Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

                              

 

 

      LE DUO MEMORABLE  JHIMMY na MWANGA

                                              

En 1947, Zacharie ELENGA dit Jhimmy (né en 1932 à Brazzaville de père  Michel ELENGA congolais de Brazzaville et de mère centrafricaine), excellent clerc, sténo dactylo aux établissements Israël, à Léopoldville, fait la connaissance de celui qui allait jouer un rôle capital dans sa carrière musicale : l’Angolais Paul MWANGA. Ils habitent dans la rue Isoke. (Commune de Kinshasa)

 

JHIMMY opte pour la guitare rythmique. Et s’extériorise dans l’Odéon Kinois d’Antoine KASONGO. Paul MWANGA, attiré par la chanson, compose depuis 1944, dans le groupe Pastoria Kin, des œuvres dans la tradition congolaise. Les deux consacrent désormais des recherches de subtilité sonores dans le domaine de l’harmonie et du timbre. JHIMMY  modèlera sa sensibilité sur celle de son ami au point d’en arriver à une magnifique entente musicale.

 

Ainsi s’explique l’apport considérable de Paul MWANGA et Zacharie ELENGA  « JHIMMY » en 1949, dans la création, par les frères belges (d’origine juive) MOUSSA BENATAR, des éditions musicales « KINA «  puis « OPIKA ». L’un des premiers enregistrements de cette firme, qui a rendu Paul MWANGA célèbre, est « Iyaya naboi monoko ya mboka » qui fut longtemps classé dans la catégorie des chef-d’oeuvres.

 

En 1950, pour avoir le meilleur engagement et la meilleure place aux éditions OPIKA, Paul MWANGA et JHIMMY unissent leurs talents autour d’un solide duo qui porte ainsi l’appellation « Groupe JHIMMY na MWANGA » lequel a conquis ses galons de grande vedette et est parvenu à imposer sa personnalité.

 

JHIMMY constituera particulièrement le plus grand évènement de cette année, car le guitariste « hawaïen » est un virtuose. Musicien élégant, fin et spirituel, il introduit le « fox-trot » dans la danse congolaise qui ne connaissait alors que la rumba, la biguine, le high live et la polka piké.

 

Les disques de JHIMMY et MWANGA, dont le succès a fait le tour de l’Afrique, ont exercé une influence considérable sur bon nombre de jeunes musiciens de cette époque, on retiendra avec nostalgie les admirables et véritables best sellers de la chanson syncopée, entre autre, « Ondruwe » (maboko likolo), « Henriette », « Putulu », « Viva  Benatar », etc. MWANGA se contenta de leur fournir un solo chant magnifique, la guitare hawaïenne de JHIMMY leur octroya une conception harmonieuse très originale et avancée de l’époque.

 

L’ère JHIMMY, qui désigne particulièrement les années 1950 à 1953, a été aussi marquée par le renforcement du groupe en 1951 par les talentueux rythmiciens Charles MWAMBA « Dechaud » et  Emmanuel TSHILUMBA  BALOJI « Tino Baroza », (tous deux formés par lui) Albert KABONDO, Albert TAUMANI,  GOBI et  Lucie EYENGA.

 

En 1953, après une séparation conflictuelle avec Paul MWANGA due à la perception on ne peu frauduleuse par JHIMMY des droits d’auteur réservés à la chanson « Ondruwe » réclamés par MWANGA, son vrai compositeur, le guitariste hawaïen met  fin, en 1954, à sa carrière musicale à Léopoldville. Il regagne Brazzaville où il renoue avec sa profession de sténo dactylo au cabinet de l’avocat français Me PROUCEL.  Aussi, en marge  de ses activités professionnelles, il anime avec Marie Isidore DIABOUA  le groupe « Atomic Jazz » qui va révéler un nouveau  JHIMMY dans un genre  ouvert à la musique du monde.

 

C’est au début  des années 90, à l’issu de son admission à la retraire que

JHIMMY quitte Brazzaville pour Bangui où il tire peu de temps après sa révérence.  Il n’en reste pas moins qu’il  figure au gotha des musiciens les plus remarquables et les plus attachants de l’histoire de la musique congolaise.

 

Quant à  Paul MWANGA, c’est très jeune que ce chanteur d’origine angolaise s’installe à Kinshasa, où à côté des musiciens locaux, il travaille et parfait sa technique vocale, avant de mettre sur pied en 1944,  une petite formation d’une couleur et d’un esprit très novateur : Le groupe « PASTORIA KIN ».

 

Paul MWANGA se présente comme l’artiste le mieux placé pour réactualiser le « maringa »  traditionnel, le plier aux nouvelles sonorités et en accentuer la popularité auprès des mélomanes. Il bénéficie à cette époque du savoir faire de

Paul KAMBA et son Victoria Brazza, crée en Août 1941 à Brazzaville, considéré comme le meilleur groupe des années 40 sur les deux rives du fleuve Congo. Paul KAMBA et Paul MWANGA vont se lier d’amitié au point de jouer régulièrement ensemble, comme Paul KAMBA l’avait profondément  fait auparavant avec son cadet WENDO qui sur le modèle de « Victoria Brazza » a crée en 1943 le « Victoria  Kin ». Deux frères qui ne se sont plus quittés jusqu’à la mort de Paul KAMBA le 19 mars 1950 à Brazzaville. (Écouter le témoignage de Wendo, joint)

 

Ainsi s’explique également l’implication manifeste de Paul MWANGA,  dans la production d’une discographie très remarquable aux Editions Ngoma de l’éditeur grec Nico JERONIMIDIS, dans les années 50.

 

Jusqu’à ce jour, Paul MWANGA jouit encore de toutes ses aptitudes, à Kinshasa où il vit au quartier 9 de la zone de Ndjili.  Ces derniers temps  Il est d’ailleurs passé régulièrement  à l’émission « Bakulutu » de Radio TOPCONGO à Kinshasa. Ces témoignages  sur la vie musicale à Kinshasa  et à Brazzaville dans les années 40 et 50 sont des véritables documents d’anthologie.

 

Clément OSSINONDE

Clement.ossinonde@sfr.fr

 

 

JHIMMY - 1950

Jhimmy en 1950 

 

 

MWANGA Paul 1950

Paul Mwanga en 1950

 

 

Viva Benatar, par Jhimmy na Mwanga

 

Yoka Mwanga (autre version de Onduruwe (Maboko likolo))

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Savoir Plus 27/07/2010 17:19



Si le dancing TYPE K tire ses origines des embarcations de l'Otraco, le dancing SEBENE ONDURUWE, lui par contre, doit avoir des ramifications avec la chanson de Vieux Jhimmy, n'est-ce pas Kulutu
Messager.



Messager 26/07/2010 20:42



Je me rends compte que notre génération n'a pas suffisamment écouté les oeuvres des pionniers de notre musique. Les débuts de Kallé, Franco n'ont pas été repércutés . Raison pour laquelle
beaucoup de plagiats réalisés par les musiciens de la nouvelle génération ne sont pas détéctables, par maque de références.


Mbokamosika va revenir sur cette époque dans le but de bien la faire connaître. Nous diposons d'un bon nombre d'enregistrements d'origine.


 


Messager


 



JP BOUCK 26/07/2010 20:17



En ecoutant ONDURUWE (de Jhimmy Elenga et Paul Mwanga), je comprend pourquoi Manu Dibango avait dit, dans un de ses livres, que les gens, en 1960, leur disait souvent que la musique Congolaise
avait regressé, que la musique de Jhimmy et Wendo etait superieure a la leur.


 


Kabasele Grand Kallé a eu le grand merite d'introduire l'Afro-Cubain (Rumba, Salsa et Tcha-Tcha-Tcha) dans la musique Congolaise. De lui, on peut dire que l'avant-KALLE etait different de
l'ere-KALLE.


Mais la musique congolaise de l'apres-KALLE, la musique vibrante et dansante d'apres-1970 est, en bonne partie, la suite de la musique de Jhimmy Elenga et Paul Mwanga. Et ca, nos historiens de la
musique ne l'ont jamais assez souligné.


 



Papy Nito 25/07/2010 11:57



Dans les chansons "tango ya ba Wendo" de Mujos et l'Ok Jazz et "tika nameka" de Rochereau et l'African Fiesta National, tous ces noms sont cites.



Messager 24/07/2010 21:53



je remercie Clément pour sa réponse claire à notre jeune mbokatier Jérôme Nzembele. Suite à celle-ci, je vois que le décès auquel Jérôme fait allusion serait celle de François
Boselé, un des pionniers de notre musique, assassiné à l'âge de 26 ans par ses collègues, après une soirée qu'il venait de supporter grâce au cachet généré par ses droits d'auteurs.


il avait été assassiné le jour de la sortie de sa chanson : LIWA LIPONI TATA.


 


Messager



OSSINONDE 24/07/2010 17:32



A l'attention des mbokatiers désireux  de savoir comment est mort Paul KAMBA :


Il est mort d'une maladie brusque et naturelle. Il était tellement adulé par le gouverneur colonial français à Brazzaville au point où il ne pouvait être assassiné. D'ailleurs quelques mois
avant sa mort il avait obtenu une bourse française pour aller parfaire sa formation musicale en France. Paul KAMBA, faut aussi le savoir était un grand arbitre de foot-ball. Il a arbitré des
grands matchs Diable Noirs - Daring Imana -  Etoile du congo.- V Club (Vita), etc.. au stade Eboué. à Brazzaville


En ce qui concerne la date de naissance de JHIMMY, je suis encore perplexe, et c'est bien possible que ce soit 1926. Car de Brazzaville, JHIMMY aurait fréquenté le petit séminaire  de
Bokoro, dans région du Lac (mai-dombe  Congo belge)sans allé au bout de ses études. mais notre ami  Paul MWANGA encore vivant peut nous éclairer à ce sujet. Cordialement, OSSINONDE
votre serviteur.



Messager 24/07/2010 16:34



Curieux Omanga,


Vous venez là d'évoquer les noms de quelques commerçants étrangers ayant fait la fortune au Congo. Mais tous ne sont pas de la même nationalité. Alhadef était juif, Simis aussi. Noguera était
portugais. Benatar je crois était grec mais avait acquis la nationalité congolaise.


La fille de Benatar avait déjà écrit dans mbokamosika et je crois qu'elle nous suit. Elle vit depuis longtems en Europe. Elle est capable de nous relater l'histoire de son prère au Cngo.


Quant à Simis, Alhadef, ils ont eu des enfants avec des femmes congolaises et qui vivent au Congo.


 


Messager



Messager 24/07/2010 15:38



Jérôme,


Je suis aussi curieux que vous. Mais la documentation en ma possession ne me permet pas d'établir la cause de son décès.Comme il est mort avant ma naissance, je ne peux  que me fier aux
écrits des autres. Malheureusement aucun d'eux ne révèle l'origine de sa mort précoce. Même l'article de notre ami Clément sur Paul Kamba que vient d'envoyer Samuel Malonga ne répond pas à cette
question. Nous cherchons encore.


Messager



Mayanga 24/07/2010 14:12



Merci à notre grand frère Clément Ossinondé pour cet article,grâce auquel j'ai appris pas mal sur nos aînés.J'ai bien lu pour ma part Charles Mwamba.On peut juste faire une remarque sur
l'orthographe:Mouamba au lieu de Mwamba ce qui ne change rien phonétiquement.


Encore merci à Clément Ossinondé pour la qualité de sa contribution, en espérant que ce n'est que le début d'une longue série.



Jérôme Nzembelé 24/07/2010 11:01



Merci Messager pour le temps que vous vous êtes donné pour apporter lumière à mes zones d'ombre.
Mais cependant, ma question reste presqu'entière car en me référant à une des chansons du vieux Bozi Boziana dont le titre était si je ne m'abuse, "la raison d'être" sortie en 1994 dans laquelle
il y était dit :"na lingi liwa na ngai ezala lokola ya Roi Baudoin, na boyi liwa na nga ezala lokola ya Polo Kamba". Et lorsqu'on regarde le clip de cete chanson, on y voit un mec malmeneé
manu militari par 3 individus qui avaient l'air des miliciens, sbires ou militaires en civil. Dés lors je me suis imaginé que Papa Paul serait certainement mort de cette façon tragique.

Voilà pourquoi je souhaite avoir des précisions sur la nature da la mort précoce de vieux Polo Kamba. Merci.



Curieux Omanga 24/07/2010 01:22



Cher Messager,


A travers vous, je voudrais demander a tous les Mbokatiers de nous relater l'histoire du Groupe Alhadef Benaltar, societe congolaise d'origine grecque, je vois dans le desordre les societes
Simis, Stamakis, Katy, Alhadef, Noguera et consorts, il se dit que certains nationaux au nombre desquels les Dokolo, New Man... sont les purs produits des ces societes grecques d'origine juive.


Deja vers ces annees la, les Jimmy et cie ont chante pour Benaltar, et Rochereau avec son African Fiesta National, dans la chanson TOYOTA, on entendra ceci :


Ah ngai ah, ngai nazuwaka te


lelo oyo nakomi mwasi ya Benaltar


Mbongo mingi.... nasombela yo Toyota...


 


Curieux Omanga.



Messager 23/07/2010 20:17



Jérôme,


J'interviens en tant que Kulutu. En fait Paul Kamba fut une des premières vedettes de la chanson congolaise. Sa notériété fut totale dans les deux congo. C'est lui qui a fondé le premier groupe
VICRORIA BRAZZA en 1941 duquel Wendo et Maître Taureau s'étaient inspirés pour fonder Victoria Kin.


Paul kamba fut un bon chanteur et guitariste. Il avait influencé plusieurs musiciens dont Wendo et Maître Taureau qui ne se cachaient pas de l'avoir beaucoup observé.


Il est né le 12 nivembre 1912 et il est décédé précocement le 19 mars 1950, à 38 ans.


Sa première chanson fut LIWELI YA PAUL, sortie en 1932. Un signe prémonitoire pour son décès précoce. A sa mort, Wendo lui avait dédié  deux chansons restées célèbres.


Selon plusieurs sources, Paul Kamba avait travaillé à Léopoldville en tant que commis é la PTT.


Source principale: la musique congolaise du 20 e siècle, par Mfumu Fylla Saint-Eudes.


Témoignage personnel: Dans mon enfance, quand j'avais entendu parler de lui, je croyais qu'il était congolais de Léopoldville.


 


Messager


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 



Jérôme Nzembelé 23/07/2010 18:58



Merci Papatoto car vous avez bien déviné. Il s'agit de Papa Paul Kamba  dont j'avais omis de mentioner le nom. Encore une fois merci et j'attend la réponse.



Papatoto 23/07/2010 17:04



Quel est le nom de cette grande personnalité de la musique congolaise dont vous faites allusion
?


Si vous me donnez le nom, je pourrai jeter un coup d’œil dans ma documentation ou me renseigner auprès des nos aînés.


Pour mémoire Wendo avait composé une chanson Paulo Kamba ATiki biso à la mémoire de son ami Paul  Kamba.


Je ne sais pas s’il s’agit de Paul Kamba.



Jérôme Nzembelé 23/07/2010 16:28



Bonjour aux KULUTU,
Je me retourne vers vous afin de m'aider à lever la confusion ou carrément un trou dans ma mémoire en ce qui concerne la mort d'une très grande personnalité de la musique congolaise. IL s'agit
bien entendu d'un monsieur dont le vieux Wendo ou encore Benz Bozi Boziana n'arrête pas nous rappeler les qualités.
Je vais que vous m'expliquier comment est-il mort ? Sa mort était-elle naturelle, douce ou atroce comme le sous entendait BOZI dans l'une de ses chansons.

Merci .



Papatoto 23/07/2010 03:49



 


Je suis un peu perplexe sur l’année de naissance de Zacharie Elenga alias Jimmy, la
première personne qui avait introduit l’animation dans la musique congolaise.


S’il était né en 1932 cela voudrait dire qu’il était moins âgé que le grand Kallé (en 1930). Quand ce dernier avait atteint l’âge de18 ans (en 1948). Il était parti frapper à la porte des éditions Opika dont le propriétaire
était un commerçant grec de confession juive, Mr Moussa Benatard. Ce dernier  avait demandé à Jimmy de former ce novice.


Tout ça pour vous dire que Jimmy Elenga est né en 1926 et il est mort en 1990 à Bangui (République Centrafricaine).


Au début, la rumba congolaise  se jouait avec une guitare et une percussion en musique
d’ensemble.


Jimmy révolutionna, la rumba congolaise, il formait un orchestre composé de deux guitares, d’une contrebasse, d’une timbale, d’une paire de
congas et d’un saxophone.


Plusieurs musiciens tels Dr Nico, franco et autres avaient bénéficié de ses conseils en musique.


Jimmy avait joué un rôle capital dans la sensibilisation des chanteurs et musiciens congolais sur les droits d’auteur (du fait  de l’argent généré par la vente des disques et le passage de leurs œuvres sur les radios).


Jimmy était le seul guitariste à jouer la guitare hawaïenne. A ce propos, le maître avait reconnu que son élève  (Nico) était devenu un virtuose de la guitare. 



Papatoto 23/07/2010 03:09



Je suis un peu perplexe sur l’année de naissance de Zacharie Elenga alias Jimmy, la
première personne qui avait introduit l’animation dans la musique congolaise.


S’il était né en 1932 cela voudrait dire qu’il était moins âgé que le grand Kallé (en 1930). Quand ce dernier avait atteint l’âge de18 ans (en 1948). Il était parti frapper à la porte des éditions Opika dont le propriétaire
était un commerçant grec de confession juive, Mr Moussa Benatard. Ce dernier  avait demandé à Jimmy de former ce novice.


Tout ça pour vous dire que Jimmy Elenga est né en 1926 et il est mort en 1990 à Bangui (République Centrafricaine).



DANNY MESU TSHIBAMBI 23/07/2010 01:19



Juste pour dire que DECHAUD s'appelait CHARLES MUAMBA et non MWANGA.


Merci



adeitoko 22/07/2010 20:44



J'ai beaucoup aimé cette rétrospective des années 40-50, j'ai été à l'école avec l'un des fils de Paul Mwanga qui s'appelle d'ailleurs comme son père à l'école Notre Dame du Congo à
Linguala. A l'époque le vieux habitait encore sur la rue Isangi; la même rue que Simaro Masiya avant de s'installer au quartier 9 à Ndjili comme vous l'avez si bien écrit.


Je crois que les mbokatiers corrigeront d'eux mêmes la petite faute de frappe sur DECHAUD qui s'appelait Charles MWAMBA et non charles Mwanga