Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

LES MEILLEURS DE L’ANNEE MUSICALE 1978

Les archives en notre possession nous permettent de rendre compte aux mbokatiers les résultats du référendum organisé il y a 33 ans, soit le 22 décembre 1978 au siège du quotidien du soir ELIMA à Limete, par les chroniqueurs de musique de presse de Kinshasa, sous la présidence du doyen Ntondo-a-Ngoma-Nene, et rendu public dans tous les organes de presse du Zaïre ainsi qu'à la radio et à la télévision à partir du dimanche 31 décembre 1978.

Voici la composition du jury : Kalonji Ngoy (Télé Zaïre), Malanda Nsukula Divunda (Salongo), Nila Mbungu (Elima), Mavilus Mavitidi Lusuki (Likembe), Ngoie-a-Tshiluila (Salongo), Lilo Miango (Elima), Luzayamo Manketa (Elima), Bazakama Bayete (Salongo), Bolowa Bonjokwa (Voix du Zaïre), Eale Ekabe (Elima), et le doyen Ntondo-a-Ngoma-Nene (Elima).

Statuant contradictoirement et après plusieurs tours de scrutin suivis de délibérations et procédant méthodiquement, ont élu :

-          1er L’Afrisa comme meilleur orchestre pour l’édition 1978 avec 31 points,

2 .Empire Bakuba avec 25 points,

3 .Viva la Musica avec 9 points,

4. Zaïko Langa-Langa avec 5 points,

5. Stukas avec 2 points.

-        1er « Bongo Bouger », de Sukami Landu et les Casques bleus, meilleure chanson avec 19 points

2. « Synza » de Koffi Olomide avec 18 points,

3. « Sango ya mawa » de Matolu Dode et l’Empire Bakuba avec 17 points,

4. « Ponce Pilate » de Tabu Ley et l’Afrisa avec 14 points,

5. « Kiyedi » de Dino Vangu et l’Afrisa avec 4 points.

-       1er Koffi Olomide : comme meilleur auteur-compositeur avec 28 points. Ont suivi :

2. Tabu Ley avec 14 points,

3. Matolu Dode avec 12 points,

4. Celi Bitshou avec 9 points,

5. Sukami Landu avec 4 points.

-      Koffi Olomide a été élu comme étant la révélation de l’année 1978 avec 32 points.

-      1er « Parions » élu meilleur éditeur avec 25 points, suivi de :

2. « Super contact » avec 17 points,

3. « Molende » avec 14 points,

4. « Aziza » avec 11 points,

5. « Moninga » avec 1 point.

-   Stukas élu à l’unanimité orchestre à encourager.

2

  Passe-present 0003

3

Passe-present 0001

 

LES 5 MEILLEURES CHANSONS DE 1978

1. Bongo Bouger, par Teddy Sukami et les Casques bleus

2. Synza, de Koffi Olomide

3. Sango ya mawa , de Matolu Dode et l'Empire Bakuba

4. Ponce Pilate, de Tabu Ley et l'Afrisa

5. Kiyedi, de Dino Vangu et l'Afrisa

 

 

Informations compilées par Messager    

Commenter cet article

Nila Mbungu 22/12/2014 16:39

Merci pour ces achives. J'ai tout perdu.Les archives des quotidiens Salongo et Elima ont été détruits par les pillages de 92 puis par l'AFDL en mai 97...

Marcellin 27/10/2011 12:37



Na Kongo baponaka ba meilleurs na ndenge ya qualite ya mosala te, kasi nde na popularite. Yango wana surprise azalaka te, competition ezalaka kaka kati ya ba nzembo mpe mangomba oyo ezalaki na
succe makasi na Leo, kasi ba oyo basalaki mosala makasi na ngambo ya qualite mpe recherche artistique moto te azalaki kotala bango na miso. Bokeseni ezali makasi soki otali ya ba mboka oyo ba
telemisaka nde bato oyo basali mosala ya solo na ngambo ya qualite artistique. Resultat ya mosala ya ba journalistes mpe ba chroniqeurs oyo ezali e te lelo oyo na Kongo, b'alanga nzembo mingi
balukaka kaka nde popularite, mpo bayebi yango nde ezalaka elembo ya reussite, soki na ningisi Leo ngai nde moto selon ba journalistes mpe ba chroniqeurs kasi soki nasali mosala monene na ngambo
ya qualite artistique kasi bato mike bayebi ngai, wana ngai nde moto pamba selon toujours bato wana.


Mwan'a Joburg



Kongo na biso 26/10/2011 18:34



Mbote,


Merci kulutu Messager, on est gâté avec des archives d’Elima, chaque article de journal
Elima me rappelle une période, une époque, beaucoup des souvenirs et mon adolescence à l’époque où tout Zaïrois attendait « Elaka ya 1980 » inscrite sur tous les plaques d’adresses de
chaque parcelle.


Est-ce que le journal Elima existe-t-il jusqu’à ce jour ?


Le groupe qui constituait ce jury travailler dur et ils ont prouvés leur savoir faire qu’on
ne peut pas égaler avec la nouvelle génération des journalistes d’aujourd’hui.  Je me pose toujours cette question « pourquoi cette différence, ce trou, ce vide et cette lacune ? »


Bonne journée.


Kongo na biso.