Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

.

 

Tristes fêtes

Traditionnellement, le 25 décembre et le 1er janvier ont toujours été deux journées folles. Car malgré les difficultés qui ont toujours parsemé son existence, le Congolais en profitait pour s’éclater, le temps d’une fête. C’était toujours un jour de sourire, car malgré les problèmes, il festoyait selon ses moyens, le temps d’une naissance divine. Des volailles étaient égorgées, la table était garnie pour fêter la Nativité puis une semaine plus tard le Nouvel an.


Les deux journées folles étaient parmi les plus arrosées de l’année. On s’échangeait des vœux pour l’année qui pointait à l’horizon. On n’oubliait ses soucis. On n’habillait sa face d’un sourire qui répandait le bonheur d’une journée festive. Le Congolais avait l’habitude de terminer l’année dans la  gaité et la bonne humeur. Tout au long de son parcours, 2011 avait traîné son allure habituelle ponctuée par les difficultés quotidiennes des citoyens congolais. Mais, elle était surtout l’année du défi, celle qui a vu le peuple comme un seul homme, soudé dans sa soif au changement. 


Mais 2011 n’a pas vraiment porté bonheur au peuple congolais. La population est triste. Et c’est dans les larmes, le sang, la colère et la peur qu’elle dira adieu à l’année du chiffre 1. Comment fêter comme d’habitude quand le pouvoir a tué des pauvres gens qui ne demandaient que la vérité des urnes ?


On ne saurait oublier l’assassinat de Marius Gangale, l’immolation de Cedric Nianza, le tabassage des compatriotes anonymes, le passage à tabac des femmes de l’opposition dans l’enceinte même de l’ambassade américaine, la mort de plusieurs combattants, le largage des gaz lacrymogènes ou le déploiement disproportionné des forces policières et militaires dans une ville qui pourtant n’est pas en guerre. La RDC passera de très tristes fêtes pour le deuil qu’il porte suite à la mort de ses nouveaux martyrs. Ils ont sans doute, avec ce sang versé sur le sol de leurs ancêtres, écrit les plus belles pages de notre histoire.

 

Samuel Malonga


Africa na moto

 

 

 

.

Commenter cet article