Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

POUR LA PETITE HISTOIRE : (02)

 

- L’introduction  par Les BANTOUS des DRUMS dans leur musique

  (Drums ou ensemble de la batterie de jazz moderne)

 

Au début de l’année 1959, une série de lois constitutionnelles jettent les bases d’un état indépendant du Congo-Brazzaville, dans l’interdépendance (Communauté Franco-africaine, sous la présidence du général DE GAULLE).

 

Cette approche de l’indépendance fit plus d’une fois réfléchir les musiciens brazzavillois qui évoluaient dans les orchestres kinois, après la dissolution en 1956, à Kinshasa de l’orchestre Negro Jazz de Brazzaville, d’où sont issus les co-fondateurs des orchestres OK Jazz (1956) et Rock-A-Mambo (1957)

 

Le désir de se réunir se réalise à l’issue d’une première rencontre initié par Nino MALAPET à l’Hôtel Régina (Kinshasa) et à partir de laquelle ils se retrouveront clandestinement plusieurs fois à Kinsuka (banlieue sud de Kinshasa), en dehors de tout soupçon, pour des séances de répétitions : C’étaient : Nino MALAPET, Jean Serge ESSOUS, Saturnin PANDI pour Rock-A-Mambo – Edo GANGA, Célestin KOUKA, Daniel LOUBELO « De la lune » pour l’OK Jazz.

 

Ce sont joints  à eux les kinois Dicky BAROZA (guitare solo) ARMANDO Brazos de l’OK Jazz (guitare accompagnement), mais ce dernier va désister au dernier moment et c’est même lui qui vendra la manche à FRANCO de se qui se tramait. Il sera donc remplacé par Jacques DIGNOS DINGARI

 

Pendant cette période séjournait à Kinshasa le super orchestre sénégalais BENGUE JAZZ dans lequel évoluait prodigieusement  aux drums le capverdien André ARIBOT. C’était tellement merveilleux de voir ce musicien  associer la batterie de jazz  dans la musique africaine, au point d’ébranler le moral de Nino MALAPET qui convint André ARIBOT de faire partie des Bantous au détriment de son groupe sénégalais qui reparti sans lui.

 

Quel rôle donner au « drummer » André ARIBOT dans la musique congolaise qui n’avait pas encore inclus cette percussion dans sa musique ? La définition est vite trouver :  En effet pour marquer suffisamment de rythme dans sa forme d’expression, comme dans le jazz, on lui attribue le rôle de créer, délimiter, façonner et découper le temps musical pour obtenir le « swing » qui a temps manqué à la musique congolaise. Quand bien l’idée était bonne et convaincant, dans la pratique, ce n’était pas du goût de tous les mélomanes. Les détracteurs ont qualifié Les Bantous d’orchestre « manzanza », mais c’était sans compter sur la perspicacité du groupe qui ne céda pas et jusqu’à ce jour.

 

Cependant, il y a lieu de noter que depuis les années 50 chez OPIKA et chez NGOMA cette famille des percussions qu’est la batterie de jazz existait déjà, mais n’avait certainement  pas connu la même utilisation. Tout comme,  dans les années 60 les orchestres congolais ont connu d’extraordinaires drummers, très compétents, et  qui ont rivalisé avec des drummers étrangers.

 

La batterie d’André ARIBOT, pour se faire une idée des batteries actuelles se composait comme suit en 1959  :

- Grosse caisse à pédale – Tom basse – Tom aigu – Caisses claires – cymbales suspendues – Cymbales charleston

 

Ci-joints trois morceaux joués à cette époque.

 

Clément OSSINONDE   (Rubrique  à suivre  sur d’autres informations sur la musique congolaise)

Clement.ossinonde@sfr.fr

 

 

 

La Luna y el sol, par papa Noël et les Bantous

Basili koyokana (1ère version), par papa Noël et les Bantous

 

Lutaya, par Essous et les Bantous

 

Commenter cet article

auguy lebakata 07/08/2010 17:08



Ndeko Ossinonde,


Ekombonga malamu osala buku wa yo ya Histoire mpo osunga bato na masolo ma solo, mpe otiya yango na zando moto alingi kosomba asomba, soki obandi kotanda buku ya yo na wenze, ekokoma oyo
tobengaka " la mer mbisi ya ofele ezanga valeur" sika oyo olingi nini? biso banso to étaler ba histoire ya ba buku tozali kokoma na blog? où serait notre sérieux.


Nayebi 'te bato bakobalola maloba ma ngai, nalobi te que makomi ma yo mazangi  ntalo, kasi na lolenge oyo tokobanda kolongolaka argument na yo moko na moko, ekozala elengi te na miso ma batu
bazali kotanga biso, topesa nzoto kilo, kobanda na yo excellence, ngai nazalaki kaka honnorable. nazali kopesa yo kilo.


Yo ozongeli kaka masolo oyo elekaki, otieli biso ba disques oyo ezangi kondimbola difference et les preuves que nous cherchons, alors ngai na confirmer yo que nayoki na ngai eloko oyo tosengaki
yo te.


Banzembo ezali kitoko, kasi wapi mi solo na Drums na kati ndenge tosengaki yo? totika kokosa ba Congolais en genérale, bakomi  buku mingi bazali kokamwa phenomène oyo mpe aboutissement d'un
débat entre chroniqueur ou écrivain avec les artistes, EZALAKA AH ?


Savez vous que l'histoire seule parle,  ou elle parlera tôt ou tard ? elle ne peut être forger par des individus. Pourquoi le blog n'a pas mis les disques que nous avions demandés pour lever
l'équivoque.


votre bien aimé Faugus



Seskain molenga 07/08/2010 16:22



Chers mbokatiers,


Tolobaki eh 'te, biso tozali kowela éloko moko nakati te, NDE HISTOIRE EKOTIKALA KAKA HISTOIRE, Toyebisaki bino banda na ebandeli eh 'te totiaki tembe te que drums ezalaka na musique
ya Congo, pour preuve tango ngai nazalaka kokola namonaka ba Je.co.kat na spectacle populaire oyo ezalaka kosalema na Kinshasa mpe lokola na Ba Boîtes de nuit  nyonso ya Kinshasa, kutu
avant mariceros na 1948, fanfare ya Antoine Kassongo bazalaka kobeta drums na patenge. 


Mpe tosimba éloko oyo bandeko, ba orchestres na biso na musique tipyquement congolaise bazalaki ko utilisés DRUM kaka na bazembo ya ba étranger jazz to pe bleus yango tozalaki kobenga na
kombo ete ba variétés liboso ya kobanda concert.  Ngai nazalaka moko wa babeti ya miziki ya ville.


 Mpe na sima nakotaka na miziki oyo babengaki ya la cité mpo na betaka ba variétés. Bokeseni bozalaka boye, ba orchestres ya ville bazalaka kobete mindule ya mindele kobanda ebandeli
te eh na suka, kasi ya la cité bazalaka kobanda ba variété ya mindele na ebandeli mpe bakoya kosukisa na miziki ya mboka. 


Nayoki ba disques oyo bandeko bati na blog mpo na histoire ya musique Congolaise, bana ya tata moko na mama moko bazali kowela bwatu mpo na nini? bino moko ba mbokatier bokata likambo mpo
tango tosengaki ba preuve,  yango oyo  preuves ekomeli biso na bino,  biso tokoloba lisususu te.


Bino moko bofungola  matoyi boyoka, toyoki na nzembo la luna y el sol ya kulutu mpe ndeko wa biso Papa Noêl, bandeko oyo wana ebetaki na kati ezali drums to timballes, bobenga ba
specialistes ba limbolela biso likambo oyo. Mpe na nzembo ya mibale oyo Kulutu wa ngai Papa Noêl ayembi na monoko ya mboka na biso Ba Nunu bobangi na nkombo ya basili koyokana, na kati na yango
boyoka bino moko,  est ce que batterie ezali na Kati to mi solo, toyebi te soki matoyi na biso mazwi panne, kasi  bobenga lisusu baye baleki biso na koyoka, mpe na nzembo ya misato na
kombo ya Lutaya esalami na kulutu wa biso Essous, biso toyoki lisusu kaka son ya timballes, sangisa na son maracas , en claire soki moto abetaki drums na kati ye asalaki nde mosala ya moto ya
timbales, akokisaki mibeko ya mobeti drums te.


Tokoyebisa bino lisusu 'te, MARACAS na DRUMS  BAYOKANAKA TE, MPO CHARLESTON ESALAKA MOSALA YA MARACAS.


Ngai moko nakola na Brazza na rue Makoko, nazalaka ngembo ya ba orchestre ya Brazza mpe Bantous, nazalaki komona bango mpe tango bazalaka kobete mindule mia bango.


Kasi na bosembo, moto namona azalaki  kobeta drums ezalaki Charly na African jazz, kasi ezalaka na lolenge oyo biso tokomisi yango te.


Ekobonga malamu tosukisa mindondo ya pamba, soki ba mbokatiers balingi, bazongisela biso soki tolobi mabe, mpo na biso likambo yango esilaki, soki mpe ekolandana, tokobenga ba ecrivains
ya bikolo binso mpo tosala debat  na radio na Africa n° 1 en direct, bongo bozoba ya biso ba Congolais ebima na miso ya bato. 


Seskain Molenga