Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


Après la dénomination en 1953 par la Municipalité de Brazzaville d’une rue Paul Kamba (sur la demande de François GANDOU, syndicaliste CATC) dans l’arrondissement n°3 Poto-Poto ; l’exhumation en mars 1974 par l’UNEAC (Union nationale des écrivains et artistes congolais) de la dépouille de Paul KAMBA de l’ancien cimetière de Moukounzi-Ngouaka à Bacongo, pour le cimetière du Centre ville ; l’appellation le 19 avril 1981 par le Ministère de la culture et des arts de : l’Ecole Nationale des Beaux-arts, Paul KAMBA ; le mois d’octobre 2000 a vu l’organisation, par le Ministère de la culture et des arts chargé du tourisme, de la première Edition Challenge Paul Kamba 2000. Cette activité musicale d’une grande compétition avait regroupé 45 orchestres amateurs dont trois ont été retenus en finale comme étant à cette époque les meilleurs (…). Tant d’autres challenges se sont organisés au fil des années en mémoire de Paul KAMBA. Ces initiatives très significatives ont été saluées avec satisfaction par la jeunesse et les musiciens congolais et  ont permis effectivement à mieux connaître  Paul KAMBA dont nous présentons ci-après la vitalité et la richesse de ce qu’a été son œuvre.

 Le phénomène de « Musicien Individuel »,  Précurseur de la musique moderne

C’est dans les années 30 que s’est hissé sur la scène congolaise des « musiciens  individuels » et précurseurs de la musique congolaise moderne. Il s’agit ici, des chanteurs, accordéonistes, guitaristes, etc., doués de qualités de bon musicien, artiste talentueux, ayant certaines dispositions innées ou acquises leur permettant de se produire individuellement. Dans cette catégorie, il faut noter les compositeurs des chansons élaborées sur diverses scènes de la vie ; comme Albert LOBOKO, Paul KAMBA, Bernard MASSAMBA « Lebel »…. pour la rive droite du Congo, et Antoine KOLOSOY « Wendo », Adou ELENGA, MANOKA « De Saio…pour la rive gauche. La structure de leur musique comportait déjà les quatre éléments essentiels de toute musique : l’harmonie, la sonorité, la mélodie et le rythme. Les instruments marquant le rythme avaient une grande importance. L’influence de Paul KAMBA à cette époque fut très grande et on peut dire que c’est lui qui introduisit à Brazzaville et même à Léopoldville (Kinshasa), la musique vocale basée sur les nouvelles techniques modernes. Paul KAMBA, en effet, a façonné à son image, un groupe qui est considéré à juste titre comme celui qui a donné le ton à un genre de création collective où chaque musicien s’exprime selon son talent et selon l’instrument avec lequel il joue. Un genre de musique qui, grâce à sa nouvelle forme instrumentale et vocale s’est libérée de la catégorie des « musiciens individuels » ; entendu au sens d’une reproduction fidèle des formes modernes (qualité de l’harmonisation, diversité dans l’instrumentation)

 Paul KAMBA : Une vie pleine de force expressive

Né à Mpouya, (Congo Brazzaville) le 12 Décembre 1912, Paul KAMBA a fait ses études à l’Ecole Jeanne d’Arc de Brazzaville, à l’issu desquelles il tente sa chance à Léopoldville où il commence à travailler en qualité de commis des P.T.T. C’est là que s’affirment en même temps ses connaissances en musique, particulièrement à la guitare où il s’était intéressé à jouer très jeune à l’Ecole Jeanne d’Arc. De retour à Brazzaville en 1932, alors qu’il n’avait que vingt ans, il occupe successivement des emplois au Service des Mines et des Affaires Economiques. Il donne le meilleur de lui-même dans toutes les tâches que lui confère l’administration coloniale. Sa passion pour la musique ne l’empêche pas pour autant à aimer le football où il fut un excellent arbitre central de l’époque où le Stade Eboué de Brazzaville constituait le grand sanctuaire du football congolais.  En 1935, naît le groupe musical « Bonne Espérance » que l’organiste Albert LOBOKO (collègue de classe de Paul KAMBA à l’Ecole Jeanne d’Arc) porte sur les fonts baptismaux, avec Raymond NGUEMA, Joseph BOTOKOUA et Bernardin YOKA. C’est pour LOBOKO, l’occasion de découvrir le banjo. Le groupe se produit « Chez Mamadou Moro » et au Cercle culturel catholique de Poto-Poto (Brazzaville) ; c’est la consécration pour son chef LOBOKO. Paul KAMBA arrive dans « Bonne Espérance », en 1935, de retour de Mindouli où il travaillait. Il apporte son savoir faire, en créant un langage neuf et expressif dans ce qui constituait à cette époque là, l’un des premiers groupes avec instruments à cordes et à clavier. Hélas ! L’affectation d’Albert LOBOKO à Pointe-Noire provoque la mort de « Bonne Espérance », peu après l’éclatement de la seconde guerre mondiale.

1941 -  CREATION DU « VICTORIA BRAZZA » :  Le premier orchestre de musique moderne au Congo

Ce que voyant, en Août 1941, Paul KAMBA, qu’entouraient les musiciens Henri PALI « Baudoin », Jacques ELENGA « Eboma », Jean ODDET « Ekwaka », François LIKUNDU, Moïse DINGA, Philippe MOUKOUAMI, Paul MONGUELE, François LOKWA, Paul WONGA, Joseph BAKALE, Auguste BOUKAKA, assurent la relève en formant : VICTORIA BRAZZA dont la section rythmique était équipée d’une grosse caisse, d’un « patengué » (tambourin avec cadre rectangulaire en bois), d’un « likembe » ( ou « sanza »), d’un accordéon, d’une guitare, d’une mandoline, d’un banjo, d’une raclette et des grelots. Outre les cofondateurs, le Victoria Brazza a connu plusieurs musiciens qui se sont relayés au fil des années ; parmi lesquels : Samuel VEMBA, Hyppolite ITA, Australien ITOUA, ATENGANA, EBALE BONGE, Raphaël LOULENDO, Auguste NGAPELA, Albert IBELA, Bertin KOUTOUPOT, Jean OBA, Dominique OKONGO, Gabriel MALANDA, Charles MVOULA, et tant d’autres. Doté d’une faculté de création extraordinaire, Paul KAMBA a créé avec son groupe, un genre typique plein de charme dans lequel il s’était imposé auprès du public et des musiciens, comme un virtuose du solo. Il connaissait le chant sous toutes ses formes et était capable de s’en servir pour divers thèmes. Il a d’ailleurs publié plusieurs partitions musicales dans la revue culturelle « Liaison » paraissant à Brazzaville. Heureux d’avoir rencontré deux associations féminines : « Anonyme » et « Bonne Espérance », celles-ci accompagnaient désormais le VICTORIA BRAZZA. Trois chanteuses ténor étaient particulièrement appréciées dans les deux associations : Gabrielle MALEKA, l’épouse de Paul KAMBA, (mariée religieusement en 1949) Anne MBASSOU et IBEA qui ont longtemps impressionné des nombreux mélomanes. Le groupe VICTORIA BRAZZA, passe beaucoup de temps à affiner sa musique, ce qui ne l’empêche pas de se produire régulièrement à Léopoldville (Kinshasa) et de s’imposer dans cette ville qui regorgeait d’excellents musiciens. Paul KAMBA a particulièrement connu un immense succès bien avant ses illustres cadets Antoine KOLOSOY WENDO et ADOU ELENGA, surtout dans ce qui a été le climat sonore de sa musique, la rythmique et le timbre des voix ; deux choses qui atteignaient le grand public, le touchait, l’envoûtait et le bouleversait.  1943 - Signe d’amitié et d’amour du métier : Paul KAMBA et Antoine , 1948- La rencontre Paul KAMBA et l’éditeur grec Nico JERONIMIDIS

1943 – Le renforcement des liens d’amitié que s’étaient tissés Paul KAMBA et Antoine KOLOSOY WENDO, va amener ce dernier en signe de solidarité, à créer à Kinshasa sur le modèle de Victoria Brazza, son groupe répondant au nom de « VICTORIA KIN ». Doué d’une vive sensibilité musicale WENDO se révéla comme un pédagogue populaire. On retiendra de lui le sens de la morale, mais surtout le lyrisme chaleureux plein d’élégance dont il a fait preuve dans plusieurs chansons et particulièrement dans l’une des belles chansons de sa discographie : « Marie Louise »  chantée par un dialogue alterné de voix avec Henri BOWANE en 1948.

 VICTORIA BRAZZA ET VICTORIA KIN :

  Paulo KAMBA et Antoine WENDO

Néanmoins, il faut noter que les deux groupes, à savoir : VICTORIA BRAZZA et VICTORIA KIN eurent plusieurs occasions de se produire ensemble à Brazzaville comme à Kinshasa - à la grande satisfaction des congolais des deux capitales - après plusieurs tentatives fructueuses et enrichissantes , dans le contexte en pleine mutation à l’époque : l’Instrumentation et le Rythme. 1948 : Paul KAMBA rencontre à Léopoldville (Kinshasa) l’un des premiers éditeurs du Congo Belge, auprès de qui il fera l’une des expériences les plus décisives de sa carrière ; l’enregistrement aux Editions « Ngoma » de quelques disques caractéristiques du style vocal et instrumental du groupe, en compagnie d’excellents musiciens dont le génial Jacques ELENGA « Eboma » qui, en 1952 deux ans après la mort de Paul KAMBA est admis aux Editions            « OPIKA » des  Frères BANATHAR, comme chanteur et réalise avec les musiciens GOBI, BALOJI « Tino Baroza », Albert TAUMANI, Fud CANDRIX, Isaac MUSEKIWA, Joseph KABASELLE , etc., des œuvres qui constituent une exceptionnelle réussite, telles « O mboka Faignond» et « Dit Ebo ». Enfin, on a pu savourer avant cette époque, précisément entre 1948 et 1950 l’essentielle de la discographie de Paul KAMBA aux Editions Ngoma : - Disque n° 271 : « Victoria » - « Marie Thérèse » - - Disque n°272 : « Catherine » - « Victoria ya Maria »- Disque n°273 : « Obela Mpoko » - « Liwele ya Paulo- Disque n°275 : « Djiguida » - « Masanga fala » -  1950 - Page noire : La mort de Paul KAMBA. La nouvelle qui frappa d’affection profonde l’Afrique Centrale entière fut annoncée par Radio Brazzaville le 19 Mars 1950, date à laquelle le grand chanteur Paul KAMBA quitta ce monde à l’âge de 38 ans. Juste quelques mois avant son départ en France où il était attendu pour une formation musicale dans un conservatoire français. Brazzaville et Léopoldville lui réservèrent des obsèques grandioses auxquels prirent part de nombreux grands musiciens kinois et brazzavillois. Les musiciens Zacharie ELENGA « Jhimmy », Antoine WENDO et  Antoine MOUNDANDA chantèrent à la mémoire du disparu des œuvres qui sont restées mémorables comme : « Paulo Kamba atiki biso na mawa » de WENDO KOLOSOY, « Mabele ya Paulo » d’Antoine MOUNDANDA, enregistrées sur disque  Ngoma  et enfin « Liwa ya Paulo » de Zacharie ELENGA « Jhimmy » aux éditions  Opika. Compositeur et chef d’orchestre émérite, parolier de génie, Paul KAMBA fut un musicien élégant, fin et spirituel. Il montrait de la grâce, un charme désinvolte, il avait connu un immense succès tout à fait remarquable à Brazzaville et à Kinshasa. Son œuvre considérable lui a valu la décoration de « Chevalier de l’Etoile du Bénin » de la République Française. En définitive, Paulo KAMBA est incontestablement « le père » de la musique congolaise moderne. Il a été un grand maître, un modèle et un pionnier de la musique moderne. Il aura ouvert la voie à toute la lignée des grands noms qui ont dominé le monde de la musique dans le grand bassin du Congo.

 

Clément OSSINONDE

 

Il y a 60 ans, Paul Kamba, l’un des pionniers de la musique congolaise!

 

JPG - 16.9 ko - next picture

 

 

 

 

WENDO KOLOSOY: PAUL KAMBA


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article