Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Papatoto sur l'article Album de l'indépendance (6), sur votre blog Le blog de Messager

Le roi Baudouin à Léo

                 LUMUMBA ET KASA-VUBU LORS DE L'ARRIVEE DU ROI BAUDOUIN


Pour  mémoire en 1960, le régime qui était en vigueur au Congo était parlementaire. Dans ce dernier, le président de la république lit le discours qui est rédigé ou approuvé par le premier ministre.

En outre, la loi fondamentale congolaise (de l’époque) était calquée sur celle de la Belgique.

Cette loi fondamentale était violée car  le discours du président Kasa-Vubu n’avait été couvert par le premier ministre Lumumba.

 

A ce propos, je vous conseillerai de consulter les archives de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) des années 80 où le défunt Thomas Kanza avait participé à une série d’émissions intitulées ″ BULA MATARI″. J’étais stupéfait d’apprendre qu’il y avait eu des négociations en coulisse avec les autorités Belges pour que le président Kasa-vubu et son premier ministre (Lumumba) puissent trouver un compromis sur la rédaction de ce fameux discours. Malheureusement ces négociations avaient échoué par  la mauvaise volonté de la Belgique.

Pour ce qui concerne la nomination de Kasa -Vubu à la présidence de la république. Ce poste revenait de plein droit à la coalition de M.N.C. Si Lumumba avait imposé son candidat à la présidence comme le préconiser ses conseils (Kasongo, Thomas Kanza, Franz Fanon,..etc) pour introduire le concept de l’alternance au Congo. La Belgique avait refusé cette idée et avait suggéré celle de former un gouvernement d’union nationale .Dans ce dernier, Lumumba devait laisser la présidence à un autre un parti qui ne faisait pas parti de sa coalition.

Lumumba devait faire un choix cornélien entre Bolikango et Kas-Vubu.

Lumumba et le MNC avaient choisi Kasa-Vubu car c’était la moins mauvaise solution.

Bolikango ,le leader du parti P.N.P (les congolais des années 60 se moquaient de ce parti en disant : Pene Pene na Mundele) était jugé à tort ou à raison très proche de colons.

Quand vous lirez les écrits de Larry Delvin et d’Allen Dulles, vous vous rendrez compte qu’en acceptant le gouvernement d’union nationale, Lumumba était tombé dans un piège des occidentaux par l’entremise de la Belgique.

Dans ce gouvernement d’union nationale, les occidentaux  agissaient  à distance  par l’entremise de leurs chevaux de Troie congolais.

 

Dernièrement, la RTBF avait trouvé les documents qui stipulent que la majorité de dirigeants congolais de 1960 étaient corrompus avec l’équivalent de 7 millions d’Euro (actuel).

Ce qui est paradoxal, à titre posthume la Belgique, les anciens colons reconnaissent que Patrice Emery Lumumba était une personne honnête.  Et que si on lui avait laissé le temps, le Congo serait peut –être dans une situation meilleure que maintenant.

Dans ce reportage, un vieux colon haineux continue à distiller son venin sur Lumumba. En disant : ″de toute façon il devrait mourir car il avait des idées dangereuses et sa mort était proclamée″.

 

Je demande aux politiciens des années '60 ( Bomboko,Tshisekedi,Boboliko,…etc) de réagir  aux accusations graves lancées par la RTBF (l’année passée).

Nous devons mettre nos sentiments de côté en nous ne basant rien que sur les faits pour réécrire la vraie histoire du Congo.

Pour  mémoire en 1960, le régime qui était en vigueur au Congo était parlementaire. Dans ce dernier, le président de la république lit le discours qui est rédigé ou approuvé par le premier ministre.

En outre, la loi fondamentale congolaise (de l’époque) était calquée sur celle de la Belgique.

Cette loi fondamentale était violée car  le discours du président Kasa-Vubu n’avait été couvert par le premier ministre Lumumba.

 

A ce propos, je vous conseillerai de consulter les archives de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) des années 80 où le défunt Thomas Kanza avait participé à une série d’émissions intitulées ″ BULA MATARI″. J’étais stupéfait d’apprendre qu’il y avait eu des négociations en coulisse avec les autorités Belges pour que le président Kasa-vubu et son premier ministre (Lumumba) puissent trouver un compromis sur la rédaction de ce fameux discours. Malheureusement ces négociations avaient échoué par  la mauvaise volonté de la Belgique.

Pour ce qui concerne la nomination de Kasa -Vubu à la présidence de la république. Ce poste revenait de plein droit à la coalition de M.N.C. Si Lumumba avait imposé son candidat à la présidence comme le préconiser ses conseils (Kasongo, Thomas Kanza, Franz Fanon,..etc) pour introduire le concept de l’alternance au Congo. La Belgique avait refusé cette idée et avait suggéré celle de former un gouvernement d’union nationale .Dans ce dernier, Lumumba devait laisser la présidence à un autre un parti qui ne faisait pas parti de sa coalition.

Lumumba devait faire un choix cornélien entre Bolikango et Kas-Vubu.

Lumumba et le MNC avaient choisi Kasa-Vubu car c’était la moins mauvaise solution.

Bolikango ,le leader du parti P.N.P (les congolais des années 60 se moquaient de ce parti en disant : Pene Pene na Mundele) était jugé à tort ou à raison très proche de colons.

Quand vous lirez les écrits de Larry Delvin et d’Allen Dulles, vous vous rendrez compte qu’en acceptant le gouvernement d’union nationale, Lumumba était tombé dans un piège des occidentaux par l’entremise de la Belgique.

Dans ce gouvernement d’union nationale, les occidentaux  agissaient  à distance  par l’entremise de leurs chevaux de Troie congolais.

 

Dernièrement, la RTBF avait trouvé les documents qui stipulent que la majorité de dirigeants congolais de 1960 étaient corrompus avec l’équivalent de 7 millions d’Euro (actuel).


Papatoto

Commenter cet article