Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

 

 

Les Congolais ont une fois de plus été humiliés. Étant originaire de RDC, nous ne pouvions pas nous taire mais au contraire nous indigner devant ce que nos frères et sœurs ont subi. Il est presque devenu anodin de refouler les Congolais sans que personne ne s’en émeut. Dirigé par une bande de corrompus et d’incapables, ce grand pays est devenu au fil des années l’ombre de lui-même et la risée des Africains.

 

Avec l’opération Mbata ya mokolo, les Rdéciens étaient pourchassés en 2014 à Brazzaville comme de vulgaires bandits mieux comme des animaux. Et celui qui préside aux destinées malheureuses de ce pays n’a pas pipé mot. Il a brillé comme toujours par un silence qui interpelle, un mutisme complice. Avec l’opération Transparence, c’est l’Angola qui au début de ce mois s’en est pris aux Rdéciens, les frappant, les humiliant, les tuant même, comme si être Congolais était un péché mortel. Plus de 200.000 illégaux ( !) rdéciens ont été expulsés d’Angola. Et de quelle manière ! Même si c´étaient des sans-papiers, ils avaient droit à un peu d´humanité.

 

L’Angola et  le Congo Brazza ne sont pas à leurs premières conduites musclées de nos compatriotes à la frontière. Dans ces deux pays, le Rdécien est la cible privilégiée, l’objet principal de leur frustration. Il est le bouc émissaire désigné qui chaque fois doit payer pour tous les péchés d’Israël. Si á l’époque, le mot Zaïrens (Zaïrois en portugais) était presque devenu une insulte à Luanda, à Brazzaville par contre, le slogan discriminatoire qui poussait à la haine anti-zaïroise était : Boma zaïrois, tika nioka (tue le Zaïrois mais épargne le serpent). Et pourtant, les ressortissants de ces deux pays avaient toujours été les bienvenus au Congo-Zaïre, même si tout n’avait pas été rose. Ceux qui hier avaient été accueillis, nourris, instruits, logés, soignés, conseillés par la RDC sont aujourd’hui devenus ses pires ennemis. Comme ils ont la mémoire courte !

 

Faudrait-il le rappeler ?

Déjà pendant la colonisation belge et les années d’indépendance qui ont suivi, la RDC avait accueilli sur son sol des millions d’Angolais fuyant la misère et la brutalité de la colonisation portugaise édictée par Salazar puis poursuivie par Caetano. Ce pays hospitalier a ouvert son cœur et ses bras tout au long des 2.500 km de frontière, soit du Kongo Central au Katanga en passant par les deux Kasaï et le Bandundu, pour accueillir les frères angolais en perdition. Le Congo leur avait donné des terrains pour vivre dignement, de la terre pour cultiver, du travail pour s’intégrer dans la société congolaise. La RDC jusqu’à l’époque du Zaïre avait mis ses écoles, ses instituts supérieurs et ses universités à la disposition des jeunes angolais. Des bourses d’études avaient même été octroyées pour former l’intelligentsia angolaise. Une grande base militaire a été créée à Kinkuzu pour permettre au FNLA de continuer le processus irréversible de la décolonisation par la lutte armée. La RDC a rendu à l’Angolais sa dignité d’homme et d’Africain bafouée par le colonisateur raciste portugais. Kinshasa a donné aux Angolais l’avenir et surtout l’espoir qu’ils n’avaient pas chez eux.

 

Le Congo, plus que tout autre pays, a comblé leurs incertitudes. Tous les mouvements de libération angolais et cabindais, toutes tendances confondues (UPA, FNLA, UNITA, MPLA, FLEC) avaient vu le jour ou avaient leurs sièges à Kinshasa et avaient d’une manière ou d’un autre bénéficié du soutien financier, logistique, militaire, morale et politique de la RDC. Un gouvernement, le GRAE, était installé à Kinshasa pendant plus de dix ans. N’est-ce pas Kasa-Vubu qui dès 1961 leur avait cédé une portion du territoire congolais pour implanter leur base militaire? N’est-ce pas Mobutu qui avait vilipendé le Portugal du haut de la tribune de l’ONU pour le compte de l’Angola encore colonie portugaise en 1973? Et malgré l’indépendance acquise en 1975, existe toujours une forte communauté angolaise éparse dans toute l’étendue de la RDC. Elle n’a jamais été inquiétée et vit  en paix. Les Angolais dont le pays a un système de santé délabré, ne viennent-ils pas jusqu’aujourd’hui se faire  soigner au Congo ? Les militaires zaïrois ne sont-ils par morts pour l’Angola ?  L’élite angolaise n’est-elle pas  redevable de la RD Congo ?

 

Faudrait-il le rappeler ?

Les Brazzavillois venaient travailler à Kinshasa où beaucoup avaient même élu domicile. Dans les années 90, lorsque brusquement Brazzaville se transforma en enfer provoqué par la guerre entre les partisans de Sassou et de Lissouba, des centaines des milliers de Brazzavillois ont pris la route de l’exil. Beaucoup se sont agglutinés dans des bateaux et des pirogues pour traverser le fleuve et se refugier à Kinshasa. La RDC les avait accueillis à bras ouvert comme il l’avait fait pour les Burundais, Ougandais et autres Rwandais. Plusieurs Brazzavillois qui découvraient Kin pour la première étaient émerveillés par l’accueil qui leur avait été réservé et avaient constaté que le Rdécien, malgré l’infortune qu’il a toujours connu à Brazzaville, n’était pas rancunier.

 

Aujourd’hui oubliant tous ces bienfaits, le Rdécien est assimilé au mal absolu. On n’a pas de compassion pour lui. On le brutalise sans état d’âme. On l’humilie sans cesse. On le  tue comme du bétail à l’abattoir. On se moque de lui en permanence. On le calomnie à outrance. On le déteste comme jamais. On le considère comme l’ennemi public numéro un. On le qualifie de paria. On épargne et respecte une mouche mais pas le Zaïrois. Et pourtant les Angolais, Brazzavillois, Rwandais, Ougandais et autres Burundais qui jusqu’aujourd’hui vivent dans son pays n’ont jamais été inquiétés et ont le privilège de ne jamais être expulsés.

 

Pauvres Rdéciens ! Peuple mal aimé et déshumanisé, peuple à la réputation entamée et victime de son hospitalité. Que vaux-tu devant l’arrogance et l’insolence de tes voisins à qui hier seulement tu avais donné le gîte et le couvert? Toi qui es trahi par tes propres dirigeants. Toi qui es haï et brutalisé par tes frères africains. Toi qui es chassé comme un chien pestiféré par ceux à qui tu avais offert l’hospitalité dans leur errance. Ne perds ni courage ni espoir. Dresse au contraire ton front. Car lorsque tu te débarrasseras des médiocres, tu retrouveras ta grandeur et ta dignité d’antan. Et l’Afrique entière tremblera le jour où tu rebondiras.

 

 Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mana 14/12/2018 17:42

Il est vrai que de fois les forces de l,ordre vont trop loin mais il faudrait aussi connaître lê comportement du Rdcien Avant de opiner Sur certains aspects du problème. Dans lá manière de agir du Rdcien, tout ce qui represente l,Etat est á combattre. Pás de documentos d,identité, on est medecin, Pasteur, prophete, on monte som ligablo ou Eglise quand et comme on le veut. On ferme les routes lê jour de l,enterrement , les filles se deshabilles en públic et la Police n,a rien avoir. Combiem de fois on assisté á l,anterrement des Rdcien par les forces de l,ordre á cause de ce comportement? Le Rdcien croit que,il est superieur á tout lê monde et c,est certains que certains situation lui arrive comme resultar de cette manière de pender.

Samuel Malonga 14/12/2018 19:48

Il n´a que les Rdéciens qui se comportent mal dans ce monde. Le tableau que vous venez de brosser est exagéré à mon sens. Le Rdécien se débrouille à sa façon mais n'a jamais combattu le gouvernement du pays qui l'a accueilli. Avez-vous des exemples concrets pour étayer vos dires? Même s'ils étaient mauvais comme vous le dites, méritent-t-ils d'être traîtés de la sorte? Tous ceux qui ont été chassés étaient mauvais comme vous le dites? As-tu vu les images et la manière dont ils étaient brutalisés, humiliés ou violés? Que pensez-vous de ce que les étrangers (chinois, libanais, pakistanais, rwandais etc.) font chez nous? Eux du moins sont honnêtes. Sachez qu'il y a des illégaux dans tous les pays du monde. L'illégalité n'est seulement le propre des Congolais de RDC. Tous les Angolais au Congo ont-ils des papiers?Ils sont tous devenus Rdéciens sans faire des demarches appropriées.

Samuel Malonga 25/10/2018 22:13

@ Godet,
Contrairement à vos propos, Mbokamosika a déjà parlé des événements de 1964 relatifs au retour forcé des Brazzavillois. Il suffit de taper ces deux titres: Tshombe expulse les Brazzavillois et La motivation politique du refoulement des Congolais en 1964.

Godet 25/10/2018 18:16

Bonjour, je suis forcé de répondre à ce commentaire assez partisan sans nuances..Oui ce qui se passe en Angola n'est pas soutenable sous cet angle là ..mais .il y a beaucoup d'amalgame dans ce commentaire qui semble être un réquisitoire à charge contre le Congo Brazzaville qui est loin de ces faits et de l'Angola ...L'Angola n'est pas le Congo -Brazzaville déjà....il faut distinguer les faits..et En plus faudrait-il rappeler les expulsions de 1965 de plus de 200.000 congolais de Brazzaville de Kinshasa sous Tshombe?...des Maisons furent abandonnées et les gens expulsés comme des vaurien après tant d'années de vie à Kinshasa ..Mon pere avait perdu deux de ces terrains et mains à Mumbele..je suis l'un des témoins de ces événements là...Mais il s'est bien passé tant d'années entre 1965 et 1997 qui fut l'année meurtrière au Congo Brazzaville....mais personne ne parlait de ces expulsions pour autant entre cet intervalle .oui on parle des faits présents ..il ne faudrait donc pas tout confondre comme si le gouvernement de Kinshasa n'avait jamais pratiqué des expulsions..soyons raisonnables et non émotionnels pour attiser des haines ..Non....monsieur ..moi je vous parle entant congolais ayant de la famille de part et d'autre du fleuve sans être alarmant...j'aurai plus à perdre à opposer ces peuples qu'à les réunir ...

nyanguila 26/10/2018 02:34

Bonjour,mes deux intervenants,pour contribuer à l'éclaircissement du motif de l'expulsion des frères du Congo-Brazzaville,la cause était le cas de Youlou-Fulbert! Ce dernier,chassé du pouvoir lors des journées des trois glorieuses,après son incarcération,prit la fuite,en sortant de la prison,par quel miracle?,pour se réfugier à Léopoldville et,à ce moment-là,Tshombé était déjà au pouvoir en tant que président du conseil donc le plein chef du gouvernement.En effet,le souci de Youlou-Fulbert était de reconquérir son"pouvoir"usurpé par les révolutionnaires initiés par Sékou-Touré et soutenus par la Chine et le bloc de l'Est! Tshombé,de par son amitié avec Youlou,et en souvenir du soutien de celui-ci lors de la sécession Katangaise,était déterminé à le ramener au pouvoir pour qu'il retrouve son fauteuil dont la perte était la source de ses pleurs et soucis quotidiens! Mais des menaces de Tshombé,pour l'invasion de Brazzaville,le gouvernement révolutionnaire s'était juré de recourir au terrorisme in situ à Léopoldville,par le relais de ses ressortissants qui constituaient le tiers de la population de Léo! Après quelques plastiquages,véhicules explosés et quelques morts,Tshombé prit la décision malheureuse d'expulser des milliers des Congolais-Brazzavillois dans des conditions honteuses! Mais en faisant de la sorte,ce sont des congénères de Youlou,comble de la contradiction,qui ont été frappés par cette mesure! Faut-il rappeler que Tshombé était un coutumier des expulsions de populations en masse?Lors de sa déclaration de sécession,il avait procédé à l'expulsion de toutes les population,des autres provinces,de son Katanga tout en ménageant et caressant des anciens colons et d'autres blancs! Même l'African fiesta avait pleuré,en composant une chanson-complainte,suite à l'expulsion de son"pablito"dit Pamelo au cours de cette mauvaise politique! Enfin,c'est à cause du cas"Youlou",qui voulait reprendre son pouvoir au prix du sang,que ces expulsions eurent lieu. Pour plus de précisions,veuillez consulter des ouvrages qui traitent ce sujet de cette époque et même Lissouba avait évoqué ce problème lors de la conférence nationale. A plus,bien à vous et salut à notre vaillant Messager.

Samuel Malonga 25/10/2018 21:46

Merci cher Godet pour votre commentaire. Moi aussi j´ai de la famille à Brazzaville. J'ai des nièces et des neveux dont le père est Brazzavillois et dont la mère (ma soeur) est Kinoise. Quand je vais à Brazzaville, bien des gens croient que je suis de là, de par mon nom.
Pour rappel. En 1964, à la suite de ces malheureuses expulsions, le gouvernement de Kinshasa avait dédommagé les expulsés en versant un montant "forfaitaire' au gouvernement de Brazzaville. C'est la raison pour laquelle plusieurs Brazzavillois de Kinshasa (pas tous) avaient perdu leurs biens. Je connais des familles brazzavilloises qui vivent jusqu'aujourd'hui dans leurs parcelles. Contrairement aux autres, Kinshasa ne pratique presque pas des expulsions. La dernière en date était en réaction à l'opération Mbata ya mokolo. Mais, personne n'était brutalisée, aucune femme n'avait été violée. Mon article n'a pas vocation a opposé ces peuples frères entre eux. Seulement, la façon dont les Rdéciens sont traités en Angola et au Congo-Brazza doit nous interpeller. A Kinshasa, vous conviendrez avec moi qu'aucun Angolais ou Brazzavillois n'a jamais été traité de la sorte. A Luanda tout comme à Brazzaville, le mode d'emploi pour le retour forcé des Kinois est le même. Qu'aurions-nous dit si c'étaient des Européens qui avaient renvoyé manu militari des clandestins africains dans leur pays? nous aurions tous crié au racisme.

nyanguila 25/10/2018 00:25

Bonjour et merci amplement pour ce récit,cher frère Malonga,ces événements sont attristants car nos gouvernants,soi-disants-ils,sont nos fossoyeurs et nous livrent à ceux qui nous humilient. Si,du minimum,ces gouvernants remplissaient leur mission au bénéfice de notre peuple,pour tout dire et comprendre,nous n'en serions pas dans ce pétrin où nous sommes habillés de honte et de risée; Bien à vous et salut à notre Messager et à tout le monde.

Samuel Malonga 26/10/2018 23:37

Il n´y avait que des Congolais qui étaient clandestins. Il n´y avait que des Congolais (entre 200.000 et 400.0000) dans ces zones minières. Et cette transparence ne visait que les Rdéciens. Drôle de transparence "économique". Et que dire des refugiés congolais en possession des documents du HCR qui avaient été boutés dehors?i

mmnn 26/10/2018 20:32

il ne s'agit de expluse nos compatriote, mais la republique de angola il est entre de faire la transprance sur economie dans le zone diamatisphere
il faut bien verifiee ou s'ete passe evenement dans toutes régions de ou il ya les creseur de minirais