Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Choquez - le défi gagnant de Jossart et Bimi aux ISIFI

Lorsque au plus fort de la crise entre les ISIFI (la bande à Evoloko) et la deuxième division, la bande à Jossart est assez clairsemée. Même Muanda DV est prêt à se ranger derrière les ISIFI. Jossart est pratiquement isolé. mais les choses vont vite changer, lorsque Bimi Ombale, ouvre les portes de la résidence paternelle de Baburu à Nyoka Longo afin que celui-ci lui explique sa stratégie et c'est le tournant du destin de Zaiko. Avec un lieu de rencontres attitrés, le camp de Jossart entame ses répétitions loin de Camp d'Evoloko, Wembadio et Mavuela. La stratégie de Jossart est simple: relancer le style Levole (Los Nickelos) en lui donnant le saccadé du cavacha, tout en surfant sur le succès de Mwana Wabi. Ce qui devrait passer par un nouveau repertoire et de nouveaux compositeurs qui seront notamment, outre Jossart lui-même, Bimi Ombale, Ilo Pablo et Teddy Sukami.
Les Isifi donneront malgré eux un sacré coup de pouce au Duo Jossart-Bimi, en poussant, à la suite d'un échange de parole un peu vif entre Evoloko et le Père de Pépé Fely , Manuaku Waku dans le camp des conjurés. Et c'est le tournant le plus inattendu. Lorsque Pépé fely rejoint le groupe sur Baburu, il se rend compte que ceux que les Isifi prenaient de haut, disposaient d'un véritable plan qui augurait un tournant au style de Zaiko. C'est ainsi que losque Evoloko et ses acolytes se croyant encore tout puissants au sein du groupe, s'entendront dire "Bolongue ou bolongua". La séparation était consommée. 
Bimi dont la fierté et le caractère bien trempé vivait assez mal d'être relegué en lever de rideau des Isifi, a donc aidé Jossart à relever le défi de la renaissance de Zaiko avec le Choquez, justifiant l'additif Anti Choc.
Je crois en tout cas, en ce qui me concerne, qu'au délà de ce qui viendra séparer Jossart et Bimi en 1989, ils n'avaient pas oublié qu'ils avaient relevé le défi ISIFI et gagné leurs galons de Stars tout en préservant l'esprit de famille de Zaiko et bien entendu son originalité.
Si Bimi n'avait pas franchi le pas et rejoint Jossart, peut être que l'histoire de Zaiko se serait arrêté avec le départ des Isifi. Au moment où l'on pleure cxe grand artiste, j'aimerai saluer ici en Bimi, l'homme de conviction et de caractère que j'ai eu la chance de rencontrer et de connaître, un tant soit peu. Finalement, comme le souligne Ya Moti, l'empereur de Baburu savait s'oublier pour les autres. Pour ses convictions aussi, il savait se montrer sans concession, comme le relève Botowamungu, dans l'épisode de la soirée des 18 ans de zaiko ou encore, en ce qui concerne son clash avec Mbuta Mashakado lors d'une émission sur TéléZaire: Tout comme aujourd'hui, Bimi a tiré sa révérence, il a choisi de partir à son heure.

 

Muan'a Mangembo

 

 

Lisapo, par Bimi et le Zaïko

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

YA MOTI 13/05/2011 11:26



Ton analyse est objective, je l'épouse totalement. Plusieurs personnes ignorent que les dissensions prirent naissance au sein de Zaïko; d'un côté ceux qui se considéraient comme extra stars du
groupe (ceux d'ISIFI), et ceux qui trouvaient que le groupe commençait à perdre son âme d'unicité de la jeunesse comme tu l'as décrit. Une confidence d'un membre du groupe résumait la
situation en ces termes que je m'en souvienne encore en ce jour " Ndenge nini nzembo lokola 2x2x2, ezanga sens ni moto na makolo, ezala aacepté na groupe" C'est vrai comme il disait, cette
chanson étant vrai fan de Zaïko, je n'ai jamais su maitriser ses couplets, la chanter sans la tordre. La bande à ISIFI croyait imposer leurs soi-disant savoir au reste du groupe mais
les autres ont vite compris que l'avenir du groupe était hypothéqué en adoptant la vision de ces extra stars, heureusement d'ailleurs, certains illuminés l'ont compris en réadoptant le
style LEVOLE qui nous a permis de suivre et de croire à l'avenir du groupe Zaïko. Bimi et Nyoka ont fini par réhausser le niveau de l'orchestre avec de chansons bien inspirées ayant un sens et
moins de dédicaces. Nous ne devons pas non plus oublier, là il y a le succès, l'argent et les femmes,  la séparation est proche. La séparation du clan était prévisible, le leadership
vient creuser par la suite la tombe dans laquelle chaque camp s'enfermera; ISIFI, YOKA LOKOLE, VIVA MUSICA, ZAIKO FAMILIA DEI, GRAND ZAIKO, BASILIQUE LONINGISA... à chacun de complèter la
liste.


YA MOTI 


 



Mawa Mingi 12/05/2011 01:33



MBUTA MASHAKADO N´EST PLUS



adei toko 11/05/2011 23:29



Je soutiens ici l'article de Muana'mangembo sur la rigueur ou la discipline chez Jossart. en effet à la création de l'orchestre il en était devenu un peu comme le capitaine dans une équipe de
football, il était le premier aux repetitions alors qu'il venait de Ndjili. Malgré le succès de la bande à Evoloko, il ne s'est pas rabaissé et les considérait comme ses égaux; chose qui les a
poussé à reflechir deux fois sur l'homme qu'ils avaient en face d'eux, c'est à dire un homme de caractère.J'estime que c'est le destin qui a voulu qu'il soit à la tête de ZAIKO et non le fruit
d'un calcul d'élimination des concurrents.Tous dans ZAIKO ont commis l'erreur de le considérer comme le moins bon artistiquement parlant. Tous se disent si on s'en va il va sombrer mais c'est le
contraire qui se passe. Adamo et ses compères broient du noir à Bruxelles; Malage, Meridjo et Bapius avant eux n'ont pas réussi à asseoir leur Zaïko Universel. JOSSART est une force tranquille.



adei toko 11/05/2011 23:00



MBUTA MASHAKADO serait mort ce jour 11 mai 2011; des précisions nous seront données dans les heures qui suivent.



Muan'a Mangembo 11/05/2011 18:29



Ndeko Musa May,


Sur ce blog, j'avais proposé un article sur Jossart, dans lequel je qualifiai celui-ci de Préfet de discipline. Je crois que c'est sa rigueur que beaucoup ne supportaient pas. rappellez-vous
qu'après le départ des ISIFI, la règle des chanteurs qui ne devraient pas depasser la ligne des micros a permis de maîtriser la starisation des vedettes de Zaiko, jusqu'à ce que Mbuta Mashakado
s'en affranchissent, avec pour conséquence, sa mise à l'écart. Et ce dernier ne se fera pas prier pour rejoindre les Yoka Lokole où, l'anarchie maison alliée au canaille de Mbuta, va conduire ce
groupe à mettre à la porte, son co-fondateur Jules Wembadio.
cette discipline qu'il imposait aux autres, il faut le savoir, Jossart était le premier à le respecter. Regardez toutes les images de Zaiko et même aujourde'hui où il est resté seul maître à
bord, Jossart ne déroge pas à la règle de la ligne des micros.
Evoloko au plus fort du succès de Pétrole avait essayé de le contourner en lançant son blouson au public, maisl ilavait été rapidement rappellé à l'ordre.
Mais il n'y avait pas que çà. Ainsi Teddy Sukami, malgré son statut n'a pas retrouvé sa place dans le groupe, après son absence prolongé pour séjour en Europe et la publication de chansons, sans
la permission de Prozal.
L'une des règles d'or de Jossart est aussi celle qui consiste à demander, par écrit son retrour ou sa réintégration. Evoloko s'y était soumis, alors que Teddy Sukami et Mbuta Mashakado avaient
refusé de s'y soumettre et on sait comment cela s'est terminé.
Il en est de même pour tous ceux qui l'ont quitté récemment; ils ne réintégreront pas Zaiko s'ils ne se soumettent pas au rithes "d'excuses écrites" et la validation finale de Jossart. C'est
ainsi et on n'y peut rien. Qu'il s'agisse de Meridjo, Bapius, Adamo ou Lola, la voie du retour passe par la demande écrite.


 


 


 



Musa May 11/05/2011 10:55



Quand on lit l'histoire de Zaiko Langa Langa, il y a un fait qui se met en évidence: tous les musiciens partaient et Nyoka Longo restait seul aux commandes. Tout d'abord c'était le groupe que
l'on connait et qui est parti fonder Isifi. On connait la suite, jusqu'à ce que vienne le tour du défunt Bimi Ombale. Ma question est la suivante: qu'est-ce qui dans le caractère ou le
mode de gestion de Jossart a obligé tous ses vieux amis à le quitter à tour de rôle?