Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

MA NKEWA, par Franco et l'OK-Jazz (1962)

Nous commémorons aujourd'hui le 21e anniversaire de la disparition du grand maître de la musique congolaise, Franco Luambo. Un document exceptionnel , réalisé par Clément Ossinonde, et décrivant tous les détails sur son parcours et son oeuvre a été publié sur la page payante.

En effet, notre ami Clément Ossinonde avait offert ce document , comme sa contribution au fonctionnement du blog. Il nous avait permis de l'imprimer sous forme d'une brochure et de la revendre pour le compte du blog. Compte tenu des frais élevés d'impression, nous avons préféré le publier  à l'occasion du 21e anniversaire de son décès sur la page payante, à raison d'un euro par consultation.

Toutefois, nous avons songé aux mbokatiers ne pouvant pas effecteur des paiement en ligne. En sélectionnant pour eux deux chansons mémorables de Franco, l'une,"Ma Nkewa", une rareté réalisée en 1962, nous avait été envoyée par un de nos complices, Papatoto. Nous sommes certains que beaucoup l'auditionnerons pour la première fois, en version originale, bien qu'elle ait été  reprise quelques années plus tard par quelques ensembles dont  le T.P. Zembe-Zembe de Kisantu. L'autre,"Mino ya Luambo Diamant", se passe de tout commentaire. Elle donne à elle seule la valeur exacte de ce que fut et est encore ce grand artiste Luambo Franco.

 

Messager


POP02 Recto

 

MINO YA LUAMBO DIAMANT

P:S. Après la publication de cet article en clair sur le 21e anniversaire de la mort de Franco Luambo, nous avons réceptionné un beau colis de la part de notre aîné Clément Ossinonde(MERCI MILLE FOIS)contenant des pièces rares sur notre musique .Nous vous réserverons de bonnes surprises prochainement.
En guise d'avant goût, voici un extrait de l'interview que Franco avait accordée  en 1977 à Mama Kanzaku, en son domicile de Limete. Un document  qui tombe au moment nous commémorons le 21e anniversaire de sa disparition.

 

INTERVIEW DE FRANCO, PAR MAMA KANZAKU (1977)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article