Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

La signification politique des animaux

L’animal a toujours fasciné l’homme. Sa vie dans la savane ou dans l’eau voire dans les airs a été méticuleusement scrutée, en témoigne sa présence dans les armoiries de plusieurs nations du monde et les surnoms de certains chefs d’État africains. Du félin à l’oiseau en passant par le ruminant et le poisson, l’animal quelle que soit sa taille a bâti chez l’homme un certain mythe. Sa force naturelle et son énergie débordante ont été politiquement parlant sources de plusieurs récits allégoriques en Afrique.

 

L’animal est en réalité un véritable trésor politique. Le politicien exploite ses précieux attributs pour se prévaloir. Il y puise les éléments indispensables pour la création de sa nouvelle identité politique. Dans la peau de son animal fétiche, l’homme politique se fabrique une personnalité même fictive qui lui permettra de s’imposer sur l’échiquier politique de son pays. Au football, bien des équipes nationales africaines portent des noms d’animaux pour terroriser leurs adversaires. En politique par contre, ils attribuent aux illuminés qui les portent des spécificités qui forgent l’énigme sur leur personne.

 

Une bête quelle que soit sa taille possède dans la nature des instincts qui lui permettent de vivre dans un milieu hostile. La solidarité des fourmis, la malignité du  caméléon qui lui permet de s’adapter partout ou l’apparence endormie mais réactive du crocodile dans l’eau sont aussi essentielles que la brutalité du lion ou la ruse du léopard. Et en politique cela compte.

 

L’engouement sur le port des noms d’animaux n’est pas le fait du hasard. L’homme lui-même a transposé la jungle dans la vie humaine en se comportant à bien des égards exactement comme une bête. Ne dit-on pas que l’homme est un animal pour l’homme ? Dès lors le lion, le guépard, le zèbre ou l’éléphant totémisés ″s’humanisent″ en transférant par procuration leur bestialité à celui qui les a psychiquement adoptés.

 

Le politicien africain a toujours déterminé son caractère politique par rapport au nom de son animal fétiche. Certains ont carrément pris pour pseudonyme le nom de leur totem. Les autres par contre ont été identifiés comme tel par leur propre peuple de par la crainte ou la fascination qu’ils éprouvent pour eux.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Diane Jouet 10/11/2020 16:38

Merci, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://diane-jouet.blogspot.com/

Blondé 10/11/2020 13:33

Tu sais mon frère Malonga ici chez nous, le symbole de feu Félix Houphou¨rt Boigny est le bélier. On l'appelait d'ailleurs le Béier de Yamoussoukro. Une anecdote dit que que les béninois attribueraient la faible performance de leur équipe nationale de foot à l'animal dont elle porte le nom: Écureuil..

Samuel Malonga 11/11/2020 01:02

Oui cher Blondé, le football et la politique sont les deux domaines qui sont fortement liés aux animaux fétiches avec toutes les coyances qui les entourent.