Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Manuel d'Oliveira, la guitare qui raconte Léo
Il n'a jamais cherché à avoir une place particulière dans le panthéon des "maitres" de la musique congolaise moderne, pourtant, il le mériterait 1000 fois. Manuel d'Oliveira, s'il est contemporain
de Wendo, a eu une trajectoire exceptionnelle. Guitariste virtuose, il a ouvert la voie à tous les matadiens, qui plus tard, viendront parfaire leur carrière musicale à Kinshasa.
Ce Kongo - il ne chantait en fait que dans cette langue - et quand il el faisait en lingala, il maintenait ce bel accent bakongo comme lorsqu'il chante les joies de l'amour et de la protection
maternelles:
"mama kubuta bisu 
ayebi kubuta bana
Soki lelo mbula ebeti
bisu se na kiese na ndaku"

Il faut dire qu'il fait partie de la première génération des Bazombo de Léo, ceux qui ont accompagné la formidable explosion socio-culturelle de Kinshasa poto Moindo. Réécouter Tapale des Bana San
Salvador renseigne aussi sur le comportement des femmes, à une époque où les fontaines publiques , les lieux de rencontre hommes-femmes, étaient aussi prétextes à l'adultère:
"Banketu nionso tapale
kuenda na zando tapale
mambu mamonso tapale tapale
O nakeyi na mamalukuta na ye
O nakeyi na pompi lukuta na ye"
Ah le mensonge! Aussi vieux que Lipopo ville
La guitare et les textes du groupe d'Oliveira ont su, aussi bien que les textes de paul Lomami Tsibamba, nous restituer cette époque héroique, où les noirs n'avaient pas le droit de traîner en
ville, au délà d'une certaine heure.
D'Oliveira est tombé amoureux de Léo. Son trio avec Bukasa et Wendo en est le témoignageindéniable. parce que quand on aime Léo, on s'ouvre aux autres. On est juste LEOMAN.
On ne dira pas de lui qu'il est le père de la rumba congolaise, la place est prise par Wendo. A l'heure où la génération des Lokua Kanza, Maika Munan et autres Olivier Tshimanga, remettent au goût
du jour la guitare acoustique, je souhaiterai juste qu'il se rattachent à Manuel d'Oliveira dont le style sert, aujourd'hui encore de ligne mélodique.

Joseph Pululu
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yala maurice 13/04/2010 13:56



Merci de nous publier de nouveau le commentaire de JEANNOT NZAU sur le musicien MANUEL D'OLIVEIRA   - Voila pourquoi j'insiste que nous puissions tous faire un effort et que nous
puissions  aujourd'hui parler des musiciens oubliés( les guitaristes de COBANTOU -VOX AFRICA - OK JAZZ(il n'y avait pas que  FRANCO à la guitare -AFRCAN FIESTA SUKISA (Il n'y avait pas
que le dr NICO à la guitare) Parlons aussi des oubliés,je prends le cas des batteurs ,ils avaient une grande place de choix dans les orchestres tels que les BANTOUS -COBANTOU-AFRICAN FIESTA
NATIONAL ETC... Maispeu de batteurs sont connus ,parlons aussi d'eux    Grand merci à tous les MBOKATIERS



Dr.Kivitidi 12/02/2010 00:49


Pouvez vous repubier le commentaire de Jeannot Nzau Diop sur Manuel D'Oliveira svp?
Merçi.


Messager 27/01/2010 16:09


Salut Steph. Merci pour les voeux que nous vous réciproquons cordialement.
Sur les deux chansons demandéess par votre maman, Tongo etani manque. Nous lui ferons réécouter un de ces jours la chanson de Lipua-Lipua dont le titre est "Masele", une composition de
Bisikita, interprétée par Nyboma.

Messager


Steph 27/01/2010 14:43


Bonjour Messager et Bonne Année à vous et à tous les Mbokatiers.Je suis tombée sur des images du groupe d'animation KAKE des années 70. J'étais étonnée de voir Fraco et Nyboma qui y faisaient
partie. Ma question est de savoir s'ils étaient mobilisés par le pouvoir à cette époque ou c'était de leur propre initiative de chanter pour le Président Mobutu? Merci de me répondre. Ma mère
vous présente ses meilleurs voeux et vous demande Tongo Etani d'Emile Soki et une chanson de Nyboma, voici quelques paroles: Amour ya kobobama, soki bolingo eleki, ekotambwisa sango na mboka, bato
banso bakoyeba... Merci