Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

Un Angolais à Kinshasa, une chanson nostalgique de Matadidi « Bwana Kitoko ».

 

 

Un Angolais à Kinshasa, par Matadidi Mario

 

 

  

0-48618265-5c79-4e22-9879-028154b62521DANS   SON  DERNIER  CD INTITULÉ   MASIKILU,   LANCÉ    IL   YA UNE  ANNÉE   EN JUIN 2011,  ON     TROUVE   UNE    CHANSON    QUI A COMME  TITRE “UN ANGOLAIS  À  KINSHASA”,  DONT LES PAROLES  DEMONTRENT UNE CERTAINE  NOSTALGIE   DE LA PART   DE   MATADIDI   MARIO  L´AUTEUR. 

 DANS CETTE CHANSON,  IL PARLE  DE   SON    ENFANCE  À  KINSHASA, PLUS PRECISEMENT    SUR    LA  RUE ITAGA , SANS   OUBLIER    SON PASSAGE À LUBUMBASHI OÚ IL  FAISAIT PARTIE  DE   L´ORQUESTRE  OD-JAZZ   ET  APRÈS  L´ORCHESTRE  CONGA  FIESTA . IL PARLE AUSSI    DU    GIRON  CLUB DE LUBUMBASHI.   ET  IL N´A PAS   OUBLIE   VERCKYS   KIAMWANGANA  ET   L´ORQUESTRE VÉVÉ,       LES  MUSICIENS   DE L´ORQUESTRE  SOSOLISO  TELS  QUE  DJESKAIN,  SAAK SAKUL, MOGUE  , MBOLE , LUISON , SITA, DERCY , MAKOS  ETC.. 

    VOICI  UN  ANGOLAIS À KINSHASA DE MATADIDI MARIO BWANA KITOKO POU TOUS LES MBOKATIERS.

 

 

PÉPÉ

.

Nous remercions Pépé qui vient de réagir à notre message, en nous expédiant rapidement le bon fichier.

.

Commenter cet article

Gaston Mulangu 03/08/2012


Lorsque j'essaye d'écouter la chanson " un angolais à Kinshasa " en lançant l'écoute comme nous le faisons d'habitude aucun son n'est perceptible aux écouteurs. Pouvez vous rechercher la cause et
redifuser au besoin cette oeuvre qui atise hautement notre curiosité. D'avance merçi. Mulangu

Africana 04/08/2012


Un Tchadien et une Ivoirienne à Cotonou.


 


Elle s´appelle désormais Madame Tongam, c´est le nouveau nom de baptême que Patricia Balé alias Paty, actrice comédienne et deuxième fille de Michel Boheri de la série a
acquis depuis quelques jours pour avoir dit à Erick Tongam à Cotonou au Bénin.


La cérémonie qui a consacré ce remariage de la comédienne a eu lieu la semaine écoulée à Cotonou.


L´Officier d´Etat civil célébrant a uni au nom de la loi béninoise, les deux amoureux.


Avant toute chose, l´officier d´Etat civil a clairement expliqué aux deux amoureux, les implications de leur nouvel engagement, une fois mariés, les deux époux se doivent mutuellement respect et
devront scrupuleusement se conformer aux exigences de la loi.


COUP DUR POUR L´AUTHENTICITE AFRICAINE


En parlant en effet des obligations que créent le nouveau lien d´amour qui existe désormais entre Patricia Balé et Erick Tongam, il y a avant tout l´imposition par la loi de la monogamie.


Autrement dit, Erick Tongam devra accepter de n´avoir pour femme unique Patricia Balé, un coup dur pour l´authenticité africaine.


Selon l´officier d´Etat civil, Erick Tongam devient légalement le Chef de la nouvelle famille légalisée et devra être reconnu comme tel par son épouse, Patricia.


Implicitement, celle-ci lui doit soumission.


Mais à ce niveau précisément, l´officier d´Etat civil nuance. , a expliqué l´officier d´Etat civil célébrant.


Pour maintenir l´harmonie au sein du nouveau foyer qu´ils entendent créer, les deux amoureux ont pris l´engagement de se conformer aux exigences de la loi.


Il faut dire que le mari de Paty est cameraman de profession. Il est originaire du Tchad et vit au Bénin depuis 24 ans.


Libala liboso nde sukali ee


Ekomi na kati ngayi ngayi eee


Mpe na suka bololo .... (source Bénininfo)

Messager 04/08/2012


Gaston Mulangu et les autres mbokatiers,


Vous pouvez auditionner maintenant la chanson de Matadidi Mario, grâce à notre ami Pépé qui vient de nous envoyer le bon fichier.


 


Messager

Dary-Abega 04/08/2012


Merci !


Suis ravi de réecouter encore  une fois la voix de Matadidi-Mabele buana kitoko , une vraie star à l´epoque ,dommage qu´il soit rentré definitivement pour son pays d´origine , mais le fait
de chanter pour kinshasa à l´heure où elle n´est plus la meme ville demontre à suffusance l´attachement qu´il a toujours pour son ancien pays d´exil et sa nostalgie bref un vrai signe de
reconnaissance ! Chose rare aujourd´hui pour la diaspora Angolaise ,qui a vécu au Congo et aujourd´hui brille par son ingratitude vis à vis des congolais ici en Europe! Entre eux ils se disent
Angolailis et entre les congolais ils se disent Angolais ! (loin de  de toute polémique ) Pas tous, mais la majorité d´entre eux! Un adage dit : on ne crache pas sur la main qui t´as donnée
à manger ! Merci Matadidi pour ta lecon de modestie .


Dary-Abega

Messager 05/08/2012


Abega,


La situation de nos frères angolais ayant vécu au Zaïre est délicat. Ils sont obligés d'affirmer leur patriotisme en Angola où ils sont considérés comme Zaïrens. Après tout ils sont angolais
d'origine et doivent l'assumer. Leur ralliement aux mouvements politiques (FNLA et UNITA) leur a été défavorable. Certains avaient perdu la vie pour avoir soutenu Savimbi.


Mais, force est de constater que les angolais ayant vécu au Zaïre contribuent à la promotion de la culture congolaise et sont des nôtres lors de grandes manifestations en Europe. Je connais des
angolais qui sont plus préoccupés par la situation politique en RDC que plusieurs traîtres congolais.


Nous devrions comprendre la complexité de leur situation. Ils doivent à la fois s'affirmer comme vrais angolais et reconnaître leur attachement à leur pays d'exil.


Messager

Pedro 06/08/2012


Ça m’écœure que Dary-Abega connaisse tant d’angolais « qui brillent par leur ingratitude vis-à-vis des congolais ». Je ne suis pas en Europe, donc je ne comprends pas ce
que les angolais se disent entre eux et la différence quand ils sont en compagnie des congolais. A mon avis, ils seraient aussi ingrats que Dary-Abega voudrait nous faire croire s’ils ne
parlaient plus ni le lingala, ni le français, ni le kiswahili, etc. Savez-vous pourquoi les « autres » angolais disent que nous sommes « zairenses », « langas »,
etc., c'est-à-dire des congolais, une des raisons est que nous parlons portugais avec un accent non-angolais, après tant d’années en Angola. C'est-à-dire que nous sommes « coincés »
dans une certaine identité congolaise qui nous colle à la peau pour la vie. Moi, par exemple, je suis revenu en Angola en juillet 1975 (vous l’avez deviné, mes parents n’ont attendu que la fin de
l’année scolaire d’avant l’indépendance), mais aujourd’hui, quand je lis n’importe quelle matière sur ce blog, ça m’étonne combien les détails m’intéressent. 

nonga m.menga 11/08/2012


Chapeau bas, à ce grand artiste qu'est Matadidi Mabele Bwana Kitoko. Non seulement pour le maestria avec lequel il nous a convié, à travers une rare harmonie de sons vocaux et
instrumenaux, à une visite guidée de Kinshasa de son enfance, mais aussi et surtout pour avoir réussi à consacrer ad vitam aeternam les liens séculaires qui existent entre le peuple d'Angola et
celui de mon pays le Congo. Ce morceau musical est de ce point de vue un grand témoignage de la solidit╬ et de la pureté ce lien qui s'est forgé depuis la nuit de temps mais qui hélas gène
plus d'un jaloux qui, ici et ailleurs, par peur de voir ces deux peuples travailler la main dans la main, font tout ce qu'ils peuvent pour le tordre, le banaliser et le caricaturer. Ce
morceau est à mon avis un grand dementi porté à l'endroit de tous ces jaloux et ces empêcheurs de voir Congolo-zairois et Angolais, la main dans la main, regarder dans
la même direction: celle de leur concorde, de leur développment intégral, de leur solidarité fraternelle. Ce morceau enfin est un téoignage d'amour. Un véritable amour ne juge
point, ne condamne point. Il cherche à comprendre l'autre tel qu'il est avec ses défauts et ses qualités. Aussi, dans cette ville de Kinshasa devenue ombre d'elle-même, delaissée par
tout le monde y compris par ceux-là mandatés pour son administration et sa gestion, Matadidi Mabele ne s'attarde t-il pas sur la crasse, les pues et les immondices devenues caracteristiques
particulières de Kinshasa. Non, au contraire il préfère parler de Kinsahsa tout court, proposer à son audience un Kinshasa feérique, exhumé de ses souvenirs d'enfance et qui a l'insigne avantage
de sauver l'honneur d'une ville qu'on a dans son coeur et qu'on voudrait voir tous les autres coeurs adopter. Oui , son Kinshasa, Kinshasa berceau de Sosoliso, de trio Madjesi et de
l'impresario Verchys kiamwangana, Kinshas dans les rues duquel, sous les rythmes de Bidund-dund, en comapgnie de ses paires Djeskain, Mbole, Louison, Sak-Sakoule et autres, il aura vecu la
meilleur tranche de sa vie sur cette terre des hommes. Encore une fois, bravo artiste, avec A majuscule.