Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

L’interview de Bruno ,en hommage à son jeune frère Denis Bonyeme.

 

La 23ème commémoration du décès de l’ancien chanteur de Thu Zahina : Denis Bonyeme, initiée par Levy et publiée  anticipativement le samedi 5 octobre sur mbokamosika a provoquées des réactions inespérées.

En effet touché par cet hommage,  le mbokatier Historien est immédiatement entré en contact avec Bruno Bonyeme, frère de Denis Bonyeme et ancien ténor de Thu Zahina, qui n’a pas hésité à nous communiquer son numéro de téléphone depuis le Canada, où il réside  actuellement.

Saisissant cette opportunité, nous l’avons appelé le dimanche 6 octobre 2013 à 14 hr 30, soit 8hr 30 ,heure du Canada. Vu les circonstances et le manque d’un équipement pouvant nous permettre un enregistrement de qualité, nous sous sommes limité à réaliser une interview par téléphone axée sur l’hommage à son frère disparu depuis le 9 octobre 1990 à Kinshasa dont voici le contenu.

 

L’interview de Bruno Bonyeme à Mbokamosika

 

Messager :Bonjour Bruno, je vous appelle depuis le Suisse à propos de l’hommage que  le le blog mbokamosika est en train de rendre à votre jeune frère Denis Bonyeme à l'occasion de la 23e commémoration de sa mort.

Bruno Bonyeme : Bonjour, j’ai été contacté  hier par un beau frère. Je suis très sensible à l’hommage que votre site a rendu à mon jeune frère. Vous savez, par le temps qui court, tout le monde prétend tout connaître. J’ai vécu l’histoire de notre musique en tant qu’élève, étudiant, et administrateur élu de la SONECA. Je suis sociologue de formation.

Messager :Pouvez-vous nous décrire comment et qui avait recruté Denis Bonyeme dans Thu-Zahina au moment où vous y évoluez  étant donné qu’à cette époque les grands frères ne souhaitaient pas que leurs jeunes frères deviennent musiciens ?

Bruno : C’est moi qui l’avait recruté dans Thu Zahina en tant que fondateur. Etant mongo d’origine, « Thu » signifie noir. Il avait été recruté en compagnie d’autres jeunes de Kalina (Gombe) comme Rathos , Ileo, Kabeya qui vivait sur Av Lubefu No 34. Notre père travaillait au ministère de la Justice et habitait Kalina.

Messager :Qui a été à la base de la création de l’orchestre Thu Zahina ?

Bruno :L’idée est venue de Kabeya (un juriste) qui étudiait en Belgique et qui évoluait dans Yéyé National. Durant les vacances, et par manque de distractions, il nous a réunis pour imaginer une  solution. Robot Ntumba a apporté une guitare sèche et nous avons convenu de créer un orchestre. Le deuxième jour nous nous sommes réunis de nouveau pour trouver un nom. Nous avons supputé sur plusieurs appellations dont Black Star. Kabeya en tant que juriste a insisté que nous trouvions un nom purement  africain. C’est ainsi que nous avons trouvé le nom « Zahina » suggéré par Maurice et qui signifie en langue Bemba du Katanga « ami ». Mais Kabeya a tenu que nous trouvions mieux. C’est alors que j’ai ajouté Thu  qui signifie noir en mongo, ma langue d’origine. C’est ainsi nous avons adopté le nom « Thu-Zahina » ou les copains noirs.

Messager :Pourquoi avez-vous fait appel à Denis ?

Bruno :J’avais intéressé Denis car je savais qu’il chantait et composait bien depuis la Colonie scolaire à Boma où nous avions appris la musique. Chaque élève devait joueur au moins un instrument. Nous avions fait partie de la Fanfare de la Colonie Scolaire.

Denis avait accepté  et avait pris part  à la première répétition .Il peut être considéré comme co-fondateur. comme j’étais chanteur, nous avons formé un duo. Nous avons été les premiers chanteurs de l’orchestre, avec notre neveu Désiré Bokanga, qui vit actuellement à Bruxelles.

Par après,  j'avais recruté Kelly, qui habitait dans les environs de l’hôpital Mama Yemo. Viendront ensuite Tshomba Sawa et Ndebo Bonat. Jacques Pela Simba, le grand guitariste vivant à Paris. Ray Lema, qui habitait le quartier avait aussi contribué à former tous ces jeunes musiciens.

En fait, nous avions voulu que l’orchestre ne soit composé que par des jeunes habitant Kalina, afin d’éviter des problèmes sociaux.

Messager :Qui sont les fondateurs de Thu-Zahina ?

Bruno :Quatre personnes peuvent être considérées  comme fondateurs :

-Ntumba Robot (qui a apporté une guitare)

-Maurice  qui a trouvé le nom « Zahina »

-Kabeya, l’initiateur.

-Bruno Bonyeme qui trouvé le nom « Thu »

Georges Iléo, l’enfant du politicien Joseph Ileo a apporté la 2ème guitare.

Soulignons que le « Drum » a été introduit par l’orchestre Thu Zahina. Une nouveauté à l’époque. L’orchestre comptait deux formations : Thu Zahina typique et Thu Zahina Yéyé, avec Pela Simba, Basilwa, Paul Bijimine (qui est à Mbuji-Mayi).

Messager :Qui sont les premiers dirigeants de Thu Zahina ?

Bruno :La première présidente de Thu Zahina est Claudine Pelasimba, sœur de Pelasimba, qui travaillait à la Banque du Congo.

Les autres personnes qui  ont dirigé Thu Zahina sont Constant Ngandu (Avocat), et sa sœur Annie Ngandu.

Messager :Pouvez-vous nous parler du premier concert ?

Bruno :Le concert  préliminaire avait eu lieu avec des micros des magnétophones. Suite à l’exigence de Kabeya, les répétitions s’étaient intensifiées durant les vacances jusqu’à l’émergence d’un groupe de  filles et garçons soutenant l’orchestre d’une manière désintéressée. .

Jusque là, nous ne disposions que des guitares sèches. Grâce à Jean-Marie Mowana, le beau frère de Tabu Ley, nous avions entamé les répétitions à Kingabwa, chez Tabu Ley avec des instruments électriques.

Par après, il eut le premier véritable concert à Kasa-Vubu qui fut le point de départ. Le public avait trouvé notre prestation formidable et c’était parti.

Messager :Quelle formations des jeunes existait-elle avant Thu Zahina ?

Bruno :Avant il y avait les Yss Boys, à Kalina, avec Boni, Tala ngai, Tshunza, etc, etc.

Messager :Quand est né Thu Zahina ?

Bruno :Thu Zahina a vu le jour en 1968. Zaïko est né en 1969 et nous avons cheminé ensemble.

Messager :Qui était Denis Bonyeme ?

Bruno :Denis Bonyeme fut un garçon très intelligent, beau, élégant. Il s’habillait très bien, étant donné que nous étions gâtés par notre père. Il composait très bien. Il était timide à la maison mais avait explosé au sein de Thu Zahina.

Son nom de famille était : Bonyeme Christophe Denis Maubert. On a fini par l’appeler Denis, qui était plus simple.

Messager :Quelle fut sa première composition ?

Bruno :Denise (Mbombo), une de ses copines.

Messager :Quelle est  l’origine de votre chanson Ba patron na ba mbongo ?

Bruno :J’étais en 5e secondaire lorsque j’avais composé cette œuvre . Je sortais avec une jolie fille A. M., amie de Pauline, copine à Kelly. Elle volait l’argent de son père et vivait avec un ancien ministre (dont nous taisons le nom) . Elle apportait de l’argent afin de s’approcher de moi et de jouir de ma notoriété. C’est ainsi que j’ai réfléchi et composé Ba patrons na ba mbongo pour illustrer cette situation.

La deuxième chanson qui fut un grand succès est Komela mbondo mpo na muasi te, dédiée à une autre copine, actuellement à Bruxelles.

Lorsque nous jouions des concerts jumelés avec L’Ok-Jazz au Nganda Tshibuabua, en face de Vis-à.vis, l’interprétation de ba patron na ba mbongo suscitait un véritable engouement, une grande effervescence  du public et mettait l’OK-Jazz K.O.

Messager :Denis Bonyeme avait-il fondé une famille ?

Bruno :Denis avait eu beaucoup d’enfants. Avec Thérèse Ndelela, son épouse et et amie d’enfance il avait eu 3 enfants dont un garçon vivant en Suisse. Avec sa seconde épouse, il avait eu également 3 enfants. Parmi ces  6 enfants il n’y a eu que 2 filles , le reste ce sont des garçons.

Sur ce, il s’est excusé et m’a demandé de l’appeler après cinq minutes. Je l’ai rappelé à maintes reprises et n’ai pas réussi à l’atteindre de nouveau.Il nous restait encore quelques questions à lui poser et surtout, nous tenions à le remercier pour sa disponibilité.

 

 

Interview  réalisée par Messager

 

Ba Patrons Na ba Mbongo, par Bruno Bonyeme et Thu Zahina

.DM8889_Recto.jpg

Commenter cet article

herman 03/11/2015 12:07

bruno a omis de cité jhomos qui étais le premier président de thu zahina celui qui a sorti leurs premieres chansons dans les éditions philips, il y a trop de contrevérités dans son interview, je peux vous mettre en contact avec jhomos qui est devenu après manager de sosoliso

Batumbo Bonkembe Valentin 26/04/2014 12:36

Je confirme les propos de Vieux Bruno sur Thu Zahina. Je le remercie de tout mon cœur. En effet c'est KABEYA (Belgicain) qui est l"initiateur. Mon nom est Valentin BATUMBO (petit frère de Louis, Émilie et Jean-Pierre BATUMBO). C'est mon frère Jean pierre qui était ami donc de la même génération que Vieux Bruno. A l'époque nous habitions avenue GOFFIN n° 24 à Kalina avec les BONYEME, NDEBO, (nos voisins d'en face), TSHOMA-TSHOMA (nos voisins de droite), MBIYA (Rathos) , ROBOT etc...
Pendant les vacances dont parle vieux Bruno , il y a eu quelques répétitions chez nous (le soir) car notre père était en déplacement en Allemagne. J'avais 13 ans à l'époque (1968) et nous avons pu assister à ces quelques rares répétitions. A propos de Thu zahina, il y a beaucoup de personnes interviennent sans connaitre réellement l'histoire. Ce qu'à dit vieux Bruno c'est la vérité de la création et après les choses ont évoluées mais c'est le point de départ de l'histoire de Thu Zahina. Mon frère n'était pas du tout musicien et de plus c'était l'année où il a eu son diplôme d'état et après il est parti à Lyon (France). Hors cette épisode de la création qui est véridique, vous avez aussi Jacques PELASSIMBA qui peut aussi vous apporter des précisions. Je remercie surtout vieux Bruno pour son honnêteté. Cette histoire je l'avais déjà racontée une fois mais on ne m'a pas cru Merci encore vieux Bruno de rétablir la vérité.

king 12/10/2013 19:29


Bonsoir tous et bon weekend!


Denis Bonyeme est il parmi ceux qui chantent Bimansha (à partir de 10min) et Mawe (à partir de 1h40min) sur cet élément? http://www.youtube.com/watch?v=MBxXMkQ3FRs

Messager 11/10/2013 20:23


Historien,


Merci pour les coordonnées. J'ai fait le nécessaire .


 


Messager

historien 11/10/2013 17:26


salut aux mbokatiers


messager ,j'ai envoyé ce dont tu avais besoin en privé.bonne soirée


 

Messager 11/10/2013 14:50


Historien


 


J'ai essayé en vain de contacter Bruno et toi même par le mail afin de vous communiquer le questionnaire de la 2e partie de l'inteview.


Peux-tu me communiquer une bonen adresse émail?


 


Messager

Serge - Kongo na biso 10/10/2013 23:32


Mbote ba ndeko Pedro na
Historien.


Article ya le regretté ainé Denis Bonyeme, etindi biso to bombarder notre bien aimé
grand Bruno Bonyeme na mituna. Tango akozua ngonga ayanola biso malembe malembe, biso tout toza kozela suite ya masolo na ye na kulutu Messager.


Ya solo ndeko Pedro, avec le temps toza kozua biyano moko na moko. Kulutu Bruno Bonyeme
azali gros poisson ya miziki na biso, soki afongoli motema, akofongola biso na makambo mingi ndenge ba vieux Faugus bafongolaka biso des temps en temps soki occasion epesami.


Boboto bisika nionso tozuami.


Serge – Kongo na biso

historien 09/10/2013 17:29


salut a tous les mbokatiers


ndeko serge KONGO nazui bonne note na préoccupation na yo mais nakoyebisa yo que nasololaki na le vieux bruno que tozali famille na mboka mosika.lobi nasololaki na ye pe esalaki ye soni ndenge
interview esukaki en queu de poisson.nabetelaki ye lisolo ya mboka mosika.lobi kaka nde  akotaki na site po nakomona hommage rendu a son frere.akomi na dette morale ya site po eressuscité
les 2 arstistes yango nalobaki na ye akoma commentaire po messager na biso tozali decu te pe serge nayebisaki ye que okobanda kozua ba coup de fils ya ba mbokatiers.okoki kobenga ye na numero na
ye oyo napesaki na ba mbokatier tout.soki ozali na europe avance d'heure ezali ya 6h.boboto kati na biso 


lisusu eloko ndeko pedro alobi na ba fautes misusu esalema na ba enregistrement ya ba nzembo,exemple na eluzam ya evoloko na intro okoyoka ezali na echos mais ebima kitoko lokola choeur mais
batika yango pe tosepela na yango.cette fois ci boboto na biso

Pedro 09/10/2013 16:33


Ndeko Serge,


 


Un jour nous saurons ce que Manzoli Nzonzo signifie, même si les gens sont à présent préoccupés avec d’autres choses, en plus des émotions des souvenirs de Dénis Bonyeme, et
peuvent ne pas répondre directement à un détail. Il  y a quelques semaines je ne comprenais pas pourquoi les ingénieurs de son au studio ne reprenaient pas l’enregistrement quand il y avait
une faute. Eh bien cela ne me tracasse plus, parce que j’ai eu la réponse via l’interview que l’homme aux poumons d’acier lui-même a donné à Wouters et que nous avons écoutée il y a peu. Verckys
a dit que les fautes restaient, et que lui-même avait fait une faute dans Nakomitunaka. Heureusement cette faute est devenue partie intégrante du chef-d’œuvre, parce que le saxophoniste ghanéen
du groupe qui a imité la chanson « est parvenu à »  exécuter la même faute. C’est pour te dire que les réponses à certaines de nos questions viennent par les moyens les plus
détournés.

Serge - Kongo na biso 09/10/2013 08:32


 


 


Mbote ndeko Historien,


 


Okomisela biso motuna oyo epay ya kulutu Bruno, bang onde bayemba Manzoli nzonzo na Kisasa, elingi koloba nini ?
Ba mbokatiers tozalaki ya kokabuana na tina ya liloba oyo mbala eleki, mutu na mutu azalaki kopesa ndenge ye ayebeli. Occasion ezuami po tozua eyano na moko kati ya batu oyo bayemba liloba
eye.


 


Boboto o mboka mosika.


 


Serge – Kongo na biso


 


 

Bruno Bonyeme 09/10/2013 02:19


Cher Levy, je voudrais par cette occassion qui m'est offerte de vous remerçier et de vous s'exprimer ma profonde gratitude ou la pertinance des eloges dont vous avez fait montre à l'endroit de
mon regrette petit frère disparu en 1990. Je pense à Denis Bonyeme alias B52  membre co-fondateur de l'orchestre Thu Zahina. Acceptez cela comme étant la réponse des vos multiples attentes
et qui n est autre  que le debut d'une collabaration qui sera soutenue avec des preuves elogantes et des temoignages qui seront illustrés pour eclairer la lenterne des génerations futures
marquant  à l'endroit des chercheurs et historiens  confirmant que le mouvement culturel de l'epoque  Thu Zahina a accouché en 1968 à Kalina ( Commune de la Gombe)le prémier
orchestre du Congo  dénomé Thu Zayina universel dont nous gardons encore l'heritage d'être appeler le  pionne de la musique des jeunes du Congo. Souffrez qu'aujourd'hui je ne serai pas
à mesure de satisfaire vos attentes sur ma modeste personne et je ferai de sorte que delier ma langue pour pousuivre mes réflections sur l'hisrorique de la musique Congolaise partant de nos
parents et précurseurs notament Bowane, Wendo Nkolosoy, Yamba Yamba, Kamba Paul , Muanga Paul, Bukasa Francklin, Tino Barosa etc ... A Çela nous les rendrons homage en  tous temps les prix
de leurs efforts dans l'emergence de notre musique, à çela nous les appelerons prémieres générations. Prochainnement toujours dans la poursuite de mes réflections, je parlerai de la deuxième
génération qui jeterons le balise de notre musique subdivisée par deux grandes écoles , école OK Jazz et Africa Jazz.

Patrick Bonyeme 08/10/2013 22:27


J'ai juste pensee a' Ya Denis ce matin meme,car je me suis rappeler qu'il etait decede au mois d'octobre.Je ne saurai pas trop dire,car suis encore sous l'emotion de constater que votre magazine
a rendu hommage a'mon grand frere,le defunt Denis Bonyeme.Ce que j'ai retenu sur ce,et qu'un artiste ne meurt jamais,il ne suffit que de faire un oeuvre,marquez ton epoque comme cela fut le cas
avec Thu Zahina,et tu restera a' jamais dans l'histoire.Bruno et Denis sont l'aine et le second de notre famille.Je garderai a'jamais de souvenirs indelebiles de la part de celui qui fut mon
frere,mon ange gardien,mon second pere....Merci pour cet hommage a' Denis Bonyeme.Demain le 09/10/2013,il fera 23 ans depuis sa mort,mais pour moi,c'est comme si s'etait hier.....Plein de
souvenirs,que de souvenirs.....May your soul rest in peace celui que j'appelai avec affection Ya Denis.You will be forever a legend nad your legacy will shine forever!!!!You miss you more than
ever!!!

Anta Diop 08/10/2013 20:20


Ndeko Pedro,


Nabanzi ndeko na biso Joseph Pululu azali mieux placé mpo na ko parler  makambo etali ba quartiers na Kinshasa, concernant ba jeunes, likambo ya Ville (kalina) na Belge (cité), à
première vue ezali ko paraitre un peu bizarre

Messager 08/10/2013 19:35


Historien,


 


Merci pour les coordonnées de Bruno. Je viens de vous envoyer un message pour la suite de l'interview.


Restons en contact.


 


Messager

gloria 08/10/2013 18:47


bonjour à tous les mbokatiers 


j'aimerai savoir comment roxy tshimpaka est arrivé dans thu zaina et ou l'orchestre donnait ses concerts dit-on que c'est sur l'avenue inzia mais ou exactement? 

Pedro 08/10/2013 18:23


Merci, Ndeko Anta Diop. Donc, si un jeune homme de St. Jean voulait intégrer l’orchestre, on lui dirait tout simplement : Pardon, cet orchestre n’est que pour les jeunes de
Kalina. Et ce ne serait pas du tout une question d’élitisme. A propos, je ne connaissais pas ce terme de belge pour se référer à la cité. J’aurais pensé que c’est plutôt la ville qui devrait être
belge.

Anta Diop 08/10/2013 14:21


Ndeko Pedro,


Nalandi préoccupation na yo na phrase oyo grand-frère Bruno alobi

historien 08/10/2013 12:37


salut aux mbokatiers


messager ,kulutu a faire voir ngai que ezalaki émotion nde esalaki ye po a souffler pe a s'attendeki te que quelque part bakoki kokanisa  bango.esalaki ye choc pe merci na mboka mosika.ngai
nakokanga ye week end tokozala na ye devant ordinateur pe ba questions oyo ba mbokatiers bazali na yango besoin bokoma yango deja bongo ngai natalisa ye yango.bonne journée a tous

Pedro 08/10/2013 10:55


Merci, Messager. Nous avons conscience de l’énergie, l’application et le temps qu’il faut pour transcrire une interview.  Avant qu’on n’entre dans le vif du sujet, je
voudrais faire remarquer qu’une des premières choses que Bruno a dit, c’est que, « par le temps qui court, tout le monde prétend tout savoir ». Ce n’est pas la première fois que
j’entends (ou lis) cette remarque. A mon avis, quand les gens prétendent qu’ils savent quelque chose, ils ne font qu’émettre des hypothèses, en attendant que la vérité éclate. C’est une méthode
d’apprentissage parfaitement légitime.  Quand les acteurs eux-mêmes viennent nous dire ce qui s’est effectivement passé, on ne peut pas s’empêcher de voir la simplicité des faits. Je ne
crois pas, par exemple, qu’à partir de ce moment un mbokatier vienne nous dire qu’il connaît une autre étymologie du nom Thu-Zahina. Néanmoins, puisqu’on ne peut pas parler de tout, il y aura
toujours des zones d’ombres, des détails qui resteront et qui devront être interprétés, et certaines de ces interprétations seront nécessairement fausses. Par exemple, Bruno dit «nous avions voulu que l’orchestre ne soit composé que par des jeunes habitant Kalina, afin
d’éviter des problèmes sociaux ». Une phrase comme ça est très chargée de significations. Et puisqu’on n’aura pas le temps d’en parler, il faut que des interprétations foisonnent dans la
tête de tout un chacun. Moi, par exemple, j’ai une idée très « classiste », plutôt que geographique, du seul nom de Kalina, même quand on a décidé que c’est La Gombe. Entretemps, Serge
attendra que quelqu'un nous dise, sans aucun doute possible, qui a apporté la batterie dans la musique congolaise. Ce n'est pas facile.

Wali Coulibaly 08/10/2013 09:47


Nous vous suivons très attentivement depuis Cotonou au Bénin.

Serge - Kongo na biso 08/10/2013 08:44


 


 


Mbote mingi,


 


Mbokamosika ezali effort na biso banso, to negliger b’efforts tozali kosala te, ndeko Historien asalisi biso makasi
pona kozua kulutu Bruno Bonyeme ya Thu Zahina, nayebaka kombo ya orchestre oyo na masolo ya ba grands na nga, po nazala kofanda toujours na lisanga ya ba kulutu, ata soki babengani bana mike,
soki alingi nalongwa okomona balobi te, yo tikala, yo ozalaka respect, botosi pe ozalaka lokola mukolo, yango esalisa nga nayeba makambu oyo ezali ya âge na nga te. Interview oyo esali ke na
découvrir nani asalaki palaki ya « Ba patrons na ba mbongo eee bakolela, ba jeunes na mitingi bazali nse kobebisa… » wana ezali ndenge matoyi ezalaki koyokela yango na bomwana mais
nayebi te soki ezalaki koyembama ndenge wana. Kester aloba « Tabu Ley ayaki na Drum. » nayoki kulutu alobi « soulignons ke « le Drum » a été introduit par l’orchestre Thu
Zahina. Une nouveauté à l’époque. »  ba vérité ekomi kobima malembe malembe. Kulutu Messager ozongela esika eye, bango bazuaki Drum wana
wapi ? Appareil ya enregistrement ekomi nécessaire vraiment pona blog na biso, tokanisa pona yango.


 


Singuila mingui na ndeko Historien.


 


Boboto o mboka mosika.


 


Serge – Kongo na biso.


 


 

historien 08/10/2013 07:45


mbote aux mbokatiers


messager merci na 1ere partie.esili te benga ye lisusu,ngai nakoyebisa ye oyo biso tozali kozela,ba roles obscures  joués par les 3 mousquetaires po nakopanza lingomba ya thuzaina.nabanzi
suite ekozala po nzala na biso esili te.ngai ponakokanga ye ezali kaka na tweek end vu emploi du temps chargé.nakolsala nionso nayeba disponibilité na ye bongo na communiquer yango na
messager.boboto kati na biso pe nakosala boye akomela biso ndenge kulutu seskain MOLENGA asalaki boboto kati na biso