Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Ndeko Ndombasi Mwana Damba,
Bonne anne 2010, merci mingi na ndenge obimisi lisolo ya FNLA na cadre ya histoire, yango eko permettre biso nionso, tobakisa mua moke oyo toyoka to mpe oyo toyebi, ekozala lisusu malamu mingi, na baninga oyo bayebi mua mingi, ya kobakisa mpe kopesa eclaircissement, kaka ndenge balobaka LISOLO EZALI SE LISOLO, ezali maye maleka kala, tango mosusu mingi na kati na biso nayino babotami te.
Nalingi natuna na baye oyo bayebi origine ya Papa na biso HOLDEN ROBERTO, bayebisa biso yango, pourquoi nalobi boye, mpo banda wuta bomuana na ngai, tii tango nakoli, nayoka ete Papa Holden Roberto azali d'origine CONGOLAISE to zairoise, ndenge kaka Mobutu abalolaki kombo ya mboka.
Elobama boye : Mama oyo abotaki Holden Roberto azali d'origine congolaise 100 pour 100, tozali bongo na province ya Leopoldville na tangu ya Congo-Belge, cette province englobait le Bandundu, Kinshasa et le Bas-congo.
Bon tokamata configuration actuelle ya ba provinces, le Bandundu comprend le Kwilu, le Kwango et le Mai-ndombe. C'est au Mai-ndombe est issue la maman de Holden Roberto. Le Mai-ndombe fait frontiere avec le Congo-Brazza, la ville de Kinshasa, la province de l'Equateur, le Kwilu et le Kwango. Les habitants du Mai-ndombe sont collectivement appelles LES BASAKATA, comme d'ailleurs les Baluba, les Bangala, les Ba Swahili, les Bakongo etc...
Pour la petite histoire, balobaka, mama na Holden abotami na Mai-ndombe, lokola azalaki orpheline kobanda tango azalaki muana moke, ba confiaki ye na famille moko ya ba Pasteurs ya mindele ya ba protestants, tango jeune fille oyo abandi kokola, famille ya pasteur oyo ezalaki kobokola ye, batindaki bango na mutation na Bas-congo, na yango Pasteur asengaki na ba superieurs hierachiques na ye soki akoki komema mpe mama na Holden na Bas-congo. Bapesaki ye autorisation, esika amemaki mama na Holden na Bas-congo mpe mission protestante oyo ezalaki na frontiere ya Congo na Angola, mpe ezali lisusu carrefour, ya batu oyo bazali kosala ba voyage entre Congo na Angola, balobi ezali nde wana epayi mama na Holden azuaki zemi ya Holden.
Tozali na tango ya colonisation, jeune fille oyo azali na maboko ya mindele ya EGLISE, mpe azuwi zemi sans mariage, bino moko boyebi rigueur ya LOI contre ba africains na tango wana, yango esalaki ke, mama na Holden aboya kotanga to kobimisa MWANA MOBALI oyo atiyaki ye zemi.
Apres mbotama ya Holden nde mama na Holden ayaki kobala religieusement  jeune homme moko ya Angolais, Holden akoli na maboko ya Tata oyo ya Angolais, oyo mpe apesi lisusu Holden baleki.
Na mokuse, eske Tata na Holden azalaki Angolais ou Congolais, kasi Mama na ye azali congolaise.
Tangu Sekou Toure, president ya Guinee, akomaki mokonzi kuna na Conakry, atindaki Holden Roberto comme diplomate na Ambassade ya Guinee na USA. Tobosana te, ba Belges bayaki na ba SINANGALE (ouest-africains) ebele na Congo-belge, eske mama na Holden, ayebisaki muana na ye ke Tata na yo azali Sinangale ?
En bref, ba origines douteuses ya Holden Roberto, yango nde ezalaki source ya makasi oyo bazalaki ko contester ye na kati ya mouvement FNLA, soki ezalaka lelo oyo, mbele balingaki babenga Holden Roberto IMPOSTEUR.
A part wana nionso, balobi lisusu Holden Roberto, train de vie na ye ezalaki pene pene na ya Mobutu Sese Seko, donc alingaki bourgeoisie mingi, mpe alingaki kovanda mingi na Kinshasa, au lieu azalaka na zamba, ndenge Savimbi azalaki. Babakisi lisusu ete, vieux Holden Roberto azalaki beau-frere to semeki ya vieux Seskoul, abalaki COUSINE ya le Grand-Leopard, mpe bayokanaki entre Mobutu na Holden, bakosala FEDERATION ya Congo na Angola.
Tobosana te, na tango ya Leopoldville na Congo-Belge, l'actuelle ville de Kinshasa, ezalaki kaka na dix mille habitants, mpe ba communes ezalaki mingi te, ba communes lokola ya Saint-Jean (Lingwala), Kinshasa, Barumbu ezalaki majoritairement ya ba Angolais, oyo tozalaki kobenga collectivement BAZOMBO.
Mpe bazombo balingaka mingi petit commerce, alors soki ozali congolais ofungoli mua magasin na quartier, mbala moko babambi yo kombo, soki ozali par exemple MONGO, bakobenga yo MOZOMBO YA COQ, soki ozali moluba okomi MOZOMBO YA KASAI etc...
Tangu COUP D'ETAT esalamaki na Base Militaire ya FNLA na Kinkunzu, biso nionso tolandaki yango na TV mpe na Radio, Citoyen MADRANDELE TANZI, ou Citoyen le Bureau Politique a decide, alobaki ke ba Lieutenants mibale basali coup d'etat contre president national ya FNLA Holden Roberto, bongo ba soda oyo bakangemi mpe bakosambisa bango, kasi tozela proces yango, zela zela, mokomboso azanga mokila.
Origine ya ki MUSAKATA ya Holden Roberto, nayokaka yango mokolo moko, na accompagnaki ami na ngai na matanga, azali mpe musakata, famille ya vieux BOBOLIKO LOKONGA ANDRE, tangu azalaki premier ministre,  nde kuna na matanga lisolo oyo ebetamaki na ba vieux ya basakata.
Voila mon Frere Ndombasi Mwana Damba, mua ndambu nazalaki na yango, nakosenga na ba Ndeko banso oyo bayebi histoire VRAIE bameka koyebisa biso banso, soki ezali bongo to soki ezali bongo te. Mpo eloko tozali koluka, ezali nde ko restituer histoire na esika na yango. 
Oyo ngai nayokaki mpe nayebaki yango oyo, mpe nasali devoir na ngai ya koloba en tant que Africain, mpo e permettre biso nionso oyo tozali na molili tomeka komona CLAIR na likambo yango.
Lisusu matondo mingi wa bino,
AFRICANA.





Comme Antoine Bentos le confirme Holden Alvaro Roberto est né le 12/01/1923 à à San Salvador en Angola. Il est le fils de Garcia Diasiwa Roberto et de Nekaka Joana Lala Hélène. Son grand père maternelle Nekaka Miguel était bien un Pasteur protestant bien connu puisqu'il a entre autre participé activement à la traduction de la bible en kikongo. Les san salvador et les basolongo qui sont proches sont tout simplement des bakongo. Qualité qu'ils portent avec fierté ayant été les premiers à avoir rencontré Diego Cao.
Roberto Holden a fait ses études primaire et secondaire à Kinshasa. Il a travaillé chez unilever dont faisait partie Marsavco,Sedec,HCB etc.
Je comprends la surprise de notre frère qui souligne la présence de Holden roberto dans la délégation Guinéenne à l'ONU en 1959. Il doit savoir que la fin des années cinquante était l'époque du panafricanisme conduit de mains de maître par Sekou Touré et Kwame Nkrumah en Afrique noire et Boumedienne,bourguiba et Nasser dans le Maghreb arabe.
Touché par la question angolaise telle qu'expliqué par Holden roberto,Sékou Touré prit la décision de les aider. Tout d'abord en fournissant un passeport au leader angolais. Holden Roberto voyageait sous le nom de Joseph Gilmore. Cela lui permit de plaider la cause angolaise à l'ONU à New-York attirant ainsi l'attention des leader progressistes dont Bourguiba et boumedienne qui l'aidèrent. La résistance armée dirigée par Holden reçut ses premiers stocks d'armes par le biais du corps expéditionnaire tunisiens de l'ONU à Kinshasa sous couvert de l'ambassade de Tunisie à Léopoldville. Holden vécut même un temps en Tunisie avant de rejoindre le Congo où il n'était plus en odeur de sainteté aprèsson passage à la conférence d'Accra et à l'ONU à Neww-York. La police du Congo Belge avait reçut un signalement de la part du Portugal qui lui même était allerté par la Police Française. Les forces de la future armée de libération de l'Angola se sont entrainés avec les insurgés de Boumedienne basé en Tunisie puis avec les tunisiens.
Ayant vécu au Congo en plus des rélations personnelles qui le liaient à Lumumba, il put regagner définitivement le Congo en 1960.
Il est à noter que c'est Faustin Nzeza,fonctionaire au bureau du Gouverneur Général du Congo-Belge qui le dissuada de revenir à Léopoldville.
Le très cher frère ne doit pas s'offusquer de la présence de Holden au sein de la délégation guinéenne,c'était particulier pour les panafricains,Houphouet Boigny,Sékou Touré,Kwamé Nkrumah avaient pour habitude de louer les services de meilleurs éléments africains ou africanophile qui mettaient leur talent au service de leur pays respectif. 
Avant l'indépendance les angolais typiquement appelés bazombo n'ont jamais été discriminés. Personne ne les considerait comme étrangers. On était élevé ensemble,on fréquentait les mêmes écoles et pour moi personnellement les bazombo et les sansalvador étaient bakongo. La seule distinction qui était minime d'ailleurs,les femms même d'âge mûre portaient une longue robe mais qui se cachait parfois sous un pagne wax. Les natives de Kinshasa adoptèrent d'ailleurs rapidement la mode vestimantaire de femmes du Congo. Ne disait-on pas d'eux qu'ils étaient des congolais d'angolas? 
Holden Roberto avait une dette envers son grand-père Nekaka qui est souvent entrée en dissidence vis-àvis des colons portugais,ce qui lui a valu des séjours en prison. Il n'a fait que suivre la voix tracée par cet aïeul sinon il aurait été probablement un notable congolais comme le sont devenu beaucoup d'angolais qui ont grandi à Kinshasa qu'on a retrouvé dans la politique,dans l'armée et dans beaucoup d'autre domaine de la vie.
Holden Roberto a des origines angolaises affichées. Quelle est le problème si une de ses grandes tantes soit congolaise et non mukongo?  Il faut dépasser ses types de considérations. Je l'ai souvent dit que le premier premier bourgmestre de la ville de Léopoldville après l'indépendance s'appelait Zoao. on peut citer des tas de gens qui était dans le même cas. Personne ne se serait hasardé de le traiter d'étranger à cette époque. L'Angola entité étrangère,on en a eu conscience que quand l'UPA puis le FNLA ont eu pignon sur rue et aussi à la médiatisation de la guerre coloniale. De même que les congolais de brazzaville nous étaient devenus des étrangers à leur expulsion par Tshombe.
Le panafricanisme rêvé n'est pas pour demain. 
Anaclet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Duki Diantotila 23/09/2012 22:29


Bravo mon frère Anaclet, quant à mon autre frère , ne lui tenons pas rigueur pour sa recherche de la vérité. Je crois qu'après la dissertation combien édifiante de mon frangin Anaclet, je
n'aurai pas beaucoup à ajouter. Si ce n'est que je ne sais pas oû est ce qu'on n'est allé trouver des origines sakata, tribu que j'admire, à Holden Roberto. Je confirme que les origines de
Roberto Holden tant paternelles que maternelles sont de Belavista à Mbanza Kongo (ex Sao Salvador). Je suis Kimiala comme lui et j'en dirai pas plus. Mon frére Anaclet, vous avez omis de
souligner que les mots "Congo", francisation du mot KONGO qui désignait Dieu chez nos ancetres et le mot "Zaire" deformation du mot Kongo Nzadi par les portugais proviennent de cette contrée
d'où nous sommes moi et Holden Roberto,originaires. Cela dit, comme vous l'avez si bien souligné mon cher Anaclet, plus mukongo qu'un salvador ou un mussolongo, ça n'existe pas. de
toutes les façons, celui qui vient du plateau des batéké est appelé mutéke, celui qui vient de la sous region de la Mongala, est designé comme mungala, nos frères banunu sont appeles balobos
parce qu'ils viennet de bolobo.Alors, les salvador viennent  Les bazombo viennent de Mbanza Kongo qui en réalité sigifie "Cité de DIEU" et étaient appelés dr temps de nos ancetres "Besi
Kongo" donc "Mukongo" comprenez "gens de Dieu", appelation qu'ils ont reprise après la restauration du nom de MBANZA KONGO. Alors jugez qui est mukongo et qui l'est moins. Les bazombo
viennet d'ue collectivite composée de deux territoires "Maquela et Kibokolo" appelée Maquela do Zombo et qui se situe dans la province de Wige alors que les besi Kongo appelé
abusivement "San  salvador" viennent de Mbanza Kongo dans la province du (comprenez bien) ZAIRE. le mal congolais est qu'on lit moins ou pas. Dans un mukongo veritable, donc originaire de
Mbanza Kongo, il y a l'histoire et l'origine de ces deux mots: CONGO et ZAIRE.   Je crois avoir complèté mon frère Anaclet et avoir abreuver mon autre frère de l'eau
de la rivière de la connaissance Kongo. Je remercie.   

Carlos 29/07/2010 16:31



Chers frères. Je viens de lire le message de notre frère AFRICANA et les commentaires s'y afferant. Il ne demande qu'à connaître la verité sur les origines vraies de ce vaillant fils d'Afrique,
Holden Roberto. Je suis moi-même interessé par cette histoire. Cet article relance en moi la force de la recherche. J'apporterai tout ce que j'aurai d'interessant sur notre Héros. A Bientôt.



Nkulumbimbi 06/04/2010 21:11



J'aimerai dir à celui qui a écrit cet article en lingala sur les origines éventuelles d'Holden Roberto de se taire et de ne pas raconter n'importe quoi est les mettre sur internet. Holden n'est
plus en vie, il ne peut plus se defendre laissons cet illustre Homme se reposer de son travail. Il a passé toute sa à lutter pour l'indépendance et la liberté du peuple angolais. Il merite
respect et honneur; surtout maintenant qu'il n'est plus de ce monde. Sans lui, l'Angola serait encore portuguaise aujourd'hui. Si tu n'as rien à dire dire, chante le "djalelo" et arrêtes de
mettre



MBUNGA MBOZO PAUL 04/01/2010 16:23


LE PROCES DE CES SOLDATS CONSPIRATEURS DE LA BASE DE KINKUNZU ALLAIT ECLAIRER TOUS LES ANGOLAIS SUR TOUT, OU TOUT ALLAIT ETRE LAVE AVEC LE SAVON ET L'EAU DE LA JUSTICE. HELAS ! 
NOUS VIVONS DANS UN MONDE OU ON ECOUTE PAS LES PERDANTS.
C'ETAIT LA SUITE DES EVENEMENTS SANS SUITE QUE NOUS AVIONS VECUE,
ON NE BADINE PAS AVEC L'HISTOIRE, CAR ELLE FINIRA TOUJOURS PAR TE RATRAPPER, TOT OU TARD. 


MWANZA NGONGO 04/01/2010 13:04


il faut lire absolument :
....DIX MILLE AMES, QUE LA MAMAN DE HOLDEN AURAIT  DENICHE SES FRERES BASAKATA. A CE QUE JE SACHE......
 


MWANZA NGONGO 04/01/2010 11:55


Si je puis contribuer à cet article, je dirais tout simplement que notre Frère Africana a demandé à tous ceux qui connaissent l´histoire vraie de nous la relater, mais pas des analyses car elles
conduisent souvent aux fausses pistes et surtout qu´aucun scénario n´est parfait, d´apres ce que j´ai compris : c´est la piste de MUSAKATA qui tient la route.
Et tous les récits sont unamimes que le vaillant combattant de libération, le Papa Holden Roberto, est Kinois. Peut-être, c´est dans cette ville de Léopoldville à une population evaluée à moins de
dix mille âmes que la . A ce que je sache, les travailleurs de la société de transport OTRACO étaientt majoritairement d´éléments
Basakata, et le Mai-ndombe lui-même faisant frontière avec la ville de Kinshasa, sans oublier que les Bateke, Ba Humbu et consorts, propriétaires des terres de Léopoldville, sont d´origine
Mai-ndombe, ce qui leur aurait facilité de contourner la mesure d´obtention de VISA DE SEJOUR pour se rendre à Léo pendant la colonisation, la solidarité africaine aidant.
Je demande à tous nos frères qui veulent contribuer à cet article de laisser tomber toutes les considérations partisanes, ce qui est difficile de faire avaler à quelqu´un dans ce cas
présent.
Nous Africains, sommes habitués à deux versions de faits, l´OFFICIELLE et la VRAIE, malheureusement cette dernière n´est pas écrite et se raconte de bouche à l´oreille. A titre d´exemple, je peux
citer la mort de OMAR BONGO ONDIMBA, AUGISTINO NETO, FELIX HOUPOUET BOIGNY et ce que tous les Africains attendent le cas de DADIS CAMARA de la Guinée.
Bonne comprehension, QUE 2010 SOIT UNE ANNEE  HEUREUSE POUR L´AFRIQUE ET LES AFRICAINS.


MBELEKETE 04/01/2010 09:27


Bolobi mingi mpe bozali kokende mosika, mosika ya pamba, ndeko Africana azali clair lokola mayi ya ebale, mpe asengi na ba ndeko banso bayebisa, soki maye ye akomi ezali bongo to ezali bongo te,
tangu ndeko Antoine Bentos alobi, C'EST LA GRAND-MERE MATERNELLE DE HOLDEN ROTERTO QUI SERAIT MUSAKATA, bino moko bo continuer.... Il faut boyebaka ete, dans tout ce que les gens disent, il y a une
part de VERITE.
MBELEKETE DE LA FACON.


anonyme 29/05/2014 19:43

C'est faux...

anaclet 03/01/2010 16:22


Comme Antoine Bentos le confirme Holden Alvaro Roberto est né le 12/01/1923 à à San Salvador en Angola. Il est le fils de Garcia Diasiwa Roberto et de Nekaka Joana Lala Hélène. Son grand père
maternelle Nekaka Miguel était bien un Pasteur protestant bien connu puisqu'il a entre autre participé activement à la traduction de la bible en kikongo. Les san salvador et les basolongo qui sont
proches sont tout simplement des bakongo. Qualité qu'ils portent avec fierté ayant été les premiers à avoir rencontré Diego Cao.
Roberto Holden a fait ses études primaire et secondaire à Kinshasa. Il a travaillé chez unilever dont faisait partie Marsavco,Sedec,HCB etc.
Je comprends la surprise de notre frère qui souligne la présence de Holden roberto dans la délégation Guinéenne à l'ONU en 1959. Il doit savoir que la fin des années cinquante était l'époque du
panafricanisme conduit de mains de maître par Sekou Touré et Kwame Nkrumah en Afrique noire et Boumedienne,bourguiba et Nasser dans le Maghreb arabe.
Touché par la question angolaise telle qu'expliqué par Holden roberto,Sékou Touré prit la décision de les aider. Tout d'abord en fournissant un passeport au leader angolais. Holden Roberto
voyageait sous le nom de Joseph Gilmore. Cela lui permit de plaider la cause angolaise à l'ONU à New-York attirant ainsi l'attention des leader progressistes dont Bourguiba et boumedienne qui
l'aidèrent. La résistance armée dirigée par Holden reçut ses premiers stocks d'armes par le biais du corps expéditionnaire tunisiens de l'ONU à Kinshasa sous couvert de l'ambassade de Tunisie à
Léopoldville. Holden vécut même un temps en Tunisie avant de rejoindre le Congo où il n'était plus en odeur de sainteté aprèsson passage à la conférence d'Accra et à l'ONU à Neww-York. La police du
Congo Belge avait reçut un signalement de la part du Portugal qui lui même était allerté par la Police Française. Les forces de la future armée de libération de l'Angola se sont entrainés avec les
insurgés de Boumedienne basé en Tunisie puis avec les tunisiens.
Ayant vécu au Congo en plus des rélations personnelles qui le liaient à Lumumba, il put regagner définitivement le Congo en 1960.
Il est à noter que c'est Faustin Nzeza,fonctionaire au bureau du Gouverneur Général du Congo-Belge qui le dissuada de revenir à Léopoldville.
Le très cher frère ne doit pas s'offusquer de la présence de Holden au sein de la délégation guinéenne,c'était particulier pour les panafricains,Houphouet Boigny,Sékou Touré,Kwamé Nkrumah
avaient pour habitude de louer les services de meilleurs éléments africains ou africanophile qui mettaient leur talent au service de leur pays respectif. 
Avant l'indépendance les angolais typiquement appelés bazombo n'ont jamais été discriminés. Personne ne les considerait comme étrangers. On était élevé ensemble,on fréquentait les mêmes écoles et
pour moi personnellement les bazombo et les sansalvador étaient bakongo. La seule distinction qui était minime d'ailleurs,les femms même d'âge mûre portaient une longue robe mais qui se cachait
parfois sous un pagne wax. Les natives de Kinshasa adoptèrent d'ailleurs rapidement la mode vestimantaire de femmes du Congo. Ne disait-on pas d'eux qu'ils étaient des congolais
d'angolas? 
Holden Roberto avait une dette envers son grand-père Nekaka qui est souvent entrée en dissidence vis-àvis des colons portugais,ce qui lui a valu des séjours en prison. Il n'a fait que suivre la
voix tracée par cet aïeul sinon il aurait été probablement un notable congolais comme le sont devenu beaucoup d'angolais qui ont grandi à Kinshasa qu'on a retrouvé dans la politique,dans
l'armée et dans beaucoup d'autre domaine de la vie.
Holden Roberto a des origines angolaises affichées. Quelle est le problème si une de ses grandes tantes soit congolaise et non mukongo?  Il faut dépasser ses types de considérations. Je l'ai
souvent dit que le premier premier bourgmestre de la ville de Léopoldville après l'indépendance s'appelait Zoao. on peut citer des tas de gens qui était dans le même cas. Personne ne se serait
hasardé de le traiter d'étranger à cette époque. L'Angola entité étrangère,on en a eu conscience que quand l'UPA puis le FNLA ont eu pignon sur rue et aussi à la médiatisation de la guerre
coloniale. De même que les congolais de brazzaville nous étaient devenus des étrangers à leur expulsion par Tshombe.
Le panafricanisme rêvé n'est pas pour demain. 


Kivitidi-Makani Antoine-Bentos 03/01/2010 01:32


C'est la grand-mère maternelle de Holden R. qui serait musakata et non sa mère Joana, fille de mon arrière grand-oncle Pasteur Nekaka. Joana fut l'épouse de Roberto. Ils se sont mariés à
Mbanza-Kongo ou Kongo dia Ntotela autrefois San-Salvador d'où ils étaient originaires. Ils avaient émmigrés à Kinshasa bien après la naissance d'Alvaro Roberto Holden.