Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

A dater d'ajourd'hui, nous reproduirons certains articles du blog:http://www.lemiroirdutemps.com/
faisant partie de notre communauté des souvenirs. Ce blog appartient à Viviane qui vient de nous autoriser à reprendre sur "Mbokamosika" ses souvenirs . Ceux qui veulent en savoir plus sur sa plume  peuvent visiter directement son blog susmentionné. (MSG)

Bonne lecture.





Les nombres sont-il magiques?

Au début... Comment faisaient-ils?

Etant donné qu'il est impossible de dater très précisément, je vais situer ces éléments dans le paléolithique moyen (c'était une longue période) ...
 Il y a environ 50 000 ans.

Un, deux, trois, quatre, cinq..doigts... c'est suffisant pour commencer à repérer des quantités... En plus, c'est pratique les doigts... on a deux mains...
Même si l'être humain est arrivé sur terre avec ses dix doigts pour servir de repères, on peut facilement imaginer le long chemin, les longs essais, les longues expériences les plus diverses et un long apprentissage pour glisser vers les abstractions les plus subtilles de la numération écrite.

(Une grotte en Argentine)

L'humain a compris rapidement que ces repères pouvaient être conservés en les "marquant" de façon concrète pour pouvoir garder en mémoire (visuelle) ce qui avait été comptabilisé "avant"... la mémoire a toujours été la mémoire!

Les archéologues ont retrouvé des bâtons avec des encoches simples ou regroupées.
Les homme préhistoriques comptaient et mémorisaient... peut-être les "prises" à la chasse, peut-être la répartition de leurs groupes ou peut-être les membres de leur tribu...

C'est le moment d'enclencher le programme "imagination" de votre cerveau parce que rien n'est facile avec la préhistoire...
Il est évident que ces humains étaient "obligés de compter" d'une façon ou d'une autre!
Ils se sont servis de ce qu'ils avaient à leur disposition, du bois et de l'os!


Les archéologues ont retrouvé des os avec des encoches et ils les ont appelé "os numérique"!
Une encoche pour un bison, deux encoches pour deux bisons... et ainsi de suite! les encoches ne sont pas nombreuses, mais nous n'avons aucune idée du mode de répartition de ces marques.
Est-ce qu'un os numérique ne répertoriait qu'une ou deux chasses?
Est-ce que c'était pour une période déterminée (avec les lunaisons par exemple)?



On peut supposer qu'ils gardaient ces "outils avec eux puisque c'était facile à transporter, mais il devait arriver un moment où ils devaient avoir plusieurs "os numériques"...
Comment prévoyaient-ils cette situation?


Avant d'arriver à l'abstraction, ces humains du paléolithique ont dû faire appel à des capacités mentales assez incroyables...par  exemple pour passer de 3 bisons à 3 encoches...et plus tard au chiffre 3! même s'ils n'écrivaient pas, ils matérialisaient le chiffre.
Ils n'ont pu obtenir ce résultat qu'après plusieurs raisonnements en se donnant des règles de base, des règles simples qui sont devenues de plus en plus compliquées!


On a beau tourner ces indices dans tous les sens, le paléolithique...c'est loin! et il a fallu pas loin de 30 000 ans pour arriver à "compter"  jusqu'à 10 (vous savez 2 mains, les 5 doigts!)

Les encoches sont devenues de plus en plus sophistiquées et elles ont fait place à des signes indo-arabes qui sont parvenus jusqu'à nous sur le long chemin du temps.
Il a fallu plusieurs millénaires pour que s'organise une numération qui se révèle de nos jours, presque universelle.

Ces premières bases ont évolué peu à peu vers un outil puissant pour faire des échanges, compter ... tout... tout ce qui est dans l'entourage... les jours, les étoiles... et ce que vous pouyvez imaginer...

C'est avec ce cheminement intellectuel compliqué qu'est arrivé le commerce, le partage, la création et l'organisation!

Il est bien difficile de savoir de façon précise à "qui" pourrait être attribuée la paternité de notre numération si complexe!

Au cours du temps, la façon de compter se retrouve dans la culture des peuples et en "décortiquant" les indices récoltés au cours de fouilles archéologiques dans les royaumes antiques ou les cités médiévales, les scientifiques ont établi avec certitude les "chemins" empruntés par les chiffres et les nombres, mais... quelques "points de relation" sont encore manquants... c'est un domaine où les suppositions se révèlent rapidement être des certitudes puis des réalités avérées.

L'humain a toujours "compté" et pourtant dans la nature... autour de nous... pas de chiffres... pas de nombres....

(Suite-3- le 30/11/2009- Vers la Mésopotamie)
Viviane
Par Viviane -
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article