Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


 

LES NOMS DES ORCHESTRES

Je lisais un article de mon estimé confrère Norbert X Mbu-Mputu, journaliste, écrivain et chercheur en anthropologie et sociologie sur le phénomène «Mabanga» dans la musique congolaise. Un fait a particulièrement attiré mon attention. Il s’agit de la dénomination des orchestres lors de leur dislocation. Ce fait se remarque aussi dans le monde politique avec la création de partis politique. La création des partis politiques tout comme le vagabondage des hommes politiques se compare à la prolifération des orchestres et au vagabondage des musiciens. Je me demande qui a contaminé qui? La politique a contaminé la musique ou c’est vice-versa. Parlant de ces dénominations, il est rare de constater que les musiciens qui quittent leur tronc premier créent leurs nouvelles initiatives. Pour remonter la filière, nous allons évoquer quelques exemples. L’African Jaz de Kabasele Tshamala a donné naissance à African Fiesta, African Sukisa, Afrisa, Afrisa International. Wenge Musica BCBG 4X4 s’est émietté en Wenge Maison Mère de Werrason, Wenge BCBG de J.B.Mpiana, Wenge la Référence de Manda Chante et Wenge Tonya-Tonya d’Adolphe. Quant à Zaiko Langa-Langa, il s’est éclaté en Zaiko Nkolo Mboka et Zaiko Familia Dei. Zaiko Nkolo Mboka était l’origine de Langa Langa Stars qui avait engendré Chocs Stars de Ben Nyamabu, Big Stars du général Defao et Anti-Choc du Grand-Père Bozia Boziana. L’orchestre OK Jazz devenu Bana Ok par la suite a donné naissance à Bana OK International. Molenga Seskain a crée les Bakuba qui s’est mué à l’Empire Bakuba et Bakuba Mayopi à moins de me tromper. Les exemples sont légion.

 

Je veux ici signaler quelques orchestres qui sont sortis de ces chemins battus. Papa Wemba a quitté Zaiko Langa Langa  pour créer son Viva la Musica. King Kester a quité Viva la Musica pour créer Victoria Élesion et Reddy Amisi est allé créer «La Casa do Canto». Dans cette recherche de fausse identité, le musicien qui quitte un tronc commun s’imagine que la première identité et nomination lui apporteront la célébrité tant enviée.

 

Je voudrais ouvrir le débat sur ce phénomène qui semble marquer notre culture afin de récolter les avis de tous les Mbokatiers. Pourquoi les musiciens restent-ils collés au nom de leur orchestre d’origine quand ils claquent la porte pour aller créer un autre ensemble musical? S’agit-il d’un manque d’imagination créatrice comme nous le déplorons dans les thèmes de nos chansons où la plupart ne chantent que l’amour ou simplement parce que cette identité leur apportera une certaine célébrité?

 

Mbokatiers, le débat est lancé et vous avez la parole. Nos aînés Faugus, Seskain et bien autres pourront nous édifier avec leurs expériences.

 

KIRIKA NKUMU ASSANA

 


 

Melina la parisienne, par Papa Wemba et le Clan Langa Langa

Souris Cacharelle, par Emeneya & Victoria

 

Musica Tellema, par Franco et l'OK-Jazz (1957)

Commenter cet article

SCORPION 19/12/2010 01:32



Oui, je le confirme Cacharelle est une composition de Joly Mubiala. Merci !



Magloire 25/07/2010 12:03



Ndeko Michel Kinzonzi,


Ozwi likambo, OLUKAKA MAKAMBO EEE , OKOZUA EEE, tala ndenge ba articles sur VICTORIA esopani.



Kirika Nkumu Assana 21/07/2010 00:56



Mon frère Muna Mboa, tu viens de nous expliquer quelque chose qui me semble originale en te référant à la philosophie bantoue pour expliquer l'attachement d'un musicien à son groupe
d'origine. C'est profond et c'est quelque chose d'extraordinaire. Je n'avais jamais pensé à cela.Un fils recherche toujours une femme qui lui rapelle sa maman, une fille un homme à l'image de son
papa. C'est à la fois très expressif, très imagée et très profond.Merci.



Muna Mboa 20/07/2010 12:48



Chers mbokatiers,


une fois de plus,j'essaierai d'apporter ma contribution au débat .


Je vais retourner sur le passé,les "ntu "que nous sommes(bantu),nous n'avons jamais eu d'identité personnelle ,Nous nous sommes toujours reférés à nos ancêtres.Par exemple:quand on doit se
présenter à un inconnu,onest pas "je",mais le descendant"de".C'est ce qui peux expliquer cet attachement à son groupe original.Musicalenent,jes groupes issus d'un grand ensemble n'ont pas je
même impact sur le public comme l'original.L'audience se divise en deux camps selon les affinités personnelles. Deux exemples:1-La dislocation de l'african jazz,Je peux affirmer que
l'aile"Nico" avait  sorti des tubes,mais ont sentait qu'il y manquait de la qualité dans les enregisrements,raison pour laquelle quand ils se sont reconciliés ils ont été obligé de reprendre
certains des titres dans Surboum African jazz(édition).Ècoutez et comparez les deux versions de "Kayi kayi" .


2-La dislocation de Zaiko avec le départ de Wemba,Evoloko,Gina et Mavuela suivit par solidarité de Manuaku.Il y a eu un vrai passage à vide en qualité artistique dans leurs enregistrements(que ce
soit ZLL,Isifi ou Grand Zww).


Je précise que c'est en tant que musicien que je parle.Ceci n'a rien à voir la valeur intrésecte des artistes ,mais plutôt  par le fait que ces ensembles se cherchaient en tant que groupes.


Ceci n'est pas un fénomène africain.il existe partout.Un exemple:à Cuba la dislocation de la"Charanga habanera" a donné lieu à "Charanga habanera" et "Charanga forever".même son de
clôche comme pour le ZLL.


Nous ne sommes que des humains,donc nous répétons les mêmes erreurs où que nous soyions.Un fils recherche toujours une femme qui lui rappelle sa maman,une fille un homme à l'image de
son papa.


Aussi longtemps que les artistes ne comprendrons pas que l'expérience des erreurs du passé ne peuvent  s'éviter qu'en utilisant la sagesse et pensant au bien être de tous.


À bon entendeur,salut.


Muna Mboa    



Michel Kinzonzi 20/07/2010 12:42



Rectification la chanson de Viva ne porte pas le titre Melina la Parisienne car Melina la Parisienne se chantait de cette façon: Tala muana muasi oyo nalingaki ye  eh atongeli ngai
annexe na motema na ye.Réfrain:Melina obebisi ngai motema eh ah Maman ;;;olobaki na ,gai ye ah maman na kanga se motema na  bosana yo ainsi de suite.j'attribuerais cette
chanson à Muami Zea.  



Kirika Nkumu Assana Zéphyrin 20/07/2010 02:42



Tout à  fait Michel. Ta modeste contribution est à prendre dans un esprit de tolérance. Tu ne critiques personne mais tu relates les faits vécus. Ton témoignage apporte une nouvelle lumière
sur le dossier. Il rétablit la vérité sur l'appelation de Victoria Eleison et tu rapportes les faits avec une certaine modestie. Si chacun pouvait nous donner son témoignage sur les noms de
nos différents orchestres, imaginez combien ce serait merveilleux. C'est comme je disais que chaque jours qui passe, je lis des nouveaux témoignages qui viennent apporter un plus sur le sujet. Je
reste convaincu que beaucoup de Mbokatiers ont des choses à nous dire sur ce sujet mais ils se réservent pour des raisons que j'ignore personnellement. C'est un débat que j'avais ouvert et la
contribution de chaque Mbokatier est vivement souhaitée. Merci pour ton apport.



Michel Kinzonzi 20/07/2010 01:17



Aux Mbokatiers Peut-être et Zéphyrin, moi de mon côté j'ai une autre version concernant l'appellation Victoria Eleison.


Nous sommes à N'djili Q7 chez les Bipoli en 1982.Les rescapés de Viva et les nouveaux venus du groupe.Kester avait une idée les apôtres pour copier un peu les Croix rouges de Langa²Stars où il
avait été recalé mais n'avait pas encore trouvé le nom du nouveau groupe car le spectre de Karawa Musica trottait encore dans son esprit.Or,parmi les musiciens il y avait un certain Americano
Mpaka ou Mario(ami de Bengali),il était un leader d'un groupe musical CHIC VICTORIA;Ce groupe faisait la fierté de tout N'djili et avait damné les pions à Isoto Academie(Bipoli et Spraya
Dora),Bawela Mpifo,Renia Song ou encore la Chapada d'Abalolo ou le Tout en Blanc.Lors des concerts de Papa Wemba et le Viva à N'djili(Viva Bar,Chez Djudju ou au Lycée du 27
Octobre) c'était ce groupe qui jouait en avant premier(enlever de rideau comme on le disait) et c'est là que Papa Wemba avait déniché Bengali.C'est sur proposition d'Americano que le groupe
avait opté pour l'appellation Chute Victoria mais Bipoli rectifia le tir en y ajoutant Victoria Eleison A lutta continua Victoria a certa ou e certa.Americano vit aujourd'hui à Londres il peut
apporter son témoignage.


Quant à Kester il s'est approprié de ce nom pour effacer le passé encombrant de Bipoli en transformant l'histoire reconnaissant ainsi le vieux Wendo et Mundanda propriétaires respectifs de
l'appellation Victoria Apiki Dalapo aile Kin avec Wendo et l'autre Victoria avec Mundanda à Brazza et il s'est rapproché de la descendance de David comme il le dit mais en 1982 il ne faisait pas
mention de Wendo ,il était le champion de la Coupe du Monde.Je n'ai rien contre Kuangolo Nzoso que je respecte par son talent et sa bravoure mais de fois dans la vie sachons dire
la vraie vérité et rendons à César son dû.Certes Americano n'a pas été retenu comme musicien de Victoria à l'arrivée de Cartouche mais si quelqu'un peut disposer du Disco Magazine de
1982 lors du Maquis du Groupe vous verrez la photo et Amecirano y figure.J'étais présent aux répétitions de ce groupe et j'ai failli même à une exclusion définitive du Collège Bonsomi pour
cause d'absentéisme.Pour les sociétaires de Viva la Musica quand ils quittaient ce groupe ils optaient pour une autre appellation car La Musica est l'inspiration de PAPA WEMBA. La preuve il y a
eu La Nouvelle Génération,La nouvelle écriture,La Casa Do Canto de Reddy.Voici ma modeste participation et j'espère qu'elle sera prise dans un esprit de tolérance.Michel Kinzonzi!



KIRIKA NKUMU ASSANA ZEPHYRIN 19/07/2010 23:43



Vieux Lukoki,


Tes éclaircissements sur ce sujet se passent de tout commentaire. Que dire de plus si on suit de très près la leçon que tu viens de nous donner sur les noms de nos orchestres.Tu as
vraiment assouvi ma curiosité et ce n'est pas pour rien que dans l'article quand je faisais mention de Seskain Molenga, Faugus et autres. Tu étais parmi ces autres dont le nom
m'échappait. Je m'attendais à recevoir de vous tous ces enseignements que tu viens de nous donner. C'est de l'histoire sur les origines de noms qu'on donnait à nos orchestres. On voit
l'étymologie ou l'origine même des mots et on se rend vite compte qu'on est en face d'un connaisseur. Que c'est profond tout ce que tu as dit et je te remercie de tout coeur. longue vie à
toi.



Crispin-Régis Lukoki 19/07/2010 19:13



Au courant des années qui font partie de la seconde moitié des 50,les musiciens congolais avient beaucoup d´interêt à chanter et même composer en Espagnol.Ceci à Brazza comme à Léopoldville.Ce
phénomène va continuer dans les années 60,avec Rochereau et autres.Ici,il faut bien le dire que les musiciens de Brazza prenaient leur Espagnol beaucoup plus au sérieux que leurs frêres de
Léopoldville.C´est à cause de ce phénomène,né avec l´arrivée d´ECODIS,qu´on va vivre la musique AFRO-CUBAIN avec intensité.Les termes Pachanga,Charanga,Congas et autres deviennent courants dans
notre musique.Les nouvelles Formations commencent à opter pour les noms espagnols et le marché discographique va faire couler facilement ce genre de musique.Le CHA-CHA-CHA est au coeur de
notre musique,rivalisant farouchement avec notre RUMBA.Beaucoup de nos ambianceurs ou simplement les Fans des nos orchestres,vont se faire appeller:DEPRISA,MAMBO,BAILA etc... sans même
connaître la signification du mot.Franco devient Franco de mi amor,Rossignol est appelé CANTADOR,Kwamy est devenu LA CINTURA et non LASITULA comme nous avons l´habitude de l´appeller,pour avoir
chanté Linda linda linda que yo canto,Muevo,muevo LA CINTURA.Quelques locaux de loisir vont opter pour des noms Espagnols tel que MAQUINA LOCA qui veut simplement dire Machine Folle(sans
contrôle).Le mot DEPRISA signifie VITE et dire qu´on a eu des vieux dans le quartier qui s´appelaient Vieux DEPRISA,c´est un peu rigolo,mais l´Espagnol était à la mode et les gens avec.La chanson
que vous venez de mentionner a comme titre La Música Te Llama qui se traduit comme La Musique T´appelle. Moi,j´avais chantais plusieurs de ces chansons dans mon enfance,et aujourd´hui quand
je me rappelle du passé,je me rends compte de ma naïveté d´enfance.Beaucoup des mots étaient très mal prononcés.Quand j´écoute la chanson LA FIESTA de l´OK JAZZ,je comprends l´effort déployé par
nos Chanteurs,car on arrive quand même à saisir le sens des phrases,bien que les mots sont mal prononcés Chers Mbokatiers,j´ai un frère qui se fait appeller LO SABE,qu´en Espagnol se traduit
comme:Il le sait.En lingala ça sonne bien;Vieux LOSABE.


Crispin-Régis Lukoki.      



KIRIKA NKUMU ASSANA ZEPHYRIN 19/07/2010 00:34



Merci Mesaager pour ce commentaire. Il ajoute un plus et surtout avec la chanson Musica telema que tu viens d'ajouter. Je connaissais les paroles de la chanson depuis ma tendre enfance mais je ne
connaissais pas le titre de la chanson. Et voilà que grâce à Mbokamosika, je viens de l'apprendre.Comme tu l'as si bien explicité "Nihil novi sub sole" disaient les Latinistes ( Traduisez par "Il
n'y a rien de nouveau sous le soleil). Comme quoi la vie est un éternel recommencement.Tout ce qui existe a déjà existé.Les noms des orchestres ne sont pas inventés par pur hasard mais il s
trouvent leurs origines dans le passé.



Messager 18/07/2010 16:35



Zéphyrin,


Il n'y a rien de nouveau sous le soleil. La plupart des noms des orchestres ont un lien avec l'histoire de notre musique. Je crois avoir déjà dit un mot là-dessus dans les articles antérieurs.


je viens d'ajouter une vieille chanson de Franco intitulée Musica Tellema, de 1957, dans laquelle les noms de Bella-Bella et Bella Mambo sont évoqués.
L'orchestre Makina Loka de Pépé Ndombe par exemple, est l'appellation d'un orchestre des années '50., etc etc.


 


Messager



Kirika Nkumu Assana Zephyrin 18/07/2010 14:33



Mon Frère Peut-être,


Franchement parlant, je n'ai aucune idée sur l'origine du nom Victoria. Je suis émerveillé par ce que tu me racontes et c'est quelque chose qui tient debout malgré ton peut-être. Kester seul
pourra nous dire acec exactitude d'où il a tiré le nom de son orchestre. Je suis très ravi de constater que chque jour qui passe, il y a une nouvelle information qui s'ajoute à ce
dossier pour nous édifier. Je remerce tout le monde pour sa contribution.



PEUT-ETRE 18/07/2010 14:04



Mon Cher Kirika,


Le nom de Victoria, je ne sais pas mais je crois, a toute une longue histoire, ce nom vient d'un orchestre de Brazza, a en croire le vieux Wendo Kolosoy Antoine, en voulant se rivaliser avec ses
freres de Brazza, lui aussi a fonde son Victoria Leo Apiki Dalapo, si je ne me trompe pas, Kwa Mambu s'est toujours reclame l'heritier de Mokitani ya Wendo, c'est normal qu'il soit dans la ligne
droite de son idole (vieux Ley), je pense que l'arbre genealogique a peut-etre beaucoup peser dans le choix de ce nom qu' est VICTORIA ELEISON.


 


 



KIRIKA NKUMU ASSANA ZEPHYRIN 17/07/2010 15:50



Merci bien Jacques pour ton commentaire. Je trouve tes idées géniales et je les apprécie. Tu as fait une très bonne contribution. Il faut dire aussi que ceux qui ont quitté sans s'accrocher au
nom de leur ensemble d'origine ont parfois fait du chemin. Je citerai le cas de Kester Emeneya Nkwa Mambu qui a claqué la porte de Viva la Musica pour aller fonder son Victoria Eleison. L'on
se rappellera comment il a fait la guerre à Papa Wemba jusqu'à ses derniers retranchements avec son cri de guerre"Oyo nde coupe du monde, oyo nde Koko ke ..."et avec Malembe Chant comme
meilleur butteur (El Chanto, El Chanto marque Wouoooooooooooooo. Bino kuna na mavula....? C'était la belle époque et la vie valait la peine d'être vécue à Kinshasa la Belle et non à Kin la
poubelle.



Jacques 17/07/2010 08:13



En gardant le nom originel(ou du moins une partie), l'artiste se croit conserver le patrimoine de l'orchestre. Il semblerait que celui qui quitte, perd l'elan(le succes) qu' a recolte'
l'orchestre. Tout le monde a peur de quitter au risque de sombrer(quitter serait un signe de faiblesse ou tout simplement une malediction). Pourtant d'autres ont bien reussi apres s'etre
accroche' vainement au nom originel. Mopero en 1974 a d'abord garde' le nom Cavacha en y ajoutant renove'(Cavacha Renove'), de dispute en dispute avec Donat, il a tout converti en Shama Shama en
1975 (du nom de sa copine Vicky Shama) ceci lui a suffit pour detroner completement Donat(qui s'accrochait au nom cavacha).


En Janv 1977, apres la brouille avec Mavuela, Wemba a garde' "Yoka Lokole" en y ajoutant " Na Gentillesse Kaka" , par opposition a "Yoka lokole Na Canaille Kaka". En fev 1977, il vire le nom
en "Viva La Musica"(un cri de guerre qu'il aimait lancer du temps de Isifi Lokole) ceci lui apportera bonheur jsq aujourd'hui. 


Ceux-la qui ont directement change' de nom sans passer par la transition nominal . ont vu leur ensemble disparaitre rapidement; c'est le cas de Kwamy(1967: de Ok Jazz a Revolution), Debaba(1984:
Victoria Eleison a Historia Musica) Gina(1977: Zaiko LL  a Libanko)



Kirika Nkumu Assana Zéphyrin 15/07/2010 00:40



Merci bien Charles pour cette autre idée que tu viens d'ajouter. Je la trouve intéressante. La question reste maintenant de savoir pourquoi le musicien dissident s'accroche t-il à des telles
pratiques.Est-ce par manque de créativité? Pourquoi ne recherche t-il pas l'originalité?



Charles A 15/07/2010 00:12



J'ajouterai a' propos des appellations des orchestres une piste qui consistait a' prendre le titre d'un tube ou une chanson a' succes souvent compose' par le transfuge pour
 nommer un nouvel orchestre c'est le cas de Sosoliso du trio Madjesi, Lipua-Lipua, Kamale avec Nyboma, Makfe' pour Michelino, Fouga-Fouga avec Mulembu, Lokoko de Kelly... la
liste peut s'allonger... 



Bellak 14/07/2010 21:28



Une petite correction : je pense que Souris cacharelle est plutôt de Joly Mubiala, et non de son frère, merci de corriger pour rendre à César...