Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

SEMAINE DE LA REPUBLIQUE DU CONGO BRAZZA SUR MBOKAMOSIKA

 

LES RELATIONS ENTRE LES DEUX CONGO

 

 

Au début des année 60, rien ne semblait altérer les rapports entre les deux nouveaux Etats congolais. Les relations personnelles bien entretenues entre l’ancien séminariste Kasa-Vubu et l’abbé Youlou faisaient d’eux plus que de simples amis, deux frères. C’était la période de la lune de miel. Lorsqu’il fut renversé, le prêtre se refugia d’abord à Kinshasa avant de s’envoler pour Madrid, très loin de sa terre natale. Selon certaines langues, il se serait évadé de la prison où il était enfermé avec l’aide du gouvernement de Léopoldville qui avait daigné envoyé un de ses meilleurs soldats en la personne de Mpika pour le sortir de son impasse. Mais dans les relations congolo-congolaises, le premier grand couac eut lieu en 1964 lorsque Moïse Tshombe, ami de Youlou,  chassa tous les ressortissants congolais de Brazzaville. Dès lors les liens d’amitié et de fraternité entre les deux Congo s’étaient profondément altérés et connurent un rythme alterné de vives tensions et des liens amicaux. Ces rapports évoluèrent en dents de scie avec souvent un parfum de méfiance réciproque. Ce fut le début d’un cycle malheureux de confrontation politique entre deux Etats semblables où de part et d’autre du fleuve vivent pourtant les mêmes peuples, les mêmes tribus, les mêmes familles, les mêmes clans  parlant les mêmes langues et ayant les coutumes et traditions. 

Congo mibale
 

Fulbert Youlou avec Joseph Kasa-Vubu (photo gauche) et à avec Moïse Tshombe (photo droite) alors dirigeant katangais à la cérémonie du lancement des travaux de construction du barrage de Sounda dans le Kouilou. 

 

Par intermittence,  les dirigeants ont soufflé le chaud et le froid. Le beach Ngobila était ouvert ou fermé à la cadence et selon l’humeur politique qui prévalaient. La fragilité des relations entre les deux Etats était devenue un fait réel avec l’arrivée de Mobutu au pouvoir. Déjà en 1966, alors que les « conjurés de la Pentecôte »furent pendus, un cinquième larron, André Lubaya,  réussit à s’enfuir et à se refugier à Brazzaville. C’est le début de ce qu’on appela à l’époque l’affaire Lubaya. L’ancien ministre de la Santé dans le gouvernement Tshombe avait participé au complot et Kinshasa qui demandait sa tête avait failli rompre les relations diplomatiques. Dans le souci d’un règlement pacifique du conflit, les efforts de rapprochement furent entrepris des deux côtés par l'échange des messages entre les présidents Mobutu et Massamba-Débat dès 1967et par de nombreux contacts au niveau des ministères des Affaires étrangères. La normalisation de rapports s'accomplit en mars 1968 par l’échange  des chargés d'affaires. En août 1968, alors que André Lubaya était déjà assassiné en mai, le pouvoir changea de main à Brazzaville. Marien Ngouabi renversa Massamba-Débat et devint l’homme fort du pays. Mais très vite l´affaire Mulele vint contrarier le nouvel élan déjà amorcé par les deux parties. Le principal animateur de l´insurrection au Kwilu s´était réfugié de l´autre coté du fleuve. Grace à un accord d´amnistie conclu entre les deux capitales, Pierre Mulele regagna Kinshasa avec le ministre des Affaires Étrangères Justin-Marie Bomboko à bord du yacht présidentiel. Mais une fois au pays, l´ancien chef rebelle fut exécuté malgré l´intervention des autorités de Brazzaville. Le gouvernement de Ngouabi estima avoir été profondément offensé dans son honneur et sa dignité dans cette trahison et cette mauvaise fois du gouvernement de Kinshasa. En guise de réponse et de représailles, la République populaire du Congo rompit ses relations diplomatiques avec Kinshasa et entendit porter l'affaire devant les instances internationales notamment devant l'OUA. Un dégel sembla possible grâce aux efforts conjugués de l’Ivoirien Félix Houphouët-Boigny et du Gabonais Bongo en 1969. Suite à cette médiation, les présidents Mobutu et Ngouabi s'engagèrent à mettre un terme à leur querelle. Mais ce n’était que partie remise. Car c’était sans compter avec Mobutu qui voyait d’un très mauvais œil cette république populaire aux portes de son « royaume » et qui lui rappelait une autre république fantôme du même nom qui fut proclamée à Kisangani. Le 23 mars 1970, un commando avec à sa tête le lieutenant Pierre Kiganga dit Sirocco tenta un coup d’Etat militaire avec le soutien du Zaïre. En effet dans la nuit,  les putschistes qui avaient traversé le fleuve, s'emparèrent de la radio nationale  “La voix de la révolution congolaise” et prononcèrent un discours annonçant la fin du régime Ngouabi. A l’issue de leur intervention, l'ancien hymne national “La Congolaise” fut diffusé. Dans les cités, des scènes de liesse populaire eurent spontanément lieu.

 

  http://www.starducongo.com/lesratsetlessouris/photo/art/default/1294521-1699588.jpg?v=1289547388 

  Lieutenant Pierre Kiganga alias Sirocco

 

Les gens sortirent dans les rues en brandissant de petits drapeaux tricolores aux anciennes couleurs nationales. Sirocco prit la parole dans un quartier populaire. Plusieurs jeunes sympathisants le suivirent pour se rassembler devant le siège de la radio qui était aux mains des insurgés pour célébrer la fin du régime. Mais l’euphorie fut de courte durée. Elle tourna brutalement en une fusillade sanglante avec la contre-attaque de  l'Armée populaire nationale qui arrivée sur les lieux tirait à l'arme lourde. Dans l'arrière-cour de l'immeuble de la radio, les forces loyalistes liquidèrent les derniers survivants et plusieurs personnes qui s’y trouvaient. Le lieutenant Pierre Kinganga fut retrouvé et abattu non sans résistance. Son corps vêtu d’un simple caleçon fut exposé comme un trophée et sa poitrine bardée de gris-gris anti était criblée des balles. En début d'après-midi, alors que l’insurrection venait d’être maté dans le sang, le Commandant Marien Ngouabi  annonça victorieusement  “l'écrasement de la contre-révolution” et fustigea les ennemis du peuple. Devant cette actualité brulante, la tension monta d’un cran entre les deux capitales les plus proches du monde. Une véritable guerre des ondes commença. Les deux Etats se lançaient des tirades à l’aide des chansons incendiaires. Nzele sukuma  de Jeannot Bombenga était parmi les titres qui étaient balancés par la RTNC. Cette belle empoignade médiatique fit même planer le spectre d’une véritable confrontation. Ça sentait le pourri entre les deux dirigeants aux convictions politiques diamétralement opposées. D’un côté, le citoyen Mobutu, pro-américain et président d’un pays à système capitaliste, et de l’autre côté du fleuve, le camarade Marien Ngouabi, prosoviétique et chef d’Etat d’une république populaire à système marxiste-léniniste. Le commandant rouge interdit un moment la diffusion des chansons zaïroises dans les antennes de la Voix de la Révolution congolaise.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT1cjyQUQ-vQXLoGBnC6yXLkJXn17Ba-GX7cgsjQTHdBOPxxvCD

Pierre Mulele

Les relations entre les deux rives finirent par se régulariser non sans laisser des traces. La brouille prit fin entre les deux frères ennemis qui se retrouvèrent à Franceville à la faveur de la fête nationale gabonaise. Si les rapports entre Mobutu et Ngouabi connurent bien des soubresauts par moment, le couple Mobutu-Sassou par contre tout comme plus tard le tandem Mobutu-Lissouba évoluèrent presque sans nuage. Il faudra attendre la chute du Maréchal pour voir un regain de tension entre les deux Etats homonymes. Le typhon sera fort qu’un débordement était craint avec les échanges réciproques des tirs d’obus des deux côtes du fleuve. Le duo L.D. Kabila-Sassou connut un mauvais départ. Mais confrontés à une certaine réalité politique, les deux présidents avaient tôt fait de fumer le calumet de la paix en lavant leurs linges sales en famille. Dès lors qu’il n’existe aucun problème majeur, la cohabitation entre les deux Congo semble  promis à un bel avenir, politique de bon voisinage oblige.

Samuel Malonga


Nzele Sukuma, par Bombenga et le Vox Africa

 

Commenter cet article

Samuel Malonga 21/08/2011 15:21



C'est vrai. Il y avait aussi beaucoup d'Ouest-Africains. Mais, je crois qu'ils étaient les vitimes collatérales de la décision de Tshombe. Car c'était plutôt les Congolais de Brazzaville qui
étaient visés.



Richard Kasongo 21/08/2011 02:44



Je pense plutot que Tshombe chassa les etrangers Maliens.... pas uniquemnt les Congo de Brazzaville... 



POUKO 19/08/2011 17:51



J'aimerais completer cet article en rappelant que BOKASSA dit MWANAMBPKA avait aussi jouer la mediation entre NGUOUABI et MOBUTU La chanson "l'Afrique aux africains" de l'orchestre VEVE en est la
preuve


   Vive l'Afrique et biens des choses à tous les mbokatiers


                                  
J.POUKO



anglebert 19/08/2011 02:17



Je voulais juste ajouter un point capital au rechauffement de relations bilaterales entre les deux Congo.


Apres le premier putch de 1970, il eut un deuxieme putch militaire de M-22 conduit par le capitaine Ange Diawara. Apres le putch militaire manque, ce dernier avec son equipe profitat du climat
orageux entre les deux pays pour se refugier au Bas-Zaire dans la region frontalire avec Goma Tste Tse(congo brazza) d'ou il est originaire. Les autorites congolaises ayant eu vent que Diawara se
refufiait au Zaire, elles contacterent les services secrets Zairoises pour demander son rapratiement avec comme justification diplomatique, le transfert de Pierre Mulele en 1968, et que les
autorites Congolaises s'y attendaient aussi a une faveur en retour. C'est ainsi que le gouvernement Zairois trouvat une opportunite rare de renouer et de s'ammender apres l'incident Kinganga de
1970 en retournant Diawara entre les mains des autorites Congolaises a Goma Tse Tse. L'erreur de Diawara fut de contacter les autorites Zairoises pour un quelconque soutient.


Memement comme Kinganga, DIAWARA fut tue et son corps nu expose a l'actuel stade Massamba Debat au public, puis fut enterre dans une fosse commune avec ses compagnons dans un cimetiere de
Brazzaville.


Voila en gros ma petite contribution.


 


@Tshikobele Mongombe "Nourbatchek" Canada mboka te



Ekonginda 18/08/2011 14:14



Entre Kanambe Hypo et le vieux Sassou rien ne va.