Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

L’abbé Germain a fait vibrer la Cathédrale de Lubumbashi

 

«Vaincre la peur»

La cathédrale de Lubumbashi «a bougé» dimanche 23 janvier sous les applaudissements des fidèles venus nombreux. Ceux-ci acclamaient l’homélie prononcée par un curé du cru mieux connu sous le nom d’«abbé Germain». Thème développé : «Vaincre la peur». Le «père» a invité les chrétiens à se départir de la peur pour dénoncer les maux dont souffre la société congolaise.

A tort ou à raison, les Congolais ont la très peu glorieuse réputation d’un peuple pusillanime. Peureux. Un peuple hypocrite qui a tendance à faire la danse du ventre devant des dirigeants là où ils devraient crier des frustrations du fait de l’incapacité de ces derniers à créer un cadre de vie où chacun peut trouver la satisfaction de ses besoins les plus essentiels.

Aux quatre coins de la RD Congo, l’eau courante est devenue une denrée de luxe. Au lieu d’exiger des comptes aux pouvoirs publics, la grande majorité de la population préfère parcourir, chaque jour, plusieurs kilomètres pour puiser l’eau de puits. Pas d’électricité? Ceux qui ont des ressources financières se rabattent sur les générateurs, les fameux groupes électrogènes. Pas de médicaments dans les hôpitaux? Les Congolais de la diaspora font la collecte de fonds pour expédier des médicaments à quelques centres hospitaliers. A défaut, on envoie de l’argent aux proches pour se faire consulter dans des cliniques privées. "Quel est l’événement pouvant déclencher l’indignation des Congolais?", "Quel est seuil de tolérance à ne pas franchir pour les Congolais", c’est là les questions que se posent des observateurs surpris par autant d’impassibilité.

Il semble que les raisons de cette «lâcheté collective» devraient être recherchées dans l’histoire coloniale où chaque revendication d’un droit a été réprimée. «Les Congolais n’ont pas de culture syndicale encore moins de culture de revendication de leurs droits», entend-on dire. Une excuse pour le moins commode.

Un ancien dirigeant sud coréen a pu dire que «l’état d’esprit d’un peuple constitue la première richesse d’une nation.» L’apathie serait-elle génétique? Assurément pas!

A Lubumbashi, l’abbé Germain a invité ses concitoyens à se déprogrammer mentalement en adoptant un état d’esprit libéré de la peur. Il a invité ses compatriotes à «vaincre la peur» ambiante pour combattre les «anti-valeurs» lesquelles ont fait un "retour en force" dans la société congolaise en général et dans la province du Katanga en particulier. Jetant un regard critique sur la condition sociale de l’homme congolais, le religieux a exhorté l’assistance «à suivre l’exemple» du peuple tunisien.

L’abbé Germain a appelé ses concitoyens à combattre les anti-valeurs. Il a dénoncé les tenants d’une certaine «pensée unique». Une pensée allergique à toute idée d’alternance. Toute idée de Changement.

Dans son homélie prononcée à l’occasion de la fête de la Nativité, le Cardinal Laurent Monsengwo n’a pas manqué de pourfendre les anti-valeurs. Il a fustigé la «culture du mensonge» qui est en passe de prendre le dessus sur «la vérité». «Le peuple n’est plus dupe. Plutôt qu’une culture de la justice, c’est une culture de l’injustice et de la corruption. Plutôt qu’une culture de l’amour, c’est une culture de la haine et de la division. Plutôt qu’une culture de la vie, c’est une culture de la mort et de l’insécurité qui se développe. Si l’on n’y prend garde, la mort sera banalisée dans notre pays», déclarait-il.

L’homélie prononcée par Monsieur l’abbé Germain dans la cathédrale de la capitale du cuivre constitue un message d’espoir. Les Congolais doivent «vaincre la peur» pour exiger des comptes à leurs gouvernants. Les Congolais doivent «vaincre la peur» pour «virer» les dirigeants incompétents. Les Congolais doivent «vaincre la peur» pour devenir tout simplement les architectes du Changement des conditions sociales de chacun et de tous.

Libérés de la peur, ils doivent envoyer à "Joseph Kabila" un message sans équivoque : "Dix ans, ça suffit!"

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2011

 

 

Commenter cet article

Franck Godwin Walelo 23/12/2011 07:20


Ca c'est un grand reveil pour l'Eglise, c'est elle qui a le pouvoir d'eduquer, de reveiller le peuple pour son developpement, et d'eduquer meme ceux qui dirigent ce peuple pensant
connaitre tout et faisant semblant de conduire les aveugles. Le temps est arrive, le Congo ne sera pas le meme a partir de message de ce genre.Merci Monieur l'Abbe, que Dieu continue a vous
inspirer pour le bien de son peuple.Amen