Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

Pourquoi beaucoup de noms Kikongo commencent par « ma » ?

Ref : Pourquoi beaucoup de noms mongo commencent par « BO » ?


Suite à notre question sur la fréquence du préfixe « ma » dans beaucoup de noms Kikongo, nous venons de recevoir une réponse sous forme d’un article exhausif de notre ami Lused. Nous la publions  séparément.

.

 

 I -LE PRÉFIXE "ma"

 

En Kikongo le Préfixe "ma" décrit soit la pluralité d'une chose ,signifiant qu'il y en a plusieurs (beaucoup) , soit alors la nature , la qualité ou l'etat de quelque chose.

 

A-"ma " comme plusieurs ou Beaucoup 

Par exemple:

1º-SALA  (En Kikongo San Salvador) ou SIALA (en Kikongo Yombe soit Kiyombe) signifie  rester ,reste.Alors  avec le prefixe “ma” ça devient “Masala” ou “Masiala” signifiant alors les restes.Ceci est employé dans le sens des RESCAPÉS (les restes) d’une famille après la mort des tous ,donc les derniers d’une famille…Son singulier c’est SALA  ou SIALA ,soit KASALA ou KASIALA.

 

2º-LONGA  (qui signifie BASSIN ou ASSIETTE)

Avec “ma” ça devient MALONGA  ,donc les bassins ou les assiettes.

 

3º-TONDO ( remerciement,offrande)

Avec “ma” ça devient MATONDO ,donc beaucoup de remerciements .Se dit d’une personne qui donne beaucoup de remerciements à celui qui l’a fait une offrande ,soit un bon acte digne d’être remercié.C’est ainsi que le Chretiens chantent “MATONDO MINGI …AMEN….” Remerciant Jesus du salut ou bénediction accordée…

 

B-“ma” comme nature,qualité ou etat de quelque chose

Par exemple:

1º-KIESSE  (la joie)

Avec “ma” devient MAKIESSE pour signifier l’etat de quelque chose qui apporte la joie .Comme dans l’exemple de “muana et bomuana” ,”ndeko et bondeko”.

Mais tout en gardant la nuance de pluralité ,donc beaucoup de joie.

La différence est que n’importe qui peut se faire appeler KIESSE ,donc la joie,dans le sens d’un homme de joie,un homme beni heureux,joyeux, meme un fils du Roi .En lingala on dira MOTO NA ESENGO

Mais MAKIESSE chez le vieux Bakongo est une expression d’une joie qui vient soulager la famille après des circonstances difficiles:les cas de mortalités ,conflits ,persecussions ,manque d’enfants..…alors la nouvelle de l’enfant qui est né rapelle la famille ce temps de soulagement…Et on oublie le passé.

 

2º-KIADI (Tristesse)

C’ est juste le contraire de KIESSE (la joie) .Avec “ma” devient MAKIADI , décrivant l’etat d’une famille qui est passée par divers problèmes de beaucoup de  tristesse dont les souvenirs persistent  encore,contrairement à MAKIESSE.Donc moindre provocation tous les mauvais souvenirs reviennent…Je ne vous conseillerai pas de donner ce nom à votre enfant ,puisque ,après divers problèmes dans la famille tôt ou tard quand il grandira ,dès qu’on lui expliquera les circonstances qui ont précedé son nom ,aussitôt il deviendra un vengeur,un rancunier ,un homme difficile à pardonner…C’est le genre des gens qui disent “SOKI NAKANISI MAMA NA NGAI…”(SI JE PENSE À MA MÈRE…).”NGAI SOKI NA LAPI NDAYE NA KOMBO YA TATA NAGAI ,NAZONGAKA LISUSU SIMA TE “ (MOI QUAND JE JURE AU NOM DE MON PÈRE ,JE NE RECULE PLUS” )etc.

 

3º -MPASI  (souffrance )

Avec “ma” devient MAMPASI.Donc decrivant une situation de beaucoup souffrances soient qui continuent encore ,soient déjà passées ,mais impossible d’effacer dans la mémoire.Souffrance après la mort des parents par exemple,souffrances après extermination de la famille dans une guerre…

C’est pourquoi vous trouverez chez les Bakongo quelqu’un qui s’appelle MPASI (souffrance) ,et un autre MAMPASI (etat de quelquún qui a enduré beaucoup des souffrances difficile d’oublier…)

 

-Dans cette famille de “MA”  on peut citer parmi plusieurs exemples:

 

-MANGUANA (Les choses qui m’ont rencontré,soit les choses qui me sont arrivés dans la vie…)

-MANSANGA (Les larmes aux yeux.Donc suite à certaines circonstances de la vie dans la famille…etc.)

-MABANZA (Les pensées ,suite à certaines circonstances de la vie…)

-MAYAMONA (Les choses que j’ai vu ou vécu dans ma vie)

-MAMBUENE (Les choses que j’ai vu ou vécu dans ma vie,synonime de MAYAMONA)

-MANKENDA (Les choses qui donnent la tristesse ,synonime de MAKIADI)

-MAKUMBUNDU (Les choses que j’ai gardé dans mon coeur,sans rien dire)

-MAYIFUILA (Les  choses qui sont restés dans le Coeur,sans avoir l’occasion de les denouncer…de se refouler).À peu près comme MAKUMBUNDU.

 

B-“ma” dans la fonction diminutive

"ma" peut jouer la fonction diminutive en devenant  “mi” tout en gardant la nuance de pluralité

-MINSAMU :(Les petites nouvelles )

                           N.B:Minsamu vient du mot  NSAMU:qui signifie:nouvelle,conte,information.

-MIMBWETETE  (les  etoiles)    N.B:les etoiles paraissent petites à nos yeux au ciel en rapport avec le soleil et la lune.

 

 

II -LE PRÉFIXE "fi"

 

En Kikongo aussi “fi “ joue le role de la fonction diminutive :

-fimuntu (petit homme)

-fimuana (petit enfant )

-fimama (petite mère)

-finlembo (petit doigt) 

-fitoko (petit jeune garçon)

-findumba (petite jeune fille)

 

Mais quand il s’agit de renforcer la diminution on repete le substantsif après le “fi”

-fimuntu muntu (un tout petit homme)

-fimuana muana (un tout petit enfant)

-fingudi ngudi (une toute petite mere)

-finlembo lembo (un tout petit doigt)

-fitoko toko (un tout petit jeune garcon)

-findumba ndumba (une toute petite jeune fille)

 

OBS: cette répetition diminue d’avantage la nuance

 

 

III -LE PRÉFIXE "ka"

 

Le prefixe “ka”  en Kikongo non seulement la fonction diminutive ,mais va jusqu’a l’annulation ou négation complete de la chose.

 

A-la diminution

Par exemple:

-Kamama (petite mère) ,  comme en lingala “mama leki” (la mère cadette)

-Kangudi  (petite mère ) synonime  de kamama

Entre temps fimama est utilisé pour désigner une jeune fille Homonyme de la maman,donc qui a porté le nom même nom que la maman en lingala NDOYI.

 

OBS:ce sont des formes après dispersion,dans divers dialectes kikongo.

Mais en Kikongo original ,pour la mère cadette (mama leki) on dit seulement “MAMA NLEKE “ soit on coupe MA’ NLEKE.Même chose pour l’homonyme de la maman on dit:MA’NLEKE ,Soit encore NKAK’A NLEKE ,si l’enfant est un petit fils ou petite fille.

 

Un autre exemple:

-KASALA ou KASIALA  (un reste,un rescapé,un tout petit reste d’une grande famille ) ,c’est le diminutif de MASALA ou MASIALA (Les restes ,les rescapés d’une famille nombreuse).Ici KASALA ou KASIALA designe  le singulier et MASALA ou MASIALA ,le pluriel.

 

B-l’annulation totale

 

“Ka” signifie aussi une Negation totale de la chose ,une annulation totale:

Par exemple:

-KAMALANDUA  ou KEMALANDUA :Ne pas suivre,ni preter atention aux maux subis,aux critiques,provocations ou tout autre mal.Pas rendre le mal pour le mal.

 

N.B:Ma mère est née Kemalandua Angelique ,mais cheangea en Kamalandua Mayamona (ça signifie: les choses que j’ai vecu ,je ne peux pas y revenir,je ne peux pas rendre le mal...)

 

-KAMUNGAZIKO  (ne faites pas la  chose sous colère)

-KAMENA (abreviation du nom KAMENA MU NTIMA KO) qui signifie : les choses qu’on m’a fait ne sont plus dans mon coeur,je les ai oubliées.

C’est le contraire de MENA (l’abreviation de MENAKUNTIMA) ,qui signifie :ce qu’on m’a fait je les garde encore dans mon coeur.

 

Obs:

Certains noms en Kikongo sont des formes abregées des longs noms:

-KAMAMBU KO (pas de problème) peut devenir KAMA

-“MENAKUNTIMA” ou “MENAKUANZAMBI” (entre les mains de Dieu),peut devenir MENA   ,tout court.

-“VUVU KWA NZAMBI” (esperance en Dieu) devient VUVU

-MAMONA MBUA MAFUILA KU MBUNDU   devient  soit MAMONA soitMAKUMBUNDU

(ça signifie: ce que le chien voit reste dans son coeur,ne disant rien,regadant seulement.

En d’autres termes .tout ce qu’on me fait ,tout ce que je vois ,je ne dis rien ,c’est gardé seulement dans mon Coeur,dans ma memoire…comme fait le chien.

 

C’est pourquoi BAVON MARIE MARIE avant sa mort,parmi ses chants de pleurs chanta lui aussi “MAMONA MBUA MAFUILA KU MBUNDU eeee”

Il a vu quoi ? Il a gardé quoi ?

 

A vous Mbokatiers !!!

 

LUSED

Mamona mbwa, par Bavon et le Negro-Succès

.

.

Commenter cet article

Prof NANGU PULULU 08/03/2014 20:51

Je voulais seulement ajouter que ''ma'' est, generalement , un prefixe nominal de classe 6. Il est, a ce titre, le singulier de l'autre prefixe nominal de classe 5 ''di''. Le ma ou le di fait reference à un nom de classe 5 ou 6: Dyavyoka/Mavyoka; Dyambote/Mambote, etc.

Le ka comme dimunitivo n'est pas kikongo. Kimbundu ou Cokwe, si.Le dimunitivo du kikongo est fi ou bi. L'exemple donné de Kamama comme petite maman ne colle pas. Faute de temps je m'arrete ici.

Delman 04/11/2013 05:29


merci cher Abdel pour cette edification. je me rends compte que je n'ai pas une connaissance si approfondie que ca de cette langue

Messager 03/11/2013 16:43



Aksanti ndugu Abdel,


J’ai beaucoup apprécié  votre dernier commentaire étayé par des
références adéquates. Comme vous le faites remarquer, les emprunts sont nécessaires dans chaque langue pour la rendre dynamique. C’est ainsi que l’on retrouve des emprunts français en Anglais
et des emprunts anglais en Français.


Il est tout à fait normal que le swahili soit influencé par d’autres langues bantu, surtout du fait que ces dernières
sont  plus anciennes. Vous savez que même en Tanzanie, chaque peuple a d’abord sa propre langue avant le swahili. Aujourd’hui, beaucoup de langues
bantu à l’Est de l’Afrique et de la RDC sont à leur tour influencées par le swahili. Donc, les emprunts entre les langues sont réciproques et contribuent à leur dynamisme.


Messager

Abdel 03/11/2013 00:30


Cher Messager,


Tu as tout a fait raison. Il n'y a pas de classe Ka en kiswahili, et personne n'a dit le contraire. Par contre le prefixe diminutif Ka existe bel et bien en Kiswahili bien qu'etant rarement
utilise'. Tu peux le verifier a la page 162 dans le dictionnaire: A Standard Swahili-English Dictionary par le Inter-Territorial Language Committee for The East African Dependencies. La
premiere edition date de 1939 et la derniere (jusqu'a preuve du contraire) date de 1967 d'Oxford University Press.    


Je suis aussi d'accord avec ton hypothese selon laquelle ce prefixe diminutif Ka serait un emprunt. Reste a verifier. N'oublions pas que le Kiswahili est une langue bantu et que, avant
d'entrer en contact avec les langues bantu du Congo, il avait deja des interactions avec les autres langues bantu du Kenya, du Mozambique, de Tanzanie, etc... 


Bon week-end.  

Abdel 02/11/2013 23:46


Cher Delman,


On trouve en kiswahili la phrase suivante, kitoto changu, qui signifie mon petit bebe'. Kitoto ici denote l'affection de la maman ou du papa pour le
bebe'. Dans ce cas on peut l'employer pour les humains.


il faut aussi noter que lorsque les adjectifs suivants sont employes' seuls, ils deviennent des substantifs qui s'emploient pour les humains: mzee , mkubwa et mdogo.


Bon week-end.


.


     

Pedro 31/10/2013 07:13


Cher LUSED,


 


Comme tu as bien remarqué, je n’avais pas fait attention à l’observation à propos de kamama et kangudi dans le corps de l’article. C’est maintenant que je l’ai vue. La lecture
n’est pas aussi facile que nous le croyons. Mais, comme je dis toujours, toutes ces répétitions ne sont pas une perte de temps.


Aux autres mbokatiers,


Je suis tous vos commentaires, et je vous en remercie.

Messager 31/10/2013 06:52


Delman,


Votre exemple sur la langue Bashi est édifiant et ne fait que reconforter ce que je soutiens. En effet le Bashi n'est pas le swahili, mais parlé par des swahiliphones. Si le préfixe "ka"
existe dans la langue Bashi, cela ne veut pas dire qu'il existe en swahili.


Le swahili a été introduit au Congo bien après l'existence des langues bantu telles que le Bahi ainsi que d'autres langues évoquées dans mes précédents commentaires


 


Messager

Lused 31/10/2013 06:15


A mon Cher Pedro


Concernant Kamama et Kangudi ,ce n'est pas un nouveau Kikongo de Luanda sous influence de Kimbundu et Umbundu .Ces formes vous les trouverez à Bandundu ,principalement chez les Basuku.Il ne
s'agit pas de Luanda ,mais de Bandundu actuel (sans compter les imitations).


 


Comme tu le sais ,l'espace de l'ancien Bandundu faisait partie du Royaume Kongo.Donc tous les peuples de l'actuel territoire de Kwango dans l'actuelle province de Bandundu :les yaka (en lingala
Bayaka),les Lonzo(Balonzo),les Mbata (Bambata) ,les Suku  (Basuku)...etc sont des Bakongo.Donc parlaient le Kikongo originel aussi.Mais après disperssion Bandundu commença a perdre petit à
petit le vrai Kikongo avec le phenomène TRANSPOSITION DES PRÉFIXES dont le Messager a fait mention.


 


Ce qui est frappant pour moi ,le Messager dit ceci ,je vais répeter ça ,c'est frappant:


"LORSQUE NOUS DISONS TSHILUBA ,NOUS FAISONS ALLUSION À TOUTES LES LANGUES SIMILAIRES QUI VONT DE BANDUNDU,KASAÏ,KATANGA ET MANIEMA QUE CERTAINS SOCIOLOGUES QUALIFIENT DES
BALUBAISÉS.


À PROPOS DU PRÉFIXE "KA" QUI FAIT PARTIE DE LA CLASSE 12 ET QUI JOUE AUSSI UNE FONCTION DIMINUTIVE DANS PLUSIEURS LANGUES DE BANDUNDU,KASAÏ´,KATANGA, MANIEMA,NOUS AVONS REMARQUÉ QU'IL A
ÉTÉ TRANSPORTÉ DANS PLUSIEURS LANGUES DONT LE LINGALA..."


C'est dans le commentaire qui suit ta réponse.Bandundu cité parmi les Kassaïens.Tu va remarquer aussi que "Kangudi" (petite mère,mama moke) est proche du nom de notre cher mbokatier  luba
(Claude Kangudie),alors je me demande que signifie "Kangudie"? (selon le nom de mbokatier Claude).


 


Voilà pourquoi en parlant du diminutif "ka" en kikongo ,j'ai fait une observation que ces "kamama" ,"kangudi"....Ce sont des formes après disperssion du Royaume Kongo ,mais pas dans le kikongo
originel...Je crois tu as vu cette observation ,l'as-tu vu ? Donc ces "Kamama","kangudie",kasiala"...ce n'est pas à Luanda ,ni l'infuence de Kimbundu ,mais au Bandundu ,commençant par les Basuku
,puis allant loin de cela...


Pour un mukongo conservateur ça choque ,mas on n'en peut plus rien mon frère ,les Colons Portugais,les Français,et les Belges nous ont déjá divisés.


 


LUSED 

delman 30/10/2013 23:50


bonsoir!


ceci est un debat hautement instructif. je savais nos langues riches mais je suis surpris de voir a quelle point elles le sont. cependant je suis assez perplexe car il me semble que katoto est
reelleement un mot swahili car je connais une famille d'origine "bashi" de Bukavu qui a ce nom de famille et pourrait temoigner de l'existence de ce prefixe ka dans cette langue.


 j'ai comme l'impression que kitoto et kidogo ne s'emploient pas pour des etres humains auquel cas on emploie katoto et kadogo respectivement.


je peux me tromper car je n'ai pas une connaissance approfondie de cette langue que j'ai apprise entre 1987 et 89 et apres cette periode ne le parle que rarement.

Messager 30/10/2013 21:22



Abdel,


J’aimerais ajouter pour édifier ceux qui nous suivent que dans les langues bantu, le nombre de classes varie entre 10
et 20. Pour les langues nationales de la RDC on trouve 13 classes en lingala et swahili, et 18 classes en Kikongo et en tshiluba.


Comme mentionné dans mon posting précédent, plusieurs langues apparentées au swahili en RDC ont plus de classes que le
swahili, d’où la possibilité de l’existence de certaines classes absentes en swahili et qui sont transposées en swahili .


Ainsi la classe 12 « ka » n’existe ni en  swahili ni
 en lingala, ni en kikongo, bien que la classe 13 « Tu » existe en Kikongo.


 


Messager

Messager 30/10/2013 20:54


 


 



Abdel,


 


Merci pour votre contribution sur la fonction diminutive en swahili.


Comme vous l’avez  si bien souligné, c’est le préfixe
« ki » qui est le diminutif en swahili, ce qui donne par exemple « Kitoto ». Quant au préfixe « ka », il ne figure pas parmi les classes en  swahili comme diminutif. Je suis persuadé que ce préfixe
« ka » provient des langues  dont sont issus la plupart des swahiliphones au Congo .


En RDC, il n’existe aucune tribu appelée « baswahili », ceux qui parlent le swahili en RDC sont issus des
tribus ci-après : Bashi, Banamde, Bavira, Bafulero, Lokele, Topoke, Kusu, Songye, Lega, Bemba, Luba Katanga, Tabwa, Bayeke, Zande, Baboa, Mbole, Bangubangu, Balamba, Bemba, Kaonde, Lunda,
tshokwe, etc, etc.


L’emprunt du diminutif « ka » trouverait son origine dans ces langues, à moins qu’un autre linguiste
m’exhibe la classification reprenant le préfixe nominal « ka » parmi les classes swahili.


 


Messager

Abdel 30/10/2013 20:03


Cher Pedro,


Ki et Ka sont deux prefixes diminutifs en Kiswahili sanifu, c.a.d, Kiswahili grammatical communement appele' Swahili bora au Katanga. Mais le prefixe Ka, bien que rarement
utilise', intensifie (accentue) la petitesse plus que Ki. Si tu me le permets, je dirai que Ka est plus diminutif que Ki. 


Pour reprendre ton exemple: Kidogo signifie un peu, peu, en petite quantite' tandis que Kadogo signifie en quantite' minuscule.  


Voici quelques exemples:Mtoto (enfant), Kitoto (petit enfant) et katoto (tres petit enfant). Jiwe (pierre), kijiwe(petite pierre) et kajiwe (tres petite pierre).


Messager ou un autre mbokatier peut me corriger ou me completer.


Merci et bonne journee.     

Messager 29/10/2013 19:32


Pedro,


Comme tu le sais, il existe au plus 20 classes pour toutes les langues Bantu. Il suffit de les respecter pour arriver à les maîtriser. Sinon certaines langues seront toujours influencées par
d'autres, vu le nombre élevé des dialectes.


 


Messager


 


Messager

chapelet 29/10/2013 18:26


@Samuel : a bien y penser, j'ai trouvé cette même correspondance dans d'autres pays, c'est étrange cet héritage ?!

Pedro 29/10/2013 07:16


Ça nous ramène au mot kadogo (enfant soldat), qui est une espèce de double diminutif ; et moi je croyais que c’était du pur kiswahili. Quant à banzela comme
pluriel de nzela (merveilleux exemple), au moins l’emprunt est intralinguistique, n’est-ce pas ? Heureusement, nous savons tous qu’un jour il faudra que quelqu’un écrive une
grammaire moderne de chaque langue, c'est-à-dire, telle qu’elle se parle à une certaine époque de l’histoire, avec ses généralisations grammaticales et ses emprunts lexicaux et grammaticaux. Je
profite de ce commentaire pour dire que l’autre jour je suis allé sur le blog de Ndombasi Kupesa Ngombo, et on y parle des mindamba, alors que moi je croyais toujours que le pluriel de
mundamba était andamba. En principe, le préfixe pluriel mi- pour le singulier mu- ne s’applique pas aux ethnonymes, qui appartiennent à la classe 1 (singulier
mu-) et classe 2 (pluriel a-) mais il semble que beaucoup d’andamba eux-mêmes disent qu’ils sont des mindamba. Donc, il faut repenser l’analyse de la langue.

Messager 28/10/2013 19:56



Pedro,


 


La RDC et l’Angola comptent plus de 500 langues différentes, mais nous nous limitons aux principales langues ou langues nationales.


 


Toutes les personnes qui parlent les principales langues ont aussi leurs langues maternelles, d’où les fréquents emprunts. Je suis persuadé
que la diminutif « ka » existe dans plusieurs langues. On peut avancer que l’usage des préfixes peut  révéler l’origine linguistique d’un individu.


Exemples : le préfixe « ka » n’existe ni en lingala, ni en swahili ni en Kikongo. Comment se fait-il qu’on entend les gens
dire « Katoto » pour désigner un petit enfant en swahili et  et « ka mwana » en lingala ?


Ça veut dire en ce qui concerne le swahili que ceux qui utilisent le préfixe « ka » en swahili comme diminutif sont issus d’une
langue utilisant le diminutif « ka », ce sont les Luba Katanga, Basonge, Bahemba, Baluba Kasaï, Bangu Bangu , Bemba,  etc, etc.


 


Je vais donner un autre exemple qui peut révéler l’origine linguistique d’une personne : La Classe 9 et 10 : Lingala : c’est
Nzela au singulier et nzela au pluriel ; Swahili : njia au singulier et njia au pluriel ; tshiluba : njila au singulier et njila au pluriel ; Kikongo :Nzila au
singulier et nzila au pluriel. Il existe plusieurs langues qui utilisent la classe 6 « ma » pour former le pluriel de la classe 9. Donc au lieu de dire njia comme pluriel de njia en
swahili, d’aucuns diront « ma njia » ce qui est une faute, mais conforme à certaines langues.


 


Combien de fois n'entend-t-on pas dire " ba nzela" ? Or le pluriel de Nzela est Nzela. Donc en disant ba nzela, on recourt à la classe 2
"ba" pour former le pluriel de la  classe 9. Ce qui est une faute.


Nzela moko, nzela mibale, et non nzela moko, ba nzela mibale.


 


Messager

Pedro 28/10/2013 16:45


Cher Messager,


 


Merci. Si le lingala l’a emprunté au tshiluba, je spécule donc que le kikongo peut l’avoir adopté par le biais du lingala. Le kimbundu et l’umbundu ne sont pas suffisamment parlés
à Luanda, j’ose conclure, pour influencer tant le lingala que le kikongo. Je n’ai vraiment jamais entendu un substantif en kikongo avec ce « ka- ». Ce qui m’a interpelé, c’est le fait
que je suis en train de relire « Nsweswe Ansusu Ampembe », le livre de lecture qui nous a appris à lire en Zéro Année, et moi j’ai fait la 0 Année pendant 3 ans (âge 4 à 6) avant
d’aller en première année. 

Messager 28/10/2013 16:25


Pedro,


Avant la réponse de Lused, je confirme à mon tour qu'en Kikongo il n'xiste pas de préfixe nominal "ka" , je viens de consulter le tableau.


Comme tu l'as fait remarqué, il existe actuellement une transposition des préfixes d'une langue à une autre. Je me rends compte que le kimbundu est très proche du Tshiluba à certains égards,
comme le Kikongo est tout aussi proche du Tshiluba à d'autres égards. Lorsque nous disons Tshiluba, nous faisons allusion à toutes les langues similaires qui vont de Bandundu, Kasaï, Katanga, et
Maniema, que certains sociologue qualifient de "Balubaïsés"


A propos du préfixe "ka" qui fait partie de la classe 12 et qui joue aussi une fonction dimunitive dans plusieurs langues de Bandundu, Kasaï, Katanga, Maniema, nous avons remarqué qu'il a été
transposé dans plusieurs dont le lingala. Vous entendrez quelqu'un dire "ka mwana", ka mwasi, chaque fois que quelqu'un issu d'une région lingusitique où "ka" est un dimunitif.


Sinon en Kikongo, le dimunitf est le préfixe "fi"qui est apprtient à la classe 19.


Le pluriel de "ka" est "tu" , or en kikongo  ce préfixe existe  à la classe 13. Ex (Tuzala)= ombre. Le préfixe "tu" existe aussi en tshiluba toujours à la cllase 13, en tant que pluriel
de "ka".


 


Messager

Pedro 28/10/2013 15:39


Cher LUSED,


 


Je n’ai jamais su que “ka-“ pouvait être un préfixe nominal en kikongo. Donc, des formes comme kamama et kangudi me semblent étranges. Par contre, je sais que ce préfixe forme des
diminutifs en kimbundu et umbundu. Tu es sûr qu’il ne
s’agit pas d’un nouveau kikongo de Luanda, avec l’influence du kimbundu et de l’umbundu ?

Serge - Kongo na biso 26/10/2013 18:35


Mbote,


Merci mingi na kulutu Messager pe na ba ndeko nionso
ndenge bosalisi nga na clairement motuna na nga, vraiment na découvrir ke ezali leçon munene pe efongoli nga mutu.


Boboto o mboka bino.


Serge - Kongo na biso

Samuel Malonga 25/10/2013 22:23


Belle explication de Lused. Je voudrais seulement ajouter que dans le Manianga, Ma kwenda Ma kwiza, ma kwiza-ma kwenda" est employé comme un dicton surtout pendant les cérémonies de pré-dot
ou de mariage coutumier. Lorsque deux familles scellent l'union matrimoniale de leurs enfants, il y a une sorte de palabre amicale (kinzonzi) qui s'engage entre les deux parties en présence. Les
familles se parlent, règlent leurs désaccords aussi les tenants et les aboutissants de cette alliance par l'intermédiaire de leurs nzonzi respectifs qui sont leurs porte-paroles. Lorsque celui-ci
n'arrive pas à répondre à une question posée ou une demande formulée par l'autre camp, il demandera aussitôt un arrêt momentané du débat pour consultation. La famille pour laquelle il prend la
parole se mettra à l'écart pour se concerter (c'est le mfundu). Le débat ne reprendra que lorsque ses membres se mettront d'accord sur ce point précis. Mais avant de reprendre la parole après
cette pause forcée, bien souvent le nzonzi commence à rechauffer les deux camps, à les haranguer afin que l'ambiance festive reprenne ses droits. Le nzonzi lancera alors le fameux "Ma kwenda" (Ça
part).                                                                                  
 - L'assistance répondra: Ma kwiza (Ça
revient)                                                             
 - Le nzonzi: Ma
kwiza                                                                                                
 - L'assistance: Ma
kwenda                                                                                         
 - Le nzonzi:
Bana batele                                                                                           
  - L'assistance: Bana
basekole                                                                                       
- Le nzonzi: Bana
basekole                                                                                         
 - L'assistance:Bana 
batele                                                                                        
 - Le nzonzi: oo chch                                                                                                                                         -L'assistance:                                                                                                                                                                                                                       -
- L'assistance:Yabika (ferme, dissimule,cache) parfois la réponse est "yabula" ("ouvre" dans le
sens "raconte".                                                                                           
 Puis, il se remettra à nouveau dans le rôle qui est le sien, celui de parler au nom de la famille qui lui a donné l'opportunité d'être son porte-parole pour cette heureuse
circonstance. Il n'est pas seulement un porte-parole mais aussi une sorte d'avocat qui défend les intérêts de ses clients. Chez les Manianga, les cérémonies  de pré-dot et de
mariage coutumier sont de véritables shows. Les deux nzonzi en présence s'affrontent amicalement dans la bonne humeur en faisant usage des chants, des dances, d'humour, des proverbes. C'est une
joute haut en couleur au cours de laquelle chacun des nzonzi cherche à se surpasser et à faire voir son talent d'orateur, d'animateur, de dépositaire de la tradition; chacun doit faire montrer le
niveau de sa sagesse. Un nzonzi ne doit pas seulement être loquace mais aussi et surtout défendre son rang et sa connaissance de la coutume.
                                                                  &nb

Messager 25/10/2013 19:23


Lused,


J'ai fait ce constat maintes fois sur ce blog. Nos langues se ressemblent.Est-il encore nécessaire de rappeler que les langues bantu sont des langues à "classes", et que la classe bantu est avant
tout une classe d'accord .


 


Messager

LUSED 25/10/2013 10:53


Chaque fois qu'on traite sur la Linguistique ,je constate beaucoup de similitudes entre les mots Kikongo,Tshiluba et Swahili.


LUSED

Messager 25/10/2013 06:57



Merci à  Lused et Samuel Malonga pour leurs réponses.


Toutefois, nous pourrons souligner que Ka n’est pas toujours un suffixe. Dans l’exemple de Kabuta ko, Ka est un morphème de négation qui fait
partie des formes verbales.


Voici les morphèmes de négation : ka, ha, ta,
nti,…..


Ce qui donne en kikongo : ex : Tutadidi (nous avons regardé)—Katutadidi ko (Nous n’avons pas regardé)


                         En tshiluba :
Ex : Tutadile (nous avons regardé)---Katutadile to (Nous n’avons pas regardé.


                         En swahili :
Ex :  Tutakwenda (nous partirons)---hatutakwenda (nous ne partirons pas).


Les formes verbales constituent  un autre chapitre sur lequel nous pourrions revenir.


 


Messager

LUSED 24/10/2013 23:09


A propos de "MA KWENDA-MA KWIZA,MA KWIZA-MA KWENDA"


On peut dire aussi "Me kwenda-me kwiza,me kwiza-me kwenda".


Il s'agit ici d'une expression kikongo qui se traduit par "ça va, ça vient ,ça vient, ça va",mais l'idée clé est :(ça va ,ça revient ,ça revient ça va encore ).


Mais on ne peut pas la traduire de cette manière ,puisqu'il s'agit d'une expression,un proverbe.


 


Les proverbes on ne les traduit pas littéralement.Mais on traduit le fond caché inclus. "Ma kwenda-ma kwiza,ma kuiza-ma kwenda" est employé quand il s'agit de traiter un problème ,une affaire,un
sujet....qui n'a pas de solution.Le problème deja traité revient encore.N'ayant pas de solution ,on va ,on revient encore sur le même sujet.Et on tournoie sans résultat concret.


 


En Français on dit "Nous tournons en rond".On en a deja parlé ,mais on revient encore sur le meme point.On retraite encore le cas ,pas de solution ,il faudra encore y revenir...le sujet commence
à devenir agaçant,puisqu'il n' y a pas de résolution nouvelle ...alors on dit "Ma kwenda-ma kwiza,ma kwiza-ma kwenda".


 


Il ne s'agit pas des noms des personnes, ni des personnes sinon on allait dire:"BA kwenda-BA kwuiza, BA kwiza-BA KWENDA". lE "MA " maintient la nuance pluriel puisque en traitant un problème ou
un sujet,on traite BEAUCOUP de points,beaucoup d'opinions ,beaucoup des paroles ,beaucoup d'idées...etc.


 


Meme en Lingala on dit "MAKAMBO (au pluriel) ESI TOLOBELAKI ,TOZOZONGELA KAKA .TOZA KAKA KOBALUKA BALUKA ESIKA MOKO ,SOLUTION EZA TE...".


En Français on dit :"LES CHOSES (au pluriel) QU'ON A DEJÀ TRAITÉ,ON Y REVIENT TOUJOURS.NOUS TOURNONS TOUJOURS EN ROND SANS SOLUTION"


Enfin en Kikongo ."MA (pluriel) KWENDA-MA KWIZA,MA KWIZA-MA KWENDA"


 


LUSED

Samuel Malonga 24/10/2013 20:40


Bel article de notre frère Lused sur l'utilisation du préfixe "ma" en kikongo. Notons qu'il possède aussi un autre préfixe-synonyme qui le supplée et avec lequel il a la même
signification (dans le sens de nature, qualité, état de quelque chose). Il s'agit du préfixe "dia". Dans cet ordre d'idée, on a des patronymes comme DIATEZUA, DIAKIESE, DIAKIADI, DIAMPASI,
DIASUAMA (qui est caché), DIASIVI ou DIANGITUKULU (qui étonne), DIAZOLO, DIASONAMA (qui est écrit), DIANTELA (qui est dit), DIALUNGANA (qui suffit, qui est suffisant), DIANTETE, DIANDUAKILA
(ce qui m'est arrivé) etc.


Dans un autre registre, le préfixe "ka", outre la fonction de diminution ou d'annulation totale comme l'a si bien dit Lused, joue aussi parfois le rôle des préfixes "ma" et "dia". Ce qui
donne des noms comme KABUTAKO (dans le sens de "stérile", qui est dans l'état de ne pas procréer). Losqu'il exprime un souhait,un voeux, un désir dans la négation, le préfixe "ka" donne des
noms comme KALUMONIMOKO ou KALUMONADIOKO (ne le voyez pas ), KALUYITUKADIOKO ( ne vous étonnez pas). Bien souvent, ces noms sont très longs et se terminent toujours par le suffixe de négation
"ko". Ils sont très difficiles à prononcer pour un non mukongo.


Par ailleurs, si le substantif LÓNGÂ signifie "bassin, assiette" (son pluriel est MALONGA),le verbe LÔNGÁ veut dire "transmettre le savoir " c.à.d enseigner, éduquer, instruire,
conseiller. Je me rappelle qu' il y a bien longtemps, mon maître de quatrième année primaire disait toujours "Les Assiettes répond" quand il me désiganit pour répondre à une
question. Alors qu'en réalité, mon patronyme est une évolution du substantif MALONGI (enseignement) qui est dérivé du verbe LÔNGÁ.

Messager 24/10/2013 18:52



Bravo mon cher
Lused pour cette démonstration. Donc "ma" en kikongo est souvent utilisé en tant que classe.6 soit le pluriel de la classe 5, di/ma, ji/ma,di/ma,di/ma. Dans certaines langues congolaise cette
classe 6 donne e/ma, exemple elonga/malonga, une assiete, des assietes.


 


Peux-tu par
ailleurs me donner la bonne traduction de la phrase suivante: Ma kwenda-ma kuiza;ma kuiza-ma kwenda. Moi je l'ai toujours traduite comme étant  Les "Va-et vient", ou ils vont et ils
reviennent. Mais je pense que ça peut dire autre chose et que le préfixe ma peut  à la fois être un préfixe nominal, un préfixe pronominal,  et un préfixe verbal.


 


D'autre part
soulignons qu'il existe des substantifs monoclasses qui n'entrent que dans une classe (Cl.6) Ex les noms des liquides et de masse,(eau, bière, sang, urine, huile...) masanga, mayi, makila, ,
masuba, mafuta.. etc, etc) commencent par le préfixe "ma" de la cl.6.


 


Messager

enchères 24/10/2013 11:44


Très instructif !  Je savais pour le préfixe MA, mais pas pour le reste, donc cet article est une douce leçon pour moi :)