Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

LES QUATRE GRANDES CHANSONS DE LA MUSIQUE CONGOLAISE

 

Pendant des décennies, le Congo Kinshasa a imposé sa musique au reste du continent africain, une musique dont l’écho ne s’est pas limité qu’à ce continent. Des ensembles congolais ont sillonné le monde entier pour faire entendre le son de la culture congolaise. Des musiciens congolais ont inspiré beaucoup d’autres à travers le monde. On peut donner l’exemple de cette  japonaise qui imitait Abeti Masikini, ou encore ce groupe de jeunes japonais qui s’était rendu à Kinshasa au début des années 80 pour apprendre, chez Zaiko Langa-Langa, le rythme congolais. Faisons remarquer, en passant, que de retour dans leur pays, ces jeunes gens ont créé un ensemble musical  appelé « Yoka Choc » qui chante en lingala jusqu’à ce jour.

 

 Si cette  musique a connu un tel succès c’est sans doute Grâce à la maîtrise presque parfaite des instruments utilisés, spécialement la guitare, au talent exceptionnel des acteurs (chanteurs, instrumentalistes et autres) et à l’abondance de la production. A tout cela s’ajoute, bien sûr sa très belle mélodie car, n’est-pas celle-ci qui a fait dire à James Chambers, alias Jimmy Cliff, que la musique est la langue universelle ?

 

Cela dit, une chanson c’est plus que la mélodie et le rythme. Une chanson, c’est aussi un texte, le message qu’il véhicule, même si la plupart des gens ne font pas attention à cet aspect.

 

J’ai identifié quatre chansons qui, selon moi, se placent bien au-dessus toutes, pour les raisons suivantes. Quand un enfant naît, il découvre petit à petit un monde merveilleux: la nature et tout ce qu’elle contient l’émerveille. Il a des parents qui l’aiment. Tout le monde veut le porter… Avec le temps, il sort du cadre familiale pour entre dans un espace social de plus en plus complexe. Très vite, il apprend que les parents, amis, etc. sont des réalités extérieures à lui-même, et c’est la remise en question de tout même et surtout de l’autorité parentale. Avec le temps et l’âge, le corps physique commence le processus naturel de la dégénération. Alors commence la période de la relativisation sous ce que l’on désigne par le mot sagesse : tout devient relatif et beaucoup de choses perdent l’importance qu’il leur accordait jusqu’alors. C’est à ce moment-là qu’il se pose les questions les plus importantes de sa vie. « Qui suis-je, que suis-je, d’où est-ce que viens et quelle est ma destination, la vie a-t-elle un sens ? »

 

Dans la musique congolaise, quelques chansons abordent cette période cruciale du court passage de l’homme sur cette terre. Parmi elles, Nakomitunaka de Kiamwangana Mateta se place bien au-dessus de la mêlée. On pourrait rétorquer que l’analyse de Verckys est trop circonscrite puisque limitée au Noir seulement. Pourtant, c’est cela qui fait la force de ce texte. D’où vient le Noir ? La Bible donne une longue généalogie de l’homme depuis Adam et Eve, mais dans cette présentation on ne sait pas très bien situer l’homme Noir. Alors d’où viennent cet homme et cette femme à la peau enduite de braise ? Et quand on voit le traitement que le Noir subit partout il vit, il y a lieu de se demander si lui aussi a été créé par le même Etre Suprême que nous appelons Dieu. Y a-t-il question plus philosophique et plus fondamentale  que celle concernant la vie et la destinée de l’homme? Kiamwangana nous présente un texte, nous propose un sujet et nous pose une question dont la réponse prendrait des volumes entiers. Quant à Mabele, c’est à l’autre question qu’elle répond : la vie a-t-elle un sens ? A quoi aura servi toute la peine que l’on s’est donnée pendant des années si, en fin de compte, il faut tout laisser derrière et partir enveloppé dans un simple drap blanc? « Vanité des vanités : tout n’est que vanité », répond la Bible.


A ces deux chansons se greffent beaucoup Mokolo na kokufa de Roger Izeidi, Macha (?) de Ndombe Opetun et tant d’autres dont la plupart porteront la plume de Simaro Masiya et celle du grand de tous les grands, le Grand Maitre Franco de Mia Amor.

Il ne s’agit ici que d’une opinion. C’est pourquoi je souhaite que Messager autorise la contradiction pour permettre à un débat éventuel d’avoir lieu. La parole est aux mbokatiers.

 

Musambi Mayele

 

Nakomitunaka, par Verckys et l'orchestre Vévé

.

 

.

Commenter cet article

Pedro 18/10/2013 16:01


Ndeko Mwenze,


 


Si tu as le temps, essaie de défeuiller un peu cette distinction entre le renouveau modéré et radical. Quels éléments les caractérisent comme tels? Quels autres orchestres
mettrait-t-on dans chaque catégorie ? (Bella-Bella, Empire Bakuba, …) (Zaiko, Stukas Boys, …) Intuitivement je comprends déjà cette classification, mais je ne parviendrais pas à mettre un
peu de chair sur l'os. 

MWENZE 18/10/2013 10:59


Dommage que la ligne BELLA-BELLA-EMPIRE BAKUBA,plus modérée et prudente dans le renouveau,ne l'ait pas emporté sur celle de ZAIKO-STUKAS BOYS bien plus radicale.Notre musique n'en serait 
sûrement pas où elle se trouve aujourd'hui.


MWENZE

JPK 17/10/2013 11:14


Je vous remercie  monsieur MWENZE pour votre analyse et pour l' identité de l'orchestre YEYE dont l' un des membres,JEAN PIERRE NYMI  passe une fois par mois à la radio belge
francophone dans une émission consacrée à la musique congolaise.


Les jeunes ont bien entendu dévié mais ils ne manquent pas sur leur album de reprendre les extraits de certains succès des années 50,60,70.Ceci  pour dire qu' on ne peut pas totalement se
couper du passé.


L' évolution technologique actuelle a bouleversé la réalisation de la musique.Jadis, les musiciens jouaient leur morceau en concert avant de passer au studio.Aujourd'hui, les chansons sont d'
abords enregistrées en studio et puis jouées devant le public.


Bonne journée et merci pour tout monsieur MWENZE

MWENZE 17/10/2013 10:07


Cher JPK,d'accord avec toi sur le bouleversement sociétal,par contre sans aucun lien avec le rock en Occident,apparu plutôt en milieu des années 50 avec Chuck Berry et popularisé par Elvis
Presley.En effet les débuts des années 70 marquaient chez nous le renversement de la pyramide des âges,les jeunes devenant plus nombreux avec le renfort des enfants du "baby-boum" arrivés à
majorité sinon à pré-adolescence.L'Occident aussi était passé par cette étape en début des années avec le phénomène yéyé notamment en Angleterre(Les Beatles etc...)et en France(Johnny
Hallyday et autres)renonçant à la "musique de papa"(Tino Rossi,Maurice Chevalier)avec violons,instruments à vent,pianos.Ce fut le règne du tout-guitare.Mais la musique yéyé avait duré le temps
d'une crise d'adolescence!N'entendons-nous pas depuis,ces mêmes instruments reniés et les orchestrations à l'ancienne,au point de se faire accompagner d'orchestres symphoniques?c'est dire!Ces
jeunes des années 60 sont vite revenus à la croisée des chemins,se rendant compte qu'ils s'étaient égarés.Chez nous,c'est plutôt une fuite en avant qui dure déjà 40 ans,surtout que c'est la
voie de la facilité.


Il s'agit de l'orchestre "YE-YE NATIONAL" le deuxième orchestre des Belgicains que d'aucuns confondaient avec "LOS NICKELOS".


MWENZE

jpk 15/10/2013 18:11


Monsieur MWENZE


Je vous remercie pour vos précisions.A mon avis  la musique dite de ZAIKO  s' inscrivait dans un boulevesement au niveau mondial avec l' avènement du ROCk qui prenait le pas sur le
JAZZ.La jeunesse avait besoin de bouger.Les musiciens de la rumba pure et dure ont eu du mal à trouver leur place suite au succès de ce nouveau style.Vous êtes bien place pour nous dire combien
d' orchestre ont résisté au style de musique dite jeune.


Pour finir monsieur MWENZE pourriez-vous me donner le nom d' un groupe musical des années60-70 qui chantait en SWAHILI et qu' on appelait les belgicains.L' un de leur morceau dont je connais en
parie les parole c' est BIBI YANGU MARIE THERESE


Merci d' avance


JPK

MWENZE 15/10/2013 12:10


Chers JPK et HISTORIEN,salut!Mon commentaire est à circonscrire uniquement dans le cadre de la musique congolaise de variétés de danse ou "typique" comme nous la qualifiions naguère.Et comme vous
le stigmatisez si bien,Papa Wemba est obligé de sortir de cette musique pour ratisser plus large,soit étendre son public,et,que je sache,Lokwa Kandza ne fait pas de la musique de danse,mais
plutôt une musique d'écoute.Effectivement,le public de Rochereau à l'Olympia était africain.Nous sommes en 1970,et jusqu'à cette période-là,la musique congolaise faisait encore danser toute
l'Afrique.mais des Européens,non,sinon qu'on pouvait les compter dans la salle.C'est par la suite que d'autres musiques ont commencé à voir le jour,makossa pour les Camerounais,World Music en
Afrique de l'Ouest,quand bien même cette dernière trouverait son origine encore dans notre sous-région,notamment au Congo-Brazaville avec l'ensemble des étudiants "Group'Rouge" de
Brazzaville.La relève des grands des années 50-60-70 n'étant plus assurée avec l'appariton de la troisième école de musique,l'écoleZaïko qui,elle,fit table rase du passé,la musique congolaise
commença alors à se faire concurrencer puis supplanter par ces nouvelles musiques africaines.C'est en tout cas mon analyse,que je n'oblige personne à partager,une analyse comme une autre.


MWENZE

historien 14/10/2013 19:15


salut a tous les mbokatiers


kulutu MWENZE soki otangi ngai malamu natelemeli likambo oyo ndeko MUSA po na ye que EMENEYA nde akotisa synthé na musique na biso pe natangi ba groupes oyo e utilisa instrument wana pe bazalaki
kobeta world music.TABULEY  na nkondo ABETI babetela kaka communauté na biso te po na ba mbula bango bazalaki koya tozalaki mingi te na libanda lokola lelo,boboto kati na yo kulutu

jpk 14/10/2013 18:20


Monsieur MWENZE


Je suis toujours impressionné par vos analyse ho combien objectives contrairement à certaines interventions trop sentimentales que nous lisons sur ce blog.


Papa Wemba joue une musique pour le congolais et un style destiné au reste du monde.J' étais parmis les quelques congolais qui avaient assisté à un concert donné par WEMBA  à l' ancienne
belgique à Bruxelles.Je fus frappé par son professionnalisme.Le concert avait duré 2 heures non stop devant un public européen.Papa WEMBA  a donné des concerts partout jusqu' en Australie
sous la houlette DE PETER GABRIEL.LOKWA KANZA tout comme RAY LEMA se produisent régulièrement devant un public non congolais.Tous les autres font une musique de GHETTO.


Donner la structure des orchstres congolais telle qu' elle existe aujourd'hui est bien l' oeuvre de KALLE n' en déplaise à la pesonne qui cherche à le désacraliser.


TABU LEY ne se produisait plus longtemps avant sa maladie car AFRISA  avait fini par sombrer comme ce fut le cas de AFRICAN JAZZ

MWENZE 14/10/2013 11:58


Mon frère HISTORIEN,parlant de "l'exportation de notre musique" que vous évoquez si bien,je suis en voie de me demander quelle importance accorder à ces Olympia,Bercy et autes Zénith des artistes
congolais,dès lors que ces salles émérites et mythiques ne sont remplies à cette occasion que de Congolais de la diaspora.De Rochereau à l'Olympia à Papa Wemba en passant par Koffi
Olomidé,Werrason,Fally Ipupa,Abéti et consorts,visionnez donc leurs passages dans ces salles,et vous ne verrez aucun Européen,aucun Asiatique,aucun Américain,rien que des ressortissants de la
RDC!Contrairement à la World Music de Youssou N'Dour,Salif Kéita,Oumou Sangaré qui ont réellement conquis le monde et dont l'assistance dans lesdites salles est effectivement cosmopolite.Arrêtons
donc de pratiquer la méthode Coué la-dessus et nous gargariser à tout bout de champ.Le Grand Kallé lui-même ne s'y était pas trompé en déconseillant le Seigneur Ley l'Olympia,estimant que la
musique congolaise n'était pas encore prête pour cela.Vieux Ley lui en avait gardé rancune.C'est toute l'histoire de "Tika na méka nzoto" dans laquelle toutes les vedettes du moment sont
citées,sauf le premier et le plus grand de tous,KALLE!Ne nous voilons pas la face mes frères,aujourd'hui plus que jamais lamusique congolaise reste une musique de ghetto,une musique de
Congolais,par les Congolais,pour les Congolais.Et une grande partie des réflexions de VIOLLETTA en son commentaire du 03/10/2013,sur cette page même,reste d'actualité.


MWENZE

jpk 14/10/2013 10:59


Pourquoi cherchez-vous à méconnaitre l' apport de GRAND KALLE dans notre musique ?


TABU LEY  a à plusieurs occasions rendu hommage à son maître en disant que KALLE lui a tout appris en musique( comment se teir au micro, contôler  sa respitation quand onchante,
composer les chansons etc.)


Je n' ai pas connu l' époque de KALLE mais en écoutant sa musique je réalise beaucoup de chanteurs congolais sinspière de sa façon d' aborder le chant.Les introductions style KALLE sont repises
par EVOLOKO,WEMBA etc


Celui qui cherche à désacraliser KALLE perd son temps.


Lwambo jouait une guitare trop simpliste et a même chaté de chansons paillardes( HELENI)

André 14/10/2013 10:58


Eloko naboyaka na Emeneya puisque alobaka TROP, makambo nionso kaka ye motu abandaki yango, depuis aloba ke abandaki kozua ba cours par correspondance epayi ya vieux Ley, nabaya koyoka oyo
Emeneya alobaka, dernièrement ba petits na Kinshasa bazali ko valoriser "langue Indoubill", babandi kotiya yango na ordre pédagogique, boyebi ke emeneya abimisi lisusu mutu, alobi ezali ye nde
motu a fabrquqki LANGILA, na mémoire ya ba Kinois, langila ewuti na Langue Usa - langisa -, langue ya ba Yankees, ya ba bill ya Kin,

historien 13/10/2013 08:43


bon dimanche a tous les mbokatiers


a ndeko MUSA MAY nous ne devons pas gober ce que nos musiciens raconent car ils veulent toujours etre premiers.nous ,les mélomanes nous les accompagnons dans leurs carrierres en assistant aux
concerts,en achetant leurs disques.


quand vous faites allusion a  EMENEYA  dans la world music comme étant  celui qui introduisit le synthétiseur dans notre musique,je dirais que c'est faux ,


les redoutables de la défunte ABETI MASSIKINI,les YA TOUPAS avec MANUAKU WAKU,RAY LEMA,RINGO MOYA,LES BOBONGOS STARS utilisaient le synthétiseur.


LITA  BEMBO l'a utilisé dans ZONGA GIDA en 1982


zaiko wawa  l'utilisait également.leur key boardist s'appelait innoncent NZENZE,le précurseur dans la musique genre typique en 1981.


PAPA WEMBA l'avait utilisé aussi en 1985 dans SIKU YA MUNGU,nous sommes des témoins occulaires,KESTER s'est trompé et ridiculisé.


en parlant de l'exportation de notre musique,on prend toujours comme reference TABU LEY avec son olympia,mais on oublie que feue ABETI MASSIKINI a fait mieux que tous car elle a fait 2 fois
olympia,canergyie hall et apollo a new york et la premiere star congolaise a  monter sur le podium de zenith de PARIS,n'eut été la grande faucheuse qu'est la mort,elle allait faire
bercy,elle faisait deja la world music avant les papa WEMBA et EMENEYA


EVOLOKO aussi a fait le zenith de paris grace a MBONGE MBONGE avec le groupe tabou combo,il fut le 1er congolais a amené son groupe langa langa stars au BRESIL.


PAPA WEMBA,KOFFI OLOMIDE,WERRA,JB EMENEYA ont fait de grandes salles certes mais pour PAPA WEMBA,l'apothéose n'est pas dans ces salles mythiques mais dans ses deux passages dans l'émission
taratata de NAGUI suivi par des milliers de téléspectateurs a travers le monde et dont il n'en parle meme pas.


il nya pas photo entre le grand KALLE et les autres artistes parce que ce sont ces derniers qui l'ont couronné le plus grand et non la durée  de sa carriere


bon dimanche mon frere

Musa May 11/10/2013 19:25


Après les quelques dernières interventions, la tendance s’est donc clairement
dessinée. Tous ou la plupart sont convaincus que Grand Kallé demeure le plus grand musicien du Congo.  Dans la tradition de chez moi, quand un sage a
parlé la palabre finit. Après l’intervention de Mbuta Muntu Faugus, je ne vais donc plus discuter.


Mbuta Muntu Faugus, en votre qualité de témoin de l’histoire de notre musique
permettez-moi de vous poser quelques questions qui, j’en suis sûr, lèveront le voile sur beaucoup de détails.


Commandant Eddy Kapend, j’implore votre magnanimité pour donner quelques minutes
à un pauvre borgne qui en plus souffre de la conjonctivite, pour demander la direction à notre vieux. Ah Ah !


 


1.  Quand l’African Jazz nait au
cours des années 50, Grand Kallé compte parmi ses musiciens Emmanuel (Manu) Dibango, Rochereau et Nico Kassanda. Ils sont certes des musiciens plein de talent mais pas de renommée internationale.
Pourquoi cite-t-on  l’incorporation d’Emmanuel Dibangu dans African Jazz comme une grande réalisation ? 


 


2. Au cours des années 70 Papa Wemba introduit, pour la première
fois,  le lokolé dans la musique. Congolaise moderne. Mais, Shungu Wembadio n’est pas pour autant le plus grand musicien congolais. Pourquoi alors
considérer l’introduction du tam-tam dans la musique congolaise comme un évènement spécial quand on sait que ce ne pas Grand Kallé qui a inventé le tam-tam puisque celui-ci  était, des siècles avant la naissance de Grand Kallé, l’instrument principal de musique en Afrique Noire, ce même tam-tam qui vécut en esclavage dans les
Amériques avant de retourner au bercail quelques deux siècles plus tard ? Qui est le plus grand musicien : Nico Kasanda et Jimmy Hendricks, deux virtuoses de la guitare ou celui qui a
utilisé cet instrument pour la première fois ? Qui est le plus grand musicien, Beethoven et Mozart ou bien celui qui introduisit le piano de la musique pour la première
fois ?


 


3. Si je me trompe, corrigez-moi. La musique congolaise était certes connue en
Belgique grâce notamment aux groupes d’étudiants congolais. Mais c’est depuis 1970, avec Tabu Ley à l’Olympia et plus spécialement Papa Wemba que notre musique a réellement envahi l’occident.
C’est encore le même Papa Wemba qui révolutionne cette musique, introduit chez les jeunes un nouveau type de comportement marqué par une façon de marcher, de s’habiller tout à fait nouvelles.
C’est aussi avec entre autres Papa Wemba que Zaiko, fatigué de la monotonie de la traditionnelle rumba, invente une nouvelle façon de danser, etc. Notre musique est aujourd’hui ce que Zaiko et
Papa Wemba en ont fait en 1969.


 


4. Quand on parle de la World Music au Congo, on doit tout de suite penser à
Emeneya qui qui pour la toute première fois utilise le synthétiseur et compose Nzinzi sur un rythme la World Musique. En plus de cette innovation, Emeneya, comme Papa Wemba traine derrière une
grande production musicale de haute qualité.  Pourquoi ne considérions-nous ni l’un ni l’autre comme le plus grand musicien
congolais ?


 


5. Au cours de leur longue carrière Luambo Makiadi, Tabu Ley et même Nyoka Longo
ont eu à faire face à de nombreuses défections de leurs plus grands musiciens. Il n’est pas nécessaire de citer des exemples… Pourtant ces trois messieurs, pour ne citer que eux, ont résisté à
toutes ces tempêtes, à tous ces ouragans  grâce à leur talent personnel en tant que chanteur aussi bien qu’à leur sens d’organisation.  N’eussent été la mort et la maladie, Franco et Tabu Ley seraient encore en activité à ce jour, plus de cinquante ans après leurs débuts. Grand Kallé par contre
fut sérieusement secoué par  le départ de Tabu Ley et de Nico notamment, départ dont il ne se remettra jamais. Il ne sut même pas faire le poids face
aux petits ensembles qui naquirent entre 1960 et 1970. A tel point que déjà au début des années 70, càd  17 ans seulement après la fondation de
l’African Jazz, il avait complètement disparu de la scène musicale. A sa mort en 1983, la musique n’était plus que de l’histoire pour lui. N’y a-t-il pas lieu de conclure que la force et le qu’on
lui prêtait n&rsqu

Messager 11/10/2013 14:30



A propos du thème:4 grandes chansons de la musique congolaise

-A mon avis ,notre Frere Massambi Mayele a ete un peu mal compris par certains.Tel que je l'ai compris ,dans un autre language je dirais que notre Frere parle de 4 grandes chansons qu'il
trouve tres  significatives  sur le fait que cá parle de la destinee de l'homme:
1-NAKOMITUNAKA de Kiamungana Mateta
2-MABELE de Lutumba Simaro
3-MOKOLO NA KOKUFA de Roger Izeidi (selon son theme)
4-MACHA (?) de Ndombe Opetum

D'ou l'homme est venu avant sa naissance ?Et ou vá l'homme après sa mort ? Voila l'idee cle des 4 chansons.

En séléctionnant, notre Frère est clair qu'il s'agit d'OPINION (donc une opinion personelle).Et invite les autres Mbokatiers à  emettre les
leurs aussi soit sur les 4 chansons pre-séléctionnees par lui, soit en proposant d'autres ,traitant toujours sur la DESTINEE HUMAINE.Tout en autorisant la contradiction sur le choix des
chansons.

Notre Frere n'exclut pas l'hypothese de l'existence des chansons semblables.C'est pourquoi ,vers la fin ,il dit : ".........PARMI TANT D'AUTRES.........".Et finissant par donner la balle
aux Mbokatiers ,donc que les autres parlent aussi.....Donc si un Mbokatier trouvait que LA DESTINEE HUMAINE ,n'est rien ,et que un autre aspect est plus important ,il peut aussi
proposer....

Bien qu'il a commencé par valoriser lá musique congolaise au début et reconnaitre la valeur de Franco a la fin .Ce ne sont que des points secondaires. Mais le vif du sujet se trouve autour
des 4 chants choisis selon le critère DESTINEE HUMAINE.

Notre devoir est d'ajouter ou retrancher si nous acceptons cette base importante (D'ou vient l'homme et ou vá t-il ?).Soit emettre une base plus importante que cá.

Voila ce que moi LUSED J'ai compris sur ce theme.A moins que lui- meme Massambi Mayele me disse que J'ai l'ai mal compris.

OBS:ce thème a fait indirectement naissance a un autre plus important :Qui a compose MOKOLO NAKOKUFA ?A mon avis ,c'est cá qui devait nous preoccuper le plus.Le debat Sur Kalle ou Franco
qui est plus grand semble nous eloigner du sujet...

Merci
LUSED

Pedro 11/10/2013 12:47


Toutes ces rencontres qu’on a avec nos grands musiciens les désacralisent un peu. En 1991, un jeune homme (qui, vous l’aurez compris, ne serait plus aussi jeune aujourd’hui) ne
cessait de se plaindre à la suite d’une tournée que l’Afrisa avait effectuée au Royaume Uni. « Vieux Rochereau ayaki awa, bapetit bazopesa ye ba vingt livres, ye pe azokamata !». Il
n’en revenait pas qu’un Tabu Ley accepte des mains des « enfants » des billets de £20. Et pour passer du coq à l’âne, il faudra bien qu’un jour on discute du délit de lèse-majesté qui
consiste à dire que Maradona a plus d’argent qu’un Président. C’est plus qu’un fait divers. Si notre ami avait été traîné devant la police, vous pouvez deviner ce qui lui serait arrivé.

Sans Commentaire 11/10/2013 05:20


Ndeko na ngai Serge,


Kaka mpo nakolanda oyo yo olobi, lokola ezali na nzela, nakobakisa boye, ngai nafandi awa na Europe, na mboka oyo nazali vieux Rochereau Tabu Ley ayaki kobeta awa na 1993, alors réceptiion
esalamaki mpo na ba musiciens ya Afrisa na ndaku na ngai, tangu nabandi kobeta cassette ya ba nzembo ya African Jazz oyo ye moko mpe Tabu Ley ayemba na kati, vieux Roche atali ngai alobi, Petit
ozui ba nzembo oyo wapi, obotama mbula nini, nayebisi vieux Pascal ezali vieux moko ya camerounais motu asalela ngai cassette oyo, d´ailleurs kala te akoya awa kosangana na biso, Vieux Rochereau
atelmi alobi na assistance mobimba : BANGO BAZALAKI KOBETA VRAI MIZIKI, biso nionso tokamua mpe totalani, ba musiciens na ba ndeko ya mboka oyo nafandi.


Donc quelque part, ba vieux wana bayebi force ya Vieux KALLE, nabanzi ndeko Serge, selon ngai, comparaison oyo bazali kosala na article oyo ezali lokola kosala comparaison ya butu mpe na moyi.

Serge - Kongo na biso 10/10/2013 23:04


Mbote ba ndeko balingami,


Nabanza ba Stino na ba Debaba pe basusu soki basalaki miziki ezali po bamonaki, bayokaki
pe balandaki lokola ya ba kulutu na bango, koloba ke Stino na Debaba baleki Gd Kallé na koyemba ezali libungi monene, eza lokola mwana ya menuisier amikoki akomi kosala cercueil ya bois noir,
cuir to velours na kati bien vitré akomi kobeta tolo ke aleki tata na ye na mayele, ridicule non ! Debaba nayebaki ye kaka na deux chansons « Abidjan na Zikondo » nayebi te soki
mususu ezali mais yango te eko diminuer valeur na ye, Stino nayebeli kaka na Viva, lelo Papa Wemba akoma mingi na ba petits, Stino nayokaka ye lisusu te et pourtant ayembaka bien, na Viva na
bango etikala kaka Reddy, Maray na Awilo Longomba mutu asalaka miziki na ye na Ouest afrique, naza na problème na bango te, seulement Stino na Debaba bazali bana Molokai ya Papa Wemba, alors ke
ye moko Le Nkuru aloba ke alandaki lokola ya Tabu Ley oyo alandaki lokolo ya Gd Kallé…


Mais kozala grand na miziki il faut kokoka ko composer, koyemba to kobeta instrument na
yo, koyeba kokamba baninga, ko marquer ba générations future lokola Gd Kallé a marqua Africa mobimba. Vieux Kuyena Mouzita Banzadio ayemba ye « Gd Kallé Kato oke, vraiment, Papa y’Africa
Jazz mokili mobimba, tongaka ndako yeye, oyo biso toko komela. »  Franco na Grand Kallé bazalaki ba Grands yango Franco aboyaki ko travaillé sous
la direction ya Gd Kallé na lisolo ya Table Ronde mais a permettaki Vicky Longomba ndenge nayokela. Bango mibale ba defandaki couleur ya miziki ya Congo pe y’Africa na ndenge esengeli. Ba ndeko
to souiller mémoire na bango te. Anecdote : « Na pokwa moko boye na 1991 na Brazzaville, mista na nga azalaki kosala discussion ana ba ndeko brazzavillois na masolo ndenge na ndenge,
heure moko boye nayoka bango tout bamemi discussion tii na kati ya Alimentation na nga, « « toza komema yo sikoyo na la police, okomona bla bla bla » » natuni bango, nini
kaka ? Oh bazalaki kosala comparaison ya grandeur, bongo mista alobi ke « « Maradona aleki Sassou na mbongo » » tango na intervenir, sima balimbisaki ye kaka pona
nga. » Wana ba conséquences ya ba comparaison. Boboto bisika
nionso tozuami.


Serge – Kongo na biso

Eddy Kapend 10/10/2013 11:37


Le plus grand malheur dans cet article est que tout le monde parle et personne n´écoute comme dans tous les parlements africains, alors J´ordonne la fin de vos commentaires.


Colonel Eddy Kapend

Pedro 10/10/2013 10:23


Ndeko Musa May,


Les arguments de Mwan’a Mangembo auxquels je me réfère sont postés en commentaire de l’article Variété des Genres de la Chanson Congolaise qui vient après celui-ci. J’en ai parlé
ici parce que je crois qu’en réalité ces arguments seraient en réponse à cet article.


Ndeko Mwenze,


 


Qu’est-ce qu’on fait si un acteur de la musique congolaise dit que c’est lui qui a conçu le nom d’Empire Bakuba, et un autre acteur met en doute cette paternité ?
N’avons-nous pas le droit d’être un peu sourds et d’utiliser la balance de nos propres interprétations pendant un certain temps ? Que dire du silence ? Ça nous aide ? Comment se
fait-il que nous ne sachions pas encore si Nyama ya zamba ekoki kokoma nyama ya mboka est une allégorie humaine ou non … et s’il s’agit d’une allégorie humaine, si elle se réfère à Pierre Mulele
ou à quelqu’un d’autre ?

MWENZE 10/10/2013 08:45


Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.Faisant mienne la pensée de Vieux Faugus sur cette page même,je dis aux uns et aux autres:

Faugus izeidi 09/10/2013 22:59


Au pays des aveugles, les bornes sont rois, c'est cela ma réponse à ceux qui parlent parlent parlent, écrivent écrivent écrivent sans connaître les vérités. Si vous n'acceptez pas les vérités des
bouches des acteurs, vous les saurez à qui ?

Musa May 09/10/2013 19:27


Cher Pedro,


Si vous parlez de notre ami Mwenze, alors il faudrais plutôt dire “sur son choix
de Grand Kalle".

Pedro 09/10/2013 16:10


Cher Musa May,


 


Il faut avouer que certains arguments sont bien construits, quelles que soient nos inclinations partisanes. C’est ce que je pense des arguments de Mwan’a Mangembo sur son choix de
Franco, à part le fait que son commentaire est bien recherché. 

Musa May 09/10/2013 15:04


Cher Mwenze,


Voilà bien des affirmations que j’aurais voulu vérifier, chose que je ne peux pas
faire faute de temps. Je me contente donc de dire que chaque
grand musicien, chaque grand homme  a une histoire. Si vous reconnaissez Franco comme un grand musicien, peut-être ferez-vous le même effort relater
la sienne.


Avant de finir, j’aimerais attirer votre attention sur l’emploi du superlatif,
pour éviter des inclinations partisanes.  « La plus belle voix d’Afrique Noire à ce jour » ? N’importe quel fanatique peut écrire
n’importe quoi. Ce n’est pas parce que vous l’avez lu dans un livre ou sur internet que c’est la vérité. Ne vous aventurez donc pas sur cette voie là car même Stino, pour ne citer que lui,
peut le battre. Et si l’on lui opposait feu Debaba, il n’y aurait même pas match. La liste est longue, bien trop longue pour que je puisse la dresser, ne serait-ce que  sur le critère « Voix ». Salut.


Cher Anta Diop, wana nde suka na philosophie!!!

MWENZE 08/10/2013 18:23


Lire: "Para-Fifi" 1953,au lieu de 1963


MWENZE

MWENZE 08/10/2013 17:39


Père de la musique congolaise moderne et participation à la Table Ronde de Bruxelles n'ont été,dans la carrière de Joseph KABASELLE,que des épiphénomènes,tant sa grandeur s'inscrit bien au-delà.


Le Grand KALLE demeure à ce jour le plus grand chanteur et la plus belle voix que l'Afrique Noire ait jamais connus.A ce titre il fut pendant les années 50-60,le seul,je dis bien LE SEUL artiste
d'Afrique Noire connu à Cuba,sanctuaire de la musique tropicale moderne.


Visionnaire,il introduisit le tam-tam dans la musique congolaise moderne (prélude de tam-tam batétéla dans Para-Fifi en 1963).Modernisé,industrialisé,il est désormais adopté de toutes les
musiques sous les vocables "conga" ou "tumba".


Il introduit le saxophone avec Fund CANDRIX,un Belge,lauréat du Conservatoire Royal de Belgique en 1952,option "Jazz" puis Isaac MUSEKIWA,aux éditions Opika.


C'est encore lui qui vulgarisera le piano dans notre musique avec Manu DIBANGO,les violons avec la participation des violonnistes de l'orchestre de l'ORTF,actuellement Radio-France,dans
l'African-Team.


Joseph KABASELLE est à l'origine du concept ALL STAR,voire FEATURING.En effet,dès les années 50 il met en synergie aux éditions Esengo,les artistes de l'African-Jazz,Rock-A-Mambo,Conga-Jazz pour
les enregistrements.On parlera alors d'African-Rock.Il récidivera plus tard avec des Camerounais(Jo Tongo,Manu Dibango),Cubain (Don Gozalo),Congolais(Essous,Mujos,Kwamy,Casino,Edouard
Lutula),Français(les violonnistes de l'orchestre de l'ORTF):ce sera l'African-Team.


Tous ces concepts ont été repris aujourd'hui par tout le monde,au-delà des frontières congolaises,y compris les américains avec Fania All Stars etc...


Leader du premier orchestre moderne de variétés africaines,les performances de l'African-Jazz dans son âge d'or (1962-1963) n'ont jamais été égalées.Aucun orchestre congolais n'a fait mieux que
lui.En avance sur son époque,la musique congolaise reste la musique de l'African-Jazz.L'OK-Jazz lui-même,avec Franco,en adoptera d'ailleurs les concepts:trompettes,style vocal (Josky,NDombé
Opetun,NTesa Dalienst),guitares (Mavatiku,Jerry Dialungana,Papa Noël,Dizzy Manjeku).Aujourd'hui,du style OK-Jazz ne subsiste que l'esprit "odemba".


MWENZE

Anta Diop 08/10/2013 11:14


Ndeko na biso Musa,


Ndenge yo moko olobi, ozali kokamua ndenge nini ba oyo bayebi miziki malamu koleka biso banso bafandi na bango NIEE, ata liloba te, nabanzi yo moko opesi eyano na motuna na yo, soki epayi
tokendeke bomoyi ezalaka mpe kuna, nabanzi ba Papa Wendo, Polo Kamba, Kabasele, Luambo, Kasanda tii na ba leki banso, bazalai kolanda oyo yo okomi, nabanzi mpe bango banso kuna esika moko na ba
Mama Lucie Eyenga, Abeti, Mpongo Love etc... bango banso kuna mpe bakofanda na bango NIEE, ata liloba te na article oyo....

Musa May 07/10/2013 14:55


Mon cher Mwenze,


Nous ne voulons pas donner l’impression d’en vouloir à Messieur Kabasele Tshamala
ni de minimiser le rôle qu’il a joué dans la musique congolaise moderne. Nous cherchons seulement des faits et des arguments. Si les musicologues, chroniqueurs ont affirmé qu’il est le plus
grands, alors doivent avoir donné leurs arguments et le(s) critère(s) de sélection. Donnez-nous les références pour que nous cherchions les critères sur lesquels ils basent leur choix. Jusqu’à
présent, à notre avis, si Monsieur Kabasele est connu à l’extérieur, c’est en tant un des pères fondateurs de la musique congolaise moderne, mais aussi et surtout pour avoir agrémenté la Table
Ronde de Bruxelles. Ce n’est donc pas tellement pour la qualité de sa musique.  Il est un peu surprenant que les mbokatiers chevronnés de la musique
congolaise, ceux qui sont mieux outillés que vous et moi, se taisent.

MWENZE 07/10/2013 12:05


Musicologues,chroniqueurs musicaux,journalistes voire des professionnels de la musique,du Congo,d'Afrique et même d'Europe, ont de tout temps reconnu Joseph KABASSELLE,le plus grand de
tous.Et çà,c'est l'Histoire,s'il vous plaît!Je n'ai jamais exprimé mon avis personnel,qui d'ailleurs importerait peu ici,sinon traduire ma sensibilité...subjective,quoiqu'ayant connu cette
période.


MWENZE

Falansua Makolo Poso 07/10/2013 11:14


La seule chanson oyo toyebeli ye ezali Marie-Rose, alors que batu mingi balobaka ou ba soupconnaka ke nzembo wana Marie-Rose ezali ya Lokosa ya Mbongo, Marie-Rose ou Maria-Roza ezali se motu
moko, nayebi te soki likambo yango ezali ya solo


 


Falansua Makolo Poso

Musa May 04/10/2013 19:33


Dans le dernier paragraphe de cet article, nous demandions à Messager d’autoriser
la contraction afin de permettre aux gens de s’exprimer car, nous faisons nôtre  le principe selon lequel « du choc des idées  nait la lumière ». Le nombre de réactions enregistrer le démontre à suffisance, et nous n’en sommes que ravis.


L’on nous permettra donc de revenir sur quelques aspects des objections d’autres
Mbokatiers, puisque nous sommes, nous aussi mbokatier avant d’être l’auteur de l’article.


Inspiration : Qui a inspiré qui ? Quelle musique a inspiré quelle
autre ? Voilà de belles questions qui pourraient occasionner d’autres débats mais qui malheureusement ne cadrent pas tout à fait avec notre le sujet. Nous avons certes fait allusion à l’écho
de la musique congolaise dans le monde, écho qui a entrainé ce qui a été présenté dans l’article. Cependant ce n’était qu’une introduction puisque l’article lui-même ne se focalise pas sur cet
aspect. Est-il besoin de rappeler qu’il n’y a pas de rencontre sans interpénétration !


L’intervention de JPK nous a particulièrement intéressé : pour quoi, sur
base de quoi ne retenir que 4 chansons comme « grandes » dans une multitude d’autres ? Cher JPK, c’est cela la nature : dans toute multitude, il y a toujours une chose qui se
démarque des autres. Il y a beaucoup d’anges au Ciel, mais il y en a certainement un qui est plus grand que tous les autres. En plus la classification dépend du critère qui a été déterminé au
départ. Dans notre cas, c’est le message véhiculé, le thème traité. Des mbokatiers ont suggéré d’autres chansons qui, selon eux, devraient se placer au sommet. C’est leur opinion, et peut-être la
vôtre aussi. En l’absence d’une classification officielle imposable à tous, nous avons tous raison.


Le plus grand de la musique congolaise ? Nous avons toujours pensé que c’est
Luambo Makiadi. Notre critère n’est pas l’opinion des autres, mondiale soit-elle (et puis, où se trouve-t-elle, cette opinion mondiale ?)
C’est la qualité de la musique produite et les différents thèmes développés. Comme il aimait le dire lui-même : « moi, je prends tout ce
que les autres jettent. » Qu’est-ce tous autres ont fait  à part chanter les femmes, avec, par-ci par-là une chanson traitant d’autre chose ? Luambo était le miroir de la société.
Ce rôle, il a joué seul et pendant toute sa vie. Le monde entier peut trouver en Mr. Kabasele le meilleur des musiciens congolais et il a ses raisons pour le faire. De notre part, nous
reconnaissons en ce monsieur un grand musicien et l’un des pères de notre musique. Cependant il n’y a  rien de lui qui puisse le placer au-dessus de
Franco. « Indépendance Cha Cha » est une exaltation de joie à la suite de la proclamation de l’indépendance de notre pays. Rien de plus. Et d’ailleurs, j’ai lu dans « La
Conscience » que cette chanson est de Roger Izeidi (cette fois je suis certain qu’il s’agit de Roger et non de Faugus !). Qu’est-ce 
« Parafifi »  nous apprend ? Rien du tout ! Ce sont juste des chansons pour faire danser, comme la plupart de nos chansons. C’est
notre opinion.


Qui est le meilleur boxeur de tous les temps, à votre avis ? Beaucoup, dont
moi-même, répondront : « Muhammad Ali ». Pourtant, nous avons suivi sur ESPN un historien de la boxe qui donnait sa propre classification. Dans cellle-ci Mike Tyson estle roi
et Ali ne figure même pas parmi les 4 premiers. Ce sont les arguments qui soutiennent une thèse ou la détruisent.


 


La paternité de Mokolo na kokufa. Il s’agit  là d’un lieu commun, du
déjà-vu. Il est connu des tous et dans tous les pays que certains grands se sont attribués les honneurs qui revenaient de droit aux petits qu’ils encadraient. Il est aussi un fait que le chanteur
passe toujours devant les autres membres du groupe qui ne sont pas chanteurs. Ainsi, pendant des années, nous avons pensé que Nazoki était de Pépé Kallé. Aujourd’hui la vérité a été rétablie.
Pendant longtemps, beaucoup ont pensé que Get Up Stand Up et No Woman no Cry étaient de Bob Marley. Mais on sait désormais que la première est une co-composition de Bob Marley et de Peter
McIntosh et la second une chanson d’un certain Vincent Ford, qui n’était même pas musicien. Les exemples sont légion dans ce domaine.

Musa May 04/10/2013 18:53


Dans le dernier paragraphe de cet article, nous demandions à Messager d’autoriser
la contraction afin de permettre aux gens de s’exprimer car, nous faisons nôtre  le principe selon lequel « du choc des idées  nait la lumière ». Le nombre de réactions enregistrer le démontre à suffisance, et nous n’en sommes que ravis.


L’on nous permettra donc de revenir sur quelques aspects des objections d’autres
Mbokatiers, puisque nous sommes, nous aussi mbokatier avant d’être l’auteur de l’article.


Inspiration : Qui a inspiré qui ? Quelle musique a inspiré quelle
autre ? Voilà de belles questions qui pourraient occasionner d’autres débats mais qui malheureusement ne cadrent pas tout à fait avec notre le sujet. Nous avons certes fait allusion à l’écho
de la musique congolaise dans le monde, écho qui a entrainé ce qui a été présenté dans l’article. Cependant ce n’était qu’une introduction puisque l’article lui-même ne se focalise pas sur cet
aspect. Est-il besoin de rappeler qu’il n’y a pas de rencontre sans interpénétration !


L’intervention de JPK nous a particulièrement intéressé : pour quoi, sur
base de quoi ne retenir que 4 chansons comme « grandes » dans une multitude d’autres ? Cher JPK, c’est cela la nature : dans toute multitude, il y a toujours une chose qui se
démarque des autres. Il y a beaucoup d’anges au Ciel, mais il y en a certainement un qui est plus grand que tous les autres. En plus la classification dépend du critère qui a été déterminé au
départ. Dans notre cas, c’est le message véhiculé, le thème traité. Des mbokatiers ont suggéré d’autres chansons qui, selon eux, devraient se placer au sommet. C’est leur opinion, et peut-être la
vôtre aussi. En l’absence d’une classification officielle imposable à tous, nous avons tous raison.


Le plus grand de la musique congolaise ? Nous avons toujours pensé que c’est
Luambo Makiadi. Notre critère n’est pas l’opinion des autres, mondiale soit-elle (et puis, où se trouve-t-elle, cette opinion mondiale ?)
C’est la qualité de la musique produite et les différents thèmes développés. Comme il aimait le dire lui-même : « moi, je prends tout ce
que les autres jettent. » Qu’est-ce tous autres ont fait  à part chanter les femmes, avec, par-ci par-là une chanson traitant d’autre chose ? Luambo était le miroir de la société.
Ce rôle, il a joué seul et pendant toute sa vie. Le monde entier peut trouver en Mr. Kabasele le meilleur des musiciens congolais et il a ses raisons pour le faire. De notre part, nous
reconnaissons en ce monsieur un grand musicien et l’un des pères de notre musique. Cependant il n’y a  rien de lui qui puisse le placer au-dessus de
Franco. « Indépendance Cha Cha » est une exaltation de joie à la suite de la proclamation de l’indépendance de notre pays. Rien de plus. Et d’ailleurs, j’ai lu dans « La
Conscience » que cette chanson est de Roger Izeidi (cette fois je suis certain qu’il s’agit de Roger et non de Faugus !). Qu’est-ce 
« Parafifi »  nous apprend ? Rien du tout ! Ce sont juste des chansons pour faire danser, comme la plupart de nos chansons. C’est
notre opinion.


Qui est le meilleur boxeur de tous les temps, à votre avis ? Beaucoup, dont
moi-même, répondront : « Muhammad Ali ». Pourtant, nous avons suivi sur ESPN un historien de la boxe qui donnait sa propre classification. Dans cellle-ci Mike Tyson estle roi
et Ali ne figure même pas parmi les 4 premiers. Ce sont les arguments qui soutiennent une thèse ou la détruisent.


 


La paternité de Mokolo na kokufa. Il s’agit  là d’un lieu commun, du
déjà-vu. Il est connu des tous et dans tous les pays que certains grands se sont attribués les honneurs qui revenaient de droit aux petits qu’ils encadraient. Il est aussi un fait que le chanteur
passe toujours devant les autres membres du groupe qui ne sont pas chanteurs. Ainsi, pendant des années, nous avons pensé que Nazoki était de Pépé Kallé. Aujourd’hui la vérité a été rétablie.
Pendant longtemps, beaucoup ont pensé que Get Up Stand Up et No Woman no Cry étaient de Bob Marley. Mais on sait désormais que la première est une co-composition de Bob Marley et de Peter
McIntosh et la second une chanson d’un certain Vincent Ford, qui n’était même pas musicien. Les exemples sont légion dans ce domaine.

historien 04/10/2013 17:45


kulutu MWENZE na ndeko ANTA DIOP


boboto kati na biso.ndenge kaka ndeko  ANTA DIOP akomi ezali po na ngai pe naramassa alors que nazalaki na intention yakonuire te .ezali kaka likambo ya ba divergences.togerer kaka malamu
tempete oyo ezali koya bien que ofingi te.ndeko  ANTA DIOP a comprendre ngai bien.kimia kati nabiso

Anta Diop 04/10/2013 15:22


Ndeko Mwenze,


Komema molimo na yo mosika te, ndeko Historien azali nde kokebisa yo, mpo balobaka mwana oyo azika na moto, abangaka mpe moto kaka, mpo ayebi ndenge esuwaka, yango alobi ezali te mpo amoni mabe na maye yo okomi, au contraire, nde apesi yo likebisi mpila mosi ATTENTION...

MWENZE 04/10/2013 11:04


Ndéko HISTORIEN,mboté.Mabé nini omoni okati na makomi na ngai?Po na lobi polélé?Po na lobi bosembo?Nafingi moto té,nakokanisa té na yé kopélisa môto o tango bozalaki na kimia.Kondima na monoko
likambo ô  motéma na yo azo ndiméla té,éza lisumu.Yango ndé ipokrizi,éza ndengé na ngai té.Naboya "pensée unique",naléka bastad wana.Mbala ébélé nalékakâ na makomi mingi awa,soki omoni
nabimi boyé,yéba té élékéli ngai.Ngai na yo nabandéko banso awa tozali ndé ko koma masésé ma miziki na biso,mingi po na molongo ya sika bayébaka tango wana té,mpé lisusu po na molongo mobimba
élukaka boyébi okati wana.Nionso ékomamaka awa épangusama lisusu té.Yango wana ésengéli to salakâ angélé.Kimia pé boboto okati na yo ndéko wa motéma HISTORIEN,pé natondi yo na ndéngé obéndi ngai
matoyi.Na mokili ézalaka ndé bongo:tosunganaka.Bô banso batangi ngai na ndéngé ya mabé balimbisa ngai,pé bayéba été na motéma na ngai nakomaki ndé na espri ya bien pamba,éloko mosusu té.


MWENZE

Anta Diop 04/10/2013 10:27


Ndeko Historien,


 


Sambole... Zoba....


Ndeko na biso Historien, nalingi kaka na rappeler yo sagesse oyo baloba : BAYIBAKA SOSO YA NDOKI TE. Batu wana bakamata loposo ya Mokitani ya Wendo te mpo basala na yango mbonda.

Anta Diop 04/10/2013 09:57


ON NE VEND PAS LA PEAU DU LEOPARD AVANT DE L'AVOIR TUE.


KALA OYO NIONSO BOZALAKI WAPI ?


Ba Ndeko Mwenze et consorts, c'est bien dit, Mwana Tabu reste et restera jusqu`à preuve du contraire l'auteur-compositeur de l'inzulukable MOKOLO NA KOKUFA. ce qui est dit, est dit.

adei toko 04/10/2013 09:26


Je suis très étonné d'entendre que MOKOLO NAKOKUFA est une composition d'une autre personne que Tabu Ley. Cette chanson est sortie en 1966 et depuis on a vu personne la réclamer, voilà
qu'aujourd'hui ceux qui sont devenus des compositeurs de dernière minute se font la gloire de devenir des auteurs de cette chanson. De toutes les façons sur le disque, et heureusement pour nous,
 il y a le nom de TABU LEY sinon ils diraient encore des choses terribles. Tabu Ley s'est séparé de ces gens depuis 1971; au plus profond de la crise rien n'a été déclaré et en cinq ans de
présence aux côtés de Rochereau on ne leur reconnaît qu'une seule chanson (Marie Rose). Ce n'est pas parce que Tabu Ley est incapable de se défendre qu'on laisserait des gens s'approprier ses
oeuvres. Mokolo nakokufa est une composition de Tabu Ley et l'African Fiesta National. -

historien 03/10/2013 20:01


salut a tous les mbokatiers.


kulutu  MWENZE tovandaki calme mais o touché esika batouchaka te.comprenne qui pourra.

jpk 03/10/2013 18:10


Dans un pas avec une multitude d' artistes musiciens, composieus et interprètes arriver  ne retenir que 4 chansons comment étant les meilleurs me semble une entreprise difficile.


A chaque époque les congolais ont produit de très belles chansons.Même la génération actuelle fait de belles chansons.


Autre chose, certaines personnes donnent des exemples sans vérifier leus sorces.Par exemple affirmer que les japonais avaien suivi Zaiko à Kinshasa est tout à fait faux car ces artistes sont
entrés en contact avec notre musique via PAPA WEMBA et VIVA LA MUSICA

MWENZE 03/10/2013 16:42


"Para Fifi","Indépendance Cha-Cha" de Joseph Kabassellé,"Polo","Le temps passé","Opédalé",Mario" de Luambo Franco,"Mokolo nakokufa" de Rochereau,"Lois" de Quartier Latin de Koffi Olomidé,"Liputa"
de Fally Ipupa,sont des chansons qui,au-delà des frontières congolaises ont conquis toute l'Afrique Noire voire le monde.Il existe des reprises afro-cubaines de "Para Fifi" dans
les années soixante.Que faut-il entendre par "4 grandes chansons de la musique congolaise"?Il y a un contenu réel dans cet article dont la valeur culturelle aurait conduit à un titrage bien
différent.Par ailleurs,le plus grand des grands de la musique congolaise reste et restera Joseph KABASSELLE,c'est la vérité historique.Ne déformons pas l'histoire,art bien consommé des
politiciens en Afrique.Il est vrai,LUAMBO Franco est le plus grand compositeur de la musique congolaise,voire africaine.Lire certains commentaires affirmant Zaïko s'inspirer du disco serait une
contre-vérité.Et si c'était le disco qui s'était inspiré de Zaïko?Zaïko avait mis les drumms en avant à travers la caisse claire,dès 1973,tandisque le disco apparaîtra en 1977 en privilégiant la
grosse caisse,reprenant le principe de Zaïko:priorité au dancing.D'aucuns savent combien je ne porte pas cette musique dans mon coeur,mais mon honnêteté intellectuelle m'oblige de le
reconnaître.Et personne n'a jamais souligné cela:le disco européen trouve sa source dans la musique de Zaïko.En cela je demeure péremptoire.Quant à FAUGUS où était-il lorsque SILICE de Vox Africa
avait revendiqué puis obtenu la paternité de la chanson "Zaïre éboya yé" et qui lui fut reconnue contre Jeannot BOMBENGA par la Soneca?Que je sache,"Mokolo na kokufa" était sorti bien avant
l'oeuvre de Silice.Que FAUGUS ne profite pas de l'éata de santé de grand LEY pour distraire la galerie aujourd'hui,car ne pouvant se défendre.Il avait eu tout le temps de le revendiquer.Qu'à cela
ne tienne,le délai de protection d'une oeuvre musicale est de 75 ans avant de tomber dans le domaine public.Il est encore dans les délais pour revendiquer auprès de la SACEM,maintenant qu'il vit
en Europe.Sinon pour nous,Rochereau reste l'auteur de "Mokolo nakokufa",comme le Grand KALLE de "Indépendance Cha-Cha".


MWENZE

Musa May 03/10/2013 15:05


Cher Serge,


Merci beaucoup pour les précisions. A l’époque du passage de ces jeunes japonais j’étais
étudiant à Bukavu. Comme beaucoup, j’avais suivi leur passage à Kin au cours de quelques-unes des émissions de Manada Tshebwa. Il n’y a donc aucun doute que je mis « a » à la place
de « o ».


Roger et Faugus Izeidi : je n’ai connu aucun des deux. Je pensais que Faugus était le
sobriquet de Roger. Maintenant je sais qu’il s’agit de deux personnes différentes. Merci pour cela aussi.

violleta 03/10/2013 05:12


Autant la musique zaïoise a influencée le monde africain de la musique, autant cette musique l'a été par la musique africaine et d'ailleurs. 


Rochereau et les madjesi ne se se sont-ils pas largement inspirés de james brown et les sex machines. Kalle et Nicone  l'ont-ils pas été par le charanga, patchanga et consort


Zaïko ne s'est-il pas également et largement inspiré des Disco, Funky et consort? ne l'oublions pas.


Pendant je ne sais combien d'années toute l'afrique n'at-elle pas dansée aux pas de makossa?


Penadant tout le temps de sa gloire musicale quel est le trophé que le Zaïre a gagné sur le domaine de la musique? je n'en connais point. Franco, Rochereau et Abeti était au festival de 1977 au
nigéria qu'ont ils ramenés au pays? les brazzavillois des SBB avaient ramenés la médaille d'or. Au festival d'Alger en 1968 (69)? qu'ont-ils ramenés au pays? les Brazzavillois des bantous avaient
gagnés la médaille de bronze.


Rochereau a chanté lalaby, de qui s'est il inspiré?


Après le passage de Chou en lay au zaïre, Rochereau est de venu tabu ley, et les autres en suivi: Evoloko lay lay, Mimi ley, mongo ley, voilà chers amis!luttant plutôt pour que notre musique
redevienne une musique de haut niveau pour que les conneries  du genre coupé décalé cesse de voir le jour.


Garcia

Jose 02/10/2013 23:17


Ba ndeko mbote, nayebite soki les quatres chansons yango ezali sur le plan ya succes ou sur le plan phylosophique?  Soki sur le plan phylosopique nakoki kobakisa trois chansons lisusu
lokola: Tia molende okozua de notre frere Tete d' Antilope, Kitikwala de Lutymba Simaron Masiya, Laisser tomber de Franc Lassane.


Merci

ndolo 02/10/2013 00:43


bonsoir,


merci pona theme,nakanisi mingi tango natangi maye makomami  na se souvenirs na loyembo  TAMBULA MALEMBE oyo ya ndeko VADIO MAMBENGA; chanson oyo lisusu ezali tres significatif,
nayebite esika nini tokoki ko placer loyembo oyo.

Serge -Kongo na biso 01/10/2013 22:51


Mbote,


Makomi nanga eza pona ko contredire te kasi po éclaircir … Pona ba japonais oyo bayaki
koyekola miziki na biso na Kin ezalaki Arata na Pili pili, bafandaki na village
Molokai ya Papa Wemba na période ya ba Reddy, Stino, Lidjo Kwempa et consorts, bawumelaka mingi na Kin, namona concert na bango moko na Japon, plein, bien coiffés, bakoma ba musiciens ya minene
kuna pe balobaka lingala bien, ndeko Musambi Mayele abungi mua muke po b ambula pe eleki mua mingi, bango nde mutu basala Yoka Choc na Japon.


Boboto o mboka bino,


Serge – Kongo na biso  

Claude Kangudie 01/10/2013 22:07


Michel, limbisa nga...monoko ou plutôt clavier ezangaka libaku te...ezali nde vieux FAUGUS IZEIDI, c'est lui l'auteur compositieur de la chanson "Mokolo na ko kufa". Bonne soirée à tous.


 


Claude Kangudie.


 

Michel Kinzonzi 01/10/2013 21:59


Mokolo na Kokufa est une composition d'un Izeidi mais pas Roger le grand-frère mais de Faugus son cadet.Merci Mbokatier Musambi pour votre texte ô combien profond.Rien à dire,Bravo!

Claude Kangudie 01/10/2013 20:56


Mon frère Musa, ton texte est profond. Ce sont des chansons qui interpellent et posent la question existentielle de l'homme. Tout comme la chanson "Kisita" de Sangana ou "Chantal komonela nga te"
de Kazadi Chantal...Merci d'avoir rendu à César ce qui lui revient, c'est à dire la paternité de la mythique chanson "Mokolo na ko kufa" à sob auteur, le vieux ROGER IZEIDI. RDC Congo ezali
Libende ya Moto.


 


Claude Kangudie.