Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Les jeunes rendent  hommage au Dr Nico Kasanda

 Nico 1

Marie-Nella, par Dr Nico et l'African-Fiesta Sukisa

 

. Asala-Malekoun, par Dr Nico et l'African-Fiesta Sukisa

Nous avons été sensibles à l’hommage que les jeunes, ceux qui n’ont pas connu le Dr Nico de son vivant, rendent à cet illustre artiste , auteur d’une œuvre immense dans l’histoire de la musique congolaise.

A  leur intention , nous publions en bas, un article de Wikipedia  rendant compte  la visite que Jimmy Hendrix avait rendue au Dr Nico à Paris durant les années '60, en guise de respect pour sa maîtrise de la guitare.

Par ailleurs nous rassurons tout le monde que notre blog est ouvert à toutes les signatures. Nous donnons l'occasion à tous les témoins de notre culture de s'exprimer. Mbokamosika n'est pas réservé à quelques chroniqueurs attitrés. Chaque souvenir, quel que soit son auteur y trouve sa place. 

 

Msg 



 

Bonjour/bonsoir chers Mbokatiers,

je n'ai pas la connaissance d'un Mwenze, d'un Mwana'mangembo, d'un Luzed et encore moins le savoir encyclopedique d'un Njamba Yohwe ou de quelque autre aine que je lis avec délectation sur ce blog sur la vie et les a-cotes de nos grands artistes. Par ailleurs je n'ai pas du tout connu Dr Nico pour la bonne et simple raison que lorsqu'il était au pinacle de son art et de sa gloire, je tetais encore les seins de ma mère de quelques montagnes isolées de mon Kivu natal. Et a peine commencais-je a m'interesser a la musique et aux musiciens de notre pays, deja il tirait sa révérence. Mais comme ce fut un grand artiste, son oeuvre ne m'a guerre laisse indiffèrent. Cette oeuvre que j'ai découverte vraiment plus tard (début des annees'90)  sur les ondes de la Chaine Stereo de la station mere de l'OZRT dont le producteur vedette, M. Bolowa Bonzakwa, selectionnait avec un gout sans pareil des "vieux succes".

Et comme beaucoup d'autres qui ont contribue par leurs opinions a cet echange sur Chantal, Nico et l'Africa fiesta Sukisa, la question sur la disparition de ce chanteur de charme qu'etait Chantal Kazadi, et celle sur le sabordage d'un ensemble de la trempe d'Africa Fiesta Sukisa m'ont toujours hante. C'est pourquoi je remercie les uns et les autres qui ont apporte un tant soi peu d'elements de connaisance sur ce dossier.

Quelqu'un ayant aborde la fin malheureuse de Docteur Nico et effleurer sans aller en profondeur une histoire de rivalite entre les grands noms de  la musique congolaise de l'epoque, je voudrais relever a l'intention de Mbokatiers que la version qui veut que Rochereau Tabu Ley etait d'avis que Docteur Nico avait vu son sort scelle par d'autres disciples d'Orphee semble avoir ete  partagee par Docteur Nico lui-meme.

Il suffit pour s'en convaincre de re-visionner cet element que les techniciens de Mbokamosika trouveront sur Youtube

 

 

 

 

(http://www.youtube.com/watch?v=pxF7tLP3lME&feature=related Docteur Nico with Tabu Ley & Afrisa)et qui est un de tres rares sinon le seul concert joue dans Afrisa par Nico Kasanda, quelques annees avant sa mort.

L'element daterait des debuts des debuts des annees 80 semble t-il. Aucours d' un concert telediffuse par l'OZRT, apres avoir execute les meilleurs morceaux de son répertoire de l'epoque, et quand personne ne s'y attendait, on voit Rochereau annoncer au public l'entree en scene de Dr Nico "que beaucoup croyaient mort", indique t-il avant de preciser qu'il va jouer une chanson de ecrite par lui-meme intitulee " RESURECTION NICO".

Autant laisser aux Mbokatiers le temps de découvrir par eux-memes le message de cette chanson ou le grand et inegalable guitariste (dans le sens anglo-saxon du terme) denonce sans exageration ni acrymonie l'hypocrisie et la mechancete des ses comperes musiciens. Des la premiere strophe, annoncee par une suave combinaison des notes aigues, infiniment feeriques et d'une rare sensualite, fruit sans doute d'un magique va et vient des doigts d'une main gauche sur des cordes d'une guitare que des doigts d'une main droite trituraient, forcaient a vomir tous ce que les dieux de la musique y avaient enfouis comme tresors, Nico fait psalmodier la chorale d'Afrisa:

TONGO ETANI NZAMBE EE

BASOSO BALELI, BA NDEKE MPE YA LIKOLO BALAMUISI NGAI NA NDOTO

BA NDEKE BALAMUISI NGAI:

"YOKA LIKAMBO NICO

BANINGA BAZALI LIBANDA BAZALI KOLELA YO LAMUKA"

O NZAMBE, O NZAMBE YOKA LIKAMBO:

BANINGA NAKUTI LIBANDA NZOKA YA KOTANGA

BAYEBAKA MONINGA NA TANGO YA PASI EE

Et apres avoir reussi de faire pleurer et la guitare et le public par la sensualite de sons qui se degageait de ses doigts de maestro, le tout accompagne par une excellente chorale menee par le seigneur Tabu Ley Rochereau en personne, voila que vient le refrain:

NIKO ABIMI EE

KATI YA MAYI EE

LIWA MPE NA SEKWA

EZALI SE SE NA MABOKO YA BATO

Et lorsque, en opotheose Rocheareu l'invite a adresser un mot aux melomanes, Nico choisit de le faire en Ciluba, sa langue natale. C'est la premiere et la derniere fois d'entendre la voix de Nico en live autrement que sur un support discographique. meme si je ne suis pas arrive a comprendre le contenu de son message aux melomanes, au moins je peux m'imaginer qu'il avait profite de cette occasion non pas pour crier haro sur le baudet ou les jaloux qui ont fait de vite organiser ses obseques alors qu'il etait encore en vie (et la-dessus il est reste fidele au portrait fait de lui par Rochereau dans Mokitani ya Wendo et que quequ'un a rappele ici : NIKO WETU KASANDA ALOBAKA TE) Nico en a appele je crois a la paix, pas a l'invective, pas a la chasse aux sorcieres. Loin s'en faut. Il a prefere laisse sa guitare parler, temoigner pour les generations de l'epoque et de toujours qu'il etait et restera un grand, un tres grand artisteguitariste. Auditionnez cette pepite d'or qu'est "Resurection" et vous en conviendrez avec moi que cet homme n'a pas usurpe son titre de docteur.

Mais une question pour terminer: existe t-il un tel monument quellque part dans notre pays ou ailleurs portant le nom de cet homme? Sinon, pourquoi, sous l'initiative de Mbokamosika, ne creerait-on pas une fondation ou un centre Docteur Nico (comme il existe ailleurs de l'initiative de leurs anciesn amis et fans le Centre Jacques Brel, ou la Maison Georges Brassens) dont le but serait entre autres, de saluer, de vulgariser et de perpetuer son oeuvre?

 

Nonga m.Menga hier à 23h31

 

 

DR Nico Kasanda

 

DR Nico

Wa Mikalay de Nicolas Kasanda (1939 Mikalayi, Province de Kasai,Transporteur - 1985 Bruxelles, La Belgique), populairement connu As DR. Nico était a guitariste, compositeur et un des pionniers de soukous musique. Il a reçu un diplôme dedans 1957 en tant que professeur technique, mais inspiré par sa famille musicale, il a pris la guitare et à temps est devenu un soloist de virtuose.

À l'âge de 14 il a commencé à jouer avec le groupe séminal Jazz Africain, mené près Joseph "Kalle Grand" Kabaselle, il est devenu un guitariste influent (Jimmy Hendrix lui rendit dans le passé une visite personnelle durant  son séjour à Paris), et créateur du modèle congolais omniprésent de guitare, acquérant le surnom "DR Nico". Le jazz africain fractionnent 1963 quand DR Nico et chanteur Rochereau Temporaire Tabou gauche pour former le leur Fiesta D'Africain De L'Orchestra, ce qui est devenu un des plus populaire en Afrique.

Il s'est retiré la de la scène de musique mi les années 70 effondrement suivant de sa étiquette record belge, et fait quelques enregistrements finals dedans Le Togo, pas longtemps avant qu'il est mort dans a Bruxelles hôpital dedans 1985.

Liens externes

Discographie de Docteur Nico

 

Source:Wikipedia

.

Docteur Nico?C'est le jeu des six cordes de la guitare,toutes,mises à contribution dans une chanson,même les deux premières qui,le plus souvent ne sont jamais
sollicitées:"Marinella"(
African-Fiesta Sukisa)


Docteur Nico?C'est la reproduction du son de clochette à la guitare:"Djéké","Sangana"(African-Fiesta,formation originelle).


Docteur Nico?C'est encore la reproduction des sons likembé et balafon,selon que vous montez progressivement en volume,dans "Mipendé ya milangi"et "Saouda".


Docteur Nico?C'est celui qui faisait parler,pleurer,rire la guitare,comme le soulignait dans les années 50 déjà,musicologues belges et producteurs phonographiques grecs.


Docteur Nico?C'est celui qui pousse l'extrême virtuosité à plaquer une note,mais alors une seule note,en conclusion ses réponses aux leit-motiv "échantillon kombo na buku"martelés par les
chanteurs,dans la chanson "Echantillon ya pamba"(African-Fiesta Sukisa),une note qui s'apparente au tintement d'un verre vide.Tout le génie du guitariste résumé dans cette seule note.


Docteur Nico?C'est le premier changement de gamme avec transition dans la musique congolaise:"Souké"(African-Fiesta,formation originelle)


Docteur Nico?C'est une technique unique et inimitable dans le jeu des instrumentaux dont il posséda seul le secret.


Docteur Nico?C'est une guitare de rêve (dixit Sylvain BEMBA,musicologue).


Docteur Nico?Oui!...le dieu de la guitare.

 Mwenze

 

 

Les musiciens de l’époque étaient des créateurs, des modèles et des grands chercheurs. Avant de composer une chanson ou de créer un rythme, ils se documentaient tellement qu’ils évitaient toute ressemblance ou du plagiat. Lorsqu’on ecoutait une chanson, on savait facilement distinguer leurs voix ou alors qui jouait tel ou tel instrument, anyway, on ne fermait même pas les yeux car le visuel n’existait même pas. On savait distinguer la voix de Kallé à celle de Longomba ou Wendo, on savait que c’était Evoloko ou Wemba, meme Bimi qui chantait. On savait distinguer que c’était Nico, Dewayon, Bavon, Franco, Dizzi Mandjeku, Papa Noël, ou même Manuaku qui jouait ; on savait distinguer le saxo de Verckys à celui d’Empompo ou Maproko. Malgre la ressemblance des voix, on savait que c’était Madilu ou Yampanya qui chantaient, on savait que c’est Mpongo Love ou Etisomba, meme Abeti. Cela n’existe plus, il y a confusion sur confusion. Si on enlève les cris qui dominent les chansons actuelles, on ne sait plus distinguer les chanteurs, les instrumentalistes, d’expression libre ou chrétiens, tous sont confondus dans le rythme ; copie sur copie ou alors du copier-coller en y ajoutant les cris comme Mfuenge, Lopele, Mu Yesu kaka, ou alors Sima ekoli. Sauf peut-être Nyoka qui se distingue un peu avec une dose marquée de kizombolisation (prédominance kizombo) dans ses chansons.

Le Congo du Lipopo ou Leo était un exemple et une source d’inspiration musicale pour toute l’Afrique et le monde. Tous les musiciens africains ne juraient que par Leo ou Brazza pour venir y puiser les ressources nécessaires pour leur envol. Si quelques un n’y sont pas venus, mais du moins leur discotheque etaient remplis des chansons de bana Leo ou Brazza, tel n’est plus le cas aujourd’hui. Le Congo a produit ou inspire plsieurs musiciens Africains comme Eboa, Manu Dibangu, Ekambi et autres.

J’étais très ébahi il y a de cela deux ans. Lorsque je suis parti a Montréal au Canada, on était à table avec Nyboma et quelque amis dans un restaurant congolais, il y surgit un jeune Camerounais, actuellement musicien installe à Montréal pour demander si le Monsieur qui était assis à mes cote était Danos Canta, le grand musicien qu’il a toujours admire et qui l’a inspiré pour devenir ce qu’il est devenu. Apres quelques blagues en désignant autres personnes, Nyboma s’est présenté à ce jeune homme. Il fallait voir comment, alors comment le monsieur était rempli d’émotion et des larmes coulaient sur ses joues pour avoir rencontré son modèle et l’homme qui l’a poussé de devenir musicien. Qui inspire encore nos confrères africains ?

Hier j’ai suivi l’interview de Reddy Amisi sur Congomikili, un bon jeune chanteur qui a reconnu qu’il y a maintenant crise dans la musique congolaise, les modèles comme Franco et Tabu Ley ont disparus, il n’y a plus création, il n’ y a plus de recherche, il n’a plus rien, alors rien car les gens ne créent plus, la presse et les critiques d’arts sont devenus plus fans et ne critiquent plus. Les journalisent se précipitent auprès des musiciens pour se faire mabangaliser (mabanga). Ainsi on entend plus les noms des journalistes cites dans les chansons que eux-mêmes critiquer les œuvres des musiciens. Zacharie Baba Basuwe qui était sur le chemin de Kayumbi Beya, Lukunku Sampu, Lutu Kimper, Nila Mbungu, Lukezo ou autres se fait plus chanter (il a battu le record des mabangas) que critiquer une œuvre de Koffi ou Werra. Eeux-meme les musiciens ne s’inspire plus, ils font sortir des albums comme des champignons, en utilisant plus des mabangas ou des atalakus. Regardez avec quelle enthousiasme les gens continuent encore à danser des chansons comme Félicite (Kalle), Pesa Position (Madilu), Mamu (Franco), Nasi na bali (Mbili ya Bel Mboyo), Maya (Lutumba), ou alors Lisapo (Zaiko). Qui danse encore Mfuenge (Werra) aujourd’hui ? Il n’y a plus des musiques pérennes avec nos jeunes, leurs albums ne font que l’espace d’un matin et puis ça disparait.

Il faut les états généraux des musiciens congolais, le ministre de la culture doit se lever et reclasser la musique congolaise qui est devenu poubelle. Sinon, on va dans l’art pour l’art ou alors SVP ramenez-nous le mayidoda ou sesebele, car du moins ça nous faisait danser volontairement ou involontairement.

Des musiciens comme NIKO KASSANDA, on risque de ne plus les écouter. Nous avons eu la chance nous, je regrette pour nos jeunes, ne soyons pas egoistes avant notre disparition ou la disparition des peu des monuments qui nous restent, ils sont a compter et agissons vite.

par Bernard Manseka aujourd'hui à 15h24

.

Commenter cet article

Claude Kangudie 09/09/2012 21:10


Mbote ndeko na nga LUSED...Bon, bino ba Imaniens bozali kaka boye...Tchang Laï aya epayi na bino, ezalaki mua parenthèse. Ses lettres de gloire en tant que mobeti monene, akoma yango epayi na
biso, na Dragons, les Monstres. Nakotanga babeti ebele oyo bayebanaki epayi na biso, kasi tango balongue biso, ndembo ya malonga epayi bakendeki emonani te...Ezali bongo Mangala Yafu (de Bilima à
Imana), Bolanseke Bogus (Bilima à V.Club), Kungu Technicien (Bilima à Sozacom), Ungenda Felly (entêtement ya Président Mbemba Raison qui voulait récupérer son joueur na Etoile du Zaïre)
etc...Nasepeli mingi na matomboli na yo...Mangapi eeeee Mangapi aaaaa....Souvenir ya Grand Libulu ya 20 mai...Mpokua elamu epayi na yo ndeko Lused.


Claude Kangudie

LUSED 09/09/2012 20:33


À mon frère Kangudie


En tant que grand Imanien dans le sang ,je suis jaloux quand tu écris encore "Ngunza Mpembele Tchang Lai ,joueur de Dragons".Depuis le temps de Bilaf ,Ngunza Tchang Lai n'appartient plus à
Dragons ,ni même Olympique.Daring Faucon l'a déjà acheté ,il nous appartient désormais.Peut être tu es Dragoman ,mais desolé ,"un bien acheté ,nappartient plus à l'ancien propriétaire".Demande
ton avocat ,il te dira que ,j'ai raison.


LUSED

Bernard Manseka 09/09/2012 19:03


Merci Messager et tous ceux qui ont commente ma reflexion, ne nous arretons pas la, il faut contacter les reste de nos monuments comme Tabu Ley, Verckys, et meme La generation Manuaku pour qu'ils
ne laissent pas ces jjeunes se lancer dans le mvagabondage musical. Il faut tout faire pour que nos jeunes heritent de ces vieux. Un vieux qui meurt est toute une culture emputee d'une facette.
La mort de Luambo et Madilu a tue la rumba

MWENZE 09/09/2012 16:16


Mes excuses à LUSED car la mise en garde attribuée à Claude Kangudie est plutôt de lui.


A César ce qui est à César!


MWENZE

MWENZE 09/09/2012 15:51


Salut Claude KANGUDIE.Ngai na kanisaka tango tolobaka tô totangaka "3 mousquetaires",ézalaka na ndengé ya litsiô,ya mabé,pona kindoki na bango,motéma likunia na bango,mitéma mbindo,bongo
té?En tout cas,pona ba iké ézali ndé na boyé.Si c'est pour la musique proprement dite,n'en déplaise à qui voudra,ils n'étaient que deux:Joseph KABASSELE,Le Grand KALLEet Nicolas KASANDA,Docteur
NICO.Eux seuls ont modelé la musique congolaise et africaine,leur ont donné forme.Eux seuls donnaient le ton,indiquaient le chemin,le premier pour la voix,le second pour la guitare et
ce,sur tout le continent africain.Et je réaffirme ici que TOUS LES AUTRES,sans exception,TOUS je dis bien,suivaient derrière.Docteur Nico est le modèle de guitare par excellence.Ce n'est pas un
hasard si seule son école de guitare aujourd'hui subsiste,résiste à l'épruve du temps.Signe des temps,l'assimilation de l'école Nico par l'OK-Jazz dès 1975, avec Michelino,Papa
Noël,Dizzy Mandjeku,Makosso,Gerry Dialungana,jusqu'à ce jour chez "Bana OK".L'autre école de guitare,désolé,a disparu depuis belle lurette,sauf pour introduire un peu de fantaisie
dans les arrangements et ça s'arrête là.Qu'on se le dise!


Merci Claude KANGUDIE. pour cette mise en garde à tout aventurier sur l'oeuvre de Nico.Ils l'ont tué physiquement alors que sa mission n'était pas encore achevée,qu'ils ne le  tuent pas
spirituellement aujourd'hui en massacrant son oeuvre.


MWENZE

Epidemie 09/09/2012 01:52


A LIRE ABSOLUMENT


Après Les femmes du Maréchal Mobutu... et voici Zoom sur les femmes de Faure Gnassingbé Eyadema du Togo


source : www.benininfo.com

LUSED 09/09/2012 01:49


AVIS AU FUTUR MUSICIEN QUI VOUDRA CHANTER "NICO"


Ces derniers jours les musiciens sont en train de chanter les aînés,au Congo ou ailleurs .ce qui n'est pas mal.Et cela se passe bien :


-Baby a chante Ndombe Opetum (son père).


-Koffi a chante Lutumba


-Koffi a chante Luambo (Franco)


-Koffi a chante Tabu Ley  


-Koffi a chante Antoine ...etc.


 


Avis au musicien qui voudra chanter Nico.Il faudra tenir en compte deux facteurs :


1-LA GUITARE HAWAÏENNE:-cette guitare ne pourra pas manquer ,puisque certains chants comme "NAKEYI ABIDJAN" ,"PAULINE" ...et autres sont caractérisés par le son agréable de cette guitare.


 


2-LE SOLISTE REMPLAÇANT DE NICO:-Rejouer un tube de Nico ,c'est manier la guitare solo à la place du "dieu de la guitare".Donc ,il faudra un soliste de taille capable comme Nico ,de dominer les
deux types de guitare (moderne et hawaïenne) .


 


Car les anciens fanatiques de nico ,auront les yeux fixés vers la guitare solo,et le soliste.Et l'oreille prête à entendre les sons de la guitare de NICO.


 


Sans cela ,c'est l'échec total.Interpéter Nico ,c'est reproduire avant  tout la guitare de Nico.Sinon vaut mieux ne pas s'hasarder...Tu tromperas les jeunes ,pas ceux qui ont connu
NICO.Chanter Nico est avant tout REPRODUIRE LA GUITARE DE NICO !!! Ou alors ,chanter seulement les autres,laisse NICO en paix !!!


C'est un avis gratuit !!!


LUSED


 


 

LUSED 09/09/2012 00:44


Bonjour  Mwenze !!! Ton complément à mon commentaire a été merveilleux !!!Je l'ai beaucoup apprécié...Pendant que ,comme Claude ,Max me fit rire sur ses 83 mabangas.


Je ne sais pas si les jeunes comprennent ce que nous ressentont sur ces souvenirs du Docteur Nico .Il ya là un sentiment nostalgique melangé :


-De la JOIE :de voir Nico honoré toute cette semaine sur divers articles. 


-D'ÉMOTION :de revivre encore historiquement sa fin imprévue dans la musique.Je me demande s'il n'est pas mort des soucis...


-De TRISTESSE : pour constater qu'il fût victime de jalousie par des collégues (soit un collègue),pour être un soliste incomparable...


-Des REGRETS pour l'Afrique : de prioriser la jalousie au lieu de soutenir ce merveilleux don et le présenter au monde.Pour l'honneur du Congo et l'Afrique.


 


On parlait de 3 grands (3 mousquetaires) à l'époque donc :Franco-Tabu Ley -Kiamwanga. Alors que normalement, ça devrait être (Nico-Franco-Tabu Ley).Mais la jalousie a écarté l'un des 3 grands de
cette époque (Nico).


 


Il est sûrement l'un des plus grands solistes de tous les temps au niveau mondial.Je sais que d'autres me diront :"TU EXAGÈRES".Mais c'est une verité.


 


Toute cette semaine, je ne fais auditionner les anciens succès de Nico.J'auditionne  maintenant les tubes que mon bien aimé Mwenze vient de mentionner da son intervention.


Cette série des divers articles dediés pour Nico et les siens (Josky ,Chantal,African fiesta Sukisa...),fut une merveilleuse inspiration pour le Messager !!! Pour preuve:les jeunes ont rendu
hommage).Et on sent encore le désir de continuer ....Longue vie à Mbokamosika !!! Bravo pour cette inspiration !!! 


 


LUSED 

POUKO 08/09/2012 19:29


A mon ami MWENZE je dirais que le CENTRAFRICAN JAZZ de Prosper MAYELE (surnommé le diable de la guitare)a sorti aussi quelques chansons avec cet instrument qu'est la guitare hawaienne Il est vrai
que la musique centrafricaine de la periode ou evoluaient les KALLE,Dr NICO,FRANCO et les autres de cette generation est tres peu connue hors des frontieres de la R.C.A en depit du fait qu'il ne
manquait pas des talents Justement MAYELE(qui d'ailleurs a remplacé au pied levé DECHAUD lors du passage de l African jazz à BANGUI) etait souvent comparé a Dr NICO tant il y avait des
similitudes dans leurs facons de s'exprimer avec une guitare Au besoin je ferais parvenir quelques chansons qui illustrent mes propos


     Bon week end        J.POUKO

MWENZE 08/09/2012 18:52


CHOSES VUES: Quand Docteur Nico balladait,au refrain sur son manche de guitare,son doigt sur la grosse corde au refrain de Marie-Nella,c'est
tout le bar-dancing qui vibrait sur ce son:tables,chaises et tripes des gens qui les occupaient,verres et bouteilles de boisson.Et ces gens criaient aussitôt,se pâmant d'admiration
devant ce qu'ils vivaient.Hélas,les studios d'enregistrement n'étaient pas encore hi-fi,l'artiste était en avance sur son temps,et ces sonorités ne sont pas reproduites ici aussi fidèlement
qu'en live.L'auditeur n'en a qu'un aperçu.C'était à vivre.C'était aussi cela,docteur NICO.Souvenir,souvenir!

Claude Kangudie 08/09/2012 17:30


Bonjour Max...Tu ne peux savoir comment j'ai éclaté de rire sur ton comptage des mabanga. Il y quelque temps, un de nos lecteurs s'interrogeait de savoir qui de Zaïko LL et de Shama-Shama de
Mopéro était supérieur à l'autre. Répondre à cette question revient à résoudre la quadrature du cercle. Vu de Kinshasa, on sera tenté de dire que Zaïko est meilleur que Shama-Shama. Mais, en
1980, de passage à Mbuji-Mayi, je découvris une véritable légende, un véritable culte à Mopero wa Maloba et son Shama-Shama. Le passage de cet orchestre dans les années 1975 dans cette
province avait laissé une trace indélébile. Les sacs de Midema dont Mopero parlait dans son témoignage vidéo en tant que pasteur, j'ai vu mes oncles et leurs copines me sortir les costumes qu'ils
s'étaient confectionnés avec ces accoutrements, pour faire comme Wa Maloba. Va dire à ces gens que Zaïko est supérieur à Shama-Shama !!! Ceci pour montrer que jusque là, les Nico, Izeidi, Luambo,
Kabasele avaient des descendants dignes d'eux. Et après Zaïko, Shama-Shama, Thu Zahina, Continental, Symba, Bella Bella, Zembe-Zembe et d'autres qu'y a-t-il aujourd'hui ? En ces temps là,
l'annonce de la sortie d'un nouvel orchestre mettait tous ces grands dans une idécision complète. La scène musicale congolaise n'était jamais figée dans une médiocre monotonie ! Cette situation
explique les coups que les grands faisaient à ces "petits" qui bousculaient tout le temps l'ordre établi, d'où une certaine complicité entre les 3 mousquettaires Vévé, Rochereau et Franco pour
étouffer ces "petits". Ma foi, même le Bansomi Lay Lay, depuis son lointain Kingasani arrivait à bouleverser les données scéniques de la capitale. Un des nos frères regrette les circonstances de
la mort de Pembele Ngunza dit Tchang Laï de Dragons. Les jeunes aujourd'hui, ont les disques des alanga nzembo, mais les footballeurs, il n'y a aucun support image pour rappeler ces dieux de
nos stades. Tchang Laï, s'était la classe ballon au pied, un drible déroutant et un jeu de tête impeccable. Il fallait le voir, balle au pied, quand il fonçait vers le but adverse...Il est
de la génération des dieux de notre foot, comme Pierre Kalala Mukendi, Joseph Kibonge et Mokili Saïo, ces trois qui basculèrent notre pays définitivement dans la cour des grands en Afrique.
Comprenez mon émotion quand je vois les rabougris et chétifs qui nous servent d'équipe nationale, en plus bien indisciplinés...Et ces crétins mettent le mailot Bleu ciel barré en diagonal de
Jaune et Or avec une Etoile sacrée réprésentant mon pays, le Congo. Pour terminer, je suivais le match France-Finlande à la télévision...Il y a un MAVUBA...par nostalgie, j'appelle un ami
vita-clubien ayant fait partie du comité de recherche de Vita Club. Je lui dis: regarde le petit, au moins, le nom de Ricky Mavuba est d'actualité..."Petit wana ayebi balle te...père na ye aleki
ye de loin. Kanisa Vieux Maufranc Mambueni...etc...." et la nostalgie. Quand on a touché le fond, on ne peut que remonter. Nous savons ce qui nous reste à faire. Tobosana te ke tozali ba
Congolais lokola Tungulu na Chebeya.


Claude Kangudie. 

Max de Glasgow 08/09/2012 15:22


Chers Amis Mbokatiers,


 


L'article ci-dessus est d'une valeur inestimable comme l'est notre Website "Mboka mosika".


 


La musique congolaise a presque tout perdu. Il nous reste seulement les "atalaku" et des assoiffés de succès et de fortune à la hate. Les bons musiciens, c'est fini; il ne nous sera pas facile de
retrouver notre place dans le panthéon de la musique africaine et par délà, la musique mondiale.


 


Du temps de la bonne musique, il n'y avait pas de mauvais chanteurs. Si vous m'en citez un, je présenterais mes excuses devant tout le monde. Les vieux n'avaient pas tous des bonnes voix, mais
ils savaient comment les placer dans la mélodie. Ils ne jouaient pas à la guitare n'importe comment; les mabangas, il y en avait mais bien ordonnés. J'avais suivi la chanson "Victime d'amour" de
Férré dans WMM, quand je me suis fatigué, j'avais déjà compté 83 mabangas; les paroles et les instruments étaient étouffés par les cris. Ouf!!!


 


Les vieux n'avaient pas de studios sophistiqués, mais écoutez la précision de son de "Echantillon" de Dr Nico. La précison des cordes de guitare de la chanson "La Tout Neige" de Zaïko LL, etc...
Ils n'avaient pas de studios 1000 pistes assistées par des ordinateurs, non! Mais quelle qualité!!! Où sont passées ces bonnes choses qui faisaient la fietré de notre musique.


 


Les oeuvres de Dr Nico et de sa génération sont limpides à écouter. Papa et Maman ainsi que leurs enfants peuvent les écouter ensemble; mais celles de la génération actuelle, ne peuvent pas être
écouter en famille: impossible. Beaucoup d'insanités et de cacophonie sur tous les plans.


 


Pour ne pas m'éterniser, cet article devra constituer une des bases des états généraux de la musique congolaise si ils auront lieu un jour.


 


Il n'y a que tristesse en moi en lisant cet article; Dieu merci je me console encore avec ma grande banque musicale que je garde jalousement pour ne pas être aliéné; Mboka mosika aussi fait un
énorme travail pour la conscientisation de tous les amoureux de la bonne musique.


 


Bon week-end à tous.


 


Bien à vous Max de Glasgow.

MWENZE 08/09/2012 14:33


Bonjour et surtout merci ndéko Claude KANGUDIE,de prouver par par ton récit que ce que j'écris ici n'est jamais l'oeuvre de mon imagination.Et j'ai toujours affirmé combien ces gens-là
étaient des grands messieurs,des gentlmen,et non des grands enfants,comme les soit-disant vedettes d'aujourd'hui qui ont besoin de gardes du corps dans leur vie,alors que,artistiquement ils n'ont
rien apporté à la musique congolaise,sinon,au contraire la dévaluer.Vanité des vanités!Mais ça,c'est un autre débat,que le code de conduite de notre site nous interdit désormais.Est-il qu'à
travers cet échange sur Dr Nico et l'African-Fiesta Sukisa,vient de se tenir indirectement ce débat.D'ailleurs,ndéko MOKILI MAKAMBO et toi confirmez ici ce que j'ai toujours affirmé depuis
bientôt deux ans,seul,pour lequel j'ai été combattu.Cette-fois,des oeuvres sont citées en référence,et à chacun d'écouter puis de juger.Merci encore.


CHOSES VUES: Lorsqu'arrivait le tour d'une oeuvre de Dr Nico au concert des disques demandés sur Radio-Léo ou Radio-Zaïre,et même sur Radio-Congo ou Voix de la Révolution en
face,c'est comme si le temps suspendait son vol:les hommes arrêtaient leurs bavardages,femmes et filles arrêtaient  leurs occupations domestiques(balayage de parcelles,vaisselles du
soir,rangement de linge séché sur fil).Dans un silence religieux,les oreilles collées à la radio,Dr Nico égrenait ses notes.Sa guitare occupait alors tout l'espace sonore de la ville:c'était
l'intro de "Mabélé moké",les solos de "Ekoti ngai hopitalo","Souké","Makila éyina nzoto",le sebéne de "Biantondi Kasanda",la ballade de "Nakeyi Abdjan"(ce nec plus ultra de la
guitare hawaïenne que tout le monde peut suivre sur le site "youtube")...etc.Dr Nico,c'est le nectar de la guitare et rien d'autre.


MWENZE

Claude Kangudie 08/09/2012 13:35


Bonjour Mwenze...J'ai cotoyé, dans le cadre purment familial, Joseph Kabasele dans les années 1974-1975. Il était à ce moment là président de la Soneca et je crois de l'Umuza. Je peux te dire que
l'homme était très fier d'être le père de la musique zaïroise moderne. Je peux te dire que ce fut un grand homme...je discutais il y a quelques années, ici en France, avec Papa Noël. Il
m'expliquait comment il avait vécu une crise de l'African Jazz, lui et Jeannot Bombenga. "Claude, nakomi, natuni Bombenga likambo nini ? Alobi na nga PATRON atomboki mpo na Kasanda na
Tabu..." Papa Noël et Jeannot Bombenga ne sont pas n'importe qui...mais ils appelaient Kallé Jeff religieusement "patron". Juste pour dire ce que fut Kabasele Tshamala Joseph. Bon week end à
tous. Ayons notre pays, le Congo, dans nos pensée.


Claude Kangudie.

MWENZE 08/09/2012 12:14


Cher LUSED,je viens à ton secours compléter le nom du deuxième joueur de guitare hawaïenne en Afrique: KING SUNNY ADE du Nigéria. A signaler également l'orchestre BABA GASTON BAND de
Lubumbashi qui s'y était essayé.


La comparaison du son de la guitare hawaïenne que tu recherches est à faire avec le son étiré,ou slide, du synthétiseur.Et occasion m'est donné ici d'affirmer avec assurance que
Docteur Nico n'aurait sûrement pas eu besoin de synthé,car il en reprdoduisait déjà les sons,lui-même,à la guitare.


Recommander également aux jeunes l'écoute de "Rochereau Pascal","Mambo Nico",l'introduction de "NDaya"(de Rochereau,Nico,Roger Izeïdi en 1964,dans l'African-Fiesta,formation originelle)sans
oublier le sommet de la guitare hawaïenne au monde?s'il vous plaït,comme indiqué dans ma première intervention:"NAKEYI ABIDJAN"(Sangana,African-Fiesta Sukisa,1969).Rien de
mieux ne s'est fait en matière de guitare hawaïenne,ni avant ni après cette chanson,au monde!


Je signalerai par ailleurs un détail,non moins important sur la chanson "Capacité ya bolingo"(Ngoualali Michel,African-Fiesta Sukisa,1969):ELLE EST ENTIEREMENT EN BEMOL.Et les chansons en
bémol,dans notre musique,sont à compter sur les bouts du doigt.Pour mémoire j'en citerai une seule:"Bongo",Essous et l'orchestre Bantous,1973.La troisième école n'en compte aucune.C'est d'un
niveau artistique trop élevé pour eux.


Pour terminer je dirai une chose aux tout jeunes.La musique congolaise moderne est la première,en Afrique.Et de 1953 ("Para-Fifi",Kallé et l'African-Jazz) à 1973,elle a régné seule,soit 20 ans de
leadership total!Et ce,par la volonté d'un homme,Joseph KABASSELLE alias Grand Kallé,l'un des plus grands chanteurs que l'humanité ait jamais connu.C'est lui qui conçut la musique congolaise
moderne,partant,la musique africaine.Il en est le père.Et à côté de lui,ce pré-adolescent de 13 ans qu'il pressentit grand solo-guitare pour la mise en forme,en musique,de ses idées.Les
autres,TOUS LES AUTRES,sans exception,n'avaient fait que suivre.Et il s'étaient écoulés 3 ans,avant l'apparition des multitudes d'orchestres connus des années 50.Après son passage en Guinée lors
de sa tournée ouest-africaine en 1962,le président Ahmed Sékou Touré exigea de son ministre de la culture Fodéba Kéïta,une réplique de l'Orchestre African-Jazz dans son pays.Ainsi naquit
plus tard le célèbre orchestre Bembeya Jazz National de Guinée,avec le soliste Bembéya Demba Camara,véritable clône de Docteur Nico.Ailleurs,ce furent des échecs.La musique congolaise
moderne et la musique africaine moderne sont une oeuvre de Grand Kallé(pour la conception) et Docteur Nico(pour sa forme),la tête et les jambes.Toute autre personne qui
se revendiquerait quoi que ce soit sur le sujet,est un imposteur.


MWENZE

Mokili Makambo 08/09/2012 10:01


"Nico wetu Kasanda alobaka te" ezali na kati ya nzembo "Tika Nameka" oyo bayembaki na Olympia na 1970, lelo miziki ya ba jeunes ebungi nzela, tala ndenge na Afrika mobimba bakomi komona miziki ya
ba jeunes congolais (Brazza-Kin) yango pamba, miziki ya ba Kongomani ebetama na mokili mobimba : Amerika, Caraïbes, Europa...


Lelo tosuki wapi mpe tokomi wapi, ata miziki ya Gambia ekomi kokunda miziki ya ba Kongomani na ba feti, ezali likambo ya mawa, ah! ba  Tata Polo Kamba, Wendo, Kallé, Kasanda, Luambo na baye
banso bakende, boya kopesa bana na bino nouvelle inspiration.


Dr. Nico Kasanda wa Mikalay alobaka boye soki nabungi te : "nazali mécanicien, nazali na litoyi ya koyoka ba sons malamu..." bokamua te bokeseni ya lindanda ya vieux Nico na boluki ya ba sons ya
kafu-kafu.


Ata ye moko vieux Tabu Ley aloba : bokabuani ya ngai na ndekona ngai Nico Kasanda na 1965, ezali mpoto oyo ata eloko moko te na mokili ebelisa yango, en peu de mots Rochereau a tout dit... mpe
motu na motu a interpreter yango na ndenge amoneli.

LUSED 07/09/2012 23:51


NICO LE "dIEU DE LA GUITARE" AVEC LA "GUITARE HAWAÏENNE" ET "KIRI KIRI"


Aux jeunes Mbokatiers ,puisqu'il s'agit de vous maintenant !!!


Voici ce que je veux ajouter pour votre connaissance:


1-L'une des grandes particularités du Docteur Nico ,donc ce qui fait de lui très très différent des autres solistes est "LA GUITARE HAWAÏENNE". Avec ce type de guitare il était l'unique au Congo
et le premier en Afrique (on parlait de 2 en Afrique,mais lui était toujours premier).J'ai oublié son deuxième en Afrique.Donc même au niveau mondial il en est parmi les génies de tous les temps.


 


La "GUITARE HAWAÏENNE" se joue sur table ou assis ,la guitare tenue à plat ,posée sur ses genoux.Pendant que la main droite manie les cordes , la main gauche fait glisser sur les cordes un objet
métallique ou en verre.Et cela produit un son aigü prolongé différent de la guitare normale.En quelque sorte comme un son venant d'un piano.(Je ne vois pas à quoi comparer ce son).


 


Nico l'avait manié d'une manière extra-ordinaire que :on ne l'appelait pas seulement "Docteur Nico" ,mais encore "Le dieu de la guitare".Et depuis qu'il est mort ,on ne parle plus de la "GUITARE
HAWAÏNNE " ,ni au Congo ,ni même en Afrique.Donc on ne peut pas parler du Docteur Nico sans parler de la "GUITARE HAWAÏENNE".


 


Chers jeunes Mbokatiers !!!Pour avoir l'idée du son de cette guitare ,écoutez les chansons suivantes du Docteur Nico :"PAULINE" ,"TU M'AS DEÇU ". Sur votre internet,localisez  le site
"Youtube" et tapez "NICO KASSANDA-PAULINE",PUIS "DOCTEUR NICO-TU M'AS DEÇU".Alors écoutez ces deux chants.Surtout "Pauline".


 


Le son que vous écouterez n'est pas du piano,il s'agit du Docteur Nico ,le dieu de la
guitare ,avec la guitare Hawaïenne.


2-Autre chose :sa danse nommée "KIRI KIRI" ,a fait bouger Kinshasa à l'époque.J'ai oublié
cette danse ,mais je crois que ça consistait à monter et descendre ,tout en balançant les bras et les jambes.De haut en bas...Les mains comme si on conduisait une voiture et les jambes comme si
on pédalait un vélo.Et les hanches accompagnaient ce mouvement.Quel que chose de ce genre.Si j'ai oublié que un autre vieux mbokatier me corrige.


(tapez dans Youtube:"KIRI KIRI MABINA YA SIKA")


 


Chers jeunes Mbokatiers ,franchement ,pendant que vous rendez hommage au "dieu de la
guitare" congolais et africain ,sachez que nous autres, nous sommes dans une grande  fièvre NOSTALGIQUE.je vais repéter comme a dit Claude Kangudie :"....NE ME FAITES PAS
PLEURER...".


 


LUSED


 

MWENZE 07/09/2012 21:35


Oui,une musique qui ne crée pas l'émotion n'en n'est pas une.Emotion dans le texte,émotion dans la musique,émotion dans le rendu de l'oeuvre.Chanson gaie,triste,mélancolique,sa musique devrait
en être la traduction de ses sentiments.J'ai vu des femmes pleurer sur les paroles de "Mokili makambo"de Sangana+bato mingi bazangi bana bazali koléla,mbongo ézali mingi mwana
azalté,makila na ngai na boya té,NZambé akosalisa ngai+,des femmes s'effondrer en larmes devant Sangana au micro sur cette chanson!De quels solistes nous parle t'on aujourd'hui?Quel soliste
d'aujourd'hui (que Messager me pardonne),nous a encore gratifié  de solo-guitare du niveau de "Capacité ya bolingo" de Michel NGwalali,où Nico étale une fois de plus tout son savoir
technique (tout y es,dans ce solo)de "Ah!mokolo wana" que Nico exécute en égrenant note par note son solo, dans un calme impérial?Quel soliste d'aujourd'hui pourrait encore simuler le
piano à s'y méprendre comme Nico dans "Maria mama na Mulamba" de Mujos(African-Jazz)?Quel soliste aujourd'hui serait à même de nous faire oublier que la guitare est un instrument à cordes
pincées,comme ce jeu de Nico où ses doigts semblent effleurer le manche de la guitare sans appuyer sur les cordes?Quel soliste d'aujourd'hui ferait des légato,cette technique qui
consiste à lier les notes les unes aux autres,sans césure,comme seul Nico sut le faire?Oui,la guitare obéïssait à Nico,elle faisait toutes ses volontés.

Claude Kangudie 07/09/2012 19:59


STP Mwenze ne me faites pas pleurer...aujourd'hui TOUS les guitaristes congolais et africains utilisent le son "étouffé" comme dans "Ngalula mipende ya milangi"...Mais personne ne sait plus que
C'est Wa Mikalayi Kassanda qui en fut le créateur...Nous parlons de la chanson "Nazalaki muasi ya moto monene". Il y a un frère qui a parlé de la manière dont ces monstres sacrés de la musique
composaient leur chanson. JE POSE UNE QUESTION A TOUS: QUI PEUT ME DIRE, CES DIX DERNIERES ANNEES, QUEL ORCHESTRE DE NOS MEG STARS, A PRODUIT UNE SEULE CHANSON POUVANT CONCURENCER "Nazalaki muasi
ya moto monene" ? Sur le plan artistique, thème arragement et autre ? Maman nini na tango wana, ayoka nzembo wana sans alela ? Chantal azalaki génie, lolenge moko na Bavon Siongo. Qu'on me donne
un seul orchestre ou un seul "mega machin", pardon méga star ayant créé une telle oeuvre ces 10 dernières années. Que nos jeunes nous comprennent. Nous ne sommes pas de nostalgiques...mais nous
avons connu des génies en musique et au football...Ata ndele, Congo ya Tungulu na Nyanza ekosekwa...


Claude Kangudie

MWENZE 07/09/2012 17:43


Docteur Nico?C'est le jeu des six cordes de la guitare,toutes,mises à contribution dans une chanson,même les deux premières qui,le plus souvent ne sont jamais
sollicitées:"Marinella"(African-Fiesta Sukisa)


Docteur Nico?C'est la reproduction du son de clochette à la guitare:"Djéké","Sangana"(African-Fiesta,formation originelle).


Docteur Nico?C'est encore la reproduction des sons likembé et balafon,selon que vous montez progressivement en volume,dans "Mipendé ya milangi"et "Saouda".


Docteur Nico?C'est celui qui faisait parler,pleurer,rire la guitare,comme le soulignait dans les années 50 déjà,musicologues belges et producteurs phonographiques grecs.


Docteur Nico?C'est celui qui pousse l'extrême virtuosité à plaquer une note,mais alors une seule note,en conclusion ses réponses aux leit-motiv "échantillon kombo na buku"martelés par les
chanteurs,dans la chanson "Echantillon ya pamba"(African-Fiesta Sukisa),une note qui s'apparente au tintement d'un verre vide.Tout le génie du guitariste résumé dans cette seule note.


Docteur Nico?C'est le premier changement de gamme avec transition dans la musique congolaise:"Souké"(African-Fiesta,formation originelle)


Docteur Nico?C'est une technique unique et inimitable dans le jeu des instrumentaux dont il posséda seul le secret.


Docteur Nico?C'est une guitare de rêve (dixit Sylvain BEMBA,musicologue).


Docteur Nico?Oui!...le dieu de la guitare.


MWENZE


 


 

PEDRO 07/09/2012 15:29


Il me semble que "NICO WETU KASANDA ALOBAKA TE" n'est pas un vers de la chanson Mokitani ya Wendo, mais plutôt d'une autre chanson qui commence par NAKONZEMBA NAKONZEMBA, chantée à l'Epoque de
l'Olympia.

Bernard Manseka 07/09/2012 15:24


Les musiciens de l’époque étaient des créateurs, des modèles et des grands
chercheurs. Avant de composer une chanson ou de créer un rythme, ils se documentaient tellement qu’ils évitaient toute ressemblance ou du plagiat. Lorsqu’on ecoutait une chanson, on savait
facilement distinguer leurs voix ou alors qui jouait tel ou tel instrument, anyway, on ne fermait même pas les yeux car le visuel n’existait même pas. On savait distinguer la voix de Kallé à
celle de Longomba ou Wendo, on savait que c’était Evoloko ou Wemba, meme Bimi qui chantait. On savait distinguer que c’était Nico, Dewayon, Bavon, Franco, Dizzi Mandjeku, Papa
Noël, ou même Manuaku
qui jouait ; on savait distinguer le saxo de Verckys à celui d’Empompo ou Maproko. Malgre la ressemblance des voix, on savait que c’était Madilu ou Yampanya qui chantaient, on savait que
c’est Mpongo Love ou Etisomba, meme Abeti. Cela n’existe plus, il y a confusion sur confusion. Si on enlève les cris qui dominent les chansons actuelles, on ne sait plus distinguer les chanteurs,
les instrumentalistes, d’expression libre ou chrétiens, tous sont confondus dans le rythme ; copie sur copie ou alors du copier-coller en y ajoutant les cris comme Mfuenge, Lopele, Mu Yesu
kaka, ou alors Sima ekoli. Sauf peut-être Nyoka qui se distingue un peu avec une dose marquée de kizombolisation (prédominance kizombo) dans ses chansons.


Le Congo du Lipopo ou Leo était un exemple et une source d’inspiration musicale
pour toute l’Afrique et le monde. Tous les musiciens africains ne juraient que par Leo ou Brazza pour venir y puiser les ressources nécessaires pour leur envol. Si quelques un n’y sont pas venus,
mais du moins leur discotheque etaient remplis des chansons de bana Leo ou Brazza, tel n’est plus le cas aujourd’hui. Le Congo a produit ou inspire plsieurs musiciens Africains comme Eboa, Manu
Dibangu, Ekambi et autres.


J’étais très ébahi il y a de cela deux ans. Lorsque je suis parti a Montréal au
Canada, on était à table avec Nyboma et quelque amis dans un restaurant congolais, il y surgit un jeune Camerounais, actuellement musicien installe à Montréal pour demander si le Monsieur qui
était assis à mes cote était Danos Canta, le grand musicien qu’il a toujours admire et qui l’a inspiré pour devenir ce qu’il est devenu. Apres quelques blagues en désignant autres personnes,
Nyboma s’est présenté à ce jeune homme. Il fallait voir comment, alors comment le monsieur était rempli d’émotion et des larmes coulaient sur ses joues pour avoir rencontré son modèle et l’homme
qui l’a poussé de devenir musicien. Qui inspire encore nos confrères africains ?


Hier j’ai suivi l’interview de Reddy Amisi sur Congomikili, un bon jeune chanteur
qui a reconnu qu’il y a maintenant crise dans la musique congolaise, les modèles comme Franco et Tabu Ley ont disparus, il n’y a plus création, il n’ y a plus de recherche, il n’a plus rien,
alors rien car les gens ne créent plus, la presse et les critiques d’arts sont devenus plus fans et ne critiquent plus. Les journalisent se précipitent auprès des musiciens pour se faire
mabangaliser (mabanga). Ainsi on entend plus les noms des journalistes cites dans les chansons que eux-mêmes critiquer les œuvres des musiciens. Zacharie Baba Basuwe qui était sur le chemin de
Kayumbi Beya, Lukunku Sampu, Lutu Kimper, Nila Mbungu, Lukezo ou autres se fait plus chanter (il a battu le record des mabangas) que critiquer une œuvre de Koffi ou Werra. Eeux-meme les musiciens
ne s’inspire plus, ils font sortir des albums comme des champignons, en utilisant plus des mabangas ou des atalakus. Regardez avec quelle enthousiasme les gens continuent encore à danser des
chansons comme Félicite (Kalle), Pesa Position (Madilu), Mamu (Franco), Nasi na bali (Mbili ya Bel Mboyo), Maya (Lutumba), ou alors Lisapo (Zaiko). Qui danse encore Mfuenge (Werra)
aujourd’hui ? Il n’y a plus des musiques pérennes avec nos jeunes, leurs albums ne font que l’espace d’un matin et puis ça disparait.


Il faut les états généraux des musiciens congolais, le ministre de la culture
doit se lever et reclasser la musique congolaise qui est devenu poubelle. Sinon, on va dans l’art pour l’art ou alors SVP ramenez-nous le mayidoda ou sesebele, car du moins ça nous faisait danser
volontairement ou involontairement.


Des musiciens comme NIKO KASSANDA, on risque de ne plus les écouter. Nous avons
eu la chance nous, je regrette pour nos jeunes, ne soyons pas egoistes avant notre disparition ou la disparition des peu des monuments qui nous restent, ils sont a compter et agissons
vite.