Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Objet : Témoignage d'une Nigériane

QUELLE HORREUR

 C'est odieux ! Mais je vous le transfère, car c'est nécessaire !

Nous qui travaillons aux Centres de formation féminine  dans les quartiers défavorisé,

nous pouvons vous attesté que cela est une réalité absolument concrète dans nos jours actuelles  en Côte d’Ivoire,

il y a des nombreuses filles qui partent à la rencontre d’un mari trouvé par internet.  Sont-elles victimes du même coût ????  ( …… )

 

Ceci est une histoire assez triste, dure a lire pour  
les femmes mais vraiment importante; surtout pour nos soeurs en Afrique
......  

 

Ce témoignage est d'une Nigériane de 26 ans qui n'a  plus espoir de vie.

 

Lolita: "Mon calvaire a commencé à Lagos, je suis tombée sur une annonce sur Internet où un homme d'affaires cherchait des filles désirant se marier pour son agence matrimoniale.

 Il y avait des photos : des cas de mariage réussis. J'ai aussi répondu à des annonces dans des magazines qu'on trouve un peu partout  maintenant. C'est allé très vite.

Le monsieur m'a contactée et nous communiquions  par Internet. Il m'a proposé des choses qu'aucune femme ne peut refuser.

Le rêve quoi !  En moins de trois mois, j'avais tout le nécessaire pour partir pour Londres. Il m'avait donné des noms de personnes à voir et tout s'est passé sans problème.

Il fallait juste que j'aille à Cotonou (ville du BENIN) chercher un petit colis pour lui..

J'ai été très surprise de voir que le colis en question, c'était trois petits garçons entre huit et douze ans.

Leurs passeports étaient prêts, les visas aussi. Tout était ok. 

Je suis allée voir un monsieur que les gens appelaient   sorcier" qui m'a donné des instructions.

Notre voyage passait par le Ghana et là-bas, quelqu'un d'autre devait nous remettre des passeports du Libéria,

et c'est avec ces nouveaux passeports que nous sommes partis pour Londres.

Ils nous permettraient d'obtenir plus rapidement le statut de réfugiés à destination.

Nous  sommes partis après trois jours dans un bidonville d'Accra où nous devions nous cacher, pour éviter la jalousie de ceux qui n'avaient pas notre chance.... 

Le plus jeune des garçons est tétanisé par la peur : il pleure beaucoup, il tremble et ne dit  pas un mot,  seul refuge, mes bras qu'il quittera juste pour

que j'aille aux toilettes ou me  laver...  

Des enfants sans défense.  A l'aéroport, mon fiancé m'attendait ainsi que celui  qui devait récupérer les enfants.

La séparation fut pénible. Il a fallu beaucoup de force pour détacher le plus jeune garçon de moi,

je n'ai d'ailleurs plus vu ou eu des nouvelles de ces enfants.

J'ai suivi cet homme dont je ne savais rien sinon  qu'il se faisait  appeler "BRYAN".  

A peine arrivée chez lui, le cauchemar a commencé.

D'abord, il fallait faire plus ample connaissance.

J'ai voulu résister pour lui expliquer que j'avais besoin d'un peu de temps,  que ce n'était pas facile de se donner ainsi à quelqu'un qu'on connaît à peine.

Mais la  fermeté avec laquelle il m'a attrapée m'a  fait céder immédiatement.   Mes premières heures  sur le sol anglais furent des heures de viol sur le tapis d'un salon.

Je ne devais rien dire.  Il  se reposait, buvait du whisky et recommençait des choses douloureuses et dégoûtantes  dont j'ignorais l'existence. ..

J'ai cru que j'allais mourir..

J'étais obligée de faire ce qu'il voulait,  je ne connaissais que lui, et il avait pris mes papiers..

Après avoir abusé de moi,  il m'a  demandé de visionner

des cassettes où on voyait des filles avec des animaux et il m'a dit  de bien regarder ce que font les filles.

Car je devrais en faire autant.

Ma venue lui avait  coûté beaucoup d'argent que je devais rembourser.

Et aussi, comme il est gentil, il va nous  trouver des marchés, des tournages et nous partagerons l'argent à parts égales. Il m'a dit qu'il me donnerait quelque chose pour me donner le courage car il m'en faudrait,  mais au bout, il y a de l'argent. Beaucoup d'argent. Le petit truc pour me donner du courage, c'est de la drogue.. C'est ainsi que, trois semaines après mon arrivée sur le sol  anglais, je suis devenue actrice de films X avec les animaux entre Amsterdam,

Berlin, Paris et Londres, ma résidence.  Des femmes et des animaux.. une à deux fois par  semaine, j'allais dans des studios de tournage ou chez des particuliers tourner ces cochonneries.

Parfois le maître du ou des chiens nous rejoignait   et ça donnait une scène  qui donne la nausée.

Le chien et son maître en même temps, avec l'épouse qui regarde ce  cirque, amusée, en sirotant un cocktail. Je me droguais et buvais un coup avant.

Car  je n'aurais pas pu le faire sans planer.

Ces animaux en moi, leur bave, leurs poils, leur  mauvaise haleine, les coups de griffes et la  violence due aux encouragements des maîtres  dont les ordres peuvent faire

passer le rythme des animaux de mou à violent. Et vous en dessous,

vous encaissez ces coups. Je pleurais, je criais, les yeux fermés, je  priais encore ce Bon Dieu de me prendre.

Qu'est ce que j'étais en train de faire ?   
 
Ma pauvre mère en mourrait si seulement elle le savait.

Pour éviter qu'elle se pose des  questions, je lui envoyais de l'argent et des photos soigneusement  mises en scène par BRYAN....

Le pire des moments était quand il fallait faire des caresses buccales à ces animaux...

Ne  pouvant pas leur mettre des préservatifs, les rapports étaient sans  protection et le monsieur disait que je ne risquais  rien car Dieu avait bien fait les choses.

Il était  impossible qu'une fécondation ait lieu. Pendant des années, je n'ai fait que ça : des milliers de litres de déjections animales dans mon  estomac.

Mon corps est tellement sale  qu'aucun enfant ne peut se développer dedans.

Un jour pour agrémenter les tournages, la  femme du  maître des chiens est allée chercher des chiots de  quelques jours qu'elle a mis  à mes seins.

C'était très douloureux car ils tiraient de toutes leurs forces car rien ne sortait..  

Les  professionnels revendent ces cassettes par milliers dans le monde et les particuliers se  les repassent à domicile entre soirées avec des amis  

pervers autour d'une bouffe.

Ma  famille vit bien et moi je vis avec le sida.

Je dois avouer que j'ai eu beaucoup d'argent.

J'ai  construit chez moi et ma famille vit bien.

Je paie la scolarité des plus jeunes et je suis respectée et adulée.

 Ma  famille est fière de moi, car elle ignore tout. Par gourmandise, 

 j'ai augmenté les cadences de tournage, cela a aussi augmenté mes revenus, mais aussi les doses de drogue et l'alcool...

Pendant les périodes mortes, il me prêtait à un ami dans le Sud de la France, car pendant l'été, dans certains bateaux au bord de la mer,  avec l'arrivée de célébrités, il y a un grand marché de prostituées  et de la drogue..

Il y a  des orgies des nuits entières et ça rapporte gros.

Ça permet de changer d'activités et de  se faire de  l'argent toute l'année.

C'est peut-être là-bas que j'ai contracté le virus  du sida,  mais n'étant pas surveillée de façon  régulière, la maladie a été découverte trop tard,   j'ai  été abandonnée sur la plage de Saint Tropez.

Bryan a disparu et changé d'adresse...   

C'est une prostituée polonaise qui m'a aidée mais  comme elle ne pouvait plus assumer  mes doses de drogue, en plus de tout ce  qu'elle faisait pour moi, elle m'a présentée à  une  fille africaine dans le métier qui m'a parlé de cette association qui s'occupe des  femmes africaines   atteintes de sida.... Ma maladie est en phase terminale, je n'aurai pas trente ans, mon corps est recouvert de boutons infectés, je suis droguée, anorexique,  alcoolique.

Et il m'arrive encore de faire des passes, mais je  fais attention aux clients qui  ne savent rien de ma situation.

Je ne les mets pas en danger, c'est pour me payer mes  doses de drogue et l'alcool...

Je prends ces cochonneries pour accélérer ma fin..

Les  images me torturent et c'est un poison qui me tue à petit feu.  

C'est la pire des morts.....

Qu'est ce que je regrette d'être venue dans ce  monde.  

Chez moi, je serais saine, épouse et mère... "  

 

Je vous en prie faites passer ce message à vos sœurs afin qu'elles ne se retrouvent dans la même situation

(ainsi qu'à vos frères!!!!)  Que Dieu nous garde. SOYEZ PRUDENT DANS LA VIE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zoba Liboso 15/03/2010 22:43


Bozali na bino komona pasi ya koloba, baleki ya basi na Afrique mobimba kaka boye, okokuta oyo awuta na Congo akoma na Togo, oyo awuta na Togo akoma na Afrique du Sud, oyo awuta na Liberia akoma na
Tanzanie, ainsi de suite, surtout ba petites oyo bazali d'abord impolies et ensuite komeka kolobela bango te ke Poto ezali Paradis te, okozua reponse tout de suite : "bongo yo ozonga te na Afrique
po na nini". 
Bino bokanisi soki leki oyo azuaka niama "sida" te, mbele alingaki amona vie oyo ye azali komema na Poto ezali mabe, ndenge kaka balobaki MATOYI EKOLEKAKA MOTE TE, ZOBA LIBOSO MAYELE NA SIMA.
Ba agences DAR-DAR ya kobalisa ba petites na Poto, Amerique etondi na Internet, ba petites na Afrique bakoma kaka ba grandes clientes ya ba Ciber Cafe, po nakoluka ba type na Internet, biso batu ya
ba mpiaka na Afrique, soki omeki kobenga la petite, okozua kimbota, yo oyebi te ke ngai nazali na mobali na ngai na Amerique, Paris, Bruxelles, nazali membre ya Eglise Universelle, Grand Maitre na
biso abalisa ngai na mobali azalaka na mboka oyo natangi ba kombo, yoka ba kombo ya kilo Paris, Bruxelles, Usa, Canada, London etc...
Oyo ezali maloba ya ko decourager yo muana mobali, na esika la petite afinga yo Motu ya Mpiaka, akomelisa yo pema na ba mboka ya Mikili.
Chose bizarre na Eglise Universelle ya ba ndeko basi ya Afrique, Grand Maitre abalisaka kaka ba filles, jamais toyoka Grand Maitre abalisi muana mobali na muasi moko ya Amerique, Paris, Bruxelles
to kaka na Afrique, alors que biso pe bana mibali tozali koluka basi ya ba mikili wana.
Ezali regrettable oyo ekueyeli petite oyo ya Nigeria, kasi soki otali malamu, oyo bango moko ba petites bakomi kosala awa na Afrique, c'est plus que oyo bazali kosalisa bango kuna na Poto..
Mbongo yango bozali koluka, kasi tomoni ata mutu moko te akotisi METRO na Afrique, boyebaka BISENGO BIA MOKILI BIKOWUMELAKA SOKI ATA MOKE TE.
Muana soki alingi kotiya mosapi na moto, botika ye atiya kino na tango akozika, kasi soki bokopekisa, bokomema ngambo. 


Michel Kinzonzi 15/03/2010 21:41


Bonsoir à tous!
Quelle triste fin pour notre soeur.Je ne suis pas donneur de leçons mais comme notre frère Jerôme vient de le souligner elle peut déjà se confier à la police ici en Europe dans un premier temps,se
faire assister par les associations et enfin dénoncer les agences matrimoniaux d'Afrique.Nous avons compris sa démarche et nous compatissons à son malheur mais à elle de protéger ses petites soeurs
d'Afrique qui risqueraient d'emboîter ce même chemin.


Messager 15/03/2010 16:47


Jérôme,

Je laisse le soin à Papatoto de réagir. C'est lui qui avait transmis ce message.

Messager


Jérôme nzembelé 15/03/2010 12:12


Bonjour Le Messager,

Mon commententaire s'adresse directement à cette jeune fille qui, je l'espère aura bien le temps de me lire. Je comprend et compatis totalement à ses malheurs.On ne pourra rien lui reprocher
au moins jusqu'à son premier passage à l'acte à Londres. Si elle avait fini par céder, c'était aussi parce que son fameux Bryan avait réçu à lui faire entendre ce qu'elle voulait bien entendre,
c'est à dire l'argent.Elle a bien fait de publier son calvaire afin de pouvoir l'éviter à d'autres africaines qui, en ce moment seraient tentées de s'engager dans ce sens.Je ne suis pas juriste,
mais je crois que l'on peut remonter à ce fameux Bryan et toute la chaine, si jamais les autorités judiciaires et politiques du Nigeria, de la france, de l'UK et du pays-Bas s'y mettaient volontier
afin de pouvoir punir ces pervers pour la déstruction de plusieurs vies et de trafic illégal des enfants africains sans défense.

Ce que je repproche à cette dame est le fait d'avoir gardé silence, de s'être fait complice malgré elle, d'avoir accepté le business jusqu'à la fin rien que pour s'enrichir. Elle pourra peut être
nous dire qu'elle n'avait pas la possibilité de s''en sortir. Ceci est peut-être vrai le premier mois mais en tout cas pas le deuxième.
Pourquoi s'est elle gardéé de tout raconter à sa famille au Nigéria ? Ceci aurait épargné la vie des milliers des jeunes filles. Ensuite pourqoui n'a t-elle pas dénoncé tout ce monde à la
police ? Elle en avait la possibilité et le temps selon son récit.

Elle comprendra je l'espère bien ma colère car je suis dégoûté de la manière dont nos soeurs se comportent rien que pour l'argent mais je ne suis pas du tout rencunier envers elle. Je loue son
courage bien tardif de son comportement.
Elle a fini par bien faire en avouant sa complicité. Cependant, je suis convaincu qu'elle peut encore bien faire et aller plus loin dans sa déposition. Elle ne doit plus du tout avoir
honte d'elle et doit retourner dans son pays, vendre certains de ses biens matériels, engager un très bon avocat et voir des associations de defense des droits des enfants en vue de rémonter toute
la filière en commençant par les agences matrimoniales, celles-là qui l'avaient débauchée. Si elle trouve qu'elle est largement fatiguée, elle pourra toujours se faire entourer par des
associations.

Toute une générations des africains compte sur elle.