Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par YA MOTI sur l'article Kanisa et T. Kanza décrivent mieux "PAKADJUMA", sur votre blog Le blog de Messager

Extrait du commentaire:

 

Chers Amis et compatriotes du Blog,

Tous mes meilleurs voeux pour l'année nouvelle 2O11. Je suis très emu de lire mon petit Louis-Yo et je lui exprime toute ma gratitude en lui disant tout simplement fonces mon petit, tes parents du blog te soutiennent dans tes entreprises au pays dont nous sommes originaires. Je te demande un petit effort, celui de réaliser le souhait de Papa Messager, réfères-toi à son commentaire.

Suite à ce sujet sur "Pakadjuma", j'aurai beaucoup à dire; le vol de nos shorts, les altércations avec les rejetons de militaires de camp Kokolo, ceux Lokolela et Simba Zikida sur le chemin du retour vers Barumbu notre commune. Nous prîmes la précaution à chaque escapade au Pakadjuma, de désigner l'un de nous pour veiller à nos habits pendant notre baignade, nous eûmes à chaque fois de surprises désagréables; soit l'attaque du guetteur par les enfants de soldats toujours à la quête de bagarres, soit l'arrivée brusque de nos concurrents de Christ Roi ou Lokolela ou encore Camp Onatra Simba Zikida ainsi de suite. Je me souviens qu'une fois, nous dûmes attendre le soir pour rentrer chez nous avec les caches sexe en feuilles de papayer; la honte !

Cette situation finit par nous lasser d'aller au Pakadjuma, nous nous sommes tournés vers le grand escalade au fleuve derrière l'usine Bata de Ndolo où campait les pêcheurs chevronnés, à cet endroit, périt un de mes camarades de jeu Sylvain par noyade. Mon commentaire lui rend hommage aujourd'hui, il a élu son dernier domicile le fleuve Congo. Voilà comment Sylvain disparait dans ce grand fleuve pendant les vacances de Pâques. Après avoir joué au foot sur le terrain de Saint Charles Lwanga de 10H à 11H30, les égaux manifestèrent leur désir d'aller se baigner au fleuve, il suffisait de contourner le camp prison militaire de Ndolo, traverser l'avenue du Flambeau et le Poids lourds, suivre la ruelle entre l'usine Bata et berge de pêcheurs, nous y voilà au fleuve. Sylvain était Limbinza un bon nageur, ses parents étaient de commerçants navigants souvent par bâteau vers le Nord, parfois il les accompagnait. Ceci pour vous dire qu'il était un habitué du fleuve, c'est lui qui nous apprenait les rudiments de la nage. Ce jour là sous un soleil de plomb, mes égaux se sont mis à l'eau en prenant toujours la précaution de désigner un guetteur (moi) pour veiller aux habits. La baignade se passait bien et Sylvain faisait ses oeuvres; Nzeplon et sous-marin. Pour essayer de nous épater davantage, il plongea et fît un sous marin càd nager sous l'eau sur une cinquantaine mètres de la côte vers le mileu du fleuve et revenir à la nage normale sous nos applaudissements mais cette fois-là, nous ne l'avons plus ressortir de l'eau. Nous attendîmes jusqu'à une demi-heure, rien, la peur nous envahit, je suis allé voir les pêcheurs chévronnés qui étaient à une centaine de mètres de l'endroit du drâme en train de rastifoler leurs filets contre l'avis de mes camarades. Je leur ai expliqué ce qui vient de se passer, ils sont venus vite au secours en nous demandant l'endroit exact où Sylvain plongea, ils l'ont cherché pendant une heure, rien. Nous sommes rentrés avec un des pêcheurs au domicile de parents de Sylvain pour les informer. La justice a été saisi; l'enquête judiciaire et les recherches entreprises sur sa noyade décidèrent que tous les enfants qui ont participé à la baignade, soient en garde en vue sauf moi qui était guetteur et qui avait fait appel aux pêcheurs pour retrouver Sylvain. Ses parents étaient sûrs de le retrouver, de supputations eurent lieu sur sa noyade, ils ont fait appel aux "spécialistes de leur village"; il n'a jamais été retrouvé, Sylvain toi qui nous a appris les prémices de la nage, je te rends hommage aujourd'hui à travers notre blog mbokamosika, n'eût été l'insouciance de l'adolescence, tu serais aujourd'hui père de familles et grand-père peut-être, mais à chacun son destin, vraiment j'ai du mal à te dire "reposes en paix" puis que ton corps n'a pas été retrouvé, je te le dis aujourd'hui; paix à ton âme.

YA MOTI   

Commenter cet article

Londende 09/01/2011 10:04



Cher Singa Kwanga,


C´est bien dit, l´arbre ne se fâche pas contre l´oiseau et Dieu n´oublie pas ses enfants.


 


Londende



Singa Kwanga 09/01/2011 05:08



MONAMA ELIMA YA MAYI


 


Monama eh, Monama Mbote,


Domicile : Fleuve Congo (Ebale)


Profession : Mangeur d´hommes


C´est à Monana Elima ya Mayi que l´on doit le succès de Pakadjuma.


Biso tozali bana ya commune ya Saint-Jean, chaque dimanche après messe, bana mingi bazalaki kokende na fleuve Congo alias Ebale, po na kosukula, mingi mingi ezalaki côté ya usine Texaf, puisque
kuna ba nzete ya mangolo, malala, paka-paka, madamé, mandarine etc... ezalaki, kasi ba sentinelles ya Texaf pe bazalaki na biso mayele, mais but principal na biso ezalaki kokende kosukola na
Ebale.


Ezalaki koleka sanza te, il faut bana bakufa na Ebale, alors ba policiers (mbila to nkoba), ba parents, ba prêtres, ba pasteurs, ba Messié (enseignants), ekomaki problème moko ya makasi, très
préoccupant, ndenge nini bakoki kosala po na kobangisa bana, bakende lisusu kosukola na Ebale te.


La formule magique ne tarda pas, ezala na ndaku epayi ya baboti, na ba écoles, na ba églises, partout lisolo ya MONAMA ELIMA YA MAYI etombokaki, bana bokeba na Ebale kuna Elima moko ya mabe, na
kombo MONANA amelaka batu, surtout bana soki bokeyi kosukola.


Effectivement pe, baninga mingi bazali kokufa na Ebale, boyebi na bomuana eloko yango liwa ndenge ezalaka somo, bobosana te liwa na tango ya kala ezalaki eloko moko ya somo, ezalaki rare, ekoki
pe koleka mbula mobimba na bala-bala na bino ata motu moko te akufi.


D´ailleurs passage ya corbillard to ambulance na bala-bala na bino ezali signe ya mabe, il faut botiya Okombo ya Tata (to signe de la croix) po likambo ya mabe ekueyela bino na bala-bala te en
particulier, puis na quartier en général.


Omoni kaka, motema ezali koboya kokende na Ebale kosukula, kasi nzoto elingi se okende, tala kaka, baninga nionso bakeyi na Ebale, bongo yo moko ozonga na ndako après messe ya dimanche, ekopesa
faux, tangu bakotuna wapi baninga, yo okoloba nini, alors ozali obligé ya ko suivre ba masta, sous peine ya kobima mouchard, kobosana te NKUBA okoliya soki babeti baninga après les avoir "kesté"
epayi ya ba parents, okobima Jhon Kester, ndenge kaka boyebi partout, tout traître esukelaka ye se mabe.


Biso lokola tozalaki kotanga na Sainte-Marie Notre Dame, Père Directeur, puis par après Directeur Katalay Rik, moko na moko atiyaki ba mouchards po na ko kesté bana oyo bakendeke na Ebale, chef
ya ba Jhon Kester nionso batiyaki "gang" ya école Grand ZULUWE dit Soso Jules, l´intouchable et le plus fort de tous.


Tellement embargo na côté ya Ebale ekomaki effectif, moyen mosusu ya kosala ezalaki te, tokomi sikoyo kokende na ba Pakadjuma ya mike, ya mayi ya salité, tobandi kobima ba makuanza na
nzoto, ewumelaki te presque bana nionso bakomaki découragé, esika ya kokende kosukola ezalaki lisusu te.


ET DIEU CREA LE PAKADJUMA


Na kolela na biso, Mfumu Nzambe ayokeli biso mawa, aye kobesa bakonzi ya l´Etat likanisi ya kosala Lopitalo ya Samca, lokola pe site yango ezali ya zelo, au lieu bakendeke kosomba ba camions ya
zelo, babandi kotimola zelo sur place na site, c´est ainsi que Pakadjuma esalama et nous serons sauvés, d´abord epayi ya Monana Elima ya Mayi, na ba NKUBA  na école, na ndaku, na ba grands
ya quartier pour avoir été na Ebale, pour avoir été Jhon Kester....


Pour me résumer, c´est à Monana Elima ya Mayi que l´on doit le succès de Pakadjuma de Samca.


 



James 08/01/2011 22:34



Ndeko muanamangembo, salut.


En faisant dans ton intervention allusion au bassin vert, je peux dire que j'ai failli y laisser ma vie, moi qui ne savais pas nager. Un ami Feros nous conseillait de sautiller dans l'eau pour
essayer de traverser le bassin de part en part. A un certain endroit où le bassin descendait en pente, j'ai commencé à boire ma tasse devant mon ami intime que je considère aujourd'hui comme un
frère. Il s'agit d'un nommé Henri mumbala ou mavuba, fula fula pour les bana bisengo qui l'ont connu au football. Celui-ci a pris le risque de sa vie en me tirant de cet endroit grâce à son
auriculaire, lui même en mauvaise posture aussi. Il a suffi de quelques centimètres en arrière pour que je retrouve la position qui m'a sauvé la vie. C'est depuis ce jour-là que je n'ai plus revu
cet endroit. Nous avons connu un garçon de notre quartier qui s'est noyé et dont le corps a été retrouvé d'une façon mystique car le repecheur du corps après plusieurs tentatives pour ramener le
corps, sortait de l'eau pour fumer une cigarette en déclarant qu'il se battait contre les esprits qui voulaient à tout prix retenir le corps. Au finish, il a remonté le soir vers 18 heures,
enveloppé dans un pagne vers le domicile parental.


James.



Serge Kongo na biso 08/01/2011 21:44



Mbote ba ndeko,


En lisant lisolo de kulutu Ya Moti, ses paroles de la chanson de vieux Lutumba chantait pour
Pablo me reviennent à la tête : « Pablo Pablo Pablo, oponi cimetière se ebale ya Zaïre … ».  


Nos parents de Kinshasa nous interdisaient toujours d’aller nager à mayi ya Ndjili, ebale ya
Zaïre, mayi ya Mokali, mayi ya mango, Pakadjuma, l’eau vert etc… sans portant nous apprendre comment nager comme font les blancs pour éviter tous ces catastrophes.  Un certain Mr Paplyss qui vivait vers CECOMAF m’a appris « nage ya Mbwa » juste quelques minutes après avoir était rescaper par des jeunes de bonne
foi à mayi ya N’djili vers 1978.  Ce jour là, il y avait même un gamin de 5 à 6 ans qui m’a donné une double patte en me disant « petit obiki na
liwa » aaah. 


Serge kongo na biso.  



Muan'a Mangembo 08/01/2011 19:57



Pakadjuma contre Bassin Vert
Ce lac est né, tout comme le Pakadjuma, à la suite de la récupération du sable. Bassin vert était un véritable espace de liberté pour nous bana civils. En effet, situé au beau milieu de Zamba
Monfrère, l'actuel jamaique, Bassin Vert et ses eaux"vertes", étaient suffisamment loin du Camp Kokolo, pour que bana Basoda ne viennent si aventurer et faire la loi comme ils le faisaient du
côté de pakadjuma. On y venait d'un peu partout : Selembâo, Bumbu, Bandal, Ozoneet bien entendu kintambo. mais bassin vert, était aussi le fief de redoutable bagarreur, pire que les bana basoda.
Il s'agit des bana camp Luka. Ici regnaient donc en maître les bayaka. ils n'avaient peur de personne. leurs parents, disaient-on, étaient capables de se battre toute la nuit jusqu'au matin sans
se fatiguer. D'autres disaient qu'ils avaient chez eux des flêches empoisonnées.
Ici aussi comme du côté de pakadjuma, il fallait garder un oeil sur les "kupés", sinon c'était le retour garantie en "ndoki ya mike", c'est-à-dire, tout nus. Quelquefois, on se retrouvait avec
des matutu ou la bouche en "sauce", parce que l'on avait eu le malheur de signaler, un chippeur de "kupe". je ne compte pas les bagarres auxquelles j'ai assisté souvent sur simple "lipapola".


C'est d'ailleurs sur les bords de bassin vert que j'ai fait mon premier bilayi, testé trop vite, je me suis retrouvé avec un  beau litutu, alors que c'est moi qui ait donné le coup de tête.
Mais bon, je n'au pas pleuré - j'avai 7ans.

C'est au milieu des années 70 que bassin vert a été interdit à la baignade, à la suite d'une succession de noyade, très souvent, de vacanciers venus d'ailleurs. Comme on ne les connaissait pas,
ces victimes ne nous empêchaient pas d'y retourner parce que nous on savait y faire avec bassin vert: Nzoplo, soumayi et autres nage, ne nous étaient pas inconnus.C'est aussi au bassin vert
que j'ai appris à pecher. De tous petis poissons que je ramenai fièrement à la maison, soi-disant pour les élever, mais que je finissais par offrir à ma petite chérie pour un bon petit
liyoto.
La dernière fois que je suis retourné au bassin vert, c'était dans les années 80. le zamba ya ba frère était en train d'être lotis et uin de mes amis y a avait trouvé un grand terrain, au dessus
d'un ancien lac: notre bassin vert. Qui sait combien de nos kupés sont restés dans le fonds de ce lac née dans un ancienne carrière de sable blanc.


L



Marcellin 07/01/2011 16:12


Somo ya ebale ya Congo surtout mpo na moto lokola ngai oyo navandaki mosika na yango ezalaki makasi. Tango nioso na ba vacances tozalaki kokende ba excursions kosala picnic na kinsuka (soki
nabosani te) nazalaki na somo makasi ya ebale ya Congo. Nazalaki ko tia lokolo ata moke te na ebale alors que baninga nioso bazalaki ko sakana na ebale. Tango mpe nakomaki na Athenee ya Gombe to
bandaki kokende kotambola mingi pembeni ya ebale, mpe tango nioso na kotambuisa miso na nga na ebale wana nakoyoka mingayi na nzoto. Mbala mosusu tokendaki croisiere na ebale longua beach Ngobila
ti Kinkole, tango masuwa ezalaki konana ngai miso se na ebale oyo, kitoka, bozenga, makasi mpe monene kasi na somo makasi. Yango soki na imaginer bana oyo a plonger, abeti souma, motema na nga
ekoti malili. Nayebi ete bana ya bakangi mbisi mpe ba oyo bafandaka pembeni ya ebale basalaka yango tango nioso, kasi ngai motema na nga ezalaka kaka na somo tango nioso bakotaka na mayi. Makanisi
na ngai na mwana oyo mpe bana nioso oyo babungisa milimo na bango ya Ebale ya Congo. Mwan'a Joburg.


Bernard Manseka 05/01/2011 23:27



Une fin tres triste pour Sylvain. Nous avions vecu une meme histoire, mais cette fois-la a l'internat de Ngombe Lutete dans le Bas-Congo ou une fille Kapinga etait emporte dans le fleuve Congo.
Les parents sont venus pour nefusque repecher le corps, mais en vain. C'est triste de perdre toujours un etre cher.