Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Ce document historique a été envoyé par Ngimbi Kalumvueziko à qui nous adressons nos remerciements.

 

A  LA TABLE-RONDE DE 1959, IL N’Y AVAIT PAS QUE DES DISCUSSIONS POLITIQUES. NOS LEADERS AVAIENT AUSSI DECOUVERT LA FEMME BLANCHE.


 

1960: autocensure de la presse belge...

 

Table ronde 2

 

Table ronde 3

Légende: Bal noir et blanc ... autour de la table ronde

 

1960: On achète les blanches à crédit !

 

Tableronde 4

 

L'envoyé spécial du "Peuple" à Léopoldville, Gaston Bunnens, écrit le 29 juin 1960:

- L'indépendance sera une forte désillusion pour pas mal de naïfs. Surtout pour ceux qui croient encore qu'elle leur apportera tout ce que les européens possèdent. Et par ordre de préférence, leurs maisons, leurs voitures et leurs femmes.

Il y a eu de la part de certains individus sans scrupules une exploitation éhontée de leurs frères trop crédules. Ils leur ont dit:

- Si tu veux une belle maison, une belle voiture, une belle femme, il faut payer pour ça. Et ce sont les femmes blondes, fausses ou naturelles, qui ont coûté le plus cher. Cela m'a été confirmé partout.

- Oui, m'a dit, à Limete, une européenne de 25 ans. J'ai été vendue. Et je connais même mon acquéreur. Je vous le présenterai tantôt. Pour le moment, il n'y a rien à craindre, mon futur... possesseur veille sur moi, sur la maison et sur la voiture comme un bon chien fidèle. Il ne veut absolument pas qu'il nous arrive quelque chose à nous trois... J'ai rencontré l'"acquéreur" qui en riant de toutes ses dents éclatantes à reconnu:

- Oui, j'ai payé 4000 fr pour la maison, 1000 fr pour la voiture et 500 fr pou madame. Et j'ai versé l'argent tous les mois (car c'est à tempérament qu'il a fait ce remarquable achat.)

- Vous comprenez maintenant pourquoi nous sommes inquiètes, m'a confié la jeune femme. On a beau dire que nous n'avons rien à craindre, que tout se passera dans le calme et que l'ordre sera maintenu. J'ai en vain essayé de détromper ce pauvre naïf. Il ne veut pas me croire puisqu'il a payé. Et combien de femmes sont dans mon cas ? Des femmes qui le savent, qui l'ignorent ou qui s'en doutent ? J'essaye de me persuader que ce n'est pas sur moi que tombera la colère de l'acheteur, mais sur ceux qui l'ont dupé

Commenter cet article