Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Cinq chansons de circonstance pour le week-end.

 

Nous sortons d’une période on ne peut plus agitée. Nos cœurs ont bouillonné durant au moins deux semaines suite à la mascarade d’élection présidentielle qui vient d’être organisée en RDC.  Une élection caractérisée par des fraudes grotesques et une répression sauvage à l’endroit de la population civile.

Comme il fallait s’y attendre, la réprobation  de  ce hold-up électoral a été unanime . Le régime de Kabila conspué par la population a perdu toute légitimité, raison pour laquelle la prestation du serment s’est déroulée presqu’en catimini, loin de la population, à la Cité de l’OUA, en présence d’un seul chef d’État, le dictateur Mugabe.

L’opposition, grâce à l’appui de la population y compris la diaspora, sort revigorée de cette élection. Son leader Etienne Tshisekedi, égal à lui-même,  a refusé la main tendue, et s’est proclamé président élu par le peuple. Qui plus est, il a prêté serment à sa résidence de Limete, après que le gouvernement ait placé des chars devant le stade dans lequel il comptait prêté serment devant le peuple.

  Nous pouvons affirmer à l’heure actuelle que l’épreuve de force entre Kabila et Tshisekedi  tourne à l’avantage du leader de l’opposition dans la mesure où, comme face à Mobutu, il vient de déboulonner complètement Kabila des cœurs des congolais. Nous voyons mal comment  un président aussi illégitime,  et qui n’a jamais communiqué avec la population de la capitale(en dix ans de pouvoir) pourra se réconcilier avec un peuple qui n’a pas l'habitude d'oublier les atrocités de ses boureaux, depuis l'époque coloniale. La corruption massive sur laquelle il avait tant misée vient de montrer ses limites.

Ce faisant, nous vivons un cas politique unique en RDC: D'un côté un président impopulaire, conscient d'être vomi par le peuple, qui ne compte plus que sur la répression pour essayer d'accomplir un mandat de cinq ans dans un pays devenu ingouvernable; de l'autre un leader charismatique, adulé par le peuple, qui n'a rien à perdre vu son âge, et qui  va désormais chercher comment faire partir son adversaire.

Cette élection vient  d’étaler au grand jour l’incompétence et le manque  criant de charisme de Joseph Kabila. Jusque là, il avait réussi à gouverner par procuration tout en évitant d’affronter directement le peuple ou les véritables opposants. Ses esquives lors de la dernière élection lui ont été fatales.(Aucun meeting à Kinshasa, aucun débat avec les concurrents).

Rappelons que Moïse Tshombé, un des politiciens les plus populaires à Kinshasa et au Congo était originaire du Katanga. Il  ne s’était jamais exprimé en lingala, mais savait communiquer avec le peuple, y compris les kinois. Laurent Kabila, originaire du Katanga également, savait haranguer les foules, en dépit du fait qu’il n’a jamais parlé lingala.

Joseph Kabila, qui a appris le kinyarwanda en quelques mois seulement de séjour au Rwanda est incapable de parler la langue de son « pays », dix ans après. Alors que les occidentaux mettaient moins d'un an pour balbutier les langues congolaises. Ce sont eux qui ont mis en oeuvre le munukutuba ou le Kikongo ya l'Etat afin de mieux communiquer avec la population autochtone.

Après cette parenthèse, revenons à notre sujet du jour, c’est-à-dire aux chansons de circonstance pour souligner que même en pleine bataille, les soldats trouvent toujours un créneau pour se relaxer et oublier les hostilités en s’adonnant aux loisirs, parfois à la danse.  C’est pourquoi nous avons sélectionné quelques œuvres de la belle époque pour permettre aux mbokatiers de respirer, en attendant la poursuite du combat pour la libération du pays. D'autre part, nous publions  la 3ème partie du récit de notre frère Jean Koke  Miezi sur Pereira, tout en invitant ceux qui détiendraient des articles sur la culture à nous les envoyer pour publication.

 

Messager

 

Quelques chansons de circonstance

 

1.Naleli Léo, par Mujos et l'African-Fiesta

2.Nkulu Mobongisi, par l'African.Fiesta

3.Tolembaka te, par Soki Vangu et Bella-Bella

4.Bala-Bala, par Rochereau et l'Afrisa

5.Salongo Alinga mosala, par Franco et l'OK-Jazz

.

.

Commenter cet article

ju 24/12/2011 14:06


Bravo Mawete, bien parler !


J'aimerais aussi voir ceux qui incitent les pauvres gens au congo de se soulever, de sauter sur l'avion direction congo accompagnés de leurs enfants et femmes  se
poster sur les fronts. En faisant cela, tout le monde les suivrait. Je fais allusion aux Ngdanda et consorts! En plus, ce seraient eux qui vont se disputer les gateaux à la fin du combat et
non les propres héros.


Regardez ce qui se passe encore chez les magrebiens. La victoire ne s'est pas encore pointée à l'horizon, et pourtant les dictateurs furent lors et déjà déchus.


Avec la préssion diplomatique, le gouvernement bananier du congo va se désintegerer. C'est une question du temps. Voyez comment s'est déroulée la cérémonie d'investiture. Par contre six mois
plutôt, lors de la commémoration de la fête de l'indépendance, la liste de visiteurs étrangers était longue. 

Richard MAWETE 24/12/2011 08:22


Vous etes marrant,cher colonel costello.Pendant que l'on y ait,pourquoi vous ne delogerez pas en premier monsieur Sassou Nguesso,qui lui aussi s'accroche au pouvoir depuis un certain temps.S'il y
aura une action militaire au Congo-Kinshasa,des colonels,nous avons suffisamment,pour la cause.Merci quand meme pour votre préoccupation sur la situation en RDC. 

Colonel Castello 23/12/2011 23:54


Je ne réagis pas sur le présent article.Mais les derniers événements laissent à désirer,je ne savais pas que les congolais de la RDC étaient des poltrons.Croyez vous  que Hypolithe je sais
pas quoi partirait par vos manifestations pacifiques ratées en plus!?Comment un jeunot de la politique de surcroit étranger peut ècraser tout un peuple que dit fort et dynamique.Je suis
sincèrement dégouté que les  congolais passent leur temps à la prière ou à la danse pendant que le congo est completement ruiné.Que les congolais se souviennent que l'angola,le mozambique
ont eu leur victoire que par la lutte armée.N'ayez pas peur bon sang.Souvenez vous de Gbagbo en côte d'ivoire sans les armes il paritirait jamais.Je suis satisfait d'un article qui cité Marien
Ngouabi et je suis complètement d'accord.Je soutien aussi les propos du vrai fils de Kabila sur la vidéo racontant la vérité sur votre imposteur et usurpateur de président,IL faut une lutte armée
et on dirait que le peuple congolais  le sous-estimeDites vous bien si quelqu'un est capable de tuer quelqu'un qui a lui a donné l'occasion de d'être où il est aujourd'hui alors imaginer la
suite....Moi ancien officier combattant du Congo-Brazzaville,je suis prêt à combattre à côté des forces pour déloger Kabila.C'est maintenant ou jamais.J 'étudierai toute propsition au combat.Vive
le CongoLibre!