Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

NDOMBE OPETUN, L’UN DES MONUMENTS DE LA MUSIQUE CONGOLAISE

NG100 Recto

Ndombe Opetun ou Pépé Ndombe est né un certain 21 février 1944 à Bagata dans le Bandundu. Adolescent, il avait déjà le goût de la musique et disposait des talents pour s’y lancer. Il est impressionné par le timbre vocal de Joseph Kabasele Grand Kallé et ne peut résister au charme de la voix de Rochereau. Son père Basile Ndombe et sa mère Tecla Ngabala étaient intransigeants et ne voulaient en aucune façon laisser leurs enfants faire la carrière musicale. Il attendra alors la fin de ses études secondaires pour bien se déterminer et décider autrement de son avenir.

 

A l’âge de 21 ans, c’est-à-dire après l’obtention de son diplôme, il devient agent de l’état dans l’administration du Plan et Coordination chargée de la paie des fonctionnaires à Kikwit. Sur place, il joue dans l’orchestre «Select Jazz»de Gaston Mokulu. Ses premières prestations sont révélatrices et on l’élèvera au rang de chef d’orchestre.

 

En 1965, Ndombe arrive à Kinshasa pour passer ses vacances. A cette période, plus rien ne marche au sein de l’Afrisa International de Tabu Ley. Sam Mangwana et une partie des musiciens quittent l’orchestre. Tabu Ley sollicite Ndombe pour son entrée dans l’Afrisa. Il se décide de ne plus retourner à Kikwit et il rompt définitivement avec l’administration publique pour se consacrer à musique afin de réaliser son rêve d’enfance. Il conquiert un public qui ne jure que par son nom. Il entreprend plusieurs tournées avec l’orchestre qui visite plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Les albums «Kimakango mpe libala», «Mado», «Christina»nourrissent cette tournée.

 

Au retour de ce périple en 1970, Ndombe lance sa toute première chanson «Hortense. Cette œuvre le propulse au devant de la scène musicale congolaise et lui permet de devenir une référence parmi les meilleurs auteurs compositeurs de notre musique. Les succès récoltés par l’Afrisa feront de lui le premier orchestre à se produire à l’Olympia. Durant cette production les chansons «Lemico jugé», «Polyna»et «Libala Maloba»de Ndombe figuraient sur la liste des chansons programmées  pour agrémenter la soirée.

   

                                                                                                                                                                      

 

De retour au pays, l’Afrisa entreprend une tournée dans toutes les provinces. Ndombe et ses compagnons boudent la gestion des finances de l’orchestre. Ils sont sanctionnés et ne sachant plus à quel saint se vouer, Ndombe, Empompo Loway, Atel, Djo Wawangu, Seskain Molenga et autres montent le groupe dénommé Afrisam. Ndombe lance les chansons comme «Santa», «Kamuleke», «Baiser de Judas». Mais malheureusement après 4 ans d’existence, le groupe  se disperse et Ndombe est abandonné à son triste sort. Voulant mettre fin à sa carrière musicale, Franco le récupère pour son intégration dans l’OK Jazz. Il compose les chansons« Voyage na Bandundu», «Youyou», «Masha Masaha», «Mawe»qui font parler de lui dans l’OK Jazz. Il se retire de l’orchestre vers 1982 avec Empompo Deyesse et Sam Mangwana pour créer l’orchestre Tiers-Monde Coopération où ils seront rejoints par Djo Mpoyi Kaninda et Diatho Lukoki. Tiers-Monde Coopération connut la durée de feu de paille. Ndombe reintègre OK Jazz où il demeurera jusqu’à la mort de Franco en 1989.

 

Suite aux démêlés crées sur la gestion de l’orchestre entre Lutumba et la famille biologique de Franco, Ndombe, Josky et Makoso décident la création de Bana OK. Ndombe Opetun est l’un des rares musiciens en mesure de satisfaire différentes générations des mélomanes. Pépé Ndombe totalise 125 chansons d’anthologie et il est l’un des monuments de la musique congolaise moderne.

 

Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 

 

Commenter cet article

pepe 27/05/2012 20:27


Pepé Ndombe a fait son    entrée  dans l´african Fiesta National  en 1968, après le depart de Guivano, Sam Mangwana et Michelino pour former Le Festival des
Maquisards . Mais il y avait encore au sein de l ´orchestre African Fiesta National  deux chanteurs Karé( le plus ancien) et Diana, qui lui  aussi fut recruté en
1968 par influênce de son compatriote Sam Mangwana     


Pépé                       

SCORPION 03/12/2011 17:46


Hortense n'est pas la première chanson de Pépé Ndombe dans l'orchesre de Tabu Ley. Et puis lorsque Pépé Ndombe est arrivé dans le groupe, l'ensemble musical ne s'appelait pas Afrisa mais plutôt
l' African Fiesta National. A SUIVRE .....

Zephyrin Kirika Nkumu 28/06/2011 20:11



Je voudrais clôturer par remercier tous ceux qui ont eu un point de vue à faire valoir dans cet article. Aux uns comme aux autres, vos commentaires ont été pris en considération. Merci pour votre
temps et pour avoir voulu partager vos connaisances avec les autres.Une fois de plus, merci pour votre contribution.



Eteya 25/06/2011 18:15



Pepito ooo Pepito ooo


Ngai muasi na yo ooo


Nabosani yo te


Nakosamba butu mpe moyi


Nzambe ayokela ngai


Mpasi oyo namoni na yo


Na tango ya bo pauvre


Tokosamba ngai na yo


Ata na LIFELO....


 


Ekeseni ekeseni awa na nse ya mokili ya Nzambe


Basusu bazuwaka, basusu bazangaka mama aa


Boyoka nde ntina ya likambo Dit aimée akima ngai


Nazangi falanga awa na mokili, mon amour aboyi ngai


Chérie na ngai zonga na ndako nayebi tolingani, solo mama aaa


Ba mpasi nionso awa na mokili supporté na ngai mama aaa


Chérie kolukaka te ngai nakota ndako ya nganga


Nalekisa baleki mpe famille, ngai nauwa mbongo mpo obeta NTOLO


Date na biso ya kozuwa ekomi naino te eee mama aaa...


 


 



Marcellin 25/06/2011 13:19



Ba mbuta muntu, mpo na ngai monument ezali nani? Monument ezali alanga nzembo oyo asali carriere ya moloay, na ba creation artistiques hors de l'ordinaire mpe azali ko inspirer mpe ko influencer
ba generation elandi ye na sima directement to indirectement. Totala sikoyo ye Pepe Ndombe soki azali kokota na na definition oyo;carriere ya molayi SOLO, ba creations artistique hors de
l'ordinaire, TE, inspiration mpe influence ya ba generation balandi na sima, TE. Ngai mpe nabakisi alanga nzembo monene kasi monument TE.


Mwan'a Joburg



Amen 22/06/2011 10:16



Je soutiens entièrement la dernière livraison de mon frère Mwenzé, Pépé Ndombe est certes un grand musicien de la trempe de Sam Mangwana, Empompo Loway, Soki Vangu, Mpongo Love, Mbilia Bel et
autres, mais à l´élever au rang des grands monuments de la musique congolaise tels Essous, Kallé, Wendo, Polo Kamba pour ne citer que ceux-là, c´est là où tout se gâte...


L´histoire retiendra que c´est dans l´African Fiesta de Rochereau que Opetun a connu le grand succès de sa carrière musicale et dans l´Ok Jazz de Franco la stabilité financiière... mais les
orchestres n´étant pas des institutions financières, ne critiquons pas ceux de patrons des orchestres qui ont vu leurs musiciens les fuir pour d´autres cieux plus cléments...


En guise de conclusion, Polo Ndombe Opetun n´est pas un musicien ordinaire, mais un grand et non un monument.


 


Amen



Mwenzé 22/06/2011 09:27



Chers frères Zéphirin et Bernard mbo-mbo-mboté(comme disait naguère ndéko Bolowa Wa Bonzaka)!Je suis sévère dans mon jugement,mais pas méchant du tout;ce n'est pas pareil.Je n'ai jamais méconnu
les qualités artistiques de NDombé Oppétun,qu'on se le dise,et je ne l'ai écrit nulle part.Par contre je me reconnais exigeant quant à voir figurer des musicien  dans certaines
catégories,car il y va de la crédibilité même de notre musique.C'est comme les étoiles pour l'hôtellerie ou l'AOC(appellation d'origine contrôlée)pour le vin.Il nous appartient de protéger
certaines catégories d'artistes à travers les vocables que nous leur attribuons,baobab,génie,monument etc...autrement les termes seraient galvaudés et ne sauraient plus rien dire.Monument,je vois
déjà à l'esprit Wendo,Grand Kallé,Franco,Rochereau,Dr Nico,Déchaud,Simarro,Essous,Nino Malapet,Edo Ganga,Vicky Longomba,Pamelo,Verckys,par exemple.Et lorsqu'on introduit NDombé Oppetun au milieu
de ces monstres sacrés,comprenez que mon sang ne fasse qu'un tour.Tout le monde n'est pas monument,voilà l'esprit de mon intervention sur ce blog.Merci à tous.



Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 22/06/2011 01:03



Mon frère Mwenze,


L’argument de l’Olympia peut paraitre ne pas tenir la route comme tu le dis. J’aimerais que tu retiennes que le départ de Sam
Mangwana et autres avait complètement affaibli Rochereau. Il était à la recherche d’un oiseau rare. C’est avec Ndombe qu’il s’est trouvé un nouveau souffle qui l’a conduit en tournée dans
plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest avant d’atterrir  à l’Olympia. Comme je l’avais souligné dans l’article, Ndombe avait à son actif 3 chansons
qui étaient programmées pour ce spectacle de l’Olympia. Même Franco qui était un autre monument était toujours à la recherche de Ndombe. Il attendait la moindre occasion. Tous deux ont effectué
une descente dans le domicile familial de Ndombe pour aller solliciter ses services. Avant même qu’il chante dans l’OK Jazz, Franco lui proposait de choisir une voiture de sa préférence. N’est-ce
pas une façon de lui fermer la bouche. Gaston Mokulu qui l’entendait chanter pour la  première fois dans son bar à Kikwit ne pouvait se
passer  de ses services. Je me réjouis de voir qu’à la fin de ton commentaire tu reconnais quand même que Ndombe est un grand musicien. Oui, il est
grand parmi les grands même si tu ne veux pas le reconnaitre comme l’un des monuments de notre musique. Je suis d’accord que toutes ses chansons ne sont pas des tubes, mais quant à dire que sa
carrière est ordinaire, comparable à celle du commun des musiciens et ne présentant aucun caractère particulier ou d’exceptionnel, je ne partage pas ce point de vue. Je laisse le temps aux
autres. Les arguments de notre frère Bernard Manseka sont de poids et il faut bien les analyser. Poursuivons le débat et nous apprendrons beaucoup de choses à travers les différentes
interventions.



Bernard Manseka 21/06/2011 17:17



Cher ndeko Mwenze et Kirika Nkumu, mbote na bino banso. Je voudrais tout
simplement dire qu’un meilleur artiste n’est pas seulement celui qui produit un beau vulgaire dans le sens des belles couleurs, belle mélodie, ou belle composition. Le beau dans l’art est lié à
l’esthétique c'est-à-dire une œuvre qui renferme les valeurs artistiques. Picasso n’a pas peint comme Michel Ange ou l’impressionniste Monet, Vangoh ou Renoir. Picasso avec son cubisme est compte
parmi les grands et fais la légende de l’art ; l’art abstrait avec Kandisky n’en démérite pas non plus bien que les gens qui n’ont pas l’œil non avisé n’y comprennent rien. Il ya plusieurs
personnes qui ne comprennent pas des œuvres d’arts parce qu’ils veulent voir rien que des portraits, des belles copies de la nature, des beaux paysages etc.…


L’art est un tout d’abord, c’est une expression, un  style, une pensée, une philosophie et une démonstration de ce qui sort du commun. Dire que Ndombe n’a pas une belle voix et n’est pas un bon artiste ou alors un
monument c’est n’esp pas reconnaitre sa créativité. Dans Kassav, tous les musiciens n’ont pas une belle voix comme on veut le dire. Jacob D. a une vois roque qui fait de lui un artiste original,
les rappeurs américains n’ont pas tous des belles voix, mais ils ont fameux. Ndombe est sorti du commun, il a exprime ses talents de compositeur, de chanteur avec une voix originale ; Tabu
Ley, un grand et Franco un professionnel n’ont pas hésité engager Opetum parce qu’ils ont trouvé un potentiel,  un artiste qui avait un style
original, et alors un artiste en devenir. Le monsieur de Bandundu a fait de même lorsqu’il avait pour la première fois vu Ndombe chanter dans son bar, il est sorti de sa maison pour réécouter ce
jeune qui avait chanté sans avoir chanté dans un orchestre.


Moi je pense que Ndombe mérite bien cette catégorisation des monuments de
la musique congolaise. Il ya des chansons dont le succès vient après plusieurs années ou alors même a titre posthume. On en a vu avec les artistes plasticiens et scientifiques qui leurs créations
ont eu plus de succès après leur mort. Gauguin (peintre) et Galilée (scientifique) en sont des exemples. Posseder une belle voix est parmi les qualités d’un artiste et non pas la seule qualité
pour être un bon artiste. Luambo, Lita Bembo, Mopero, Jacob Devarieux, Eboa Lotin, Verckys, Mashakado, Werrason, Adolphe, et plusieurs autres n’ont pas ou n'on pas eu des belles voix en chantant,
mais ils n’ont pas été de moindre dans la musique.      



Mwenzé 21/06/2011 14:56



Vous avez dit débats d'idées?Intéressant,frère Zéphirin,j'adhère.N'est-ce pas que de la discussion jaillit la lumière.Panthéon,génie,monument,figure emblématique,icône,autant de métaphores
attribuées aux artistes dont la carrière présente un caractère particulier,exceptionnel.Ce qui implique un cercle fermé,restreint pour lequel il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus,à parodier
notre Seigneur Jésus-Christ.Si comme vous l'affirmez NDombé Opétun compte 250 chansons à son actif,vous conviendrez avec moi qu'il ne compte pas 250 tubes(grands succés).Il présente donc un
pourcentage de chansons passées inaperçues important.Sa carrière est donc ordinaire,comparable à celle du commun des musiciens,donc ne présentant aucun caractère particulier,exceptionnel.La
notion de monument n'est pas pas un fourre-tout,et ne se décrète pas au petit bonheur la chance.Elle est la résultante d'un élan de reconnaissance générale d'un peuple vis-à-vis de quelques
artistes,au regard de leur oeuvre,leur carrière,leur aura.L'argument de l'Olympia ne tient pas non plus,autrement tous les musiciens de l'Afrisa ayant joué avec Rochereau dans cette salle
mythique sont aussi des monuments.Pourquoi pas?NDombé Oppetun est un grand musicien,je n'en disconviens pas,mais tout grand musicien n'est pas un monument.Il n'en remplit pas les critères.Dixit.



Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 21/06/2011 01:04



J'avais lu le commentaire de notre frère Mwenze et je ne voulais pas aller vite en besogne par crainte de ne pas monopoliser la parole. J'ai toujours été très fier lorsque les compatriotes
réagissent aux articles que j'écris. Je n'ai jamais vu cela de mauvais oeil. Par contre, vos critiques et commentaires me permettent de m'améliorer. C'est sur mes erreurs et tatônements que
je trouve le vrai chemin et surtout avec les critiques des autres. L'époque des applaudissements de la 2eme république est révolue. Nous avons besoin des débats pour nous échanger des idées
et avancer dans ce que nous faisons. Nous avons besoin de tout le monde, même de ceux-là qui s'estiment plus petits par rapport aux autres.


Pour revenir au commentaire de Mr Mwenze, tout en respectant ton oipinion, je pense que ce n'est pas la voix seule qui compte pour être considéré comme monument de la musique congolaise. Il y a
un ensemble des critères. S'il n'y avait que la voix, beaucoup de musiciens congolais seraient considérés comme des monuments. J'ai suivi l'interview de Sekele avec Ndombe Opetun et j'ai pu
retenir que l'Afrisa avec Ndombe et Tabu Ley ont livré 4 concerts par semaine  à l'Olympia pendant tout un mois. Ceci qui faisait un total de 16 concerts par mois, un record jamais égalé
jusqu'à ce jour. C'est dire que ce n'est pas une mince affaire.Et puis, c'est le premier orchestre congolais à jouer dans cette salle à une époque où les membres de la diaspora congolaise en
France se comptait au bout des doigts. En plus de cela, Ndombe totalise 125 chansons d'anthologie et il n'est pas encore à terme d'inspiration. Cela étant, je signe et persiste qu'il est
parmi les monuments de notre musique moderne. C'est mon point de vue et il n'engage que moi. Il y a d'autres critères qui pourront entrer en ligne de compte. D'autres compatriotes ont la voix sur
le chapitre soit pour abonder dans le même sens soit pour contrédire. Faisons-en un débat des intellectuels et les idées des uns et des autres pourront nous édifier. Merci pour ton commentaire.



James 20/06/2011 19:24



Cher frère Mwenzé, bonjour.


C'est bien ce que tu viens de dire à propos de Ndombe pour qui tu refuses le qualificatif de "monument". C'est un point de vue personnel et que je respecte en tant que melomane et friand de la
bonne musique. Ma préoccupation à travers cette intervention est celle de savoir qui est monument dans notre musique et comment le devient-on ou quels en sont les critères.


A très bientôt.


Cordialement James



Mwenzé 20/06/2011 12:30



Chers bloggistes bonjour.Excusez-moi d'intervenir ici à contrecourant,pour stigmatiser combien le qualificatif "monument" ne conviendrait pas à NDombé Opetune,parce qu'il n'en est pas un,dans la
musique congolaise.C'est un bon compositeur certes,mais force est de reconnaître que sa voix,qui a mué dès le début de sa carrière,n'a jamais compté parmi les plus belles de notre musique.Je suis
désolé,mais c'est la réalité.



Serge Kongo na biso 19/06/2011 19:54



Sorry,


Je voulais dire qu’il avait encore fait un tour à l’Afrisa avant la mort de Luambo Makiadi.


Bon week-end a tous.


Serge Kongo na biso.



Serge Kongo na biso 19/06/2011 19:23



Mbote,


Encore pour compléter mes chers kulutu bien aimés Samuel Malonga et Zephyrin, c'était après
son "re-retour" chez Gd Me Yorgho que le vieux Polo Ndombe avait déclaré aux journalistes : « cette personne que vous appelez seigneur Ley c’est un démon Ley.» 


Je ne sais pas exactement pourquoi il l’avait dit. 
Juste pour souligner qu’il avait un tour encore à l’Afrisa avant la mort de Luambo Makiadi.


Bon week-end a tous.


Serge Kongo na biso.



Samuel Malonga 19/06/2011 18:12



Vers la fin des années 80, bien avant le décès de Grand-Maître Luambo, Pépé Ndombe avait réintégré l'Afrisa pour quelque temps seulement avant de rentrer à nouveau dans l'OK Jazz.



Messager 18/06/2011 22:18



Chers amis,


Nous savons que sur ce blog nous nous complétons. Si toutes les dates fournies par Zéphyrin sont fausses, que notre ami Bongo Pierre nous donnent les bonnes dates, ça permettra à l'auteur de
l'article de corriger ses erreurs .


 


Messager



Zéphyrin Kirika Nkumu 18/06/2011 21:55



Mon frère Bongo Pierre,


Je viens de lire ton commentaire. Je ne vois malheureusement pas celui de notre ainé Lukoki. Je prends en considération vos remarques. Si j'ai bien compris, vous déclarez que toutes les
dates qui se trouvent sur l'article sont fausses. Vous pouvez bien avoir raison. Voici les dates qui reprises dans l'article:


21 février 1944: naissance de Ndombe.


1965: son arrivée à Kinshasa


1970: sortie de sa première chanson Hortense


1982: Ndombe se retire du TP OK Jazz


1989: Mort de Franco.


TOUTES CES DATES SONT-ELLES FAUSSES? S'il y a une date qui ne correspond pas, je te prie humblement de porter correction pour l'intérêt des Mbokatiers. Ce serait votre contribution, car je ne
doute nullement de vos connaissances. J'ai consulté un certain nombre de documents pour la rédaction de cet article. Cela ne veut pas dire que tout est correct. Je reste ouvert à toute personne
qui aimerait porter une certaine lumière sur un point ou un autre. Ceci dit, je vous remercie.



BONGO Pierre 18/06/2011 17:04



Il faut reconnaitre que toutes les dates dans cet article sont fausses, aussi LUKOKI a raison. 


- En 1965, l'AFRISA INTERNATIONAL n'existait pas encore, C'est l'année de la dislocation de l'AFRICAN FIESTA, et peu après la naissance des deux African Fiesta SUKISA et NATIONAL (pour Rochereau)
ors NDOMBE n'a pas fait partie de l'orchestre de Rocherau à cette époque.


Le terme AFRISA INTERNATIONAL a commencé avec le départ de TABU LEY à l'OLYMPIA


Notre ami ZEPHERIN doit revoir de fond en comble les dates relatifs à NDOMBE, qui est encore vivant, donc susceptible d'être contacté. 



Serge Kongo na biso 18/06/2011 12:09



Mbote kulutu Zéphyrin,


En auditionna la chanson de Tiers Monde Coopération ces trois musiciens Ndombe Opetum, Sam
Mangwana et Empompo Lowayi prenaient un peu la conscience que « Yo Mangwana moto akosa yo la vie nayo ezali mongongo na yo, yo Ndombe Opetum ozali papa na bana oboti kolisa bongisala bango
l’avenir, Empompo moto akosa yo la vie na yo ezali saxo na yo » donc compte sur soi même, éduquer tes enfants et travailler sans cesse.  Mais
quelque part Sam Mangwana touche un point très sensible « Kwami Mushi na Mujos bakende kaka lokola lisano, baninga balekaka bango mayele ya butu, kondoko sima ya
ndako » ici ça me rappele cette parole de Madilu Système sur le fétiches de OK Jazz « Nga naza Ninja, pona koboma Ninja il faut ozala Ninja. »  Pourquoi vieux Sam a dit ces paroles et seulement quand ils ont quittés OK Jazz pour Tiers Monde ?  Voulait-il dénoncer un secret ?


Mokili etonda makambo.  On que l’orchestre de
Ndombe n’était que de 4 jours mais lui-même a dit à Paulin que contrairement à ce que les gens disent son orchestre a duré 4 ans.


Serge Kongo na biso.



Joelaindien 18/06/2011 08:37







Crispin Régis Lukoki 18/06/2011 05:04



Cher Zéphyrin,


Mbote mingi et je crois qu´il faut revoir l´année de l´arrivée de Pépé Ndombe au sein de l´AFRISA.Si je ne me trompe pas,cela avait eu lieu en 1968-69.J´étais personnellement dans le studio de la
Télévision congolaise pendant l´enregistrement de l´émission dans laquelle l´AFRISA avait présenté Pépé au publique KINOIS.Il avait chanté la chanson MICHELINE de Tabou Ley.Je suis complètement
sûre,car après AFRISA venait notre enregistrement sur le même plateau.Il s´agit des orchestres THU-ZAINA et LES CORSAIRES,pour un concours présenté par GERRY MAHELE.J´en profite pour saluer tous
les MBOKATIERS.


Crispin-Régis