Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Par Jean-Jacques NGANGWESHE

 

 

CULTURE CONGOLAISE

 

PAUL PANDA FARNANA

 

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas les années qui

Passent, mais la reconnaissance quelque soit le temps

 

Grand est ma joie de rendre un hommage majestueux à un génie Congolais, une grosse tête africain que nous devrons rendre les honneurs pour son intelligence et sa sagesse, aussi pour sa lutte à la cause africaine et du tiers-monde. Les Africains en général et les congolais en particulier ignorent son existence, il s’agit de notre frère brillant scientifique, nationaliste, panafricaniste et tiers-mondiste, Paul Panda Farnana, premier universitaire congolais qui a terminé les études supérieures en France et en Belgique.

 

Paul Panda FARNANA et né en 1888 à Nzemba, à Banana dans le Bas Congo à l’époque où le Congo était un bien privé du Monarque Léopold II, actuellement  République Démocratique du Congo, il est mort le 12 mai 1930, dans son village natal dans le Mayombe au Bas-Congo, à l’âge de 41 ans.

 

121 ans déjà passés, 1888 - 2009, son centenaire était passé dans les oubliettes de l’histoire. Parce que, les valeurs intellectuelles ne sont pas reconnues et récompensées en RDC. Malheureusement la bière, les antivaleurs et les crimes ont pris le monopole, à l’exemple des criminels qui sont sortis des accords de San City Vice Présidents, Ministres, Gouverneurs, PDG, Maires ou bourgmestres etc. Je salue la mémoire de Panda en qualité de scientifique que je suis et aussi en qualité de nationaliste, panafricaniste et tiers-mondiste base de ma lutte quotidienne. Paul Panda  fut un fervent nationaliste de la cause congolais contre le colonialisme, les injustices, les brimades, la torture, l’esclavage, la torture, la soumission et les crimes de tout genre.

 

Paul Panda Farnana

       

 

Je pense que les hommes de la trempe de Paul Panda Farnana, Cheikh Anta Diop et tant d’autres intellectuels africains méritent qu’on parle d’eux pour réveiller la conscience collective et activer la mémoire culturelle des africains et des tiers-mondistes. (Cheikh Anta Diop né le 29 décembre 1923 à Thieytou, mort le 7 février 1986 à Dakar Historien et anthropologue Sénégalais. Le plus grand Egyptologue que le monde n’ai jamais connu. Il est aussi ignoré par la grande majorité de la population africaine.

 

Le parcours de Panda: En 1889, après des brillants études primaires au Congo belge, Panda partira tenter l’aventure en Belgique grâce à des rares blancs pacifistes, sages et intelligents qui prônent la paix et l’égalité entre les races. Nous sommes en l’an 1900, les instituts d’enseignement supérieures et Universitaires compte des très rares noirs africains. La raison principale, certains racistes blancs croient que les noirs ne sont pas intelligents. De l’autre côté de l’Amérique, l’esclave bat son plein avec des bourgeois capitalistes racistes criminels considère des hommes noirs comme des animaux sauvages bons aux travaux pénibles qui conduisent à la mort directe. Les capitalistes après avoir massacré par des travaux pénibles les ouvriers blancs et les amérindiens, s’en prennent aux noirs.

 

Le régime Léopoldien au Congo avec les racistes belges et européens tuent des nègres par milliers dans les travaux forcés. C’est dans ce climat délétère que Panda s’inscrira  aux études secondaires à l’Athénée d’Ixelles à Bruxelles. Il terminera ses études secondaires avec mention très excellente.

 

En octobre 1904, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole d’Horticulture et d’Agriculture de Vilvorde en Belgique. En 1907, à la fin du cycle, il décroche le CERTIFICAT DE CAPACITE avec mention  Grande distinction, spécialité (les Cultures Tropicales). L’envie d’aller plus loin aux études lui brûle le cerveau, ainsi, il attaque les études supérieures d’Agriculture Tropicales. En octobre 1908, Il s’inscrira à l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Nogent-Sur-Marne dans la région parisienne. C’est avec distinction que Paul PANDA obtient le CERTIFICAT D’ETUDES.

L’envie de connaître, de découvrir et de maîtriser d’autres sciences le conduira aux études supérieures du Commerce et Consulaire de Mons en Belgique.

 

L’apprentissage des langues, le conduira à approfondir sa culture de la  langue anglaise. A son retour dans au Congo, il dispensera des cours aux Congolais à côté d’enseignants dûment mandatés par les autorités belges. Il prendra fait et cause à la défense du détenu Simon Kimbangu, alors condamné à mort injustement par le gouvernement colonial.

 

Après la deuxième guerre mondiale à laquelle Farnana participa avec beaucoup d’autres africains. Il créera en 1919, en Belgique l’association à but sans lucratif SSMDMRC (Société de Secours Mutuel et de Développement Moral de la Race Congolaise ), Il sera président ensuite secrétaire général de l’association.  Le but  et l’objectif de l’association étaient de défendre les droits des soldats congolais de la Force Publique.

La Force Publique créée par le Roi Léopold II par l’entremise de son ministre de l’intérieures Camille Coquillat en 1885.

       

Deux soldats africains de la Force publique /  Campagne de 1916-1917 dans  l’Est de l’Afrique

Défenseur de la cause Africaine et du tiers-monde. Sa lutte pour la justice et les droits des ressortissants des pays colonisés, lui permettra de devenir très liés avec le Prix Nobel de la PAIX de l’époque en 1913 Paul Otlet et d’autres intellectuels de l’époque comme Henri Lafontaine, W.B.E. Dubois, Blaise Diane etc. Blaise Diagne, membre du gouvernement français, et de W.E.B. Du Bois, sociologue afro-américain et leader de la N.A .A.C.P. (National Association for the Advancement of coloured People).

 

Les colonialistes et les impérialistes d’aujourd’hui doivent se rappeler que les Tirailleurs africains en général et les Tirailleurs congolais en particulier ont versé leur sang pour sauver la vie des Belges et des Occidentaux. L’ancien ministre Belge Karel De Gucht, actuellement Commissaire Européen et d’autres racistes Européens ne doivent pas avoir la mémoire courte et la vision qui s’arrête juste au bout de leurs nez. Paul Panda Farnana était aussi distingué pendent la première guerre mondiale 14 -18 par son génie pendant la guerre.

Que sa mémoire se repose en paix.

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas les années qui passent, mais la reconnaissance quelque soit le temps.

Jean-Jacques NGANGWESHE (Chercheur congolais)

@: jean-jacques-ngangweshe@live.fr

' : (00) (33) 643693274 / France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Térence Kabwik Mwenz 16/06/2012 19:33


Que sa mémoire se repose en paix.

andochanga 20/10/2009 03:58


Juste un message d'un compatriote qui complète cet article et qui indique qu'il existe des initiatives autour de cet illustre "ancêtre" mais malheureusement il faudrait encore une véritable VISION
et une VOLONTE pour valoriser sa mémoire. Il s'agit comme souvent dans ce cas non pas "de regarder dans le retroviseur" mais de pointer du doigt et de mettre en valeur l'EXEMPLE. Il s'agit de de
"bâtir les futurs" que nous souhaitons en se disant que "Ceque un homme a réussi, un autre peut le réaliser. Ce qu'un peuple a réussi, un autre peut aussi l'accomplir à condition d'être bien
GUIDE". Paul Panda Farnana doit être un exemple pour la jeunesse congolaise voire africaine. C'est une Exigence individuelle et une obligation collective de faire connaître de tel parcours.
Leadership Moral !
Kimia, Mwinda mpe Bolingo  à tous !
Andochanga








Richard kasongo 19/10/2009 21:12


Une tres bonne histoire de notre grand-pere Panda...Merci Jean-Jacques.-   Merci.-  Richard Kasongo.-