Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Ndeko Messager,
 
Sais pas si c'est a travers cette adresse que l'on procede pour initier un sujet de debat sur notre site, ne l'ayant jamais fait.
 
Les paroles et la douleur de notre frère Crispin-Regis Lukoki en réponse a l'article de notre frere Zephyrin Kirika Nkumu Assana m'ont interpellé:
 
"Bandeko na ngai,mokolo mosusu namonaki ndenge bazalaki ko déloger bandeko na biso na Paris.Eloko wana epesaki ngai mawa na kanda koleka" (LE RAVITAILLEMENT DE LA VILLE DE KINSHASA , vendredi, 3 Septembre, 2010, Commentaire n°2 posté par Crispin-Régis Lukoki).
 
Je pense qu'il evoquait cet incident: http://congomikili.com/communaute/scandale-en-france/

 

Je sais qu'il y a parmi nous ceux qui sont en Occident depuis les annees 1950s, meme s'ils ont fait le Congo encore avant de revenir en Europe. Peuvent-ils nous relater comment les congolais vivaient a l'epoque en Occident et se faisaient respecter? Je voudrai soliciter la connaissance et l'experience de notre frere Emmanuel Kandolo. Laissez-moi meme ouvertement dire que c'est a lui que j'adresse ma demande:

 

Ndeko Emmanuel Kandolo,

 

Sepela ko yebisa biso lolenge congolais azalaka ko tosama ti lolenge aye ko mikitisa ti na motindo ya boye:  http://congomikili.com/communaute/scandale-en-france/.

 

Tokoki kaka te koloba tango inso ete mundele azali mabe. Kala, lokola yo okoma Belgique mbala ya yambo na 1959 (limbisa ngai soki na bungi), bozalaka mpe ko betama se boye? Bozalaka mpe kolia se mbongo ya pamba bo boyi misala, to kofanda na ba ndaku sima ya basi na bana bozalaki kobota? Nabanzi ete esengeli totala mabe bipayi binso, totala ngambo na ngambo. Soki ndeko Messager asepeli akoki kotiela biso mpe nzembo ya 'Sofele' ya Soki Dianzenza mpo ete tomona ndenge bosembo bozali kosenga. Tosila kobina yango kasi tobuaka toli eye moyembi atikela biso. Likama nyonso ekoki kozala kaka ya mukumbi motuka te. Soki tozangi kotala efandeli na biso malamu na mokolo mwa lelo, e bongo lobi bana na biso ba kosuka wapi, awa biso ko tozali koyebisa bango ete soki mbila to mutu ya social atuni bango bandima te ete biso ba tata na bango tofandaka na ndako oyo mbulamatadi apesa bango na mama na bango? Na bondeli yo, ndeko Emmanuel Kandolo, pesa biso libaku ya koyeba mabe oyo ewuti wapi mpe ebandaki boni to tosama lisusu te boye? Ba mbila baye ba kokaki kosala bandeko baye lolenge lana te soki bazalaki kofutela ndako, to soki basombaki yango ata na nyongo lokola moto nyonso. Lolenge nini tokoki kozongela bo moto na biso mpe lokumu tozalaka na yango? 

 

Matondo mingi na yo mpe ndeko Messager na ba ndeko banso baye ba kosunga biso na mateya mpe bwanya na lisolo liye. Etungisi ngai mingi!

 

P.S. Ekozala malamu baye bayebani awa na ba kombo na bango ya solo ba s'abtenir pour eviter que leurs vies privees soient exposees, au cas ou ils precheraient ce qu'ils ne pratiquent pas.

 

Pierre José

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kirika Nkumu Assana 09/09/2010 21:27



Tu viens de soulever ici un point capital, un débat qui peut durer
longtemps. Pour ma part, il faut faire une analyse thérapeutique. A une certaine période, on nous respectait et nous avions cette dignité humaine. Tout d’un coup cette dignité nous échappe.
Pourquoi donc? Il faudra voir de part et d’autre. Commençons par nous-mêmes. Je dirai que nous nous sommes déshabillés sur la place publique. Les autres n’ont aucun mal pour nous contempler
de haut en bas, nous toucher partout dans notre corps. Un vieil adage dit: "Quand on invite le tam-tam, il ne faut pas se plaindre de bruits".


Nous fuyons la misère chez-nous pour venir chercher la vie en Europe ou
en Amérique. Nous devons nous dire que cette vie  ne doit pas être facile. C'est une nouvelle vie que nous entamons. Tournons-nous vers l'avenir et
oublions ce que nous étions au Congo ou pendant la 2eme République. Nous aimons beaucoup la culture de la facilité ou de la vie facile. Pourtant, rien n’est facile dans la vie. La vie est un
combat et il faut lutter. Pour ceux qui ont eu la chance de lire le roman «Ville cruelle» de
Mongo Beti, ils savent que beaucoup de ceux qui vont en ville à la recherche d'une vie plus heureuse sont malheureusement souvent avalés par cette même ville. Leur déception est totale. Combien
des compatriotes vivent depuis des années en Europe sans bénéficier d’une petite formation, sans aller à l’université. Si vous voulez obtenir un bon emploi, il faut avoir un diplôme qui est
reconnu. D’autres obtiennent de prêts pour les études, mais ils les destinent à d’autres fins. Ils sont à la maison du matin au soir, sont dans l’assistance sociale et vivent dans maisons
subventionnées. Etre dans l'assistance sociale ou vivre dans une maison subventionnée n'est pas un péché, mais ce fait doit être considéré comme une simple étape de la vie.  On ne doit pas
souhaiter y rester durant toute sa vie. Comme le système n’existe pas chez-nous, c’est une manne qui leur est tombée sur la tête. Ils se cachent derrière leurs épouses. Ils vivent sans lendemain,
beaucoup ne travaillent pas et ne sont pas en mesure de verser des contributions pour leur vieillesse. Je connais un confrère qui me disait que jamais il cherchera un emploi aussi longtemps que
l’assistance sociale existe. Sa femme travaillait pour le compte d’une petite entreprise. Elle est tombée enceinte et a obtenu le congé de maternité d’une année. Son mari l’a convaincue en lui
faisant croire que le gouvernement paie beaucoup d’argent pour chaque enfant et qu’il fallait avoir un autre enfant. Madame a fait confiance au mensonge de son mari et elle est de nouveau tombée
enceinte. Ce qui fait qu’au lieu de retourner à son travail, elle est allée à la maternité pour se taper une autre année de congé de maternité. 
Mécontent de cette situation, le patron l’a carrément licenciée. La suite, vous pouvez bien vous l’imaginer.


Le Congolais est reconnu partout pour son escroquerie. Il est passé
maitre en usage de faux ( kosala mikanda ya lokuta, ba cartes de crédit et que sais-je encore). Même les serviteurs de Dieu qui sont censés répandre la parole de Dieu s’illustrent par ce
comportement. Ils escroquent leurs fidèles, font des scandales parmi leurs fidèles sont parfois surpris en flagrant délit d’adultère. J’arrête mon réquisitoire ici pour ce qui nous concerne. Je
laisse aux autres l’occasion de développer leurs théories, de corriger ou de contredire ce que je dis. Prochainement, on pourra poursuivre pour parler de la faute des autres qui ne nous
respectent pas. La vérité blesse mais elle vaut la peine d’être dite. Soki esali yo pasi na motema, limbisa pe bongisa ezaleli.