Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

   

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Musambi Mayele Nso sur l'article Les Ambuun ou les Bambunda,



 

Merci au « Messager » d’avoir pensé à présenter la tribu Mbuun. Cependant, pour une meilleure représentation du tableau, nous voudrions préciser un détail de taille : l’affirmation selon laquelle « Il arrive que l'on trouve des villages des Ambun éparpillés à travers les territoires de Kikwit et Gungu entre les localités des autres tribus » n'est pas tout à fait conforme à la réalité.

Tout d'abord, nous acceptons le fait que le plus grand nombre d’Ambuun habitent présentement le Territoire d'Idiofa (Eliop en langue Embuun). Cependant, il ne serait pas correct de confiner l'existence de ce peuple à ce seul Territoire, et de limiter leur présence, partout ailleurs, à « quelques villages éparpillés dans les territoires de Gungu et de Kikwit », ou encore de donner à penser que Idiofa est le territoire des Ambuun. Rien de tout cela n’est vrai !

Pour revenir à leur terroir, ajoutons que, dans le Territoire de Gungu, les Ambuun occupent tout un Secteur,  Lukamba, qui compte cinq Groupements, à savoir Luvusi (Labvuutsh), Lukamba (Lakaam), Kimbanda (Embaan) et Ateen. Et, c’est dans ce Secteur que se trouve le Groupement d’Okôl (Mukulu) qui compte 22 grands villages, qui seraient tous issus d’un seul village découpé à l’arrivée du Colon Belge parce que trop grand.

En outre, parler des  « territoires de Kikwit » donne une idée fort confuse de la situation géographique. Ce qu’il faut savoir, c’est que les Abmbuun des environs de Kikwit sont tous du Secteur de Imbongo (Embong) dans le Territoire de Bulungu. Imbongo fait frontière avec la collectivité de Kanga dans Idiofa et celle de Lukamba dans Gungu, pour ne citer que les territoires des Ambuun.

Que ceux qui ont la carte géographique de la province en tête considèrent la distance entre le village de de Inkas-a-Mbô à l’Est et de Mapungu (Ampông) sur la Kwilu à l’Ouest, de Ntang Ango (Tango) au Nord  et Danda (Ndaan) au Sud, pour prendre la vraie mesure de la grandeur du Secteur. Ce ne serait pas trop oser que de comparer ce Secteur à celui de Yassa Lokwa : de Mbel-a-Mbom au Nord à Mubikay (Obé Kay) vers Kimbembele (Embeemn) au Sud ; de Ntsiom (Sembo) et Mbaan Assam (Banda Massamba) à l’Est à Alel (Malele) à l’Ouest. Ces deux Secteurs, à savoir Imbongo et Lukamba couvrent un espace qui s’étend, du Nord au Sud, de Tango à Mambumi (Ambôm) à la frontière avec Kihunda (premier village Pende au Sud de Mukulu) sur la Kwilu, et de l’Est à l’Ouest, de la Lubwe à la Kwilu. La rivière Lubwe dont il est question est celle qui passe par Matumbi/Butindi au Sud et vers le Nord par Impata-Iku (Empat-Ekô). Signalons, en passant, que ce Secteur de Yassa-Lokwa est si grand, et du coup, si important que le projet de le détacher d’Idiofa et de le joindre à Imbongo, Lukamba et Madimbi pour former un nouveau Territoire dont le chef-lieu pourrait se situer à Lukamba fait peur aux Ambuun d’Idiofa. 

Ce ne sont donc pas « quelques villages éparpillés ».

Faisons remarquer que Les villages mentionnés ici ne sont nécessairement pas la limite exacte entre Secteurs : ils devraient plutôt servir de référence pour se faire une idée des étendues en considération.

Musambi Mayele Nso

 

Un lecteur a remarqué une ressemblance entre sa langue, le Lunda, et l’Embuun et voudrait savoir s’il y a un lien entre les deux. Un autre voudrait savoir quelles sont les origines du peuple Mbuun.

 

Nous voulons, dans les lignes qui suivent, donner quelques éléments de réponse. Pour cela, nous allons d’abord considérer l‘aspect historique avec tout ce qui y est lié, à savoir la tradition et la légende, et ensuite l’aspect purement linguistique.

 

Cependant pour ne pas encombrer la page et ennuyer le lecteur, limitons-nous aujourd’hui à l’Histoire et à la tradition. Nous reviendrons un jour pour l’aspect linguisitque.

 

L’Historien Vansina, en décrivant la période des grandes migrations qui eurent lieu en Afrique aux 15 ème et 16 ème siècles, affirme que les tributs habitants actuellement le plateau de Lunda, Kwilu et le Kwango y compris, dont les Ambuun, et certainement beaucoup d’autres de la RDC, étaient venus de l’Afrique de l’Ouest. Leur migration serait due à l’avancée du désert, entre autres causes. D’autres sources prétendent que les Bantu auraient d’abord habité la Haute Egypte et comptèrent parmi eux des pharaons. Ils auraient été chassés par l’arrivée de peuples Shamites/Hamites, qui se seraient frauduleusement introduits dans le système royale de l’Ancienne Egypte. Mais cela reste à vérifier. A cause, certainement, de la présence de la forêt dense, beaucoup durent faire un grand détour en passant par la partie oriental du pays (RDC). Certains Ambuun pensent qu’ils seraient venus du Gabon qui, selon eux, signifierait à l’origine Kabong (beauté en langue Mbuun). Mais il ne s’agit là que d’une interprétation fantaisiste.

 

Les Ambuun seraient donc passés par ce qui est maintenant l’Angola. Ils seraient passés par Okoo Olông. Ce site est resté un grand point d’interrogation car on ne sait toujours pas à quoi il se réfère : en langue Mbuun, okoo c’est le trong d’arbre qui sert de pont, et olông un arbre de la forêt. Les deux ensemble font penser à la traverser d’une rivière, mais une rivière importante étant donné que les petites rivères abondent dans ce coin du Bandundu. Il pourrait donc s’agir de la reivère Kwilu. Mais, peut-être y a-t-il eu en Angola à cette époque-là, une localité du nom de Colungu/Kolungu. A ce jour, rien ne permet de se pencher sur une interprétation plutôt que sur l’autre.

 

Toujours est-il qu’en compagnie des Pende, ils auraient été accueillis par les Ruund et passèrent de nombreuses années ensemble. La tradition, ou plutôt la légende, raconte que les Ambuun avaient une espèce d’arachides (appelée chez nous, Nzô a’Ambuun : les arachides des Ambuun) qui était beaucoup appréciée. Les Ruund voulurent en avoir des semences pour leur propre culture. Le Chef des Ambuun, qui voulait garder l’espèce d’arachides pour sa tribu, recommanda de faire bouillir d’abord la quantité à donner aux Ruund. Ce qui fut fait… La période de germination venue, il ne sortit rien des champs des Ruund. Ceux-ci, fâchés, chassèrent les Ambuun et les Pende qui durent descendre la Riviére Kwilu.

 

Musambi Mayele Nso




 




 



Commenter cet article

Manuella Musambi Mundoba 24/03/2017 16:50

c'est tellement dommage que l'on ne sache pas d'où l'on vient. Heureusement pour moi papa ne rate pas les occasions pour nous partager ses connaissances.

Musambi Mayele Nso 31/07/2010 12:15



Salut Nestor,


On se retrouve enfin, grâce à Mbokamosika. Ce sujet me tient à cœur depuis de nombreuses années... Les
questions de deux mbokatiers m'ont convaincu à insérer quelques notes ici, mais comme ils n'ont plus réagi, j'ai décidé de garder mes écrits et de continuer mes recherches en silence. Je ne
doute pas qu'il en sortira quelque chose, un jour.


 



Nestor Musambi Ambuy-A-Tam 27/07/2010 12:46



Depuis que je travaille dans le sud du Nigeria, je suis prêt à confirmer que les Ambuun sont parti du sud du Nigeria et le Cameroun vers le Gabon avant de rejoindre l'Angola et enfin se retrouver
là où ils sont actuellement. Les anthropologues ont du boulot.


Au Sud du Nigeria, il y a deux etats (Akwa Ibom et Cross Rivers) qui font frontière avec le Cameroun. Les noms des persons et des villages dnas cette partie d'Afrique de l'Ouest sont les mêmes
que les noms Ambuun. Domage que le recours à l'authenticité n'a pas permis aux Ambuuns de réécrire leurs noms déformés par la colonisation.


Musambi (mon nom de famille s'ecrirait Osam comme prononé en Embuun).


Dans les Etats Akwa Ibom et Cross Rivers au Nigeria, et specialement en langues Anang, Ibibio et Efik, plusieus mots ont la même prononciation et la même signification qu'en langue Mbuun. Okon
signifie en Mbuun Interdit. Il en est de même ici. Inyang en Mbuun c'est la goutte d'eau pendant qu'en langues de ces deux etats du Nigerai ce même mot signifie Rivière. Esong c'est la
douleur d'enfantement.


Il y a plusieurs mots comme ça. Mon nom de famille est très repandu dans le Cross Rivers. Les hommes s'appellent ici Osam, Issong, Okon, Akpan, Inyang juste comme chez moi.


Salutations


Nestor