Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


Léopoldville, 29 juin 1960, veille de l’indépendance. Le Congo belge a encore seulement quelques heures de vie. Bientôt ce sera fini avec la colonisation et le Congo reviendra aux Congolais. Ce sera l’indépendance. Le compte à rebours pour la colonie venait de commencer. En cette journée qui marquait le dernier jour et les ultimes heures de la colonie belge, une limousine décapotable escortée, avec à bord un roi et un futur président, descendait calmement, sereinement le boulevard Albert 1er  (désormais du 30 juin), les champs Elysées de la capitale congolaise. Notons que Baudouin 1er a fait le voyage de Léo pour remettre les clés de la maison et signer la fin du système colonial. La foule, dense et compacte, était venue nombreuse pour voir et acclamer aussi bien le souverain belge que le chef d’Etat en devenir. Le public était métissé, les Congolais étant mêlés aux colons belges. Les deux hommes d’Etat répondaient aux vivats des kinois par des sourires calculés.

securedownload-copie-8

Mais voilà que survint de l’anonymat un homme encore inconnu du grand public, sûrement sans casier judiciaire. Il s’appelle Ambroise Boimbo. Alors que le souverain belge et le désormais président congolais avaient le dos tourné, dans un élan stoïque, l’intéressé, ancien militaire lui-même, s’empare du sabre royal qui à ses yeux représentait le pouvoir blanc non sans avoir jeté des gris-gris dans la limousine. Un geste exceptionnel de courage que pourtant aucun manuel scolaire ou livre d’histoire ne fera allusion. Comme toujours, ce sont les Occidentaux qui parleront de lui, et de l’acte qu’il avait daigné faire bien avant le discours de Lumumba. Il fut immortalisé par la photo du journaliste Robert Lebeck. A l’occasion du cinquantenaire, une équipe de journalistes belges avait suivi ses pas jusqu’à découvrir sa dernière demeure. Quelles étaient les motivations profondes qui l’avaient poussé à poser ce geste ? Suivez son histoire en cliquant sur le lien suivant pour en savoir un peu plus sur ce grand monsieur qui a osé défier le roi qui était venue faire ses adieux  à sa colonie congolaise. http://congovideos.com/component/option,com_seyret/Itemid,94/task,videodirectlink/id,9085/

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

john ntabala 28/10/2016 08:09

merci pour les hommes qui ont sacrifiés les corps et comme notre exemple ne lessons pas ntr chers pays aux autre

Pierrot, ermite des routes du Canada 11/09/2013 16:58


quel héros en effet ce monsieur Boimbo:)))


 


(d'un conteur-ermite des routes du Canada qui se prépare à vagabonder la Belgique l'été prochain))))

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

sur google
Simon Gauthier, le vagabond céleste

LÈVE-TOI PÈLERIN
dormir
sous le pont de Gatineau, une nuit froide de neige
même pas de sac de couchage, du noir au beige

gémir
en p’tit bonhomme, les g’noux dans l’manteau
le nez sous l’gilet, là ou c’est chaud

grandir
contre le mur de ciment se faire si petit
que son coeur en devient firmament

s’ennoblir
au point ou l’on devient soi-même
un immense pays entre deux océans

REFRAIN

la bonte l’humilité, l’humanité
comme vêtement de vie

lève-toi pèlerin
même si t’as froid même si t’as faim

ensemence ton pays d’un rêve
pour les jeunes de demain

ta guitare à la main
marche marche les chemins
ne triche pas ton rêve en douce
en faisant du pouce

quand un jeune t’embarque
écoute le jusqu’au matin
parce que son rêve à lui commence
là où finit le tien

TURLUTTE

COUPLET 2

manger
quand on t’a ramassé pour t’emmener souper
dans l’espoir d’une belle soirée
par ta guitare endimanchée

s’laver
la route c’est accepter
d’ètre sale en dehors
d’ètre propre en dedans
en s’guettant

s’coucher
avoir honte de ses peurs
quand y a tellement d’êtres humains
qui ont pas l’choix d’avoir peur

s’éveiller
soudain en pleine nuit
s’enfuir sans faire de bruit
après avoir écrit merci

COUPLET 3

vaciller
dans un café internet, recevoir un courriel
d’un ami de jeunesse, qui veut t’immortaliser
d’un geste bien intentionné

créer
une chanson chaque nuit
parce que la veille ce que t’écris
semble s’être évanoui

dessiner
entre ta voix et tes lèvres
tous les cris des humains
qui ont choisi d’aimer
même s’ils sont mal aimés

rêver
qu’après sa mort peut-être
de milliers de jeunes en mal d’être
reprendront ton épopée
vers ce pays oeuvre d’art à créer

FINALE
la bonté, l’humilité, l’humanité
comme vêtement
d’aimer

Pierrot
vagabond céleste

Jérôme Nzembele 30/10/2010 11:47



Plus que toute cette histoire d'épée ravi des mains du monarque belge, c'est la cerémonie improvisée par les ouvriers du cimétière pour pouvoir localiser la tombe du feu Papa Ambroise Boimbo.

En effet, ne disposant pas de coordonnées orthogonales quelconques, ces braves ouvriers sont parvenus à localiser la tombe recherchée en pleine brousse et après plus de 30 ans de mise sous terre.
Même si les recherches auraient été étalées sur plusieurs jours, mais le fait qu'ils l'aient trouvée dans ces conditions est une prouesse.