Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


La chanson lettre au directeur général ayant plus de 15', nous nous débrouillons pour la diviser.

Qui peut nous recommander un bon logiciel capable de scinder facilement les fichiers MP3?  Le MP3 Direct Cut ne fonfionne pas bien sur notre ordinateur.

 

 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par muan'a mangembo sur l'article Témoignage exclusif sur le Col. pilote Mbo,

Extrait du commentaire:


Terminologie hindoubill : banda yes et CF



Dans Mamou, Franco qui réplique à Madilu chante:

"Madilu tika ye aloba
makambo ye aslaka ayebaka té
na bandeko ye akotaka bato bamonaka ye
tina nini apanza yo sango alobi yo osalaka ki CF"
C'est quoi le CF - chef ya kofunda comme le soutiennent certains spécialistes du lingala kinois?
Loin de me contenter de cette explication en apparence logique, je me suis rapproché d'un kinois "Singa kwanga" (linguala) Vieux Dodo, installé en France depuis une trentaine d'année.
Ce gaillard qui a grandi sur Kabambare a connu la grande époque des Goza et bills de la trempe de' Dégazin Nsumbuka ou Zanga Zanga. C'était l'époque où les jeunes kinois découvraient les délices
du "diamba" et des premières cigarettes qui donnaient le vertige. Très tôt les jeunes vont se scinder en deux groupes. il ya ceux qui fument d'un côté, les Kadiampemba et les autres les S.
ceux qui avaient obligation de laisser le passage aux "bills".
S comme suapante ou "soit pente"
Lorsque l'on sortait d'un séance de fumerie de diamba, les premiers effets étaient le vertige. On avait l'impression que la terre vacillait ou q'uon allait tomber. On entendait parfois des voix
dans sa tête m'ont confié plusieurs "diambeurs". Le lieu où l'on prenait son diamba était souvent le nganda derrière la maison des parents, le Changai (Chez Ngai) du jeune ado. Et lorsqu'on
en sortait on titubait un peu, vertige oblige et pour que tout le monde soit en phase, il fallait que les autres, ceux qui ne fumaient pas, pour laisser le passage aux diambeurs "soient pentes".
Le mot d'ordre était claire. les yuma ont obligation de se mettre en biais pour laisser passer les yankés. Swapante c'est donc un ordre qui était donné aux non fumeurs, pour laisser la place aux
"vrais hommes".
Constitué petit à petit en bandes, les Goza et yankés devraient se distinguer des autres: les "bandes à S" qui va devenir plus tard par déformation "Bandayes". Les bandes à S c'est tout
simplement le groupe des ceux qui n'étaient pas à la page en matière de diamba. Admirez tout de même la maitrise de la langue française, parce que justement, fumer du diamba n'impliquait pas
forcément l'abandon des études, bien au contraire. On retrouvait bien entendu dans une cours d'école aussi bien les yankés que les Bandes à S, les bandes de "soit pentes" ou swapantes, les
yuma.
De S à CF
faire partie de la bande des yankés - Kadiampemba, Singa kwanga, Mofewana et j'en passe étaient très recherché. A cette é^poque ou pour un rien on pouvait se faire tabasser, les S - suapantes -
recherchaient la protection des Gourba - membre d'une bande de yanké. Ils étaient prêt à tout pour cela : faire les courses du Gourba - avec 2F, lui ramener des Makanzenze d'une valeur de 10F par
exemple. Certains allaient jusqu'à jouer les entremetteurs entre leurs soeurs ou cousines et les Gourba. Mais ces "S - suapante" particuliers, étaient connus pour leur rôle de rapporteur auprès
des Grands Gourba. Ils signalaient tout danger aux gourba, comme les descentes de police ou les colères des Sheriff (parents). A la fin ils finissaient par devenir des connaissances, bien que
forcée, des Gang. "Connaissance <forcée ou CF" voilà le terme que les Gourba vont trouver pour désigner ces faillots. Ainsi lorsqu'on demandait à un Gourba pourquoi on trouvait dans son
entourage un non fumeur, il repondait c'est mon Céfé ou CF - ma Connaissance Forcée.
Il est interessant de noter ici que les premières terminologies Hindoubill étaient des mots en français, parce que justement, tout le monde ne conprenait pas la langue de molière, dans cette
grande ville, qui se constituait. parce que à cette époque - dans les années 40 - 50, fuir l'école était puni d'une amende pour les parents. les vrais écoles buissonnières vont exploser au début
des années 50.
Aujourd'hui le terme suapante semble passé de mode, tout comme son pendant CéFé. Les dereniers artistes a utiliser cette langue verte sont presque tous partis: de Franco, Dewayon, Bokelo ou le
Trio Madjesi restent les derniers Gourba dont la musique et les mots rappellaient encore ce Léo Lipopo.
Allez Messager, fais nous écouter "lettre à Mr Le DG" de Franco et nos Mbokatiers comprendront que cet artiste est le dernier des grands auteurs hnindoubill. Ce qui est évidemment loin du lingala
facile que l'on nous présente comme la suite du parler kinois.


Muan'a mangembo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard Kasongo 27/04/2010 02:46



Ah ah ah ah ah ah ah ah, vraiment na vivtre yango lelo..nyonso oyo ekomami na bandeko...vrai lisolo ou masolo na bana mbokatier na biso.......Merci.- Richard Kasongo.-



Crispin-Régis Lukoki 26/04/2010 20:22



Chers Mbokatiers,nakoluka na expliquer bino origine ya mot Nzukul.Mot oyo ezali déformation ya Nzele.Nzele elingi koloba jeune fille,yango wana souvent ezalaka précédé de l´adjectif PETIT.Ba
Yankée bazalaki ko respecter genre mingi te.Bazalaki ko utiliser yango selon inspiration.Mot Nzele euti na français ou lopoto.Donc tokamata les 2 dernières syllabes ya MADEMOISELLE,soit
SELLE,kasi po ezua ton ya bien ya ki Bill,to transforma yango na NZELLE.Yango wana tokoma kobenga ba jeunes filles na biso na ndenge wana.Boyoka lisolo oyo nakopesa bino.


Tango nazalaki na Chem-chem Yetu,mokonzi nabiso azalaki Bernard Van den Boom.Lokola ye azalaki ex prêtre,bana bakomaki kobenga ye Père Bernard.Lingomba na biso ezalaki sans but lucratif.Comme
accompagnateurs tozalaki:Pablo Ilo,Oscar Matusongua,Stanley Jackson Malukisa,Noël Manzanza,Falasi,Basunga Gommaire na ngai moko Régis Lukoki.Quelques fois,sima ya concert nabiso,père Bernard
azalaki ko féliciter biso.Tata oyo azalaki na ndenge moko particulier ya ko féliiciter biso.Soki apesi mbote,atikeli yo billet ya Nzadi to ya 5 Nzadi selon ba moyens.Bino moko boyebi malamu ete
soki batikeli yo eloko na loboko,likofi nayo ekangami jusqu´à ce que ofongola yango po otala eloko oyo batikeli yo na loboko.Sik´oyo tango azalaki kopesa biso mbote,makofi nabiso nioso etikali ya
kokangama,pe moto akofongola yango azali te.Tango père Bernard azalaki kopesa biso mbote naye,azalaki pe koloba"NE DIT A PERSONNE",donc ezalaki lokola secret.Biso tozalaki ko blaguer mingi na
likambo oyo,yango wana tokomaki kobenga mbongo LIKOFI.Soki muana ya Chem chem yetu asengi yo likofi,ko confondre te,azali kosenga yo MBONGO too MOSOLO.Nde ndenge oyo ba mots mingi ebimela na
lingala ya tango nabiso.


Kombo ya MBONGÓ,au départ elingaki koloba Muasi ya Ndumba te.Ezalaki na signification ya jeune fille tout simplement.Ba mots oyo nioso ezalaki na même signification.Il s´agit
de:Nzazi,Nzele,Nzukul,Yori,Momie,Mfakata,Petit Mbongó etc...Petit mbongó eyaki kozua sens ya Bula,wuta Franco ayaki koyemba nzembo ya NGALA ya ba Petit mbongó esili.Basusu pe ba pomper,ndenge
ngai na pomper.


Crispin-Régis Lukoki  



Michel Kinzonzi 26/04/2010 18:28



Ba Mbokatiers,lokola bolamuisi  ki hindoubill bo sipliké biso origine ya ba termes lokola Mbendre, Kilala,Dandulutchek, Ngotobobo, Nzoukoul, Mbongo,Lido Rongo, Mauvais Kisisi,
Suamayi, etc ... 



muan'a mangembo 26/04/2010 12:22



L'intervention de Régis Lukoki, sur l'origine du terme CéFé est interessante dans la mesure où elle met en lumière comment, à une époque où les médias étaient limités, les informations pouvaient
circuler, d'un bout à l'autre de Léopoldville. La chanson créée dans un camp de scout pour stygmatiser l'attitude de la Jeune Makuambala aurait donc d'abord atteri dans la cour de recréation de
l'école des filles de"Renkin" où pendant plusieurs jours elle va être reprise dans les joutes de Nzango. C'est donc aux filles et à leurs tournois de Nzango que l'on doit la vulgarisation des
chansons - et des informations qu'elles contiennent. Je ne doute pas que c'est par ce biais que le terme de Céfé a envahit kinshasa.
Ma famille par exemple est devenue célèbre dans les tournois de Nzango et au délà, à travers le nom de ma grande soeur, qui formait avec une de ses copines, la paire de Nzango la plus célèbre des
Bana Mamelo ya Kintambo "Tiétié et Bidiati".
"Nani amoni Tietié eh tietie eh tietie tuna Bidiati"
le refrain de Nzango le plus célèbre dans mon quartier Utexco reprenait en fait les noms de deux amies d'enfance qui ont grandi dans la même rue - Mbanza Boma", fréquenté la même école -
Bolingani- et partagé la même passion : le Nzango.
En tout cas, nulle mieux qu'une bande de filles ne pouvaient mieux colporter une histoire comme celle de Céfé?


Muan'a Mangembo



Jhon Kester 26/04/2010 10:40



Grand Lukoki, c'est vrai oyo olobi ezali penza ndenge wana, C.F. na ebandeli ezalaki Connaissance Force, kasi rien n'empeche avec le temps ezua ba derives mua mingi, yo moko oyebi lingala na ba
mots na Kin ekolaka mikolo nionso, pour preuve lingala na biso ya bana ya Leo, na lingala facile ya bana ya Kin ezali na difference makasi, toute fois merci ndenge opesi origine ya C.F. ezalaki
synonime ya kofunda baninga, soit Jhon Kester, bi kesta, songi-songi, PNP... verbe tozalaki ko employer ezalaki KO KESTER.


Puisque tozali kolobela makambo matali Leo, ndeko messager moyen ezali te oningisela biso nzembo ya GARBA de l'African Fiesta 66.



Crispin-Régis Lukoki 26/04/2010 04:42



Mot CF elingi koloba Connaissance Forcée.Mot oyo ebimisaki matata année 1961 ou 1962,je n´arrive pas à me situer avec exactitude.Bana ya Scout ya FEBOSCO bakendeki excursion et pendant cette
sortie,groupe ya ba garçon esalaki infraction na bilanga ya bato.Tango chef ya troupe aye kotuna po apunir bango,fille moko ya kombo Titi Makuambala afundi bango.Après avoir été punis
bana oyo basalelaki Titi nzembo oyo:


Titi Makuambala,kuambala kuambala.Titi asalaki ki CF.Nzembo oyo bana ya Kin bakomaki koyemba yango na école pe partout.Il se fait que Père ya Titi azalaki juge,pe asalaki tout po bapekisa
nzembo wana.Depuis lors nzembo wana ebunga na répertoire populaire ya Kin.


Crispin-Régis Lukoki    



Tundanonga 25/04/2010 22:19



Très interessant article. Kisefe ou kicf signifie aussi mouchard. Adolescents, on était fier et on se vantait lorsque "grand ya quartie ou vieux X, Y akalaki nga. Apesi amende: Petit ku (dire
kou) - qui signifie prends - 1 franc, sala nag dara (lubweta): aracides grillées, ya mou 1 (1 FC), shimboke (ou shapak:  cigarette ya mou 2 (2 FC), na match. Betourer nga mou 2 (remets-moi 2
FC."


Ou bien tu reviens en fin d'après-midi de l'école au coin "petit toutela biso nzambele kikanga", Leurs gitarres étaient faites avec les boîtes vides ya mafouta ya l'huille ya Huildor (huille
d'arachides). Ce qu'on appréciait beaucoup les défis avec les filles, avant le début d'affaires mineures. Ce sont les filles qui provoquaeint souvent les garçons en chantant "Masta , masta oyo.
masat akimi combat, masta asengi sérieux etc.", on attendait qu#elle fasse une petite pause pour respirer pouchanter "petit nzele nakotinda yo na camp GD o sandunku na moto"


Yuma, yuss, duru, muvila, aye na car, mowuta, swapante: les richesses linguistiques de l'hindoubil. Il faut noter que "la voix de Mangembo" du Père Buffalo avait permis la vulgarisation de
l'hindoubil. Qui connaît le texte exact de la prière des bills? Saaksakoul avait pour la première avec le Trio Madjesi et Sosoliso rendu cette prière publique dans une chanson dont j'ignore le
titre.


Tundanonga