Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

Le football de Léo des années 1960 (4ème partie)

Année 1964 : Le retour de Dragons aux affaires

et la grande envolée de Bana Véa

Précédée par une tonitruante campagne de presse menée avec pompe par169037 191599620851946 184810818197493 741556 3571821 n quelques journalistes d’obédience V-Clubienne, l’année 1964 démarra pour les vert-noir sur des chapeaux de roue. En effet, après avoir frôlé la relégation en 1963, et voulant justifier leur sobriquet de Bana Mbongo, les grands donateurs de ce club ne vont pas lésiner sur les moyens pour assurer une réhabilitation rapide de leur équipe.  Après la traditionnelle réunion de famille tenue chez Mingiedi Mbala, ils entreprirent une grande opération de recrutement à grands frais des nouveaux joueurs. Avec cette politique de charme opérée en direction de leurs supporters, c’est avec un moral gonflé à bloc que les nouveaux dirigeants vont relancer cette merveilleuse machine confiée entre les mains expertes de Mfumu Ntaku, de son vrai nom Aponga. Ainsi naquit « l’AS V-Club Nouvelle formule ». Isaac Koko Kizubanata, Eddy Mavomo, Branly Ntukadi, Kitemona Nsilu et autres Lucien Tshimpumpu vont ainsi consacrés plusieurs articles sur le renouveau de ce club complètement requinqué et qui réussit sans coup férir à changer son look. Avec l’arrivée des joueurs comme Kibonge dit Gento, Balonga Bekao, Luyeye Commando, Nkoko Biscouri, Limbati Haut Commandement, Musungu, Mange (Général), Bakekole alias Lumumba, Lufutuka Mobylette, Muniangu Petit Vincent, les dauphins noirs vont sonner l’hallali et confirmer toutes les belles choses qu’on prédisait de cette génération.

Mais au finish, 1964 connaîtra, nous l’avons déjà dit, la consécrationRoi-Saio.jpg des monstres qui réussirent à bâtir à partir des parcs une machine très redoutable qui remporta de belle manière le titre de la saison. Cette troupes du président Apenela était au propre comme au figuré irrésistible. Elle va devenir la bête noire de Daring qui va croupir sous son joug durant des longues années. Ce fut une belle revanche pour les Monstres Du Sang et Or qui pouvaient finalement repartir sur des bonnes bases. Mokili Saïo, transfuge de Malekesa de Kisangani fut le grand artisan de cette réussite. Insaisissable sur le terrain, ce joueur solidement ancré sur ces deux jambes justifia au sein de sa nouvelle équipe toute la confiance qu’on avait placée en lui depuis les parcs où il avait eu le temps de s’acclimater avec le jeu très endurci de sa nouvelle formation qui disposait d’une défense ressemblant à un mur en béton. Solidement ancré sur ses deux jambes, Ntinu Saïo, un dribbleur émérite fut sacré le meilleur joueur de la saison. On dirait qu’il fut un véritable poison pour toutes les défenses des équipes adverses qu’il croisait sur son chemin. Pour neutraliser cet attaquant dont la vélocité n’avait pas de pareil, les entraineurs devait inventer des stratégies pour faire face à ce monstre sacré. Dans ce registre, seul, le frêle Jacques Bokoko, le latéral gauche du FC Union avait trouvé la faille dans les dribbles de Saïo et savait comment le contenir. Cela lui valut une année plus tard, son transfert dans Vita Club où il fut utilisé dans le couloir gauche de la défense des vert-noirs.

L’histoire ayant toujours horreur du vide, un nouveau maître va effectuertpmazembe1 son apparition sur la scène du football congolais en 1964. A dater de cette année-la, le public sportif kinois va découvrir et s’habituer avec la présence ininterrompue du TP Englebert Mazembe de Lubumbashi « Badianguena ». Cette formation va effectuer sa remarquable entrée sur la scène sportive congolaise qu’il continue à dominer jusqu’à ce jour, reléguant au second plan le FC Saint Eloi Lupopo, l’équipe qui était jusque-là, la mieux connue des kinois. Nous avons ainsi fait la connaissance des joueurs pétris de talents tels que : Kalala Mukendi dit Yaoundé, Kazadi le gardien volant et sa doublure Kalambay, Katumba Bande Rouge, Ngoy, Mwepu, Saïdi alias Suisse, Mulenda, Tshinabu Brinch, Kabeya Tchotcho,  Kalonzo, Nyembo alias Toyota, et autres Kapata Dix Sengi et plus tard tous ces joueurs qui ont toujours fait la fierté de notre pays. Champion du Congo au détriment des Monstres, le TP Englebert soutenu par toutes les équipes de Kinshasa, réalisa un excellent parcours en Coupe d’Afrique des Clubs Champions (ancienne formule) où il parvint sans coup férir à inscrire son nom dans le palmarès et cercle fermé des Champions d’Afrique des clubs.

Entretemps à Kinshasa, il a fallu attendre l’année 1965 pour que la joie revienne complètement dans les rangs des V-Clubiens. Bénéficiant cette fois-ci des services de M. Desacres, un entraîneur expatrié qui avait fait auparavant ses preuves dans l’encadrement technique de l’équipe des aviateurs, le FC Mikado, ce technicien débarqua dans l’AS V-club, flanqué de Ezando alias Télévision, son gardien de buts fétiche. Les dirigeants de cette équipe vont continuer leur travail en renforçant leur club avec des nouveaux joueurs aguerris et pétris de talents. Avec l’arrivée du percutant avant centre Jean Kembo que les vert noirs iront chercher à Kisantu dans le Bas Congo au sein du FC Dragons de cette localité, les protégés de Mfumu Ntaku pouvaient enfin respirer, car ils venaient de dénicher l’oiseau rare, juste au moment où ployant sous le poids de l’âge, l’étoile de Luc Mawa commençait à péricliter. Avec Petit Jean « Monsieur But » à la pointe de sa ligne d’attaque, à laquelle il fallait ajouter les précieux renforts de Mavuba, Freddy Mayaula alias Trouet et du virevoltant ailier gauche passe partout Adelard Mayanga « Good Year », venu tout droit de V-Club Dendale et qui fut l’objet d’un troc d’un genre particulier avec Mbungu Tex ancien de Espoir de Léo, le célébrissime Lucien Tshimpumpu baptisa la ligne offensive de V-Club du nom de « l’attaque mitraillette ». C’est cette année qui marqua le retour de Vita Club au sommet du football kinois, après avoir rasé tout sur son passage. Cette équipe va finalement remporter sa première coupe nationale, si je ne me trompe pas, au prix de mille intrigues dans la fournaise de Bukavu en 1967, après la foire de Kisangani qui démontra l’incapacité teinté d’un sentimentalisme outré des dirigeants de la FECOFA. Les anciens savent comment les choses se sont passées au cours de cette phase finale de la honte. On n’y reviendra pas.

Entretemps, le Président Bila Bilaf qui avait succédé à la tête de Daring179833_199340650077843_184810818197493_797198_7119-copie-1.jpg avait réussi à dribbler les Monstres sur le marché de transfert en arrachant in extremis la signature de Raoul Kidumu, transfuge des Diables Rouges de Thysville. Effectivement, le transfert de cette perle ngunguoise a fait couler beaucoup d’encres et de salives dans les milieux sportifs. Durant plusieurs semaines, le feuilleton de Raoul va dominer la Une de la presse écrite, jusqu’à la disparition tragique du chauffeur M. Makombo Majos, 1er Vice Président de Dragons, spécialement envoyé à Thysville pour aller récupérer ce joueur. C’est Papa Weregemere, l’un des directeurs de l’Otraco de l’époque qui était en même temps, membre influent du Comité sportif des vert et blanc, qui réussit à mettre fin à la récréation. Il  intima l’ordre aux dirigeants des Diables Rouges de Thysville, club sponsorisé par son entreprise de libérer et de signer sans tergiverser le transfert de ce joueur d’exception dans le FC Daring. Kidumu fut un joueur racé, un specimen rare qu’on ne trouve pas dans tous les coins de la rue. Il réalisa au sein de sa nouvelle formation des choses incroyables. Les vert-noir garderont toujours des mauvais souvenirs de cet attaquant qui en a fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs de leur équipe. Toujours au sujet de Kidumu, il réussit sans coup férir de marquer en compagnie de Manu Kakoko « Dieu de Ballon » (transfuge de Racing de Matete), les esprits de tous les imaniens. Ensemble, Ils sont parvenus de manière spectaculaire sous la direction du Président Jonas Mukamba alias Sukisa à rompre la tradition qui liait leur équipe au FC Dragons. Sans nul doute, c’est l’un des meilleurs duos d’attaquants évoluant au sein d’une même formation qu’on a connu. Leur complicité s’est poursuivie au sein des Léopards, notre équipe nationale qu’ils n’ont pas tardé de rejoindre. Dans la promotion dirigée par Vidinic, ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes, jusqu’à devenir deux des pions majeurs incontournables de cette sélection. Les amoureux du ballon rond se souviendront toujours de cette sélection qui comptait dans sa ligne d’attaque, deux attaquants gauchers. Alors qu’auparavant, Adelard Mayanga et Kakoko étaient alignés à l’aile gauche dans leurs clubs respectifs, ces deux joueurs unijambistes ont fait sensation en occupant à tour de rôle les deux ailes du terrain, désarçonnant ainsi le plus souvent leurs adversaires, appelés à se réadapter à la technicité de chacun de ses ailiers. C’est cela la touche des grands joueurs et des grands entraineurs qui savent trouver des solutions aux problèmes auxquels ils sont confrontés.

Kidumu, Kakoko et Mayanga sont parmi ces grands footballeurs de légende qui ont joué un rôle majeur dans les années 60 et ont dominé de leurs empreintes personnelles la première partie des années 70. Leurs prouesses et exploits resteront à jamais dans nos cœurs. Nous pouvons aussi affirmer sans peur d’être contredit, à la nouvelle génération,  que la décennie 60 fut très florissante. Elle correspond à l’âge d’or de notre football qui rasait tout sur son passage. A l’instar de notre économie qui était très prospère, le football congolais régnait sans partage en Afrique Centrale. C’est sans surprise que nous avions remporté les premiers Jeux de Tropiques organisé en 1963 à  Dakar au Sénégal. Notre équipe nationale eut aussi le bonheur d’effectuer en 1965 une véritable promenade de santé aux Premiers Jeux africains de Brazzaville où Les Lions avec l’avant centre Luc Mawa eurent le toupet de ridiculiser certains pays de l’Afrique centrale (Tchad, République Centrafricaine et Gabon) avec des scores qui avoisinaient la vingtaine de buts. Seul le Cameroun s’en tira avec une défaite honorable sur le score de 3 buts à 0.  Mais comme chaque chose a une fin, c’est toujours en 1966 que notre équipe nationale connaîtra sa première véritable débâcle de son histoire devant les Blacks Stars du Ghana conduits de main de maître par Mensah, Osseï Koffi, Mfum, et autres Kwamenti. Comble de malheur, ce match fut joué en présence du Président Joseph Désiré Mobutu. Les Etoiles Noires du Ghana dans un jour du tonnerre offrirent ce jour-là un spectacle de football inoubliable et parvinrent à tourner en dérision notre équipe nationale. Le Maréchal Mobutu dont on connaissait la fierté et ne badinait pas avec tout ce qui touchait au prestige de son pays décréta la dissolution de notre équipe nationale et dans la foulée décida le rapatriement de tous les joueurs professionnels congolais évoluant en Belgique. À l’exception d’Erumba « Mocassin Noir » qui résista à cet appel, tous les joueurs communément appelés Belgicains rentrèrent au pays où ils eurent le bonheur de renforcer leurs équipes d’origine. Entretemps, la plupart des joueurs qui avaient fourbi leurs premières armes au Katanga optèrent pour le FC Daring. Une nouvelle équipe nationale fut mise en place sous la direction de l’entraîneur Csanadi qui sera plus tard remplacé M. Mori avant l’arrivée du Yougoslave Blagoje Vidinic. Ainsi naquirent nos Léopards, une équipe tenue sous les fonds baptismaux par Mobutu Sese Seko, le grand Léopard lui-même. Celui-ci ne badina pas avec les moyens. Après avoir pris notre revanche sur les mêmes ghanéens sur le score de 2 buts à 0, dans le même antre du Stade Tata Raphaël, nous avons vu défiler plusieurs équipes de renommée mondiale dans notre mythique stade de Kinshasa. Nous comptons parmi les rares privilégiés qui ont vu jouer le Santos FC du Brésil avec son Roi Pélé  au stade du 20 Mai. D’autres autres grandes formations  européennes de grande renommée telles que le SCO d’Angers, Portuguesa de Rio, se sont cassés les dents devant nos Léopards. C’est l’époque où  nous ne jurions que sur le « makambo ya mabele ». Qui peut nous contredire si nous affirmons que cette politique fut très avantageuse et profitable à nos équipes et à nos joueurs, car au contact avec l’extérieur, ils avaient réussi à s’aguerrir et à acquérir une expérience des rencontres de haut niveau. Ainsi, au niveau de l’équipe nationale, il existait déjà une ossature de base composée des joueurs qui se connaissaient bien et de ce fait, avaient réussi à créer des automatismes dans leur jeu. En outre, la symbiose entre Belgicains et Locaux était assurée par des entraineurs de très grande notoriété installés au pays et vivait au quotidien, les réalités de notre football. Les bons résultats n’ont pas tardé. Aussi, revigorés par le sang neuf apporté par des joueurs aussi doués et expérimentés tels que Muana Kassongo, Kabamba « Serpent de Rail », Mutshimuana, Freddy Mulongo, Muwawa Pélé, Mayama Braine, Bonga Bonga,  etc… coup sur coup, Les Léopards vont redevenir Maître en Afrique avec leurs sacres en 1968 et en 1974. Ils entreront aussi dans l’histoire pour avoir été la première équipe de l’Afrique Sud-Saharienne qui a participé à une Coupe du Monde de Football. C’était toujours en 1974 à Gelsenkirchen en Allemagne. Rideau !!!

Prochainement : « LE MOT DE LA FIN »

 

Jean KOKE MIEZI

Commenter cet article

adei toko 10/11/2011 16:54



Cher Paulin,


je comprends votre soif mais ne troublons pas notre ami KOKE dans l'enchaînement de ses idées sinon son mot de la fin risquerait de manquer de saveur.Dans la mesure du possible nous ne manquerons
pas de compléter celui qui se revèle être comme une bibliothèque sportive. Mais en attendant sachez qu'il y avait 1 Biscouri de chaque côté du fleuve.



paulin 10/11/2011 15:43



ONCE AGAIN SALUT MON CHER JEAN KOKE MIEZI POUR TON ARTICLE, MAIS EASSAYE UN PEU D'APPORTER UN PEU DE LUMIERE SUR LE CAS DE CE JOUERUR DE CONGO BRAZZAVILLE QUI JOUA DANS L'EQUIPE DE DIABLES NOIRES
CONTRE DRAGONS EN 1966 OU UN AUTRE BISCOURI ET POUR LE CAS DE LUYEYE, JE CROIS EN MA CONNAISSANCE LUYEYE ETAIT JOUEUR DE F,C HIMALAYSA DU FEU KUBA ET EN 1971VITA ETAIT ENGAGE A LA COUPE D'AFRIQUE
DES CLUBS ET LE PRESIDENT MOBUTU ORDONNA AUX DIRIGEANTS DE V,CLUB DE PRENDRE N'IMPORTE QUEL JOUEURS DE LEURS CHOIX C'EST POUR CELA IL Y'A EU DES ARRIVEES EN VRAC DES JOUEURS COMME KONDI VENANT DE
F.C SAINT PAUL , MAVUBA RICKY VENANT JE NE SAIS OU, LUNGUILA VENANT DE F,C NOMADES, LUYEYE LE DEFENSEUR VENANT DE HIMALAYA ET AUTRE JOUEURS DE CLASSE



Nsimaketo 09/11/2011 23:02



Le commentaire no 2 est exacte.


Le 16 décembre 1973,L'AS Vita-Club remporta la coupe d'afrique des clubs champions contre l'Ashanti Kotoko de Kumasi au stade du 20 mai,à Kinshasa.(3-0)


J'étais un gosse de 11 ans.Je me souviens qu'au dernier coup de sifflet,Toute la ville était en fête.Les automobilistes klaxonnaient jusque tard dans la nuit.


Quelle personne peut nous publier les photos de cette rencontre ?


Qui étaient les buteurs de ce match?


Dommage,une grande équipe comme Vita-Club ne possède pas de site internet.


Cela allait permettre aux v-clubiens,éparpillés au quatre coins du globe,de revoir de beaux moments de ce club,des photos des joueurs qui ont vécu la pluie et le beau temps de Bana Véa,de gens
qui ont dirigé ou entrainé l'équipe.


Je prie les personnes qui ont dans leurs archives, les images de l'A.S Vita-Club (1970-1984)


de nous les publier sur ce site.Si possible,ceux qui peuvent nous commenter des derby qui opposaient Vita-Club à son ennemi éternel le C.S Imana;nous autres,les anciens Moscovites et
Tupamaros,seront comblés.


Ah la nostalgie,quand elle nous tient¨! Des discussions devant les kiosques à journaux,à l'école,dans les débits de boissons etc...la semaine d'avant le match et celle d'après.


Je vous remercie d'avance,à tous ceux qui vont nous faire revivre à travers les écrits et images ce vieux beau temps.


Litho.



Jean KOKE MIEZI 09/11/2011 18:57



Si mes souvenirs ne m'ont pas trahi, les joueurs qui posent dans cette photo sont:


Accroupis : Lofombo, Mamvukila, Kibonge, Ndaye, Mayanga, Ofualuka, Mbungu Taty ou Nsangu Magie (???), Mambuene
Maufranc


Debout : Mbuya, Tamundele, Baku, Lobilo, Kondi, Bisi, Kisweswe,
Lunguila(???)



sonny mokonzi 09/11/2011 17:13



DEBOUT de gauche a droite:MBUYA,TAMUNDELE,BAKU de miguelle,MBIMBI adede,KONDI technicien,JEAN BISI,KISWESWE,LOBILO ....ACCROUPIS:LOFOMBO,MAMVUKILA,KIBONGE gento,NDAYE,MAYANGA adelard,UFUALUKA
sekele,MBUNGU TATI,KADIMA



adei toko 09/11/2011 16:02



cher Jean Koke,


Je pense que vous avez été bousculé par les commentaires du Messager et de moi même sur les familles élargies.Vous avez trop synthétisé et du coup l'article nous laisse sur notre soif parce qu'à
mon avis on est qu'en 1967 et vous pensez déjà à conclure.C'est dommage



paulin 09/11/2011 15:11



mon tres cher frere jean, pour etre honnete avec moi meme je tiens tout d'abord a te remercier au fonds de mon coeur pour tes articles qui meritent des millions car  c'est depuis 1969 que je
suis devenu un supporteur de DCMP mais des choses que tu nous relatent ici je n'ai jamais ecoute ca quelque part meme pour ceux qui se disent qu'ils connaissent le football congolais de A a Z JE
N'AI JAMAIS SU OU IMAGINER Q'UN CLUB COMME RACING FUT FONDE PAR TAMBWE LEYA JE CONFESSE A PARTIR D'AUJOURD'HUI MOI QUI SE DISAIT QUE JE CONNAIS BEAUCOUP SUR LE FOOTBALL CONGOLAIS QUE JE NE
CONNAIS RIEN ET SACHE QUE JE FAIS DES PHOTOCOPIES QUE JE GARDE JALOUSEMENT DANS MES ARCHIVES PERSONNELS, SACHE QUE NOUS AVONS TOUS BESOIN DE TOI POUR NOUS APPRENDRE DES CHOSES, MOI TON FRERE
PAULIN JE SUIS EN ANGLETERRE DEPUIS 1999 ET MALGRE MES ARCHIVES LAISSES AU PAYS SACHE QUE CE QUE TU ECRITS REGULIEREMENT NE SONT PAS DANS DANS DES JOURNAUX QU'ONT ACHETAIENT CHAQUE FOIS AU PAYS
COMME "ELIMA SPORT " QUI PARAISSAIT HAQUE VENDREDI OU LE JOURNAL " masano " qui sortait chaque Mercredi ou Congo sport, mon tres cher compatriote ne diparaissez pas dans la nature, tu es une
bibliotheque vivante de l'histoire du football Congolais, n'aurra tu pas l'amabililite de me donner ton numero de telephone personnelle pour d'autres questions, la mienne est le 00447944807410 ou
le 00441142496012



Richard Kasongo 09/11/2011 04:43



De gauche a droite: Debout 4eme Mbibi Adede...          


Acroupis: de gauche a droite: 3eme Jeef Kibonge,
Pierre Ndaye , Mayanga Adelar......