Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

  Dom Munsiensi est de retour. Après ses vacances passées à Kin et Brazza . Il nous est revenu sain et sauf.  Le "mbasu" n'a  eu aucun effet sur lui et sa famille. Gloire à Dieu.

Il retrouve mbokamosika en état de marche. Avec deux nouvelles rubriques: Les grands noms de la musique congolaise, et les anniversaires, initiées respectivement par Clément Ossinonde et Bernard Manseka. Sans oublier l'arrivée de SCOPRION, le musicologue. Ce qui l'a beaucoup émerveillé.

Archiviste attitré de notre blog, grâce à qui les mbokatiers ont découvert plusieurs articles d'archives des journaux de l'époque:  Courrier d'Afrique, Étoile; Progrès; Les Actualités Africaines...., il n'est pas rentré les mains vides. Il a réalisé quelques images insolites sur la vie courante tant à Brazza qu'à Kin.

Nous en avons sélectionné trois, avant que lui même ne nous fasse une petit compte rendu de son voyage.

Pour lui souhaiter un bon retour à la manière de mbokamosika, nous lui dédions , en tant que fils TEKE, une belle oeuvre intitulée :BONZENGA YA BATEKE, réalisée en son temps par Monza 1er et les Stars Magnats.

 

 

Messager

 

 

Quelques images insolites ramenées par Dom Munsiensi

 

1.Une antenne hertziènne et parabolique

Antenne herz... eh parab...

 

2.Un compteur électrique

Compteur electrique

 

3.Une distillerie de Boganda ou "LOTOKO"

Distillerie de Boganda ou Lotoko1

 

 

Bonzenga ya Bateke, par Monza 1er et les Stars Magnats

 

Bonzenga B

Commenter cet article

YA MOTI 19/11/2010 21:46



Chers mbokatiers,


Il y a un an que j'ai ramèné ces antennes achètées à un jeune vendeur ambulant à Kin. Pour aider et encourager ces jeunes débrouillards, j'en ai pris deux pour les tester en France. Je les ai
fait installer sur le toit de ma maison, leur fonctionnement est correct malgré une finition bâclée. Je les ai fait déposer pour installer celle appropriée pour la TNT. C'était une fiérté de les
montrer à mes voisins et collègues pour ressortir le niveau d'ingéniosité de nos jeunes compatriotes. Si les autorités locales peuvent encourager ces jeunes à améliorer ces inventions et
pousser la consommation locale de certains articles "made in Congo" en limitant les importations des articles analogues, plusieurs emplois seraient crées évitant ainsi la shéguerisation de
jeunes compatriotes.


YA MOTI


 



Bernard Manseka 19/11/2010 02:48



C'est l'ingeniosite des Africains. Malheuresement ces etudiants dans les Universites ne font aucun recherche pour ameliorer ces techniques. Si c'etait Newton or Archimede, ils devraient chercher
un brevet de ces antennes tout comme la distillerie.


Mawa na mpasi



Munsiensi 18/11/2010 21:51



En RD Congo on l'appelle Lotoko et à Congo/Brazzaville on l'appelle Boganda;ma tante la fabrique à Brazza depuis 1964 et c'est une centrafricaine qui lui appris à fabriquer cette boisson;pourquoi
Boganda je n'en sais rien.Peut-être d'autre mbokatier ont une explication.


Dom Munsiensi



Messager@ 18/11/2010 18:51



Kullutu Clément Ossinonde,


Dom Munsiensi n'y est pour rien, la coquille vient de moi. J'ai transcrit Bogana au
lieu de Boganda.


Je crois q'en tant que chevalier de la plume, tu ne me tiendras pa rigueur. Les coquilles existent depuis la naissance de la typographie. Aujourd'hui, les touches de l'ordinateur ont beau
remplacé les caractères du marbre, mais les coquilles demeurent.


 


 


Messager



OSSINONDE Clément 18/11/2010 17:21



Que dire de plus, sinon bon retour à mon compatriote "ngansié" Dom MUNSIENSI dont le nom semble avoir une signification toute particulière, en dépit sa francisation. Peut-être qu'il aura
l'occasion de l'expliquer lui même, si cela à de l'importance.


Autrement, un rectificatif sur l'appellation de la distillerie de  " Bogana LOTOKO "


A ma connaissance il s'agit de "BOGANDA-LOTOKO", un alcool originaire  de la république Centrafricaine et pour lequel l'on avait attribué dans les années 50/60


le nom du premier président du Centrafrique , BOGANDA. Un alcool très fort et moins cher, fabriqué depuis au Congo-Brazzaville, non seulement par les Centrafricains encore présents à Brazzaville
, mais surtout  en grand nombre par les congolais.