Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

LETTRE AU PREMIER MINISTRE CANADIEN

 

 

Le très honorable Stephen Harper 

 

Premier Ministre du Canada 

Le 20 décembre 2011

Monsieur le Premier Ministre,

Je suis un Canadien d’origine congolaise, un homme épris de paix et de justice. Je ne suis pas un politicien, mais un simple contribuable qui vous lance ce cri détresse.  Je ne vous apprends rien sur tout ce qui se passe en République Démocratique du Congo. La mascarade électorale congolaise est à  la une de tous les médias internationaux. La situation de la République Démocratique du Congo mérite une attention soutenue de votre gouvernement.

 

Monsieur le Premier ministre,

Le Canada est un modèle de la démocratie à travers le monde. Le Canada est un pays tolérant où les droits des citoyens sont respectés et protégés. La Commission des droits de la personne au Canada exerce sur la scène internationale un rôle de chef de file important. Elle préside le Comité international de coordination des institutions nationales des droits de l’homme sous l’égide des Nations Unies.

Point n’est besoin de vous rappeler que le Canada a participé à plusieurs missions pour faire rayonner la paix dans le monde,  pour restituer  aux personnes opprimées, aux femmes et aux enfants leurs droits fondamentaux. Le Canada revient  d’une mission de paix en Libye et nous avons tout récemment fêté les exploits réalisés par nos vaillants soldats. Le Canada est présent en Afghanistan pour restaurer la paix, la dignité humaine et les droits fondamentaux des Afghans.

Nous, Canadiens d’origine congolaise, sommes déçus par le silence de marbre qu’affiche le Canada devant les fraudes massives lors des récentes élections organisées dans notre pays d’origine, laquelle fraude a été décriée par les observateurs tant nationaux, internationaux que le clergé catholique. Nous assistons tous impuissants à l’issue de ces élections à une inversion de l’équation. Le perdant a été déclaré vainqueur et la loi du plus fort l’a emporté. La volonté du souverain n’a pas été respectée. Les urnes avaient été bourrées à l’avance, les opposants sont réduits en silence, les citoyens sont privés de leurs droits fondamentaux tels que la liberté d’expression, la liberté de mouvement car les chars de combat ont été déployés à travers les artères de toutes les grandes villes. Les policiers ont tiré à balle réelles sur les paisibles citoyens  qui marchaient pacifiquement pour revendiquer leurs droits. Les images de ces scènes de tuerie ont défilé sur toutes les chaînes de télévisions étrangères et cela sous la barbe de la Cour Pénale Internationale. On déplore les exécutions sommaires, les extorsions et les enlèvements. Au regard de tous ces événements, la Communauté internationale en général et le Canada en particulier sont en train de cautionner une dictature qui ne dit pas encore son nom. Faut-il déshabiller Kadhafi pour habiller Kabila? Pour paraphraser l’Administration américaine, les élections au Congo Démocratique ont fait reculer la démocratie de dix ans.

Monsieur le Premier Ministre,

Tout récemment parlant de Kadhafi, vous déclariez sur les ondes de la télévision nationale en disant, je cite : «Un gouvernement qui tue son peuple est un gouvernement irresponsable et il est appelé à disparaitre.» Pourquoi le gouvernement congolais qui marche sur les traces de Kadhafi doit-il continuer à exister? Un dicton français ne dit-il pas : «Aux grands maux, des grands remèdes?» Faut-il encore  attendre trop longtemps pour envoyer une mission de paix qui va coûter des millions aux contribuables canadiens que nous sommes lorsque la situation va s’empirer?

La République démocratique du Congo sort d’un conflit meurtrier avec un bilan de plus de 5 millions de morts. Chaque jour qui passe, on viole, on pille, on tue dans l’indifférence totale de la Communauté internationale. Le bilan ne fait que s’alourdir et à l’allure où vont les choses, le pire est à craindre dans les jours à venir. Au lieu d’utiliser les chars de combat pour protéger l’intangibilité des frontières devenues fluides, le gouvernement congolais s’en sert pour combattre son propre peuple.

Monsieur le Premier Ministre,

Les Canadiens  ont placé leur confiance  en votre illustre personne en vous accordant deux mandats d’affilé. Vous avez gagné deux élections et jamais nous n'avons vu des chars de combat quadriller la ville d’Ottawa ou encore toutes les grandes villes du Canada. Je vis personnellement au Canada depuis plus de 12 ans et je n’ai jamais vu un seul char de combat dans la capitale. Fait-on sortir le grand arsenal militaire lorsqu’on gagne une élection? Comment un gouvernement qui est incapable de protéger son peuple peut-il prétendre faire sortir des chars de combat pour protéger les invités? La population de l’Est du Congo a grandement besoin de ces chars pour la protéger contre les exactions de la LRA et d’autres mouvements rebelles qui y font la loi. Un seul président à la cérémonie de prestation de serment sur la multitude des chefs d’État invités est un véritable camouflet. Il fallait être un dictateur comme Mugabe pour oser répondre à une telle invitation.

 

 Monsieur le Premier Ministre,

 La diaspora congolaise a entrepris des marches pacifiques à travers les grandes villes de l’Amérique, de l’Europe et de l’Asie pour exprimer notre ras-le-bol et dénoncer la complicité de la Communauté internationale. Je voudrais vous rassurer que tous les membres de la diaspora congolaise ne sont pas de l’UDPS comme certains ambassadeurs en poste à Kinshasa ont voulu le faire croire. Il en est de même de la population congolaise qui manifeste dans les grandes villes du pays. Nous marchons pour dénoncer le Hold-up électoral, la dictature instaurée par le régime en place. Nous réclamons la vérité des urnes, la paix et l’établissement d’un État de droit. Si les élections doivent devenir une astuce pour se maintenir au pouvoir, c’est un grand recul pour la démocratie dans le monde. Je reste convaincu que dans les années à venir  le taux de participation baissera partout dans le monde, car la grande question demeure pourquoi irions-nous voter et pour quel candidat si la vérité des urnes n’est plus respectée?

La Communauté congolaise du Canada et le peuple congolais dans son ensemble se joint à moi dans ce cri de détresse que nous vous lançons pour demander au gouvernement canadien de se ranger du côté de ce peuple meurtri afin de faire ressortir la légitimité issue des urnes pour le triomphe de la démocratie. Le Canada en tant que modèle de la démocratie à travers le monde a déjà pris ses responsabilités devant l’histoire en défendant les peuples opprimés de l’Afghanistan et de la Libye. Pourquoi refuserait-il d’entendre le cri de détresse des Congolais?

Monsieur le Premier Ministre,

J’aimerais terminer cette plaidoirie tout en étant bien assuré que le Canada, pays de démocratie, de paix et de justice sortira de son mutisme pour condamner ce hold-up électoral afin que triomphe la vérité, rien que la vérité des urnes. Le sang congolais a beaucoup coulé et personne n’a besoin d’un autre bain de sang si ce n’est que ces opportunistes qui veulent se maintenir au pouvoir. En Côte-d’Ivoire et en Libye, c’était la France qui avait donné le ton pour sauver un peuple en détresse. Pourquoi pas le Canada cette fois-ci? La Communauté congolaise du Canada se joint à moi pour vous souhaiter de passer d’agréables temps de fêtes avec votre famille et vous prie d’agréer l’expression de ses sentiments respectueux.

 

 
Nkumu Assana Kirika Zéphyrin

 

Commenter cet article