Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

" Mbuta Matima, kolele". Ce cri résonne encore dans la mémoire des mélomanes ayant déjà auditionné les chansons de Zaïko, avec Zéphyrin Matima Piosso au solo.

Lorsqu'on parle du succès de cette formation musicale qui a marqué à jamais les années '70 et '80, on oublie souvent de mettre en valeur tous ses acteurs, particulièrement le soliste Zéphyrin Matima. Un des fondateurs du groupe. Nous en voulons pour preuve le peu ou quasiment le manque d'images de cet artiste musicien disparu en 1996, sur plusieurs photos de l'orchestre Zaïko.

Matima, ce soliste à l'allure timide, sereine, posée, voire innocente sur la scène, a pourtant débuté dans zaïko comme guitariste Pop, avant de se convertir en soliste de Rumba en 1972.

Les apparences étant souvent trompeuses, la timidité de Matima ne fut que de façade. Car, ce soliste  bouillonnait de l'intérieur, à l'image de sa chanson " KIN KIESSE", interprétée en deux versions par Zaïko en 1976. Une oeuvre qui révèle clairement les origines Pop de son auteur.



Messager

 


KIN KIESSE, par Matima Piosso te le Zaïko Langa-Langa


Cher Messager


Merci pour cet hommage à notre ami Matims.Je revois ce jeune homme,timide, plein d´envie d´apprendre et perfectionner ses connaissances musicales.Zaïko venait de naître et manquait des musiciens
rodés pour assurer l´affluence du public,disons Yéyé.C´est ici où DV Moanda va contacter Pablo Ilo,Johny,Otis et Crispin-Régis Lukoki,afin de s´occuper de la section Yéyé qui était nécéssaire
pour la bonne marche de ce petit orchestre qui venait de naître.Pour votre connaissance,cet orchestre avait débuté avec les jeunes Damien Ndebo,Roxy et autres dont je ne me rappelle plus les
noms,sur Goffin à Gombe avant de s´installer à Matonge.En ce moment là,mon ami Matims venait au concert et parfois il ne jouait même pas,tellement qu´il y avait des candidats.C´est ainsi qu´il va
commencer à fréquenter Oscar Matusongua et Crispin-Régis,qui vont l´aider à perfectionner sa guitare.Avant d´enregistrer avec le ZAïko,Matima avait participé aux enregistrements de Les
Corsaires,accompagnant Miss Bora et Etisomba.Dans la chanson Yoka ngai mawa(face B de Bayinenge bambale)c´est Matima qui joue la guitarre d´accompagnement.tout ce que je vous raconte,s´est
passé à l´époque où l´orchestre Zaïko évolué chez Hawaï sur Bongolo.En 1972,quand je suis partit du pays,l´orchestre Zaïko commençait à se structurer et n´avait pas encore enregistré son premier
45 tours.J´avais beaucoup regretté la mort de Matims,c´était un gars SUPER.Merci pour l´hommage cher Messager.


Crispin-Régis Lukoki. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Angolano 26/10/2012 19:21


Moi personnelement je trouve que Popolipo est le soliste le plus creative au Congo, au Zaiko il n'a pu bien s'expresser car la conquerrence etait enorme (beaucoup de talents, comme on dit au
Zaiko "Ba koki pe ko kende ehh"), Popolipo a prouve' ce que je viens de defendre avec sa participation exceptionnel dans beaucoup des chansons et album d'autres chanteurs, tels comme Pepe Kale,
Koffi Olomide et Le quartier Latin International, ACADEMIA, etc... Mais la guitarre la plus douce et plaisante c'est sans doute celle de Mbuta Matima, il restera mon Zaiko prefere' pour
toujours...

Michaux Karamb 18/04/2011 21:32



Cher Messager


Je vous remercie pour cet hommage à mon ami d'enfance Zéphyirin Mantima , c'est fût de beaux  moments avec lui à l'athénée de St jean et à Mantongué, il restera toujours dans mon coeur A
bientôt



guylain 18/12/2014 23:39

Je suis né une année avant la création de zaiko c'est comme Obélix, je suis tombé dedans tout petit, j'adore tout ces baobabs de la vraie musique qui ont laissé des œuvres impossible à égaler tel que matima qui joue mopaya-zoba que je ne cesse d'ecouter pour bien dormir.

Fernand KINWANI 14/04/2011 23:41



C'est vrai. Je vous remercie pour vos hommages. On s'est beaucoup fréquenté depuis les années 80 à kin et 90 à Bxl. J'ai admiré comment, avec philosophie et ardeur dans le travail, il restait
fidèle au groupe. ça n'a pas toujours était facile.


Je garde de lui l'image d'un réaliste: A chaque sission, je lui disais vieux cette fois c'est fini pour Zaïko...Tranquilement,  il encaissait le coup et se ravisait...Petit, la musique c'est
le travail, on va travailler, ça ira.


Il jouait moins, mais il travaillait suffisamment loin de la scène. Proche de lui, il m'a toujours mis en garde contre le phènomène Libanga tant que cela ne m'était pas utile professionnellement.
Petit oza mwana kelassi, soki na mbandi ko buaka yo, moto ekovimba pamba oza n'eloko te ekokomela yo mindondo... donc eza na tina te. Ainsi refroidissait-il mes envies de figurer dans
ses chansons. Pour sa lucidité et cette protection, je lui en suis reconnaissant. 


J'étais encore à ses côtés à Liège je l'ai vu le dernier soir. Toujours, même dans la souffrance/la maladie, si simple, sympathique et attentif à mon égard... ce qu'il était dans
sa vie. Il m'a dit "Petit demain, tu te maries, tout est prêt? Je crois que je ne passerai pas cette nuit. Si demain je ne suis plus... Continue et , je serais...mon corps
sera là...seulement reviens après t'occuper de ton vieux frère (Comprenez Tata Leki)...  C'était sympa de sa part de m'encourager à mener parrallèlement deux évènements
opposés. Eh oui! Pas facile la vie d'artistes. Par respect pour lui et Zaïko, je ne raconterai pas les péripéties jusquà sa dernière demeure.



Kirika Nkumu Assana (Zéphyrin) 20/05/2010 02:12



Je pourrais passer sous silence ce vibrant hommage que le Messager rend à Mbuta Mantima.Non seulement parce que nous portons le même comme vous le constater mais également parce qu'il était un
accompagnateur talentueux qui a rendu d'énormes services à Zaiko. Mantima a composé des très belles chansons qui restent gravées dans notre mémoire. A moins qu'on me contrédise, je crois qu'il
avait joué la guitare solo dans certaines chansons de Zaiko. Le rythme endiablé, emballant de sa guitare ne laissaient personne indifférent que le chanteur comme Bozi Bozia ne cessait de
lancer AH NGE MANTIMA, MBUTA MANTIMA KOLELE OOOOO.



Crispin-Régis Lukoki 19/05/2010 03:30



Cher Messager


Merci pour cet hommage à notre ami Matims.Je revois ce jeune homme,timide, plein d´envie d´apprendre et perfectionner ses connaissances musicales.Zaïko venait de naître et manquait des musiciens
rodés pour assurer l´affluence du public,disons Yéyé.C´est ici où DV Moanda va contacter Pablo Ilo,Johny,Otis et Crispin-Régis Lukoki,afin de s´occuper de la section Yéyé qui était nécéssaire
pour la bonne marche de ce petit orchestre qui venait de naître.Pour votre connaissance,cet orchestre avait débuté avec les jeunes Damien Ndebo,Roxy et autres dont je ne me rappelle plus les
noms,sur Goffin à Gombe avant de s´installer à Matonge.En ce moment là,mon ami Matims venait au concert et parfois il ne jouait même pas,tellement qu´il y avait des candidats.C´est ainsi qu´il va
commencer à fréquenter Oscar Matusongua et Crispin-Régis,qui vont l´aider à perfectionner sa guitare.Avant d´enregistrer avec le ZAïko,Matima avait participé aux enregistrements de Les
Corsaires,accompagnant Miss Bora et Etisomba.Dans la chanson Yoka ngai mawa(face B de Bayinenge bambale)c´est Matima qui joue la guitarre d´accompagnement.tout ce que je vous raconte,s´est
passé à l´époque où l´orchestre Zaïko évolué chez Hawaï sur Bongolo.En 1972,quand je suis partit du pays,l´orchestre Zaïko commençait à se structurer et n´avait pas encore enregistré son premier
45 tours.J´avais beaucoup regretté la mort de Matims,c´était un gars SUPER.Merci pour l´hommage cher Messager.


Crispin-Régis Lukoki.