Publié par Messager

.

 

 

Un dieu et star du football congolais vient de nous quitter

Luc MAWA NKUMU, le bombardier des verts noirs

a répondu au rendez-vous de la mort

180477 199338403411401 184810818197493 797094 1077180 n

A chaque période de la vie naissent, dans tous les secteurs de la vie, des hommes exceptionnels dont les noms resteront à jamais vivant dans nos cœurs. Luc MAWA NKUMU est parmi ces célébrités kinoises qui sont entrés vivant dans la légende et fait partie de nos immortels. Au moment où cet avant centre de V-Club vient de nous quitter, plusieurs souvenirs de notre enfance sont remontés à la surface et nous avons estimé qu’il était de bonne politique de les partager avec la nouvelle génération qui n’a pas connu cet excellent footballeur qui a fait voir des vertes et pas mûres aux gardiens de buts adverses.

En effet, dans les années qui ont suivi l’accession de notre pays à son indépendance, les trois grandes équipes de Kinshasa avaient connu une véritable traversée du désert. Cette situation était l’une des conséquences de la brillante tournée effectuée par nos Lions (ancêtres de nos Léopards) dans notre ancienne métropole. Plusieurs joueurs qui avaient participé à ce voyage et qui avaient tapé dans les yeux des recruteurs belges furent sollicités par quelques grandes équipes évoluant au championnat de la Belgique. Les Dauphins noirs furent saignés à blanc et cette situation provoqua une baisse de régime très sensible de ce club. Or, la tradition voulait chez les verts noirs que leur équipe dispose dans chacune de ces promotions des avants centres racés dont la vélocité et la puissance des tirs faisaient peur aux adversaires. Dans ce lot, même si nous ne les avions pas vu à l’œuvre, nous avions appris de nos parents, les prouesses de Léon Mokuna Trouet et de Assaka alias Assassin dont la puissance des tirs était sans pareil.

Avec le transfert de tous ces meilleurs joueurs, et malgré la présence de Nkewa, Vieux Lokombe, Mpeti Philemon, Enkoti De la Coco, Mvuemba Anoul, Nkodia Dactylo, Nlandu Katap’s, Akwete Ben Bareck, Malinguendo Houf, il manquait au sein de sa ligne d’attaque un grand buteur de la trempe de ceux que nous avons cité et qui devait marquer à chaque occasion les buts dont ils avaient besoin pour conduire  leur club à la victoire. Il a fallut attendre l’arrivée de Luc Mawa, un natif de la commune de Dendale (aujourd’hui Kasa Vubu) pour remettre de l’ordre et le sourire dans cette équipe où il va se révéler comme un grand leader jusqu’à gravir tous les échelons et occuper le tant envié brassard de capitaine du team vert et noir.

En 1963, les anciens le savent, V-Club traversa l’une des saisons les plus sombres de son histoire et n’eut été la présence de ce joueur, ce club serait relégué aux parcs. Avec Luc Mawa qui était devenu incontournable, V-Club va à partir de l’année 1964 amorcer sa grande restructuration avec l’arrivée des nouveaux joueurs recrutés à grand frais par Aponga Mfumu Ntaku, pour requinquer cette machine qui présentait beaucoup de ratés. Un nouveau tandem vit le jour. Avec son ami Jeef Kibonge, ils ont formé, sans nul doute le meilleur duo que le football kinois n’ait connu. Aussi, c’est sans surprise que Luc Mawa dans une forme du tonnerre parvint à rompre la tradition qui liait V-Club à leur frère ennemi, Daring Imana Mabe. C’était au match retour du championnat de la saison 1964 – 1965 que V-Club et Luc Mawa démontrèrent leur volonté de mettre un terme au joug auquel ils étaient liés. C’est sur le score significatif de  4 buts à 1 que Bana Mbongo mirent fin à ce mariage. Si je ne me trompe pas Luc Mawa avait violé les buts de l’excellent Kibiasi Vignal à trois reprises.

Plusieurs hauts faits d’arme sont à l’actif de ce joueur et on ne peut pas les citer tous. Notez pourtant que Luc Mawa était aussi l’avant centre de notre équipe nationale, ancienne formule. Lors des Jeux Africains organisés à Brazzaville en 1964, il remporta la palme de meilleur buteur de la compétition. On le surnomma à partir de ce jour, l’homme de Brazzaville à cause de la bagatelle des buts qu’il avait réussi à marquer avec une insolence totale.

Après avoir dominé et régné sans partage au sein de la ligne d’attaque du club de Bana Véa, l’arrivée de Jean Kembo en 1966 au cœur de l’attaque de ce club commença à lui porter ombrage. Ce dernier, auréolé par son succès inattendu qui lui vaudra le surnom de Monsieur But, devint l’avant centre de choc au sein de l’attaque mitraillette.Ainsi, ployant sous le poids de l’âge, et après plusieurs années de bons et loyaux services rendus à la famille vert et noir, Luc fut obligé de ranger définitivement ces crampons et faire  son entrée dans le staff technique de son club chéri avant de prester bien des années plus tard comme Intendant au sein des Léopards.

Luc Mawa Nkumu est décédé au cours d’une pérégrination à Bibwa. Sa dépouille mortelle est gardée à l’Hôpital Mama Yemo. Sans nul doute que tous les V-Clubiens, mobilisés comme un seul homme se souviendront des prouesses, jadis réalisés par ce joueur, dont le spécimen est rare.

Adieu Luc.

Vos boulets fumants nous font encore frémir…pold006

Vous avez été et vous resterez parmi les têtes couronnées du football congolais

Jean Koke Miezi

 

.

Commenter cet article

Samuel Malonga 20/01/2012


Luuuuuuuuuc


Repose en paix. Nous ne t'oublierons jamais. Je me rappelle d'un certain V.Club-Dragons. Le score était vierge. Il restait quelque cinq minutes à jouer. C'est alors que Luc Mawa fit son entrée. A
une minute de la fin, l'homme de Brazzaville battit l'excellent gardien Carol Ntangu et les bana mbongo remportèrent la partie sur le score étriqué d'un but à zéro.


 

Jean KOKE MIEZI 20/01/2012


Lu Pour
Vous



Football/Ancienne gloire de l’AS V.Club et des équipes nationales : Luc Mawa s’est éteint


Mercredi 18 janvier 2012, fin d’après-midi. Un corps sans vie est
retrouvé au niveau des toilettes du bar Village Belle Vie, en face de l’arrêt principal du quartier Bibwa, dans la Commune de la Nsele.


Un client du lieu, parti se soulager, apporte la nouvelle à la patronne du bistrot. La personne qui venait à peine de se
remplir un verre de bière qu’elle venait de lui servir, était étendue au sol, inanimée. Le sous-commissariat de police de proximité est vite alerté. L’agent de l’ordre, accouru, fait le constat :
l’infortuné avait encore sur lui la paie qu’il venait de percevoir. Ses papiers attestent qu’il est fonctionnaire attaché au ministère de la Jeunesse et des Sports et habite la Commune de
Mont-Ngafula. L’un des numéros de téléphone  qu’il porte permet de prendre contact avec sa famille dont quelqu’un qui se reconnaît être son enfant. Celui-ci alerte aussitôt son entourage. La
nouvelle se répand comme une traînée de poudre à travers la ville de Kinshasa et même au-delà.


Il s’agit de l’ancienne gloire de l’AS V.Club de Kinshasa et des équipes nationales de football de la RDC, Luc Mawa Nkumu,
né à Kinshasa le 10 janvier 1943.


Accablé par de nombreux problèmes conjugal et social, il avait perdu sa bonne humeur habituelle et la santé. Tel qu’il
avait d’ailleurs apparu, le mercredi 4 janvier dernier, dans l’enceinte de la Maison communale de Kinshasa et à l’église Saint Pierre lors des funérailles de son ami et coéquipier en qualité de
gardien des buts, Billy Puatany di Nkodia, en participant au port du cercueil du défunt, sur les épaules, en compagnie d’autres anciens joueurs, d’un lieu à l’autre.


Le virus du football l’avait attrapé tôt, Luc Mawa. Il se distingue déjà au championnat des minimes au terrain Eboué,
compris entre l’avenue Bangala, le chemin de fer et la rivière Bitshakutshaku, dans la Commune de Barumbu, au milieu des années 50. A l’aube de l’indépendance, sur le terrain de l’Athénée de
Kalina où il étudie en gréco-latine, la foudre est dans ses pieds nus pendant les récréations. Aucune surprise, en ce moment, lorsqu’il est incorporé dans les rangs de la toute grande AS V.Club,
qui a perdu de sa superbe avec le départ de tous ses pions majeurs en Belgique. Son poste de prédilection : avant-centre.
Luc Mawa est bien entendu emmené en Belgique où il est embauché par le RFC La Gantoise. L’aventure professionnelle tourne court. Heureusement pour l’AS V.Club en grosse difficulté au championnat
1962-1963 de l’Association sportive de Kinshasa (ASKIN) où elle partage la 11ème et avant-dernière place, donc reléguable, avec le FC Léo Sport. Sous un dimanche ensoleillé et, parti à la limite
du hors-jeu non sanctionné par l’arbitre, il inscrit l’unique et historique but, 1-0, qui maintient  son équipe parmi l’élite.


Les buts qu’il enchaîne, par la suite,  chaque week-end font de lui une vedette à part entière. L’AS V.Club redevient
irrésistible en 1965 lorsque se constitue en attaque le duo diabolique Mawa-Kibonge, venu avec d’autres éléments de V.Sport, radié pour actes de violence répétés.


En juillet de la même année, Mawa est le meilleur buteur, avec 11 réalisations, du tournoi de football des 1ers Jeux
africains, organisés à Brazzaville, où l’équipe nationale de la RDC, les « Lions », se classe 5ème. Il est affublé du surnom évocateur de « L’homme de Brazzaville ». Incontournable, il est
évidemment  sélectionné, avec Kibonge et Diantela, pour prendre part à la première phase finale d’une Coupe d’Afrique des nations à laquelle sont invités les « Lions » de la RDC, suite à
l’absence voulue de l’Egypte dont les relations diplomatiques sont rompues avec la Tunisie, pays organisateur de la 5ème édition, et le désistement du Soudan qui s’était rétracté après avoir
pourtant accepté de remplacer l’équipe des « Pharaons ». En ce mois de novembre 1965, ensemble avec les gardiens Makiadi Castelo et Ngoie, Lessa Antoine, Albert Mwila, Katumba, Mabela, Mbuli,
Kalala Pierre, Kabala, Kabeya, Mokili Ernest, il défend le drapeau de la RDC en groupe B contre les « Black Stars » du Ghana, tenants du titre, et les « Eléphants » de la Côte d’Ivoire. Sans
expérience, les fauves congolais tirent la queue.


Humiliés, le 30 juin 1966 au stade Tata Raphaël, par les « Black Stars » du Ghana, doubles détenteurs du titre
continental, en match amical, en présence du chef de l’Etat, l’équipe nationale de la RDC, les « Lions », est dissoute sur décision de la haute autorité politique et change de nom, les « Léopards
». Appel est fait aux professionnels congolais, les « Belgicains », évoluant au championnat du Royaume belge. Le bombardier kinois est bien entendu du nombre.


En 1967, Luc Mawa va briller sous les couleurs nationales en match amical prestigieux contre le FC Santos de Roi Pelé,
vainqueur sur le court score de 1-2. Dans l’élan, il ravit le titre de

sonny mokonzi 21/01/2012


VERS 1978-79,JE CROIS LUC MAWA AZALAKI ENTRAINEUR YA FC YAYA SPORTS(CHEZ YAYA,equipe ya muasi ya poto galo), A FORMAKI BA JOUEURS MINGI A L'EPOQUE,LOKOLA BOBUTAKA BOBO,AVANT BAKENDE KOBETA NA
B'EQUIPES YA MINENE LOKOLA V.CLUB ETC.........PAIX A SON AME

Jean KOKE MIEZI 21/01/2012


En relisant l'article de notre frère Siki Ntetani Mbemba, je viens de me rappeler du Colonel Donat Limbati, qui portait le grade Capitaine des FAZ au moment où il jouait dans V-Club. Les
supporters le désignait sous le sobriquet combien évocateur de Haut Commandement. Avec lui, il y avait aussi Makunza Pélé qui était étudiant à l'Université de Kinshasa qui a du écourté sa
carrière pour se consacrer à temps plein à ses études. Aujourd'hui, il compte parmi les Hauts magistrats ou Juges à la Cour Suprême de Justice. Que dire de Muniangu Petit Vincent dont les
chevauchées à l'aile droite en firent l'un des attaquants les plus percutants de ce club. Un journaliste célèbre de l'époque avait lancé un jour cette boutade pour célébrer les exploits de Luc.
Selon lui, lorsque Luc était en forme, il faisait Mawa aux équipes adverses...

historien 21/01/2012


le duo le plus connu dans l'histoire de notre football n'est pas seulementcelui de kibonge mafu gento,luc mawa.n'oubliez pas le tandem raoul kidumu kakoko etepe.le meilleur selon moi.sans
polémique.


 

adei toko 22/01/2012


comme notre ami Sam, moi aussi je me souviens d'un Vclub-Dragons où Kembo et Mvukani avaient marqué de la tête avant de se blesser tous les deux ,et Luc qui venait de rentrer va bénéficier d'un
coup franc mais avant de le tirer, il se déchausse et montre sa bottine aux supporters de Dragons puis remet sa bottine et frappe en mystifiant le gardien des monstres. je me rappelerai toujours
de ce tir fumant.

PAULIN 27/01/2012


JE ME RAPPELLE UN CERTAIN V.CLUB - IMANA , LUC MAWA EN POSSESSION DU BALLON COURAIT A TOUTE ALLURE POUR ALLER MITRAILLER LE GARDIEN RAPH MONTONGA ET LE DEFENSEUR Mampuya qui retiendra luc
Mawa sur le maillot, je regrette aussi la mort de mon vieux du quartier l'ancien gardien de V.club " BILLY " QUE JA'I CONNU PERSONNELLEMENT POUR AVOIR VECU DANS UNE MEME COMMUNE DE BARUMBU, C'EST
LUI QUI GARDA LES PERCHES LORS D'UNE RENCONTRE V.CLUB- Daring : 0-2 LES 2 BUTS D'ANITA AH MAMAN MAPASSA AKEYI, QUE SON AME REPOSE EN PAIX
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

pauli 30/01/2012


Quand j'etais encore un gamin et je croyais que luc mawa et joseph kibonge etaient issus d'une meme famille biologique.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog