Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


Chers Mbokatiers.
Vous conviendrez avec moi que ce blog est l'un par excellence qui a le pouvoir de nous remonter dans le temps.
Grâce à mbokamosika, je me retrouve selon les cas, dans des bons et pires moments passés dans ma vie surtout à travers de nombreuses sélections musicales qui nous sont proposées ainsi que certains articles sur le pays.
Et ne peuvent se retrouver que ceux qui ont vraiment vécu. Raison pour laquelle, ne nous laissons pas distraire par ceux veulent ou qui ont pour mission de ternir l'image de ce blog.
En ce dernier jour de l'année, je voudrais poser 3 questions mais si celles-ci ont déjà eu des réponses par le passé, je vous saurai gré de bien vouloir me renvoyer ces liens pour assouvir ma soif.
1. Qu'est devenu le vieux Malph, fondateur de l'orchestre Ewawa de Malph dont le siège se trouvait à Kimbangu sur Elengesa.
    Est-ce possible d'auditionner l'une de ses chansons?
2. Un orchestre nommé Lengo-Lengo fut crée à Kinshasa vers les années 70 pour disparaitre après et je me rappelle l'un de chanteurs qui
    s'appelait Coco et habitait Kasavubu. Quelqu'un peut-il me dire d'avantage sur cette formation musicale?
3. Qu'est devenu l'artiste musicien Gembo petit à moi (Tata Mapassa) et si possible auditionner une de ses chansons.?
Cordialement vôtre.
James.

NDLR: Nous ne savons pas si KEBA NA MOSOLO vous rappellera l'épopée de l'orchestre EWAWA DE MALPH.
En ce qui concerne Ngembo petit à moi, nous ne disposons actuellement d'aucune de ses chansons.
Les autres Mbokatiers vont certainement répondre aux autres volets de vos questions.

 KEBA NA MOSOLO, PAR L'ORCHESTRE DE MALPH
Gembo Petit à moi, Tata Mapssa, trois fois père des Jumeaux, très talentueux, fin danseur et compositeur de talent repose en paix auprès de l'Éternel. Désolé de ne pouvoir vous trouver aucune des chansons de cet infatiguable musicien et inventeur de la danse Kisela. J'ai eu à le cotoyer à plusieurs reprises à son domicile du quartier Bitabe à Kinshasa et à assister à ses séances de répétitions à Masina Pascal sur la route qui mène vers Mokali. Il était toujours respecteux, accueillant et souriant. J'avais presque toutes ses chansons sur des bandes magnétiques et j'en assurais la promotion à la radio. Je les avais toutes laissées dans mon bureau du 9e étage à la Cité de la RTNC. Que sont-elles devenues? Difficile à répondre. J'aimerais vous dire qu'avant sa mort, Gembo Petit à moi s'était converti et avait abandonné la musique.Il avait même renoncé à la polygamie.J'aurais bien voulu vous jouer la chanson NA ZANDO YA SOSO PESE ATULAKA TE, mais hélas!
Zéphyrin Kirika Mkumu
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

James 03/01/2011 16:31



Cher frère Nkumu.


C'est bien triste que certains artistes qui ont fait la pluie et le beau temps, qui nous ont fait danser; meurent parfois dans l'indifférence totale de leurs proches. il nous faut un devoir de
mémoire pour eux. Tout le monde doit mourir mais toutes les morts n'ont pas la même signification et surtout quand il s'agit des artistes en général dont leurs oeuvres les rendent immortels.



Zephyrin Kirika Nkumu Assana 01/01/2011 02:47



ERRATA:


Sur la première ligne: Lire Tata Mapasa, trois fois père des jumeaux.


sur la troisième ligne: aucune des chansons de cet infatiguable musicien.



Zéphyrin Kirika Nkumu Assana 01/01/2011 02:01



Gembo Petit à moi, Tata Mapssa, trois père des Jumeaux, très talentueux, fin danseur et compositeur de talent repose en paix auprès de l'Éternel. Désolé de ne pouvoir vous trouver aucune des
chansons cet infatiguable musicien et inventeur de la danse Kisela. J'ai eu à le cotoyer à plusieurs reprises à son domicile du quartier Bitabe à Kinshasa et à assister à ses séances de
répétitions à Masina Pascal sur la route qui mène vers Mokali. Il était toujours respecteux, accueillant et souriant. J'avais presque toutes ses chansons sur des bandes magnétiques et j'en
assurais la promotion à la radio. Je les avais toutes laissées dans mon bureau du 9e étage à la Cité de la RTNC. Que sont-elles devenues? Difficile à répondre. J'aimerais vous dire qu'avant sa
mort, Gembo Petit à moi s'était converti et avait abandonné la musique.Il avait même renoncé à la polygamie.J