Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

"Il faut bien sûr laisser cette musique religieuse s'épanouir, mais elle ne doit, en aucun cas, détruire notre identité culturelle. Car si nous perdons celle là, plus rien ne pourra empêcher que de projets funestes de dépéçage de notre pays ne se réalisent".

Dixit Mwan'a Mangembo.

Que des amalgames...pourquoi sommes-nous devenus si paresseux pour prendre de tels raccourcis ?

Questions simples ndeko Mwan'a Mangembo:

pourquoi la musique "religieuse" plait de plus en plus au sein de la diaspora Congolaise et au Congo puisque c'est la bas que vous avez assiste au deuil ?

Auriez-vous sans doute prefere voir les jeunes du quartier s'en prendre aux viellards et ecouter des insanites contenus dans des chants comme "Alubetina mwana mama"...chant o combien riche a notre Culture Urbaine qui en passant ne contient pas que des mauvaises choses...

Vous qui dites que cette musique detruit notre identite Culturelle, laissez-moi vous dire que neni.

Prenons Micheline Shabani par exemple dont la musique repose sur une des folklores du Mayi-Ndombe ( Ntomba, Ekonda)...avec le Lokwassa...et la maniere de poser la voix sur la melodie...

Pour quiconque qui ecoute cette dame chanter, qu'il soit chretien ou pas la personne doit en principe etre attire par l'aspect artistique....eh oui, on oublie souvent l'aspect ARTISTIQUE que renferme ces louanges qui sont jouees en Rumba, Bolero, Odemba, Soukous, Fiesta, Engundele, Ngwasuma...completez la liste svp...

Que pensez-vous enfin du SACRE dans l'Art ?

Ndeko Jean-Pierre,

Connaissez un des classiques du Gospel "I'll take you there" ?
Figurez-vous que la version chantee par BeBe and CeCe Winans passait en boite et nous avons "smurfe" en l'ecoutant...

Le jour ou Le Congolais va comprendre que la chanson Chretienne fait partie de l'art ca sera un petit pas pour la COMPREHENSION   mais un GRAND pas pour la Musique et la Culture dans son ensemble...

Kula

Mon cher frère Muan’a mangembo:

Sans disputer votre argumentation sur l’érosion de nos traditions par les adeptes des églises du réveil qui sont déterminés à faire avaler leur conception religieuse à tout le monde (je les repousse toujours en prétendant être musulman), je voudrais tout simplement vous rappeler que la chanson et la danse ont toujours fait partie intégrante de notre rituel des deuils. Je vous rappelle aussi que la mère de Papa Wemba était pleureuse professionnelle : elle a si bien influencé son fils que ce dernier est aujourd’hui une icône de la musique congolaise. Par ailleurs, à l’étranger, ceux qui ne parlent pas nos langues assimilent notre musique religieuse à la pure soukous typique. Une anecdote : Une nuit de virée à Nairobi, on est tombés — quelques amis congolais et moi — dans une boîte de nuit appelée « Zanzibar ». Quel ne fut notre étonnement de voir, pendant près d’une demi-heure, des amoureux collés, hanche contre hanche comme s’ils faisaient l’amour debout, en train d’évoluer sur la piste de danse au rythme des chansons de Kool Matope, Carlyto (dans son incarnation religieuse), Micheline Shabani, Makoma, Matou Samuel, etc. Cela nous a tellement fait rire qu’on s’est frayé un petit chemin dans la foule dense pour échanger quelques mots avec le disc-jockey. Celui-ci a enlevé un petit moment ses gros écouteurs puis, ayant compris notre question, nous répondit en swahili : « Yote ya Kongo ni ndomboro ! Wanawake ya Kongo wanajua kunyonga viuno ! » (= Tout ce qui vient du Congo, c’est du ndombolo ! Les femmes du Congo savent bien danser du ventre !)… Commentaire qui indignerait Sœur Micheline Shabani dont le morceau « Yawhe kumama » faisait nouer sur la piste de danse des passades monnayées d’une heure ou d’une nuit : car j’oubliais de mentionner que la plupart des femmes sur cette piste de danse étaient des prostituées !..

 

Jean-Pierre. 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article