comme des defauts, en example:
- Kasa Vubu: il avait une diplomatie moderee mais garnie d'une passivite passive et naive mais doue de qualites  de concilation et de concession quand il s'agissait d'asseoir les
belligerants autour d'une meme table.
-Patrice Lumumba: Un nationaliste de pur sang, doue d'un charisme patriotique inegale mais tres pauvre en vocabulaire diplomatic. Neamoins, nous devrons reconnaitre qu'il etait trop avance pour son
epoque. Son discours de l'independance jusqu'a present reflete les realites actuelles, notament sur la spoliation du territoire et des bradages de resources naturelles.
-Moise Tshombe: Un leader politique classique, eduque, ayant la verve oratoire politique, tres diplomatique, avec la maitrise de situation que meme dans les moments difficiles, son calme ne
trahissait rien en lui, mais helas, il a utilise ses qualites pour une mauvaise cause, il etait toujours pret a vendre son ame au plus offrant pou atteindre ses ambitions personelles. La seccession
du Katanga, l'emploi de mercenaires blancs dans son armee, et surtout son implication dans la mort de Lumumba( Le fait que Lumumba perit dans le territoire ou il regnait en maitre, signat son
inculpation, il semblerait durant son incarceration en Algerie, les autorites Algeriennes avaient gele son extradiction du Congo pour l'interroger sur les conditions dans lesquelles Lumumba etaient
mort en contrepartie d'une mesure leniente)  furent de lui un agent du post-colonialisme et etait meprise par la majorite de responsables Africains a l'exception d' Houpheit Bouagny qui avait
son support inconditionel.
- Mobutu: Il n'avait aucune qualite politique,son bilan a la tete de l'ANC fut un echec catastrophique, mais malin qu'il etait en tant qu'un collabo, il a su tirer a profit les defauts de ces trois
leaders precedents, un en un, il les a tous elimines en commencant par utiliser les positions de Lumumba pour le decrire en tant que communiste, sachant que Kasa Vubu etait trop conciliant et avait
toujours une oreille attentive a son egards, face a la popularite de Tshombe, il convint Kasa Vubu du danger que les deux risquaient de perdre leur poste a l'ascension de Tshombe comme president,
ce dernier executat sans faille les directions en destituant illegallement Tshombe en le remplancant par un des proches de Tshombe(Evariste Kimba), ce qui creat le desordre, a la fin, Mobutu
recuperat la situation a sa faveur et le destituat avec comme raison que les politiciens Congolais avaient du mal a gerer les institutions au moment ou il etait l'acteur ainsi que l'instigateur du
desordre dans l'hombre.
Pour le cas de Tshombe, Mobutu savait que Tshombe etait un homme de gain facile, manipulable par les blancs et assoiffe du pouvoir. C'est ainsi qu'il fit recours aux services de Francis Bodenan, un
repris de la justice Francaise, pour miroiter Tshombe dans une affaire immobiliere. Sachant aussi que l'etat Algerien etait hostile a Tshombe( il fut interdit de sieger a la session de l'OUA qui se
tient en alger en Dec 1964 presidait par l'ancien chef d'etat Ben Bella), Mobutu vit en Algerie, un terrain propice pour faciliter son transfer, sans in former les autorites Algeriennes, il assumat
que son extradiction serait facile.
Helas! Quant le collis arrivat, les autorites Algeriennes furent surpris, acec la fin de la geurre de 6 jours qui terrassat les pays arabes, les autorites Algeriennes virent en Tshombe une occasion
de negociation, c'est ainsi qu'ils demanderent a Mobutu d'alterer ses relations avec Israel et de re-integrer la communaute de pays non alignes, face a l'intransigeance de Mobutu, ainsi que la mort
tragique de Mulele en 1968, ceci donnat au president Boumedienne le genre de traitement qu'attendait Tshombe, c'est ainsi qu'en novembre la cours Algerienne suspendat la procedure de son
extradiction. Helas! Fatigue, sous depression, ainsi succomba Tshombe(Je ferai de mon mieux pour publier une de ces photos durant son incarceration en Alger et vous jugerez dans quel etat moral il
etait:piteux).
Ainsi Mobutu sans qualite mais ruse dejouat nos trois leaders pour devenir maitre.
Telle est la version des choses que nos jeunes doivent apprendre.

Tshikobele Mongombe@

Vieux na bango na Canada


NSIMBA 15/12/2009 10:50


Mon frère Anaclet,
tu as bien fait de clore ce débat qui te semble inutile, car l´inutilité de tes propos pour certains n´a rien à voir avec l´histoire vraie de la RDC, Lumumba a massacré au Kasaï avec l´armée
de Mobutu, Tshombe a massacré à Kisangani en faisant appel aux mercenaires blancs de l´Afrique du Sud sous l´apparteid, Kalonji a massacré ceux de Kasaïens qui étaient contre sa rebellion que
Mobutu bombera le torse plus tard avoir libéré de gêoles de l´Empereur, alors qu´un autre Cdt en Chef de n´importe quelle armée au monde aurait fait la même chose , Kasa vubu et sa bande
ont envoyé à la mort les lumumbistes etc... 1960 n´est pas 2009, mais en RDC tout indique que nous n´évoluons pas, nous sommes toujours sur le point de départ. Le manque de diplomatie qu´on
reproche à Lumumba et le manque de nationalisme qu´on reproche à Tshombe, tout cela  peut se résumer en une seule phrase : DEVANT L´ARGENT DIPLOMATE OU NATIONALISTE, LE CHOIX EST CLAIR.
Je m´arrête ici.


anaclet 15/12/2009 08:30


Vous censurez ce que vous voulez. C'est cela votre vraie nature. Un policier de la pensée. Je regette ce qui aurait pu être une conversation conviviale tourne en une dispute empreint de
sectarisme.
Nous sommes sur un forum comme on peut l'être au Speaker's Corner à Hyde park à Londre. La nature profonde des gens on ne peut pas la changer. Des élans de dictature c'est cela votre fond.
C'est mon blog,tout le monde doit être au pas. Pardonnez moi,je ne mange pas de ce pain là.
Ceux qui me lisent voient s'il transparait en moi les qualités péjorotives que vous  relevez contre moi. 
Je suis contre la police de la pensée,je suis contre tout comportement lieberticide au nom d'une culture dont j'ignore la définition. Il y a 650 cultures au Congo pouvez me dire à laquelle je dois
me conformer.
Je clos cette conversation qui me semble inutile.  


Messager 15/12/2009 07:18


Lire: si vous avez perdu les vertus de notre culture, ce n'est pas le cas de la majorité d'entre-nous.

Messager


Messager 15/12/2009 06:54


Anaclet,

J'ai entendu l'appel de Nzembele pour faire preuve de ma bonne foi. Je sais qu'avec le temps il finira par comprendre votre vraie nature. Vous soufflez tantôt le chaud tantôt le froid.
Je condamnne plutôt votre "négationnisme".Pouvez-vous me citer le nom d'un seul organe de presse en occident qui accorde ses pages aux gens de l'etrême droite qui réfutent la showa par exemple. En
tant que congolais, vous ressemblez à ceux personnes. Lorsque la télévision montre la façon comment on avait maltraité Lumumba, nons enfants qui ne connaissent pas le pays se révoltent. Sans que
nous les influencions. Mais vous qui avez vécu au Congo comme nous, vous voulez faire aux gens que Lumumba méritait d'être assassiné. Et d'après vous ses assassins sont des héros pour avoir liquidé
ce communiste. Cette déformation de la vérité ne peut être tolérée sur un blog qui s'efforce à raconter le passé de notre pays aux jeunes.
Votre pot auquel vous faites allusion dans l'artilce sur MJ 30 n'est-il pas vous même. Voudriez-vous que je laisse les photos pornographiques sur un blog visité par nons enfants? Si vous avez les
vertus de notre culture, ce n'est pas le cas de la majorité d'entre-nous.
Finalement je vous informe que je me réserve le droit de censurer à l'avenir vos articles au cas où vous repreniez votre jeu.

Messager


anaclet 15/12/2009 00:32


tolérance


anaclet 15/12/2009 00:28


Messager, 


Je salue Zembele de vous avoir donné une leçon de tolérence. Vous avez trop tendance à vouloir verser vers la police de la pensée. On doit penser comme vous. Sinon on est exclu. Si le blog est
celui des gens qui ont une reflexion uniforme il faut le dire. Un de mes posts qui ne parlait que de culture a été censuré sous le pretexte d'une communication impudique pour ne pas dire
pornographique.
L'enseignement supérieur existe au Congo depuis 1925. Munongo,Bomboko et bien d'autres personnes sont diplomés de Lovanium Kisantu. Kalonji Ditunga est diplomé d'agronomie d'une autre
formation de l'Université de Louvain au kasaï.
Je ne suis pas historien  n'en suis que le vestige. Les gens quittait l'école très très jeune. Même le cetificat de l'école primaire qui était un des diplome le plus apprécié,très peu des
pesonnes ne l'obtenait. Alors pour l'Université un écrémage profond s'effectuait avant d'y accéder, on peu comprendre qu'un petit nombre des congolais ont pu l'intégrer avant
l'indépendance. Penser que les blancs ne voulaient pas que les noirs fréquentent les facultés est une reflexion politique.
En ce qui concerne l'armée. Vous ne lirez cela peut être dans aucun livre,quand un jeune homme recevait sa convocation pour faire son servivce militaire,parce que la conscription existait au
Congo,cela était perçu comme une malédiction. On faisait tout pour que cet appel soit annulé. On allait chez le féticheur pour que les tests d'avant le service concluent à l'inaptitude.
C'était un deuil dans la famille. L'école des cadets est ouverte pendant l'année scolaire 1953-1954,l'école préparant l'ERM,les premiers élèvent  de Luluabourg étaient attendus pour 1959-1960.
L'idée de l'indépendance est concrétisée pendant la Table Ronde. Où voyez-vous la malice dans le souci des belges pour la promotion des congolais? 
Les congolais refusaient d'effectuer leur service militaire. Dans ce lien que je mets à votre disposition on montre comment les écoles de Luluabourg n'ont eu que très peu d'élèves depuis leur
création.





http://www.tpci-oldfellows.be/site/index2.php?option=com_docman&task=doc_view&gid=337&Itemid=31

Moi je n'ai pas été malheureux avant l'indépendance. Je n'ai pas craché non plus sur les vertus de l'indépendance. Que celui qui est content cinquante ans après lève le doigt. Les jeunes s'en
foute,il n'ont pas connu ce qui s'est passé avant. On peut tout aussi leur laisser le temps de comprendre l'époque même à travers les livres. Ils se feront peut être leur propre vérité.
  
.  


Messager 14/12/2009 19:01


En ce qui concerne le mouvement du 4 janvier 1959, il a été d'une grande importance dans  l'ascencion à l'indépendance du Congo. Et Kasa-Vubu, leader de l'ABAKO reste un des pères de notre
indépendance. Sans oublier tous ceux qui y ont contribué. Mais l'honnête nous oblige à reconnaître que nos leaders avaient commis des erreurs, voire des fautes politiques.
L'une des erreurs de Lumumba par exemple fut son manque de diplomatie et de finesse politique et surtout le fait d'avoir promu un collaborateur des services belges à la tête de l'Armée. Mais son
intransigeance face aux belges lui a valu beaucoup d'admiration.
La faute de Kasa-Vubu, en tant que chef d'Etat fut d'envoyer son concurrent politique à la mort, dans un territoire en sécession. Tous ceux qui ont pris part à cet assassinat avaient commis un
crime politique.
Lorsque nous parlons du passé de notre pays, nous devrions avoir une certaine lucidité . Savoir catégoriser les erreurs, et s'incliner devant ceux qui ont reconnu avoir été manipulé par
exemple.
Tous les leaders ayant participé à la lutte pour l'indépendance méritent respect. Même si certains nous ont conduit plus tard à la catastrophe.


Messager


Messager 14/12/2009 18:18


@ Jérôme Nzembele,

Suite à vos conseils je reviens sur ma décision.


Messager


Messager 14/12/2009 18:13


Je n'ai jamais et je n'insulterai personne sur ce blog. En  outre, je ne vous ai pas qualifié de menteur. Ce que dont je vous reproche est de chercher à déformer intentionnellement la vérité
pour des raisons subjectives. C'est votre droit de haïr Lumumba, mais cessez de l'assassiner de nouveau en proférant de la désinformation sur son action.
Vous dites qu'il avait promu les soldats au grade supérieur alors que le Général Jansens voulait qu'ils soient formés à Luluabourg. Pourquoi la Belgique a-t-elle attendu 80 ans pour former les
offociers ? Et pourtant le congo comptait plusieurs centaines de prêtres, voire des évêques. Qu'est ce qui avait empêché la Belgique de former les officiers? Lumumba avait raison de promouvoir
symboliquement les soldats congolais, pour faire voir aux belges leur mauvaise foi.
Ils ont attendu 1960 pour envoyer les premiers élèves officiers à l'ERM .
Nous connaissons l'histoire politique de notre pays et rien ne sert de la déformer.

Messager


Anglebert 14/12/2009 17:36



A mon avis comme Messager l'a souligne, l'histoire du Congo que la jeunesse doit apprendre, elle ne doit pas etre teintee des sentiments et opinions personelles, par contre, elle doit etre
re-ecrite en toute objectivite.
En ce qui concerne Tshombe, un professeur a essaye de faire un parallelisme entre lui et Lumumba. Dans son analyse, le professeur Mazrui souligne quelque chose d'important sur nos deux leaders:
Tshombe etant un politicien abile , d'une diplomatie fine mais en manque de conscience nationale, tandis que Lumumba ayant la conscience nationale mais manquant la diplomatie ( tout le monde se
souviendrait lors d'une conference de presse avec l'emmissaire Americain Ralph Bunche, ou il a clairement exprime son voeu de voir les Russes chasser les Belges du territoire Congolais au cas ou
l'ONU trainerait ses pas).

Si le gouvernement central Congolais avait fait recours au service de Tshombe en Juillet 1964, ce n'etait pas parce qu'il etait aime, mais parce qu'il s'etait avere etre l'homme de situation pour
mettre fin a la geurre qui opposait le gouvernement central aux differents factions rebelles a Stanleyville telles que :Soumialot, Gbenye, Mulele, Kabila,...
 De 1061-63, Tshombe seul avec l'apport des gendarmes Katangais et de mercenaires blancs , avait tenu en echec l'ANC y compris l'ONU, ou il avait meme pris en otage quelques soldats
Suedois.
Le gouvernement Adoula y compris l'ANC de Mobutu etaient incapables de maitriser la situation, c'est ainsi qu'ils firent appel a Tshombe a partir de son exil a Madrid.
Des son retour, Tshombe a engage les mercenaires ainsi qu'incorpore les gendarmes Katangais au sein de l'ANC, comme resultat, le 24 novembre 1964, c'etait la fin des hostilites avec la reprise de
Stanleyville. Cet exploit lui valut une popularite sans precedent au pays, mais sur le plan Africain il fut qualifie de pro-imperialiste pour avoir fait recours aux etrangers pour resoudre un
probleme a caractere nationale.
La date du 24 novembre 1964 etait marquee dans les anales de l'histoire du Congo et ca s'appretait a etre celebre avec faste quand une annee plus tard, Mobutu jugea que cette date etait fatidique
pour faire son coup d'etat. Il avancat comme excuse pour ne pas se rendre aupres de Kasa Vubu ce 24 novembre 1965 qu'il voulait celebrer la fete , tout d'un coup le renversement du pouvoir ce
meme jour , cette date du 24 novembre fut celebree pendant 32 ans comme la prise du pouvoir par Mobutu, une facon pour lui de tirer profit de cette victoire et effacer de nos memoires la vraie
cause de la celebration du 24 novembre.
Avant que Tshombe assumat les rennes de la primature, le pays se nommait :"La Republique du Congo", a son arrivee a la primature  c'est lui qui renomat le pays en tant que : "La Republique
Democratique du Congo", connue comme "RDC Eloko ya makasi" aujourd'hui!
Par contre sur le plan Africain, Tshombe n'etait pas apprecie pour son role dans la mort de Lumumba. Por preuve , lors de la session de l'OUA, il lui fut interdit de sieger .
Il est grand temps de re-ecrire notre histoire mais faisons le en toute objectivite.



anaclet 14/12/2009 16:11


Tshombe est parti à Kisangani pour faire campagne et saluer les sataleyvillois dont ses armées venaient de liberer du joug des rebelles.
Tout le monde le sais que Tshombe n'a pas tué Lumumba. Ceux qui ont échangeé Lumumba contre de l'argent sont en vie,du moins Mukamba. Vous devriez vous demander pourquoi transferait-on un
prisonnier politique chez ses pires ennemis ou alors chez les sécessionistes? La recherche de la vérité devrait se situer à ce niveau.
Par ailleurs je ne comprends pas votre position vis-àvis de moi. Ce n'est pas en me frappant d'ostracisme que vous réusirait à museler la vérité. Je n'ai insulté personne mais vous le faites en me
traitant de menteur,c'est l'idée qui pointe en filigranne de vos propos.


anaclet 14/12/2009 15:55



Je vous laisse la responsabilité de transformer un débat purement intellectuel en une dispute de factieux que je ne suis pas personnellement.
Le débat sur le passé de notre pays a toujours été biaisé. On érige certain sujet en sujet tabou dont la seule évocation serait interdit sous peine de commettre un sacrilège ou de mériter
une fatwa de la part des bien pensants.
Pouvez-vous nous faire la liste des sujets interdits. Jusqu'à preuve du contraire nous ne sommes pas en réligion lorsque nous disons la vérité sur l'icône du communisme internationnal.
Argumenter sur Lumumba dont les seuls galons sont ceux de la personne qui a insulté le Roi Beaudoin ou encore de celui qui a distribué les avancements aux militaires alors que Jassens voulait que
les prmotions soient obtenues après un passage à l'école des officiers à Luluabourg. C'est le prsonne qui anommé un parent à lui commandant en chef des forces armées. Une personne dont le nom
continue à diviser les congolais encore aujourd'hui.
Nationaliste,qualiez quelqu'un de nationaliste ici en Europe cela est ressenti comme une insulte. Les nazi ont souligné le sens péjoratif de ce mot. Nationaliste est synonyme de tribaliste
tout simplement. Hors c'est la seule qualité qui revient pour sacraliser Lumumba.
Si désinformer consiste à mettre en garde les jeunes contre une idéologie qui a nourri l'espace politique congolais tout en étant à l'origine de la cohorte des malheurs dont ce pays fut la
victime,les jeunes appréciéront. Le Lumumbisme n'a jamais rien fait pour nous. Le soulèvement du 4 janvier 1959 fut l'oeuvre des militants de l'Abako et de la population de
Léopoldville,on ne le dit jamais assez pour souligner que le père de l'indépendance du restera pour toujours Joseph Kasa-Vubu. Le 4 janvier fut à l'origine de notre indépendance. Le reste c'est
occulter la cvérite pour faire d'un être nuisible un héros national par la grâce de Mobutu.



Jérôme Nzembelé 14/12/2009 15:38


Bonjour Le Messager,
Ce n'est pas dans mes habitudes d'intervenir plusieurs fois dans le même débat. Celui-ci n'a d'ailleurs que trop duré.Peut-être parce qu'il est passionnant ou qu'il a été longtemps déformé ou
encore qu'il a été trop longtemps censuré.
Je ne vais pas être long. Mon intervention concerne directement votre dernière mise au point sur le fait que vous aviez l'intention de fignoler les commentaires. L'idée peut paraître
alléchante mais avec un rique de tomber dans la gironde de la pensée unique. On ne doit et ne peut combattre l'extemisme par l'exclusion même pour une cause semble-t-il juste.Vous n'aurez
comme résultat que de le déplacer . Je pense que ce n'est pas le but de ce blogue qui du reste commence à avoir beaucoup trop de succès de la part de nos compatriotes. C'est avec des arguments
bien ficelés que nous devrions nous employer à combattre le fanatisme et toutes les autres formes de déviationisme.N'ayez pas peur d'être contrarié car vous avez et aurez toujours de gens derrière
vous capable de démonter le fanatisme. Rappellez-vous du débat sur le feu Mopero Jetutu dit "je t'aime" créé par son ex collègue Donat Mobeti. Il aurait suffit des vrais arguments pour que ce
dernier comprenne et arrête toute suite de saper la mémoire de son ami.Si cela à bien réussi chez les musicien, pourquoi ne devrait-il lêtre chez les apprentis historiens ?
Pour conclure, retenez que c'est le choc des idées qui a fait et continu à faire la richesse de ce blogue.


Messager 14/12/2009 12:17


Le peuple congolais n'avait aucun grief contre Tshombé . Si une telle affirmation émane d'un belge je comprendrais encore. Mais lorsqu'elle est prononcée par un congolais je réalise alors que son
auteur a comme rôle d'user de la désinformation dans le but de désorienter l'opinion.
Si le peuple congolais n'avait aucun grief contre Tshombé pourquoi était-il amené à s'expliquer à Kisangani sur l'assassinat de Lumumba ?
Ainsi , après plusieurs mises en garde à l'égard de ceux qui viennent intentionnellement sémer la confusion sur notre blog, j'ai décidé dès aujourd'hui de gérer les commentaires. Tous les propos
tendancieux , qui ne cadrent pas avec le devoir de mémoire effectué sur le blog resteront dans la poubelle .
Nos jeunes ont besoin d'être informés objectivement sur notre passé. Nous sommes pour les débats contradictoires, mais constructifs et objectifs. Ceux qui cherchent à faire la propagande de nos
oppresseurs n'ont qu'à confier leurs écrits aux sites appropriés, pas à mbokamosika.

Messager


anaclet 14/12/2009 08:51


Tshombe n'avait pas besoin du pardon du peuple  congolais qui n'avait aucun grief contre lui. On venait d'être indépendant,les Katangais se sont senti diminués,dénigrés par un pouvoir central
qui n'a eu aucune considération envers eux. Ils ont fait alliance avec le diable pour avoir le contrôle de leur province. Ce n'est pas parce qu'ils ont été manipulés. Ils ont été trompés par le
pouvoir de Léopoldville.
Les trois cents  familles qui avaient des intérêts au Congo n'ont pas hésité un seul instant de leur venir en aide,sauvegardant du coup les mises qu'ils avaient dans l'économie du Katanga.
Kyungu qui est tout aussi criminel n'est pas encore le héros de tous les congolais. L'AFDL a voulu être délicat avec lui mais il devra s'expliquer un jour sans qu'il y ait esprit de vengeance. Ceux
qui s'y connaisent disent que Kyungu est muluba mais cela ne l'absout pas de ce qu'il a fait. Un criminrl ce n'est pas un héros.
Par ailleurs Tshombe a été le meilleurs premier ministre congolais que l'après l'indépendance ait pu donner à notre pays
Kalonji écrit la vérité dans son livre. Il ne coûte rien chez l'Harmattan. On peut le commander sur internet. Il ne dit au grand jamais qu'il était manipulé. Il est revenu avec les siens de
Luluabourg,il était impératif pour lui de leur procurer des conditions de vie déscentes. 
Sa collaboration avec la MIBA allait dans ce sens,offrir le bien à un peuple meurtri deux fois et qui s'est resolu de rejoindre le Sud-Kasaï.
Les congolais ne sont pas des médiocres ni des manipulés. Ou alors j'ignore la définition du mot. Le naïf est souvent plus intelligent que son éventuel manipulateur.


Messager 13/12/2009 19:59


Chers amis,

Je suis sidéré par la mauvaise foi de ceux qui cherchent à masquer la vérité, remettant en cause la raison d'être de ce blog. Lorsque les jeunes posent  une question sur le passé, c'est tout
simplement pour s'informer. Nous ne sommes pas là pour jeter  l'opropre sur tel ou tel ancien politicien. Nous voudrions tout simplement comprendre leur motivation à l'époque afin de tirer les
enseignements susceptibles d'éviter les mêmes erreurs à l'avenir.
Pourquoi mettre en doute les confessions de ceux qui ont compris qu'ils avaient été manipulés.
Ce que certains ignorent est que le peuple congolais est très tolérent. Il avait déjà pardonné Tshombé et était sur le point de le porter à la magistrature suprême en 1965.
Ceux qui s'acharnent à maintenir le peuple dans l'ignorance cherchent peut-être  à s'amender sur le comportement de leurs proches. Une tâche difficile sur ce blog qui ne reculera jamais pour
révéler la vérité aux jeunes.

Messager


Claude Kangudie 13/12/2009 17:18


Bonjour Jérôme et les autres. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Le plus important c'est de savoir leçons tirer des erreurs du passé. Les événéments qu'on attribue à Lumumba à Bakwanga, je les
ai vécus et soufferts dans ma chair et perdu nombre de membres de ma famille. Si on lui attribue la culpabilité politique, on peut être d'accord. Mais les responsabilités militaires incombent à qui
? Vous avez bien posé la question...Il n'y a pas longtemps, les Kasaïens, dans leur propre pays, ont été massacrés et chassés de leurs maisons pour le seul tort d'être du Kasaï. Ils ont été traité
d'insectes etc... Cela au Katanga et dans l'indifférence totale de tous les donneurs de leçon. Et tout le monde sait qui était l'instigateur de ce crime. Etait-ce encore Lumumba contre ses
frères ? Reconnaissons ce qui peut nous aider à avancer et définir l'avenir de notre pays autrement. Mes salutations fraternelles à tous.


Jérôme Nzembelé 13/12/2009 12:23


Bjr mr Anaclet,
Loin de moi l'idée de pérenniser cette discussion que en réalité nous devrions laisser aux historiens, je tiens seulement à vous rappeller qu'aucun chef de gouvernement dans aucun pays n'a voulu
souhaiter restreindre son pouvoir.Ne pas le reconnaitre, ne pourra rélever que d'une haine subjective à l'égard d'une personnalité.
Mr Lumumba, n'avait élaboré aucune lois à ce que je sache. A parti du moment qu'un des ses adiministrés voulait s'arracher le pouvoir de façon anticonstitutionnelle, il était évident que après
plusieurs tentations de dialogue pacifique et devant la sourde oreille des antagonistes, la dernière issue était la répression. Bon maintenant que cela se soit soldé en carnage, les
donneurs des léçons devraient non seulement condamner l'autorité politique mais aussi le responsable mititaire sur le terrain. Hors à mon avis c'est le contraire qui s'est produit. L'un a été
liquidé de la manière la plus sordide, et l'autre élevé au rang du pacificateur.
Nous pouvons plaindre aujourd'hui le peuple muluba qui s'est rétrouvé entre les  feux de deux assoifés de l'hégémonie politique.C'était beaucoup plus par mauvais calcul de ses dirigeants.
Et par là toutes les qualifications péjoratives dont continu à souffrir le peuple muluba jusqu'à ce jour au Congo. A cause de ces guerres inutiles de soi disant d'autonomie, les balubas ont été
catalogués de réfugiés dans leur propre pays.Surtout n'oublions pas que si Mr Mobutu est resté populaire c'est en parti à cause des mauvais calculs de ces pseudo leaders qui en réalité n'étaient
que jaloux de la facilité avec laquelle Mr Lumumba leur avait ravi intéllectuellement leur propre mouvement politique. S'ils n'ont pas figuré dans le premier gouvernement ce ne fut pas
parce qu'ils n'ont pas été contactés. Ils ont carément réfusé d'y participer parce qu'ils espéraient plus que cela. Ce ne sont pas non plus des enfant de coeur, ils ont aussi assassiné leurs
propres frères et compatriotes. Qui sont ils devenus, les Jacques Lumbala, Mbuyi, Funat et tous les autres ? Aujourd'hui tout ce monde n'est plus au pouvoir, notre travavil devrait
maintenant consister à imaginer un autre système capable de conduire à bon éscient, le destiné de notre cher Pays. Toute discussion de l'ordre à caricaturer tel ou tel autre leader ne sera que
mauvais service rendu au pays qui a tant souffert et continu d'être martyrisé.Je m'accorde à reconnaître que la classe politique de la première législature a commis dans son ensemble sans
exception des erreurs graves avec des lourdes conséquenses que la génération actuelle continue de payer. 
Pour conclure, je vais vous rappeller que les actions d'un leader peuvent contribuer à sécuriser ou pas sa population. Quand à moi, je suis fièr d'avoir fait partie de la générations qui n'a
jamais connu ni guerre,ni bruit de bottes. C'est aussi grâce à certains choix même critiquables de celui-là que nous déplorons aujour'hui.Je ne suis pas son partisan mais j'essaie de faire de
parallélisme entre mon peuple qui a connu plusiers génocides (à Bakwanga ou E'ville), du fait du mauvais calcul politique et de soif de pouvoir de ses leaders et les autres
congolais.Il n'est pas question d'aimer ou de ne pas aimer un leader. Il faut plutôt le juger en fonction de son temps et de la réalité politique du moment. Sinon la grande histoire n'aurait jamais
de héros.

Pour l'amour de notre pays.  


anaclet 13/12/2009 03:19


l'indépendance était accordée comme il l'a été


anaclet 13/12/2009 01:24


on oublie.


anaclet 13/12/2009 01:16


sacralisatrice de Lumumba


anaclet 13/12/2009 01:10


C'est regrettable l'insulte que la plupart des gens font à l'intelligence des congolais. Passer nos compatriotes pour des personnes facilement manipulable dénote du mépris dans lequel on
peut les tenir d'une manière aussi gratuite. Je me demande au nom de quoi peut-on accorder foi à ce genre d'assertions.
Je fais de quelqu'un mon allié quand j'ai des intérêts à défendre. Quand Kalonji dit dans son livre faire alliance avec la MIBA,elle lui permettait de créer l'état du Sud Kasaï qui n'est
d'abord qu'une province du Congo. Le Sud KasaÎ n'a jamais fait sécession,c'était un état autonome comme la constitution fédérale le permettait en ces années là.
Kalonji dans son livre dit très bien que les armes lui était fournies et livrées par l'ONU.  
Notez qu'à la formation du premier gouvernent congolais,Lumumba a oublié ostensiblement d'y inclure les grand leaders comme Kalonji Ditunga et Tshombe Moïse. Kalonji était puni pour avoir fondé le
MNC kalonji qui se séparait du Mnc Lumumba.
Après ce résumé rapide on peut comprendre que Lumumba ne fut pas un rassembleur. Plutôt un calculateur et tribaliste.  
Pour attaquer le Sud Kasaï,les pays européens refusèrent tous de lui fournir des armes. Il est allé chercher l'argent pour s'en procurer auprès de l'URSS. C'est une vérité historique. Dès lors
la communauté internationale l'a mis à l'index à la suite des massacres de Bakwanga. 
Les Baluba appellent cet épisode de leur histoire "nvita ya Lumumba". Ils apprécierons la correction de cette histoire faite ici même. 
Tout le monde peut se tromper mais ceux qui ont souffert dans leur chair n'ont jamais oublié les "mikolu ya Lumumba" ce poisson aussi dur que du bois qui accompagnait leur repas et leur
désolation. On ne peut pas travestir l'histoire pour le plaisir de faire de Lumumba un héros. Permettez une discordance à cette unanimité sacralisatrice Lumumba. Il y a beaucoup de saint dans
ce Congo dont on ne cite pas le nom. Lumumba est un assassin,ceci est marqué dans le marbre. C'est encore un nom tabou que hypocrisie nous ressort à chaque que l'on veut faire plaisir à
quelques fanatiques. Un nom de triste mémoire,quand on manque d'argument on évoque son martyre. Est-on sûr qu'il soit mort pour l'indépendance du Congo?
Le Congo économique était une affaire privée. Quand Mobutu a voulu se séparer de l'Union minière du haut Katanga il a du accepter d'indemniser les actionnaires belges au prix fort,ça lui a
valu d'être en vie jusqu'à sa mort dans son lit au Maroc. Avec Lumumba ces financiers risquaient de perdre leur argent. Je le répète que le Congo mis à part l'administration belge,était une affaire
privée,la Société générale de Belgique a construit entièrement le Congo. Lumumba est mort pour avoir voulu prendre aux belges pour donner aux russes. La myopie consiste à ne pas avoir
entrevu cette situation. La clairvoyance doit faire partie des qualité d'un homme d'état qu'il n'était pas.
L'uranium le plus riche se trouve au Katanga à Shinkolobwe,les américains n'allaient pas laisser les russes qui faisaient la course à l'armement avec eux à cette époque,s'emparer de ce
minerais stratégique en toute passivité.
On focalise trop sur son martyr et on oublit qu'il fut hors la loi ce qui lui valu l'arrestation par les forces armées. Il était assigné à résidence et il a quitté sans autorisation son
domicile pour essayer de rejoindre ses partisans à Stanleyville. On sait ce qu'il est advenu après à Kisangani,les tueries perpétrées par ses acolytes. Je ne pense pas qu'en les
rejoignant qu'il aurait été d'une attitude différente. Le gouvernement de Stanleyville était déjà composé des rebelles.
Parlons des PNP,ce sont les congolais qui ont vu avant l'heure ce qui adviendrait si l'indépendance était accordé comme il l'a étée. Beaucoup des délégués congolais à la table ronde se
sont joints au point de vue des modérés. Kasa-Vubu lui même n'était plus partisan de l'indépendance immédiate. La venu de Lumumba conseillé par la gauche belge a mis en minorité les positions
de Kasa-Vubu qui a du quitter la "Table Ronde" pour se réfugier à Paris chez Maître Croquet, son avocat. Il a fallu d'importantes interventions pour qu'il accepte de revenir siéger
avec les autres à Bruxelles,bien sûr avec la promesse de la présidence de la république qui lui reviendrait de droit et la primature à Lumumba.
Bolikango qui était préssenti comme futur premier président de la république voyait là ses ambitions s'envoler. On sait ce qui s'est passé ensuite. Les prétendus PNP ont été occis sur l'autel du
Lumumbisme. Les PNP Manteka ont été immolé au temple du lumumbiste qu'était le monument Lumumba à Stanleyville.
Les congolais n'ont pas la mémoire courte. Les kisanganiens n'ont pas pour héros Lumumba dont les partisans ont endeuillé beaucoup de familles. Un grand intellectuel comme Bondekwe fut tué au nom
du Lumumbisme. 
Pardonnez moi,les PNP avaient quelque peu raison avant tout le monde. Sans eux les voyous ont fait du Congo ce qu'il est aujourd'hui.
Voici ce que disait Kalonji dans son livre: "Tout le monde connait l'odieuse campagne de l'armée lumumbiste au Sud-Kasaï...    Jamais en 80 ans,les colonialistes eux même n'avaient
fait le dixième de ce qu'un soi-disant nationaliste a pu faire en une semaine à des compatriotes. Voilà les oeuvres d'un héros national".
Il faut noter que les villages furent brûlés,un génocide fut perpétré dans l'horreur la plus totale. et ceci en quelques mois de pouvoir. Imaginez qu'il soi resté plus longtemps,le bilan
eut été pire.
Les jeunes doivent lire l'histoire du Congo,pas l'histoire considérée dans sa vision dichotomique mais simplement le récit de notre passé. Plusieurs livres relate fidèlement le parcours de notre
pays de l'année zéro à aujourd'hui. Ils sauront faire la différence entre un héros national et un tueurs de ses compatriotes.       


Claude Kangudie 12/12/2009 19:02


Bonjour à tous. Je voudrai réagir sur certains écrits. A propos de Patrice Emery Lumumba, il est fort regrettable de constater une certaine légérété de pensée au sujet d'un homme qui a donné
jusqu'à sa vie pour le Congo...Mobutu, devant la rebellion, lui qui a vaincu toutes les guerres aurait dû rester à Kinshasa et défendre le pays qu'il prétendait tant aimer...J'ai deux petites
précisions à porter à notre connaissance. Pour ce qui est des massacres des Baluba de 1960 (Kasengelu, Bonzola etc...), attribués à Lumumba "contre ses propres frères Kasaïens" comme j'ai pû le
lire ici, je nous renverrai aux propos de Albert Kalonji Ngoyi "Mulopue". Son livre est toujours en vente, pour ceux que cela intéresse. Souvenons-nous d'un certain Ceaucescu en Roumanie à qui on
avait attribué des massacres imaginaires...C'est faire encore preuve de myopie en attribuant ce crime à Lumumba alors qu'il est connu aujourd'hui que c'est bel et bien Mobutu qui est à la base de
ce forfait. Débattons sans passion inutile. Pour ce qui est de Moïse Kapenda Tshombe, voici ce que dit A. Kalonji: "Tshombe n'est pas un sécessionniste. Il a été manipulé, comme moi, par les
Belges". Il donne, pour ce qui le concerne les noms des Belges qui l'avaient manipulé jusqu'aux événements regrettables du Kasaï. Il parle d'une réunion de réconciliation qu'ils avaient faite en
Tanzanie, lui Kalonji, Tshombe et le Gouvernement Central représenté par Cyrille Adoula et Joseph Iléo. Lors de cette réunion, ils décidèrent de mettre fin à tous les mouvements sécessionnistes
dans le pays. Ensuite, ils regagnèrent Lubumbashi et organisèrent une soirée pour sceller cette réconciliation. Mais pendant cette soirée, Munongo, Kibwe et consort revinrent à la charge avec leur
état du Katanga et refusèrent tous les accords passés en Tanzanie avec le Gouvernement Central. Kalonji appela Tshombe en apparté pour le mettre en garde contre ce revirement...Entre temps, Adoula
et Iléo étaient fort fachés et prirent l'avion cette nuit là et regagnèrent Léopoldville, sans terminer cette soirée. Lui, Kalonji regagna Bakwanga le lendemain. Et tous les accords de Tanzanie
passèrent à la poubelle...Encore une fois, les Belges de l'Union Minière qui avaient eu vent de cette entente, manipulèrent les Congolais pour les empêcher de s'entendre en faveur de leurs
intérêts...C'est sur ce fait que Kalonji me montra que Tshombe n'était pas un sécessionniste. A. Kalonji est encore vivant et apporte son éclaircissement sur les faits dont il fut témoin et
acteur...comme l'épisode de l'état autonome du Sud Kasaï et les massacres des Baluba qu'on attribue à tort à Patrice E. Lumumba.Détartrons notre histoire loin de la pensée inique du mobutisme. La
vérité ou la lumière est certainement dans les chocs des idées comme on dit. Mes salutations fraternelles à tous.












Papatoto 12/12/2009 17:00



Messager


PNP : Parti National du Progrès connu sous appellation Pene Pene Na Mundele.


Ce parti ne défendait pas les intérêts des Congolais comme la majorité des autres partis qui étaient à la table ronde. Mais une
certaine pense unique disait que tous les congolais étaient unis à la table ronde. C’était une union de façade car il y avait beaucoup des partis politiques étaient à la solde des colons.


Malheureusement, les anciens politiciens et les autres qui continuent à faire de la politique, sont devenus des muets, ils ne veulent
pas parler ou répondre à nos questions. Je suis aussi pessimiste de croire qu’ils rédigeront un jour leurs mémoires.


Jusqu’à la preuve du contraire Mr Moïse Tshombe Kapend est la seule personne qui avait reconnu qu’il était manipulé par l’association
des malfaiteurs. C’est vraiment un acte courage à suivre. Car nous devrons comprendre notre histoire commune pour éviter les erreurs du passé. Si non, il y a un adage qui dit : ″A force d’occulter le passé, on risque de répéter les mêmes erreurs″.


Mais Joseph Désiré Moke avait promis d’écrire ses mémoires, je me demande s’il l’avait fait


 


Jérôme Nzembelé


Mr Joseph Désiré Mobutu , c’était un traître contre l’indépendance du Congo, à ce propos, il avait accepté de travailler pour les
colons. Pour ce qui me concerne, c’est un mundele ndombe


qui était assoiffé de reconnaissance, selon son évangile qui stipulait qu’il avait tout fait pour sauvegarder l’unité du Congo.


Maintenant, nous avons que c’était de la pure propagande politique. En outre, il était un pyromane et sapeur pompier dans les malheurs
des Congolais y compris son association des malfaiteurs(les donneurs d’ordre).


La CIA et la Belgique savaient qu’il y avait un mundele ndombe au Congo. C’est maintenant à la jeunesse congolaise de sortir de cette
ignorance de l’évangile selon Mobutu sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga alias Désiré Moke pour réécrire une histoire exacte du Congo


Lumumba et Mobutu ne partageaient pas les mêmes idées politiquement. Lumumba était naïf de croire que Mr Désiré Moke allait
changer.


Si je me replace à l’époque de l’indépendance, Lumumba avait compris les manigances émanant de  l’association des malfaiteurs et prédateurs. Moïse Tshombe Kapend avait osé de chasser les américains au Katanga. C’est au Congolais de comprendre la raison qui
avait poussé Moïse Tshombe Kapend à chassé les américains. Nous ne devons pas oublier que Tshombe était venu en exil en Europe, peut-être à partir de là, il avait compris qui était ses vraies
amis. Joseph Désiré Moke était collabo avant et après l’indépendance, il était surpris comment ces maîtres l’avaient abandonnés. La propagande politique de l’évangile selon Joseph désiré Moke
stipulait que ce dernier était proche de Lumumba et qu’il allait continuer son œuvre.



anaclet 12/12/2009 11:21


C'est Moïse Tshombe qui a mis fin à la rébellion. Mobutu a brillé par son incompétence avant la nomination de Tshombe comme premier ministre.
Les gendarmes katangais qui ont été l'élément principal de la libération de Stanleyville ont été floués par Mobutu. Voilà pourquoi ils se sont révoltés avec à leur tête le colonel Tshimpola.
Les vrais héros de notre histoire nous les connaissons. En inventer d'autres selon le voeux des communistes c'est tronquer notre passé.


anaclet 12/12/2009 09:28


C'est Moïse Tshombe qui mis fin à la rébellion. Mobutu a brillé par son incompétence avant la nomination de Tshombe comme premier ministre. Les gendarmes katangais qui ont été l'élément
principale de la libération de Stanleyville ont été floué par Mobutu. Voilà pourquoi ils se sont révoltés avec le colonel Tshimpola.
Les vrais héros de notre histoire nous les connaissons. En inventer d'autre selon les voeux des communiste c'est tronquer la réalité de notre passé.


Jérôme Nzembelé 11/12/2009 20:53


Bonjour à tous les mbokatiers

Je remercie vivement Papa Toto pour avoir soulevé ce débat que même plusieurs siècles après n'arriveront pas à éffacer de la mémoire collective congolaise.Je tiens aussi à encourager
notre Grand chroniqueur Mr kandolo à travers qui les jeunes générations congolaises d'aujourd'hui peuvent comprendre l'histoire de ce que le Roi Léopold II à voulu que ça soit leur pays,
notre pays.

En effer pour être bref, il est très difficile pour nous jeune génération de pouvoir statuer ou interprêter les faits de ces années avec les argument actuels. Avec toute
objectivité, Joseph Mobutu malgré son infiltration, reste le proche de Lumumba qui l'aurait moins trahis. Souvenez-vous de son Directeur de cabinet, du Président Régionale de la
province de Léopolville, seule lumumbiste à n'être pas inquiété alors que tous les autres se terraient chez eux. Que dire encore de der des ders de ses chauffeurs lors de son ultime
arrestation ? Au moins KUKU Joseph se venger de son maître en mettant hors état de nuire l'un après l'autre ses énnemis jurés.C'est le seul qui aurait essayé d'appliquer la politique de son
maître. Dans cette affaire, Mobutu n'est qu'un vecteur. La matrice reste quand même Lumumba. Je veux dire que s'il n'y avait ce Mobutu là, aussi longtemps que PATEL était en vie, la CIA et la
surêté Belge auraient cherché d'autres Mobutu. D'ailleurs sans grand mal. Mobutu malgré sa folie, a avec biensûr le concours de ses mentors, essayé de sauvegarder l'intégrité territoriale de
notre espace politique commun.Je ne demande pas du tout que ses crimes soient oubliés. Tout ce que je veux est qu'on essaie d'analyser plus profondement les évenements du début jusqu'à
aujourd'hui.

En ce qui me concerne, je dirai, sans courir le risque de blaisser ceux de nos parents qui ont connu les meandres de la colonisations, que 80 ans continuent à me paraître très juste pour
pouvoir malaxer les comportements, pour apprendre à maitriser la gestion de la chose publique etc.
La colonisation dans son ensemble est une très mauvaise chose. Le mieux aurait été de ne pas aller occuper un espace à autrui. Mais une fois dédans, ça me parait encore plus cruel de pouvoir
abandonner ces pseudo Etat économico-artificiels de la manière que cela a été faite en 1960.
 


Messager 10/12/2009 19:25


Papatoto,

Hormis les informations nécessaires sur l'Ecole des Cadets et l'ERM, notre discussion reflète le clivage qui a prévalu à la veille de l'indépandance du Congo entre les nationalistes et les modérés
(PNP) PENE PENE NA MINDELE. Finalement la Belgique et les USA ont fait que le Congo soit dirigé par ces derniers, en compagnie de certains faux naltionalistes, à la solde des occidentaux. Nous
savons où ils ont conduit le pays.
Ne nous écartons pas du sujet . Ton posting avait pour but de mettre en relief les mémoires de Moïse Tshombe et de Mobutu. Lorsqu'un leader politique comme Tshombe reconnaît avoir été manipulé par
l'occident et qu'il prône l'unité du pays, nous devrions saluer son patriotisme. Lui au moins ne s'est pas entêté à défendre la politique pro belge qui n'a profité qu'à quelques égoïstes et à leurs
familles, au détriment du peuple congolais.
Nous attendons la suite des mémoires de Tshombe. En ce qui me concerne, dès que le temps me le permettra, j'exposerai les extrais du livre d'Albert Kalonji.

Messager


anaclet 10/12/2009 11:49


Voici un document sur les premiers étudiants congolais de l'ERM



http://www.tpci-oldfellows.be/site/index2.php?option=com_docman&task=doc_view&gid=337&Itemid=31


Papatoto 09/12/2009 20:43



Anaclet,


A propos du roi Léopold II, il s’agit bel et bien
de l’histoire. Les juges s’étaient  déplacés jusqu’au Congo pour  constater les dégâts causés par le
caoutchouc de ce roi. Pour votre information, si les congolais ne ramenaient pas assez de caoutchouc, leurs mains y compris les seins de leurs femmes étaient coupés. La télévision Belge et ARTE
avaient diffusé un documentaire sur  le procès du Roi Léopold II. L’historien Congolais du CNRS (France), Elikya Mbokolo a mis aussi un document sur
youtube.


Je vous ai donné les noms et la date de Congolais
qui étaient arrivés pour poursuivre leurs études à l’E.R.M


S’il y avait une école de Cadets à Luluabourg,
c’est une bonne chose mais comme je l’avais dit les Congolais le plus costaud présentent directement le concours d’entrée tandis que les autres étaient admis en année préparatoire. La grande
majorité de candidats Belge ne passent pas par l’école de Cadets. Ils passent directement ce concours mais avant tout ils devraient réussir d’abord aux épreuves physiques.


Pour ce qui concerne Patrice Emery Lumumba, notre
pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un intérêt, ni à un parti, ni à un dogme, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit ,si ce n’est aux faits eux-mêmes parce que  pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être.



Papatoto 09/12/2009 20:40



A propos du roi Léopold II, il s’agit bel et bien
de l’histoire. Les juges s’étaient  déplacés jusqu’au Congo pour  constater les dégâts causés par le
caoutchouc du roi de r les victimes de l’empire du Pour votre information, si les congolais ne ramenaient pas assez de caoutchouc, les mains de congolais y compris les seins de leurs femmes
étaient coupés. La télévision Belge et ARTE avaient diffusé un documentaire sur  le procès du Roi Léopold II. L’historien Congolais du CNRS (France),
Elikya Mbokolo a mis aussi un document sur youtube.


Je vous ai donné les noms et la date de Congolais
qui étaient arrivés pour poursuivre leurs études à l’E.R.M


S’il y avait une école de Cadets à Luluabourg,
c’est une bonne chose mais comme je l’avais dit les Congolais le plus costaud présentent directement le concours d’entrée tandis que les autres étaient admis en année préparatoire. La grande
majorité de candidats Belge ne passent pas par l’école de Cadets. Ils passent directement ce concours mais avant tout ils devraient réussir d’abord aux épreuves physiques.


Pour ce qui concerne Patrice Emery Lumumba, notre
pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un intérêt, ni à un parti, ni à un dogme, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit ,si ce n’est aux faits eux-mêmes parce que  pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être.



anaclet 09/12/2009 19:12


Papa Toto,

Un pamphlet ne peut être considéré comme parole d'évangile. Le Roi nous a légué le Congo,une entité qui n'existait pas avant son entreprise. Plein d'autres lectures parlent différemment de Léopold
II. Parlons d'histoire,évitons la polique.
Parmi ceux qui discutent ici,il y a aussi des personnes qui ont grandi dans le camp militaire à côté des écoles centrale,des cadets,des gradés. Nous parlons du Congo. E. Kandolo par exemple son
père est né non loin desinstallations militaires de Luluabourg. Avril 1960 ce n'est pas après l'indépendance. L'indépendance n'est arrivée qu'au 30 juin 1960.
Bompeya dont je connais bien la famille à Yolo-Sud,a intégré l'école des pupilles puis l'école des cadets à Luluabourg avant 1960,c'est-à-dire avant l'indépendance.
Lumumba n'a exercé le pouvoir que pendant deux mois et demi. Je ne vois pas ce qu'il aurait pu faire nous. Des meilleurs plus que lui,il y en avaient plein. Je crains que notre discution tourne
entre un fanatique de Lumumba et quelqu'un qui ne croit pas en lui comme moi. On ne tue pas ses compatriotes,en particulier e sa province pour le plaisir du pouvoir.








Papatoto 08/12/2009 21:58



Anaclet,


Le roi Léopold II est à la base du premier
génocide qui s’était passé au Congo. A ce propos, Edmund Morel et les autres dont deux noirs américains  avaient combattu le système esclavagiste
d’exploitation en outrance du  Caoutchouc instauré par le roi Léopold II. Ce système avait causé l’extermination de 10 millions de Congolais. Grâce à
cette lutte que ce roi était obligé de céder le Congo à la Belgique.


L’école de Cadets fait référence à l’école
secondaire et l’Ecole Royale Militaire  est une institution universitaire. Certains futurs officiers étaient obligés de passer par  une année préparatoire ou spéciale de cette école pour  bien préparer le concours d’entrée à l’ERM. Ceux qui étaient
plus costaud passés directement ce concours. Les premiers Congolais étaient arrivés à Bruxelles ; le 23 Avril 1960.


L’Ecole Royale Militaire (ERM) existe depuis 175 ans, elle a été créée en 1834.


Est-ce
que vous pouvez me donner les plus amples détails des congolais qui sont arrivés en Belgique avant l’indépendance ?


La Chine est devenue une puissance économique pas
uniquement à cause des reformes de 1979.


Patrice Emery Lumumba en tant que premier ministre
devrait trouver une autre solution à la  révolté de Bakwanga.  Mais il faut savoir la mort de Lumumba
était proclamée bien avant l’indépendance. S’il était venu à la table ronde parce que les autres avaient exigé sa présence comme une condition avant de commencer cette table ronde.


Emery Patrice Lumumba n’était pas un rancunier
envers les colons. A ce propos, je vous conseillerai de réécouter ses discours.



anaclet 08/12/2009 21:09


J'ai puisé dans les archives de mbokamosika les images de Luluabourg montrant l'école des cadets.


http://www.mbokamosika.com/article-28725202-6.html#c


Messager 08/12/2009 11:09


papatoto,

L'école des cadets avait  existé à Luluabourg, presqu'à la veile de l'indépendance. Elle était destinée aux enfants des gradés d'élite de la Force Publique et à certains enfants des civils.
Eluki fut un de ceux-là.

Messager


anaclet 08/12/2009 09:11


Papa Toto,

Vous êtes dans l'erreur. Les congolais sont parti en Belgique à l'école royale militaire avant l'indépendance.
Moi personnellement j'appelais l'école de Luluabourg l'école des cadets et je n'étais pas le seul. Ensuite les élève se préparaient au concours d'entrée une fois arrivés en Belgique.
La légende voudrait que les belges n'ait jamais voulu former les congolais. Est-il nécessaire de tronquer notre histoire?  Léopold II était informé de la réussite de Booker Washington car il
voulait savoir comment était traité les noirs en Amérique.
Booker Washington un noir affranchi au 19° siècle a beaucoup oeuvré,avec l'aide des amis des noirs aux états unis,à l'émancipation de ses congénères en créant des écoles et différentes autres
structures qui ont concouru à l'épanouissement des anciens esclaves.
Léopold II s'est inspiré de ce noir et des amis américains des noirs pour demander des études sur les possibilités d'émanciper les congolais. L'école mondiale fut créée dans ce sens. Ensuite l'cole
prenait le relais. Malheureusement Léopold II est mort avant de voir son oeuvre s'accomplir. Mais la Belgique n'a pas dévié d'un iota sur l'idée d'émanciper les noirs qui n'étaient en aucun cas
déconsidérés.
La Chine est un pays capitaliste avec un gouvernement dictatorial qui se dit aujourd'hui encore timidement communiste. Prétendre que c'est le communisme qui fait la Chine actuelle serait
une erreur historique.
Lumumba comprenait l'indépendance comme une vengeance envers les colons. Pour le reste il se laissait manipuler par des gens qui ont su exploiter sa soif du pouvoir. Si les blancs  s'en vont
vous serait le seul maître,est une idée très tentante. A partir d'elle,il a commis l'irréparable deux mois après l'indépendance. Il a tué les baluba à Bakwanga sans remord aucun.
    


Messager 08/12/2009 08:42


Ce que certaines personnes n'ont jamais compris est qu'à travers l'assassinat de Lumumba, la Belgique s'était moquée de tout un peuple et  avait fait preuve d'une barbarie contraire à l'image
d'un pays censé avoir civilisé les nègres.
Si le soit disant alignement de Lumumba sur le communisme était un crime selon la loi fondamentale, on n'avait qu'à le déférer devant la justice et le sanctionner conformément à la loi. Pourquoi
l'envoyer hypocritement dans une partie du territoire en sécession pour faire porter le chapeau à Tshombe?
Au lieu de condamner cet acte teinté de lâcheté de la part de nos dirigeants de l'époque, on préfère enfoncer celui qui en était la victime.
Quant à l'argument d'avoir perpétré le massacre des baluba, je défie quiconque  à me citer le nom d'un seul politicien congolais qui n'ait pas du sang sur ses mains. Si lumumba a tué, les
autres politiciens ont plus tué que lui. Avaient-ils été sauvagement tués Comme lui? Le livre de Kalonji montre pourtant la responsabilité de Mobutu dans ces tueries.
Il ne faut pas chercher à justifier l'unjustifiable. La Belgique a reconnu officiellement son crime,et on devrait en prendre acte, au lieu de chercher à distraire les jeunes qui nous lisent à
travers ce blog.


Messager


Papatoto 07/12/2009 21:01



Anaclet,


La source de cette lettre provient du livre du Prof. Félix Vundwawe : "A l’ombre du léopard " (ISBN
2-930441-04-6).


Dernièrement, j’avais lu le livre de Charles Onana, là dedans, il y a aussi une lettre dans laquelle l’émissaire de
Bill Clinton, Bill Richardson demandait poliment à Mobutu de partir.


En Belgique, l’école de cadets (année préparatoire de Math-Physique et chimie) était une voie qui préparait les
candidats officiers au concours d’admission à l’Ecole Royale Militaire.


Pour votre information, pour des raisons budgétaires, cette école n’existait plus depuis quelques années


A l’époque coloniale, ce genre d’école n’existait pas au Congo car la Belgique a toujours refusé de former des
officiers Congolais.


A ce propos, voici les noms de premiers officiers congolais sortis à l’Ecole Royale Militaire :


 


.1) OMBA


 2)
ELUKI
3) VUADI
4 ) IPOMA


5) ILELA


6) NDJATE


7) MUKOBO


 


Vous savez les politiciens occidentaux sont  le
 champion du monde  toute catégorie en matière de la tolérance quand tu abondes dans leur sens. En outre,
ils ont l’habitude de dire : "la tolérance que nous proclamons est le respect de la
personne et de la liberté d'autrui".


Malheureusement, cette citation ne concernait pas Patrice Emery
Lumumba. S’ils soupçonnaient à tort ou raison Lumumba d’être  communiste ?  Est-ce que c’était une
raison de le tuer de la sorte ?


A mon avis, Patrice Emery Lumumba était devenu un danger public car
il raisonnait  comme eux  au lieu de croire bêtement les recommandations de Jules Renkin(Ministre de
Colonies).


 


 


 



Messager 07/12/2009 18:30


J'estime qu'un pays indépendant est libre d'opter pour une idéologie politique de son choix. Lumumba  a été vainqueur des élections démocratiquement organisées avait la latitude de se tourner
vers les puissances de l'Est. Oê est le mal. la Chine Communiste est parmi les pays les plus prospères économiquement aujourd'hui.
Lumumba a beaucoup fait pour le Congo, en démontrant que tous nos politiciens n'étaient pas prêts à se faire corrompre par les occidentaux pour trahir leur pays. Il est ainsi mort tête haute, sous
les regards admirateurs de tous les traitres et ceux qui ne voulaient pas que le Congo soit véritablement libre.
Il n'est pas facile de ternir l'image d'un honmme qui a versé son sang pour libérer son peuple.
Les laquais des occidentaux sont connus par tous les congolais, Lumumba n'en fait partie, et il est mort une cause noble.

Messager


anaclet 07/12/2009 08:48



@Papa Toto,

Pouvez-vous nous dire la source de la lettre de Mobutu à Chirac?
Le service militaire était obligatoire du fait de la conscription,n'oublions pas que nous étions sujet belge avant l'indépendance. Beaucoup de familles vivaient l'appel de l'armée comme une
punition. On faisait tout pour être inapte pendant ce qu'on appelait les trois jours ici en France.
Mobutu fut exclu de l'école à Coquilatville parce qu'il était interdit aux élèves de l'école des frères de venir à Kinshasa pendant leurs études,cette ville de déperdition et du péché. Or Mobutu se
rendit à Léopoldville pendant les vacances. Il fut dénoncé par Eketebi. A  coquilatville Mobutu et sa famille logeaient dans la parcelle de la famille de Eketebi. Voilà comment il a connu
Eketebi et Mokolo.
L'école  militaire de Luluabourg était dénommée école des pupilles de l'état l'équivalent de l'école des enfant des troupes ou du prytanée militaire en France. On y préparait les jeunes
congolais aux métiers des armes et ils y recevaient aussi une formation intellectuelle du types secondaire qui les préparaient,pour les plus capables,à intégrer l'École Royale Militaire en
Belgique,c'était le parcours du futur général Bompeya par exemple. Le Colonel Lenga-Lenga est allé à l'armée par la conscription,il n'était en rien turbulent.
Ceci dit rien ne dédouane Mobutu de tout le mal qu'il nous a fait. Il fut mauvais pour le Congo. Les plaies qu'ils nous a infligées,nous mettrons longtemps à les cicatriser.
Lumumba était dans le giron communiste. Du matériel de propagande communiste fut saisi par la police à destination de Kisangani avant l'indépendance ainsi fut-il mis sous surveillance. C'est
toujours la sûreté belge qui obtint pour lui le statut d'évolué pour refréner son activisme et l'emploi à la brasserie à Léopoldville fut tout aussi un cadeau de l'administration belge pour mieux
le surveiller dans la capitale.
Comprenait-il le socialisme et le communisme qui sont des concepts hautement intellectuels? J'en doute. Le résumé rapide que l'on faisait du communisme à l'époque a du le séduire. Mais il a reçu
une aide substantielle des communistes belges. C'est eux avec les socialistes qui lui ont conseillé l'idée de "l'indépendance immédiate". je me pose la question sur son courrier posthume,ne
serait-ce pas un texte apocryphe? Ce monsieur non plus n'a rien fait pour nous sauf bruler ses frères du Kasaï au lance flamme. La guerre de Bakwanga fut un génocide. C'est là l'origine de
l'hostilité de la communauté internationale envers Lumumba. Il aurait été dictateur comme Nkruma,Sékou Touré et ses autres mentors.Le Jury d'état s'appelait le "Jury Central" qui existait au
Congo même après l'indépendance. Le diplôme de l'écomoraph par exemple n'était pas homologué,les finaliste qui l désiraient passaient le Jury Central pour pouvoir accéder à l'Université ou
sollicitait l'homologation auprès du gouvernement. Ainsi le Père Bogart a-t-il créé pour eux l'école supérieure de commerce dont les bâtiment existe toujours à coté l'école secondaire saint Raphael
à Kinshasa. Le jury était ouvert aussi aux autodidactes comme vous le dites si bien mais très peu réussissaient du premier coup. Dans les années soixante-dix le jury central se tenait encore,je
connais un des derniers candidats qui a échoué malheureusement.
Dans l'ensemble,je vous remercie de vos informations.


Papatoto 06/12/2009 18:47



Messager,


J’avais lu les mémoires de Moïse Kapend Tshombe, il y a longtemps. Je suis en
train de rechercher la nouvelle adresse de la défunte femme du vieux (ancien politicien) qui m’avait  prêté  le livre de Tshombe, pour que je puisse  le relire car beaucoup des événements se sont passés dans notre pays. Mais
ce qui est curieux, Tshombe demande à la future génération de garder le Congo uni. Par contre, il reconnaît qu’il avait commis des erreurs car il était manipulé par les occidentaux.


A mon humble avis, les Etats-Unis et la Belgique considérèrent les
politiciens Congolais comme de simples pions sur l’échiquier, utilisés pour permettre l’exploitation légale ou illégale des ressources minières du Congo. Le peuple Congolais doit comprendre dans
quel système, les politiciens Congolais sont enfermés pour prendre sa propre destinée en main.


 


 


 



Messager 06/12/2009 14:25


Papatoto,

Tes précisions répondent à beaucoup de mes préoccupations. Je voudrais toutefois te demander de pousser tes recherches en vue de mettre la main sur les mémoires de Moïses Tshombe. Car, ce qui
importe pour nous est de connaître ce qui avait poussé tel ou tel acteur politique à adopter un type de comportement durant sa carrière politique.
J'ai déjà eu l'occasion de lire des extraits du livre "La vérité de Mulopwe", dans lequel Albert Kalonji explique son action durant la césession du Sud-Kasaï.
Si nous pourrions le  compléter avec les mémoires de Tshombe, de Mobutu, de Nendaka, Bomboko, certains généraux...nous nous ferions une idée sur nos politiciens. Peut-être que la nouvelle
génération s'en servira pour ne plus commettre les mêmes erreurs. Même si l'histoire au Congo ne fait que se répéter. On avait infiltré Mobutu dans le MNC, tout comme l'opposition radicale 
conduite par Tshisekedi avait été infiltrée à son pour empêcher le Congo à avoir une  transition post-Mobutiste.
Et l'AFDL de Kabila, a à son tour été noyautée par les Rwandais. Une succession d'infiltrations ayant mené le pays là où il se trouve actuellement.

Messager